• GOULARD STIPENDIEE DE LA TRANSNATIONALE ATLANTIQUE

    « L’ex-ministre touchait 10 000 euros par mois d’un think tank américain pro-UE. C’est ce que revèle la publication par le JDD de la déclaration d’intérêt de la député MODEM que s’était empressé de choisir comme “ministre des armées” sic.

    On apprend ainsi que c’est cette stipendiée du supranationalisme atlantique, qui – aux dires de l’ex-député LR Myard « ne se sent pas spécialement française » – que Macron avait choisie pour diriger, non plus la «  nationale », mais « les Armées », dans la perspective de leur (dés-)intégration dans la «  européenne » otanisée. Il est vrai que Macron est lui-même « Young Leader »…

    Et ces gens-là parlent de « moraliser la vie publique »…

    Et Macron ose écouter la Marseillaise main sur le cœur et l’œil mystiquement clos…

    Et le mouvement ouvrier officiel devrait continuer de ne pas faire le lien entre défense des acquis sociaux et résistance au « saut fédéral européen » en marche… (commentaire d’Initiative communiste).

    Goulard payée par un lobby US

    La déclaration d’intérêts de Sylvie Goulard publiée apr le JDD le 25 juin montre que la député MODEM a occupé un poste de conseiller spécial pour le think tank Council on the Future of Europe, poste rémunéré plus de 10 000 € par mois ! Elle aurait touché cette rémunération d’octobre 2013 à janvier 2016 selon l’hebdomadaire. Soit au minimum 280 000 € payé par l’organisme basé en Californie, chargé de “faire la rpomotion de l’UE et contribuer au débat d’idées”. Une organisation américaine dont la mission est de faire de la propagande pour accélérer l’intégration de l’Union Européenne et l’effacement des souverainetés nationales au profit de la dictature des multinationales et de la domination de l’impérialisme américain.

    Pour sa défense, l’ex ministre des armées choisie par Macron indique que c’est “non sujet”. Les Français apprécieront de savoir qu’une élu, choisie pour dirigé les armée était rémunéré directement par une organisation étrangère pour faire de la propagande. Un de ses proches cité par le JDD se réfugie derrière les arguments déjà mille fois entendus dans la bouche de Richard Ferrand et autre Fillon «Tout était déclaré et ces sommes étaient brutes»

    Rappelons que le 20 juin, empêtré dans l’affaire concernant un éventuel système d’emplois fictifs du MODEM, la ministre de Macron a été contrainte à la démission

    Payés pour démolir la France ?

    Rappelons surtout que Macron avait choisi cette ministre pour liquider la défense nationale et mettre sous tutelle l’armée française sous le commandement intégré de l’OTAN et une défense “européenne” directement sous commandement allemand. Cela n’a bien sûr rien à voir avec d’éventuelles rémunérations perçues de la part de groupe de pression étranger. La question que l’on peut poser est évidemment de savoir si d’autres députés MODEM, d’autres personnalités En March, qui défendent la même politique que Mme Goulard sont également stipendiée par des organisations étrangères ?

    Rappelons que dès le 13 juin, le PRCF avait publiquement lancée un appel à la démission de Sylvie Goulard :

    JBC pour www.initiative-communiste.fr


    Code Pénal : Article 411-5 Des intelligences avec une puissance étrangère

    Le fait d’entretenir des intelligences avec une puissance étrangère, avec une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou avec leurs agents, lorsqu’il est de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

    __________________________________________________________________________

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Énorme manifestation en Grèce pour la Paix contre l’OTAN #Thessalonique #vidéo (IC.fr-27/06/2017)

    Le 24 juin 2017, la principale confédération syndicale de , le ,  a ​​organisé une manifestation nationale énorme à Thessalonique contre les interventions et les guerres impérialistes et la participation de la à celles-ci.

    Comme le principal orateur G. Perros, membre du Secrétariat exécutif de PAME, a souligné:

    «Nous manifestons pour revendiquer :

    Pas de participation aux interventions et aux guerres impérialistes en dehors de nos frontières. Pas d’implication dans les massacres de l’ et de l’UE. Les navires, les avions et les unités militaires doivent rentrer chez eux. Aucun soldat ne doit être à l’extérieur de nos frontières.

    Toutes les installations militaires étrangères doivent être fermées. L’OTAN doit quitter l’Égée et les Balkans.

    Il doit y avoir une lutte contre les changements de frontières, une lutte contre les restrictions des syndicats et d’autres libertés.

    Aucune dépense militaire pour l’OTAN, mais des financements pour les besoins des familles des travailleurs. L’OTAN hors de la mer Egée.

    Il doit y avoir une lutte contre le nationalisme, le racisme, le chauvinisme.

    Solidarité avec les réfugiés, les immigrés, solidarité avec tous les peuples ».

    Zeljko Veselinovic, président de l’organisation syndicale SLOGA de Serbie, s’est adressé au rassemblement au nom des délégations syndicales étrangères des pays balkaniques, tandis que G. Mavrikos, secrétaire générale de la Fédération Syndicale Mondiale, a également pris la parole.

    Après le rassemblement, il y a eu une manifestation dans les rues de Thessalonique jusqu’au centre de commandement de l’OTAN situé dans la ville.

     

     

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Près de 80 professeures et professeurs des écoles se sont réunis en pique-nique solidaire, ce mardi midi, devant les locaux des services départementaux de l'Éducation nationale, à Quimper (Finistère).Près de 80 professeures et professeurs des écoles se sont réunis en pique-nique solidaire, ce mardi midi, devant les locaux des services départementaux de l'Éducation nationale, à Quimper (Finistère).

    Des élèves qui refusent de se mettre au travail, qui cherchent à se donner des coups en classe, des insultes proférées par des parents d’élèves, des pneus crevés… Cela fait, aussi, partie du quotidien des enseignants des écoles maternelles et primaires. Ce mardi midi, 80 professionnels se sont retrouvés lors d’un pique-nique devant les locaux des services départementaux de l’Éducation nationale à Quimper.

    Dans la foulée de la journée de grève menée par l’équipe de l’école de Kerjestin à Quimper (Finistère), jeudi, un collectif d’enseignants est né. Hors appareils syndicaux. Et c’est assez exceptionnel pour être souligné : "C’est que la coupe déborde. Vraiment", lance une enseignante de 37 ans.

    Parmi eux, l’ensemble des enseignants de l’école de Kervilien, également en réseau d’éducation prioritaire : "Unis". Étaient également représentées les écoles de Quimper (Léon-Goraguer, Penanguer, Yves-le-Manchec, Paul-Langevin, Jean-Monnet, Kerjestin) et les écoles de Douarnenez, Plomelin, Pluguffan, Plonéis, Gourlizon…)

    "Dans un cul-de-sac"

    Les enseignants des écoles du réseau d’éducation prioritaire (Rep) sont en première ligne : "On accueille des enfants issus de familles complètement désemparées, explique une enseignante en Rep depuis sept ans. On entame le dialogue, on tente la sanction, le travail avec les parents. Or, ces derniers ne se mobilisent pas forcément. Certains mêmes donnent raison à leurs enfants. On aboutit dans un cul-de-sac…"

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Landerneau. Picasso sous toutes ses époques et ses couleurs (OF.fr-26/06/2017)Au premier plan, le tableau « Homme accroupi » de 1970. Un chef-d'oeuvre parmi les 200 autres exposés au Fhel jusqu'au 1er novembre. | Béatrice Le Grand.

    Ce dimanche 25/06, le Fhel rouvre ses portes et propose une exposition extraordinaire en accueillant le maître du XXe siècle : Picasso. À voir, 200 œuvres gardées précieusement par l’artiste près de lui.

    C’est sûrement l’un, sinon le, plus grand artiste du XXsiècle. Picasso à Landerneau ! Qui aurait cru à un si beau cadeau pour fêter les 5 ans d’existence du Fhel ?

    Au travers de 200 œuvres, mises en valeur par Éric Morin, fidèle scénographe du Fhel, le public découvrira l’immense talent du maître du cubisme au travers d’un foisonnement d’œuvres incroyables.

    « On accède à cette exposition par un parcours chronologique qui retrace près de 84 ans de la production de Picasso, souligne Michel Édouard Leclerc, fondateur du Fhel. Il s’agit ici d’une exposition exceptionnelle, dans le sens où elle provient, dans son ensemble, d’une collection privée et qui malgré tout est représentative de quasiment toutes les périodes. »

    Parcours chronologique

    Le parcours, construit en neuf chapitres, invite le visiteur à appréhender des œuvres emblématiques mais aussi des tableaux moins connus car gardées précieusement par l’artiste lui-même.

    L’exposition s’ouvre sur des tableaux réalisés par Picasso enfant. « C’était un gamin si génialement doué que son père s’est vite rendu compte que sa carrière de peintre à lui n’avait plus lieu d’être, commente Jean-Louis Andral, commissaire de l’exposition et directeur du musée Picasso d’Antibes. Ses premières peintures sont académiques, classiques et si puissantes déjà. » De quoi faire taire tous ceux qui disent leur gamin peut en faire tout autant !

    Et justement, si Picasso a pu réaliser son immense et prolifique œuvre, c’est bien parce qu’il savait comment tout était construit.

    Génie de la composition

    Après, les époques s’enchaînent : le cubisme, les métamorphoses, les années ténèbres, l’après-guerre, une nouvelle lumière, les ateliers, le tout dans un cheminement imaginé par Éric Morin.

    « Ensuite, les deux tiers de l’exposition sont concentrés sur ses 20 dernières années (chapitres Femmes assises et Les dernières années). Deux décennies pendant lesquelles l’amour et la passion que lui inspire sa nouvelle épouse et égérie Jacqueline Roque, le porte à une explosion de couleurs et de grand format », signale le commissaire de l’exposition.

    Du 25 juin au 1er novembre inclus, 200 œuvres de Picasso à savourer sans modération au Fhel à Landerneau.

    Aude KERDRAON.

    source: ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Carhaix. Le maire inquiet pour la maternité  (LT.fr-27/06/2017)

    La maternité de Carhaix (ci-dessus) serait-elle à nouveau menacée de fermeture, neuf ans après la grande mobilisation de 2008 et la fusion de l'hôpital centre-breton avec le CHRU de Brest ? Hier, en fin du conseil municipal, le maire, Christian Troadec, a fait part de ses inquiétudes concernant l'avenir de la maternité de sa ville.

    « Selon le projet médical du groupement hospitalier de territoire (GHT), l'Agence régionale de santé va devoir trancher entre trois scénarii : le premier envisage le statu quo et donc de conserver quatre maternités (Brest, Morlaix, Carhaix et Landerneau) ; le second de maintenir deux maternités (Brest et Morlaix) et de créer deux centres périnataux de proximité à Landerneau et à Carhaix ; le troisième de conserver trois maternités et de créer un centre périnatal à Carhaix ou à Landerneau », a indiqué Christian Troadec.

    Ce dernier, soutenu par l'ensemble du conseil municipal, rejette en bloc les deux derniers scénarii et promet d'appeler au besoin très rapidement à la mobilisation...

     

    source: letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Brest. Code du travail : FO appelle au rassemblement ce mardi (LT.fr-27/06/2017)L'union locale Force Ouvrière appelle à un « large rassemblement » aujourd'hui, à 12 h 30, place de la Liberté, à Brest, pour marquer son opposition au projet gouvernemental de réforme du code du travail par ordonnance et exiger l'abrogation de la loi Travail I.

    Un appel symbolique, alors que l'Assemblée nationale est appelée, aujourd'hui, à un vote de confiance au gouvernement et que le conseil des ministres doit valider, demain, l'habilitation à réformer le droit du travail par ordonnances.

    Alors que FO avait sollicité les autres organisations syndicales locales, hier matin, pour discuter d'un possible appel unitaire à manifester, elle n'a, pour l'heure, pas été suivie. « On veut se donner les moyens de réussir une mobilisation forte, à la hauteur des enjeux. Cela passera par une intersyndicale, mais d'abord par un travail d'information que nous avons engagé sur le terrain », commentait Olivier Le  Pichon, hier, pour la CGT.

    De son côté, Solidaires annonce préparer « des propositions aux organisations syndicales du département pour leur permettre se faire entendre avant la rentrée ».

    En attendant que les calendriers s'accordent, FO part donc seule et, outre la manifestation annoncée aujourd'hui, appelle déjà à un second rassemblement : il aura lieu place de la Liberté, le mardi 4 juillet, à 12 h.

    document joint:

    Télécharger « 170626-Communiqué UD-FO29 sur loi travail XXL et manif 4-07-2017 à Brest.pdf »

    source: letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Norbert Duigou, l’animateur du Collectif des usagers du TER 29 Sud.Norbert Duigou, l’animateur du Collectif des usagers du TER 29 Sud. 

     

    Samedi, une vingtaine de personnes se sont retrouvées pour la réunion du Collectif des usagers du TER 29 Sud à Bannalec.

    La mobilisation

    Dans la salle de l’office de tourisme de Norbert Duigou, le porte-parole du Collectif, a rappelé les actions passées et annoncer de nouvelles mobilisations.

    Le collectif se mobilise régulièrement pour rencontrer des structures capables de relayer son combat. Ainsi le conseil départemental de la Fédération des conseils de parents d’élèves a été alerté.

    Cette fédération a rédigé un courrier à la Région pour demander une meilleure offre en horaire de TER et un contact a été pris avec l’ASSOTER 29, association de défense de la ligne Brest-Quimper.

    De nouvelles actions

    Un membre du collectif a fait part de son futur trajet Quimper-Hennebont : « Aujourd’hui, ce trajet dure 45 minutes. Avec les nouveaux horaires, le même trajet devrait durer 1 heure et 15 minutes, car il devra faire Quimper-Auray, puis Auray-Hennebont. Pour mémoire, la semaine dernière, les élus bretons régionaux se félicitaient de voir Rennes à 1 h 26 de Paris. Au détriment des salariés qui mettront presque le même temps pour faire Quimper Hennebont. Où sont les priorités ? »

    Plusieurs nouvelles actions sont en projet pour les semaines à venir, afin d’intensifier le débat : une motion de soutien va être déposée par le groupe Front de gauche au conseil municipal de Bannalec, vendredi 30 juin.Une délégation du collectif se rendra au conseil municipal de Quimperlé, le 5 juillet. Délégation qui interviendra lors du quart d’heure citoyen.

    Par ailleurs, une page Facebook a été créée : TER Bretagne Collectif d’usagers. Le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) va être contacté, ainsi que l’association 60 millions de consommateurs.Enfin, Norbert Duigou a annoncé que ce collectif allait se rapprocher des autres collectifs bretons et prévoit des actions plus dures en septembre.

    Samedi 23 septembre, prochaine réunion, à la salle de Ti Laouën de Bannalec.

    source: ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Article reposté depuis le Blog de Canaille le rouge

     

    Horizon ? les sénatoriales. De quoi mobiliser dans les HLM.

     

    Le P"c"F tient son Conseil National. rien à dire, c'est tout à fait son droit.

    Il vote une résolution, c'est dans la norme.

    Pas une seule fois ne figure le mot capital et ses dérivés. Patronat n'existe pas.

    Exploitation, salaire, pouvoir d'achat ? connait pas.

    Trop terre à terre ? Pourquoi pas.

    Mais alors pourquoi cette vision exclusivement électoraliste de la situation en France. pas un mot sur les projets du capital en France , en Europe et dans le monde. L'avancée des solutions à la grecque pour notre pays mis en place par macron ? Rien!

    Le mot impérialisme, absent. La paix, quand monte le bruit des chenilles et explosent les bombes, n'étant qu'un moment de la fête de l'humanité.

    Pour la direction du P"c"F, les libertés son menacées alors qu'elles sont frontalement attaquées.

    Et monte ce mot d'ordre qui va certainement faire déferler la colère vers les élus du macronat : "l'été n'est pas fait pour casser le code du travail" . En voila un slogan qui va mobiliser. De quoi déclencher au moins une grève insurrectionnelle pour investir...des universités d'été.

    Besoin de prendre de la hauteur ? A coup sur. Avec une analyse de la défaite du PS comme poisson pilote du capital ? pas même évoqué.

    Mais alors, au moment où l'occasion d'enterrer définitivement la social démocratie est possible, où sont les mots voir même l'idée de socialisme, communisme, perspective? Absent. On ne va tout de même pas s'acharner sur la partie de la famille dans le deuil.

    A ce niveau là il ne peut s'agir d'ignorance ce serait injurieux. Il s'agit de choix.

    Pour preuve, le mot alternative apparaît une fois pour parler du groupe des élus...au sénat.

    S'il fallait une confirmation, la conclusion éclaire ces choix. La direction du P"c"F ne se tourne pas vers le peuple pour l'appeler à construire une alternative et se mettant au service de cette construction, il n'appelle pas ses adhérents à phosphorer dans ce sens, non, il  affirme que "Pour sa part, le PCF, son secrétaire national Pierre Laurent, invitent à l'Université d'été du PCF puis à la Fête de l'Humanité, plusieurs dizaines de personnalités avec lesquelles ce dialogue est en cours et la volonté d'agir est partagée"

    A coup sûr cela va faire sauter de joie dans les citées populaires et inquiéter le VRP en aéronef télécommandé de ce weekend monté de Marseille au Bourget pour la foire du drone .

    source: canaille-le-rouge.over-blog.com

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Enquête Harris Interactive pour AEF

    Enquête réalisée en ligne le dimanche 11 juin 2017 en journée. Échantillon de 4 518 inscrits sur les listes électorales, issus d’un échantillon représentatif de 5 059 Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

    Dans le cadre du premier tour des élections législatives de 2017, Harris Interactive a réalisé une enquête afin de mieux qualifier le vote des électeurs. Pour AEF, Harris Interactive a analysé le vote au regard de la proximité syndicale.

    Que retenir de cette enquête ?

    • Parmi les personnes ayant exprimé un vote au 1er tour des élections législatives, 32 % de celles qui se déclarent proches d’un syndicat indiquent avoir voté pour un candidat soutenu par La République en Marche (soit l’équivalent du score LREM auprès de l’ensemble des suffrages exprimés). Si, en toute logique, les personnes proches d’un syndicat ont davantage voté pour des formations de gauche (15% pour la France Insoumise, vs 11% en moyenne au sein de la population française ; 10% pour le PS/PRG, vs 7,9% en moyenne, 5% pour le Parti Communiste, vs 2,7% en moyenne), le mouvement d’Emmanuel Macron est de loin la première formation politique pour laquelle ces personnes ont voté.
    • Le score de La République En Marche est beaucoup plus transversal que celui des autres formations politiques. En effet, il est de 32% chez les personnes se déclarant proches d’un syndicat de salariés, 33% chez celles qui se déclarent proches d’un syndicat patronal et 32% ne déclarant aucune proximité syndicale. A l’inverse, le vote pour les partis de gauche est privilégié par les proches d’un syndicat de salariés et celui pour Les Républicains / UDI est davantage choisi par les proches d’un syndicat patronal. Ceux qui se disent détachés de toute affinité syndicale votent un peu plus que la moyenne pour Les Républicains / UDI ou le Front National.
    • Dans le détail, le vote LREM est bien plus important que la moyenne chez les personnes qui se déclarent proches de la CFDT (49%) et de la CFE-CGC (43%). Celui pour Les Républicains / UDI (18,8% parmi l’ensemble des votes exprimés) est plus important que la moyenne chez les proches de la CFE-CGC (35%) et ceux de la CFTC (28%), et celui pour le PS/PRG chez les proches de Sud-Solidaires et de la CFDT. La France Insoumise est de loin le premier parti choisi par ceux qui se disent proches de la CGT (29%) et de Sud-Solidaires (36%). A noter que le vote pour LREM arrive en 2 position chez les proches de la CGT (17%) et même en 1 position chez ceux qui se disent proches de Force Ouvrière (23%).
    • Enfin, si on compare les résultats du 1er tour des élections législatives et ceux du 1er tour de l’élection présidentielle, on note une forme de pérennité dans le choix des électeurs proches d’un syndicat, qui vaut pour l’ensemble des formations politiques[1]. Par rapport aux résultats d’une enquête similaire réalisée lors du premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril 2017, les candidats LREM réalisent même des scores supérieurs à celui d’Emmanuel Macron auprès de l’ensemble des personnes exprimant une proximité syndicale (+4), notamment auprès des proches de la CFE-CGC (+12), de FO (+8), de la CFTC (+7) et de la CGT (+5). Cela montre la capacité d’Emmanuel Macron à capter le vote des sympathisants des organisations syndicales, malgré le contexte de discussions autour de la nouvelle loi Travail et alors même qu’un Premier ministre et des ministres de droite ont été nommés au gouvernement.

    [1] http://harris-interactive.fr/opinion_polls/sondage-jour-du-vote-le-vote-au-premier-tour-de-lelection-presidentielle-de-2017-selon-la-proximite-syndicale/

    Le Rapport

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires