• Pont de Gênes : ce qui attend notre pays si l’euro-casse des services publics continue ! (IC.fr-15/08/2018)

    Au-delà de la tragédie que vivent les victimes de la rupture du pont Morandi à Gênes, cet évènement scandaleux doit servir d’avertissement à l’encontre des politiques de démontage des services publics que commanditent l’UE et les gouvernements Maastrichtiens successifs.

    Tout le monde sait bien en Italie que les fautes d’ingénierie, utilisation de mauvais matériaux et autres dysfonctionnements de l’aménagement territorial sont liés à la faiblesse de la puissance publique et à son effacement devant les mafias du privé.

    Ceux qui, dans l’entourage de MACRON, nous disent qu’en France on peut dormir à l’abri parce que les ingénieurs des travaux publics de l’Etat surveillent de près tous les ponts :

    1- avouent par là que leur politique de privatisation et de sous-traitance généralisée est une aberration. Heureusement qu’il y a des fonctionnaires dotés d’un statut pour que l’intérêt général prévale sur le profit privé ! 

    2 – cachent que depuis les années Sarkozy, pour satisfaire aux maudits critères de Maastricht, on a supprimé dans l’équipement jusqu’à 6 postes sur 7 de fonctionnaires partant à la retraite. 

    Pont de Gênes : ce qui attend notre pays si l’euro-casse des services publics continue ! (IC.fr-15/08/2018)Si nous ne voulons pas que les ponts et routes de France finissent comme le pont de Gênes, il faut que nous luttions tous ensemble pour que notre pays sorte au plus tôt de cette UE de mort qui détruit ce que le génie des peuples d’Europe a bâti de meilleur.

    Voir le rapport sur l’état catastrophique des routes et des ponts en France suite au sous-investissement chronique : 800 ponts français présentent à terme un risque d’effondrement !

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Déclaration du Sixième Congrès du Parti Communiste du Mexique

     

    6ème Congrès du Parti Communiste du Mexique-Mexico les 3-4-5 août 2018

    Les 3, 4 et 5 août, le VIe Congrès du Parti communiste du Mexique s'est tenu dans l'Ancienne École de Jurisprudence, dans le Centre Historique de Mexico, en présence de 190 camarades de 23 entités du pays, ainsi que la présence fraternelle du Parti communiste de Grèce, du Parti communiste de Cuba, du Parti communiste péruvien, du Parti communiste paraguayen, du Parti communiste du Venezuela, du Parti communiste des peuples d'Espagne, du Parti communiste du Salvador, de la Force Alternative Révolutionnaire Commune de Colombie et du Parti des communistes des États-Unis. Le Sixième Congrès du PCM a également reçu les salutations fraternelles de 41 partis communistes et ouvriers et autres organisations révolutionnaires de tous les continents.

    Le 3 août, avant l'installation du VIe Congrès, s'est tenu le Séminaire international d'échange sur l'expérience des partis communistes et ouvriers dans le travail de masse.

    L'installation des travaux a reçu les salutations fraternelles du Syndicat unique des travailleurs de l'industrie nucléaire, du Syndicat des travailleurs de l'Institut mexicain de technologie de l'eau, du Comité exécutif national démocratique du Syndicat national des travailleurs de l'éducation, du Mouvement Résistance des travailleurs de l'Institut mexicain de Sécurité Sociale, du Syndicat des travailleurs de la culture, ainsi que du Parti populaire socialiste du Mexique, du Parti populaire socialiste, du Parti populaire socialiste-APN, du Parti du Travail, du Front Populaire Révolutionnaire, ainsi que d'autres groupes syndicaux et sociaux.

    A l'ordre du jour des débats figuraient le Rapport politique du Comité Central et les Thèses Politiques, les Thèses sur le travail de masse, les Thèses sur l'émancipation des femmes, les Thèses sur les peuples indigènes, la Réforme des statuts et l'élection du nouveau Comité Central.

    Les objectifs établis par le Sixième Congrès, sous le slogan "Pour le pouvoir ouvrier et la révolution socialiste, renforcer le Parti communiste", sont les suivants :

    - Conformément au programme approuvé lors du Cinquième Congrès qui fait de la Révolution Socialiste l'objectif immédiat de la classe ouvrière, il est nécessaire de prendre des mesures pour accélérer le renforcement du PCM, du point de vue du renforcement de ses rangs et du point de vue de l'accroissement de son influence. Nous voulons souligner que par accroissement, nous n'entendons pas en faire un parti de masse, mais un parti de cadres forts, non pas un parti d'affiliés mais un parti de militants, non pas un parti mouvementiste mais une organisation d'organisations.

    - Le PCM doit porter son activité à un nouveau stade, parce que pendant toute la période précédente, l'essentiel était d'assurer l'existence du Parti, son caractère de classe, de défendre ses caractéristiques marxistes-léninistes, son identité communiste et internationaliste, ce qui nous a en quelque sorte conduit à concentrer la plupart de nos efforts sur la vie interne, mais aujourd'hui, nous avons pratiquement achevé la réorganisation et le Parti communiste doit déployer son intervention parmi les masses, c'est-à-dire parmi la classe ouvrière et les travailleurs dans leur ensemble, et parmi ses alliés, les secteurs populaires. Nous voulons souligner que le centre de l'activité du PCM est la classe ouvrière, le prolétariat, et que tant que nous y prendrons racine, il sera possible de développer l'alliance sociale de la classe ouvrière et des secteurs populaires.

    - Aujourd'hui, le Parti a développé sa présence dans la plupart des entités du pays, et dans un pourcentage significatif des zones que nous jugeons stratégiques, en raison de la concentration des travailleurs industriels, de sorte qu'il est objectivement possible de renforcer le Parti et son intervention massive parmi le prolétariat.

    Le Sixième Congrès a évalué les changements en cours dans le système impérialiste, la perte des positions de l'impérialisme américain et la montée du capital chinois, et le conflit sur la primauté, les rivalités inter-impérialistes qui accentuent le risque d'une guerre généralisée. Nous avons également évalué la très faible reprise de l'économie capitaliste qui a suivi la crise de surproduction et de suraccumulation, ainsi que l'agression des monopoles pour dévaloriser la force de travail et frapper avec des mesures barbares les droits syndicaux et sociaux et les conquêtes des travailleurs du monde.

    6ème Congrès du Parti Communiste du Mexique-Mexico les 3-4-5 août 2018Le Sixième Congrès du PCM a confirmé la position précédemment adoptée sur la caractérisation de la nouvelle sociale-démocratie et du gouvernement élu d'Andrés Manuel López Obrador, inscrit dans le courant protectionniste du capitalisme, avec le soutien de tous les monopoles, avec la tâche de recomposer la domination et d'assurer la dictature de classe sur les travailleurs et les secteurs populaires, pour assurer le profit, l'accumulation, le capitalisme, de sorte que le PCM réfute le sophisme d'un gouvernement de gauche, parce qu'il s'agit clairement d'une administration anti-travailleurs, anti-populaire. Nous, communistes, nous demanderons aux travailleurs de ne pas faire confiance à un tel gouvernement, de ne pas se faire d'illusions, de le combattre sans relâche et sans pause. Nous renforcerons la lutte contre l'ALENA, contre les Zones Économiques Spéciales, pour renverser la réforme du travail, contre le travail précaire et sans droits, pour l'augmentation des salaires et la récupération du pouvoir d'achat, contre la privatisation de la sécurité sociale, pour le respect des droits des travailleurs immigrés, pour le respect des terres et territoires des peuples indigènes, pour les droits et l'émancipation des travailleuses. Il est clair que López Obrador est attaché aux monopoles, et nous à la classe ouvrière, l'affrontement est donc inévitable.

    Le VIe Congrès du PCM a réaffirmé la lutte pour le socialisme-communisme comme moyen de résoudre les problèmes qui affligent le Mexique et le monde. Face aux limites du capitalisme et de la barbarie, il est nécessaire et urgent de mettre fin à l'exploitation, et la seule alternative est le pouvoir ouvrier, la socialisation des moyens de production concentrés et la planification centrale de l'économie.

    Sous la direction de son VIe Congrès, le Parti communiste du Mexique va déployer une intervention pour organiser massivement la classe ouvrière et les secteurs populaires, en développant un ensemble d'initiatives dans cette direction, avec des drapeaux anticapitalistes et antimonopoles.

    Le PCM est le parti de la classe ouvrière, le parti de l'émancipation des femmes, le parti de la jeunesse ouvrière et son idéologie inaliénable est le marxisme-léninisme.

    Le VIe Congrès a aussi marqué le début des commémorations du centenaire de la fondation de l'Internationale Communiste et de sa Section mexicaine, le PCM (septembre-novembre 1919) ainsi que du 25ème anniversaire du processus de réorganisation du PCM, entamé le 20 novembre 1994. Nous sommes fiers de l'histoire du communisme dans notre pays qui a nourri ses rangs avec Sen Katayama, Mikhaïl Borodin, Julio Antonio Mella, David Alfaro Siqueiros, Diego Rivera, Frida Kalho, Tina Modotti, José Guadalupe Rodríguez, Farabundo Martí, Gustavo Machado, Cesar Augusto Sandino, Rubén Jaramillo, Dionisio Encina, Mónico Rodríguez, et tant d'autres camarades exemplaires.

    6ème Congrès du Parti Communiste du Mexique-Mexico les 3-4-5 août 2018Pour les années suivantes, un Comité Central a été élu, dont la majorité des membres sont des travailleurs, avec une moyenne d'âge de 35 ans, et le nombre de femmes a considérablement augmenté. Lors de sa première session plénière, le VIe Comité Central a élu les camarades Pavel Blanco Cabrera comme Premier Secrétaire et Diego Torres comme Deuxième Secrétaire. Les camarades Marco Vinicio Dávila, Omar Cota, Kimberly Ruiz, Alfredo Valles et Julio Cota, Héctor Maravillo et Ángel Chávez ont été élus au Bureau politique.

    Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !


    Le VIe Congrès du Parti communiste du Mexique

    6ème Congrès du Parti Communiste du Mexique-Mexico les 3-4-5 août 2018

    source en espagnol: http://www.comunistas-mexicanos.org/partido-comunista-de-mexico/

    source traduction française:  http://solidarite-internationale-pcf.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Cinéma. La Cinémathèque de Bretagne rend hommage à Anita Conti au festival de Douarnenez en diffusant ses films «Racleurs d'océans» et «Anita Conti, une vie embarquée» de Marc Gourden. En présence de Laurent Girault-Conti, son fils adoptif.
     
    Dimanche 19 août-17 h.
    Cinéma Le K (salle 2), 39, rue Louis-Pasteur, Douarnenez.
     
    29200 - Brest
    association, statut loi 1901
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'exposition « Pêcheurs d'Iroise » permet de cerner les différents métiers de la pêche et de découvrir ceux qui font ce métier.L'exposition « Pêcheurs d'Iroise » permet de cerner les différents métiers de la pêche et de découvrir ceux qui font ce métier

    L'exposition du Port-Musée, qui dure jusqu'à novembre, offre un témoignage sans pareil sur le métier de marin-pêcheur.

    « C'est de l'iode qui coule dans nos veines », résume Noël, un goémonier de Lanildut. Il fait partie des quarante-trois pêcheurs professionnels en mer d'Iroise, hommes et femmes, auxquels le Port-Musée dédie actuellement (jusqu'au 4 novembre) une exposition photographique. Pêcheurs d'Iroise qui s'est aussi décliné en livre, consacre à chaque marin un diptyque composé d'un portrait et d'une photographie plus personnelle, souvent accompagné d'un témoignage sonore. L'exposition s'est faite à l'initiative du Port-Musée, du Parc marin d'Iroise pour les enregistrements, et du photographe Nedjma Berder.

    Un métier au pluriel

    Pêcheurs au filet, à la bolinche, à la ligne, au casier, ou à pied, goémonier au peigne, au scoubidou ou à la drague, de Concarneau, Le Conquet, Camaret, Douarnenez, Sein, Audierne, Ouessant, ou Molène, ils sont tous là. La seule certitude, au fur et à mesure des photographies, est que cette profession se conjugue au pluriel. Au-delà de ces portraits d'hommes et de femmes, c'est le portrait d'un métier qui est dressé, dans toute sa variété, sa difficulté, sa beauté.

    La difficulté ? Ils sont nombreux à ne pas compter leurs heures, à travailler, de nuit, par tous les temps, dans le bruit, le froid, le danger. La beauté ? C'est la nature, « les copains » et la solidarité entre gens de mer, même si la pêche est parfois un milieu individualiste, où c'est « chacun pour sa gueule » tempèrent certains marins.

    Cette très belle exposition permet de mieux cerner un métier qui est souvent fantasmé ou victime d'a priori. Plusieurs enjeux sont abordés, comme la question de la transmission et le passage de témoin entre générations, l'organisation de sa vie de famille, l'importance d'être polyvalent dans ce milieu où il faut s'intéresser à la mécanique, la passerelle, aux poissons, ou la charpente si le bateau est en bois.

    La ressource se dégrade

    Entre tous les sujets, la raréfaction du poisson revient le plus souvent sur la table. Les témoignages enregistrés sont plus ou moins virulents, mais s'accordent pour dire que la ressource halieutique se dégrade. Le métier est rendu d'autant plus difficile par les réglementations et les quotas, même si, pour François, pêcheur retraité, « l'interdit est la seule solution face à notre imbécillité ». « On est en train de scier la branche sur laquelle nos enfants sont assis », résume Gaël, de Camaret. Le respect de l'environnement est un enjeu de taille pour l'avenir de la profession. 

    Ludovic, de Lanildut, a le bon mot, et celui de la fin : « La pêche, ce métier archaïque, c'est primaire, c'est le terroir, et c'est pour ça que c'est beau ».

    Pierre GRINER

    source: https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un prototype d’éolienne flottante, présenté par Eolis début 2018. Quatre modèles de ce type vont être installés au large de Groix.Un prototype d’éolienne flottante, présenté par Eolis début 2018. Quatre modèles de ce type vont être installés au large de Groix

    Une équipe scientifique brestoise, du projet APPEAL, va prendre la mer le 17 août. Direction Belle Île et Groix, futur lieu d’implantation d’une ferme pilote d’éoliennes flottantes. Elle étudiera leur potentiel impact sur la faune marine.

    Qu’est-ce que le projet APPEAL ?Il a été créé pour accompagner le projet de ferme éolienne pilote, au large de Groix. Quatre éoliennes flottantes doivent y être installées d’ici 2020. Le projet APPEAL, dirigé par l’Université de Bretagne Occidentale, vise à « construire une approche intégrée à l’échelle de l’écosystème », c’est-à-dire à limiter l’impact environnemental des éoliennes, et à les intégrer du mieux possible dans le milieu marin.

    Pourquoi une campagne à la mer ?Les dernières études sur la faune marine vivant dans la zone retenue pour l’implantation des éoliennes datent des années 60. L’expédition va donc permettre de connaître l’évolution de la faune, de savoir quelles espèces sont présentes.Les scientifiques vont aussi étudier les liens qui existent entre les animaux, et les équilibres alimentaires. Tout cela pour réduire au maximum l’impact des éoliennes sur le milieu marin, et déterminer le tracé du câble sous-marin qui les reliera à la terre ferme. La campagne va se dérouler du 17 au 30 août.

    Où en est le développement de l’éolien flottant en France ?Actuellement, la ferme pilote de Groix et Belle Île est le seul projet d’éolien flottant en France. Mais les attentes sont fortes : les éoliennes flottantes, placées loin des côtes, profitent de vents forts et réguliers. Les 4 éoliennes de Groix et de Belle Île pourraient à elles seules fournir 30 000 foyers en électricité.Du côté des politiques, on se tourne résolument vers l’éolien en mer : lors de sa dernière visite en Bretagne en juin dernier, Emmanuel Macron confirme la création de sept parcs éoliens maritimes, dont celui de Groix et Belle Île.

    Ninnog LOUIS

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Décès de notre ami et camarade, Samir AMIN ! (IC.fr-14/08/18)Nous avons appris hier, 13 août, le décès de notre ami  et camarade Samir AMIN. 

    Immense théoricien du développement inégal, de la nécessaire déconnexion des peuples du tiers monde avec le système prédateur de l’économie mondialiste, il nous laisse une œuvre foisonnante, qui va de livres militants de synthèse comme son dernier livre “Le Bicentenaire de la naissance de Marx” (Delga, 2018)jusqu’à l’analyse la plus novatrice où il complète le marxisme, notamment dans son maître ouvrage “La loi de la valeur mondialisée”.

    MARX s’était en effet proposé de traiter de l’économie capitaliste mondiale dans un volume VI du Capital, qui n’a jamais vu le jour. De ce fait, les marxismes historiques, largement confinés dans l’exégèse des écrits de MARX, ont éliminé de leur programme la réflexion, pourtant indispensable, sur la mondialisation de la loi de la valeur. Samir AMIN a notamment tenté de combler cette lacune et proposé une analyse de la transformation de , dégageant ainsi les fondements théoriques de la polarisation produite par l’expansion mondialisée de la domination du capital.

    On notera, parmi ses ultimes combats, le soutien sous forme d’une longue contribution (et non d’une simple préface) à l’ouvrage de Jean-Pierre Page “CGT : pour que les choses soient dites” (Delga, 2018). 

    Aymeric MONVILLE

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

     

    Samir Amin raconte Samir Amin

    Entrevue donnée par Samin AMIR en mai 2018 à RFI

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Condamnation de Monsanto : Hulot évoque le "début d'une guerre" contre les pesticides. (dessin de Chaunu)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quatre Soudanais se sont cachés dans un camion pour atteindre l'Angleterre en ferry.Quatre Soudanais se sont cachés dans un camion pour atteindre l'Angleterre en ferry.

    La gendarmerie de Saint-Pol-de-Léon est intervenue dimanche 12 août au port de Roscoff. Quatre Soudanais étaient cachés dans un camion afin d'atteindre l’Angleterre. L’un d’eux, âgé de 17 ans, s’est retrouvé coincé dans le châssis du véhicule.

    Aux environs de 9 h dimanche 12 août, sur le port de Roscoff (Finistère), une conductrice anglaise entend des bruits suspects au niveau de son véhicule alors qu’elle s’apprête à embarquer sur le ferry.

    Elle avertit aussitôt la gendarmerie de Saint-Pol-de-Léon.

    Une fois sur place, les forces de l’ordre découvrent trois personnes cachées à bord du véhicule. L’une d’elle parvient à s’échapper, les deux autres, deux hommes soudanais, sont interpellés.

    Coincé dans le châssis

    Les gendarmes s’aperçoivent ensuite qu’un autre Soudanais est caché sous le camion. Pour ne pas être vu, le jeune homme de 17 ans, en situation irrégulière, s’est dissimulé dans le châssis et n’est pas parvenu à sortir.

    Le camion a dû être soulevé pour lui permettre de s’extirper. Caché depuis la veille, le jeune homme est sérieusement déshydraté et présente des blessures superficielles. Il a été transporté à l’hôpital de Morlaix et sera pris en charge par les services sociaux.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anaël Chesneaux (debout, à gauche), Mélanie Lortet (assise), et Jessica Saada, devant l’entrée de leur ferme maraîchère La Main au panier, à Kernijeanne-Goz.Anaël Chesneaux (debout, à gauche), Mélanie Lortet (assise), et Jessica Saada, devant l’entrée de leur ferme maraîchère La Main au panier, à Kernijeanne-Goz. 

    À Kernijeanne-Goz, sur la route de Baye à Moëlan-sur-Mer, près de Quimperlé, deux filles s’activent. Ces cultivatrices et mamans travaillent ensemble leurs terres, en agriculture bio. Bienvenue à la Main au panier.

    Depuis 2013, la Main au panier régale les tables de sa clientèle, particuliers ou restaurateurs du pays de Quimperlé.

    Créée par Jessica Saada en février, il y a cinq ans, la ferme cultive les bons produits, ceux qui grandissent en pleine terre, comme le veut la labellisation bio, que la ferme détient depuis ses premiers jours.

    Seule durant les premières années, Jessica a souhaité s’associer : ce sera Anaël Chesneaux, qu’elle a rencontrée lors d’une formation de brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole, en 2010, qui viendra frapper à sa porte.

    « Anaël a fait un contrat de pré-installation, pendant une année, afin de monter le projet ensemble », explique Jessica.

    En février 2018, le groupement agricole d’économie commune est lancé, les deux femmes sont officiellement partenaires et associées.

    60 espèces de légumes

    L’année de pré-installation a été de bon augure. « Ce cycle entier a permis d’augmenter la production. On a plus que doublé les surfaces de production, passant de 900 m² à 2 100 m² en tunnel, et de 1,25 ha à 2,25 ha en plein champ », racontent les maraîchères.

    Avec 60 espèces de légumes à cultiver dans l’année, le travail ne manque pas, quel que soit le temps. Des conditions pas toujours évidentes, que les deux associées balaient en une phrase : « C’est un métier valorisant, vendre ce que l’on produit. Et c’est tellement varié, grâce à tous les légumes différents que l’on cultive. »

    « Vivre de notre travail »

    Ces deux jeunes mamans ont le même objectif : « Vivre de notre travail, et profiter de notre vie de mère. »

    Et elles y arrivent, à la perfection ; Toutes deux sont complémentaires, et travaillent d’arrache-pied durant leur présence à la ferme, aidées par Mélanie Lortet, saisonnière à mi-temps. Jessica et Anaël ont d’ailleurs pour but de la prendre à plein-temps.

    Les associées continuent d’investir, en matériel. En mars, c’est un forage pour l’eau qui a été réalisé.

    « Un sacré investissement, que nous ne regrettons pas. C’est efficace, et l’eau n’est pas traitée. »

    Les légumes de la Main au panier peuvent être trouvés sur le marché de Moëlan, le mardi, au Pouldu, le mercredi, au magasin Court-Circuit, à Clohars, et à la ferme, les mardis et vendredis, de 16 h à 18 h.

    Un panier peut également être commandé chaque mercredi via leur page Facebook La MAIN AU Panier, à prendre le vendredi, à Quimperlé, au bar Chez Chouchou, ou à la ferme.

    source: https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Voilà un documentaire sur un sujet trop peu traité par la télévision: la vie au travail , en l'espèce la vie au travail des ouvriers de la réparation navale de Brest. Tébéo, Tébésud et TVR35, les trois TV locales bretonnes qui ont proposé ensemble ce film le jeudi 8 août 2018, ont été bien inspirées.

    Ce film part d’un univers à part, démesuré, avec ses codes, son histoire et même son propre langage. Qu’ils travaillent sur des navires militaires ou civils, chez DCNS ou chez DAMEN, ces hommes ont tous en commun la passion du métier. Ils nous ouvrent les portes de leur univers et nous font découvrir, par leurs témoignages, ce qu’il reste de cette tradition, de cette culture ouvrière.

     

     Film de Frédéric Chignac-France Télévisions, Août 2016

     

    source: http://www.tebeo.bzh

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires