• Présidentielle2017 – déclaration du PRCF sur les résultats du 1er tour de la présidentielle 2017

    Même si l’abstention progresse un peu par rapport à la présidentielle précédente, les électeurs ont ignoré très majoritairement les appels au boycott lancés ici et là.

    L’un des deux chouchous du grand capital, la marionnette de l’Empire fédéraliste européen, de l’ubérisation générale de la société, l’homme du très délétère slogan « ni droite ni gauche », E. Macron, est en tête, avec cependant un score très inférieur au quart de l’électorat inscrit. Il a surtout bénéficié d’un soutien massif et indécent de la part des financiers et de la presse et du capital et aussi, de toute une partie de l’appareil du PS et de la CFDT, de tous ceux qui ont imposé la honteuse loi Travail. Macron veut mettre en place un « parti démocrate » à l’américaine, 100 % capitaliste, qui, rompant avec les références du PS, fussent-elles hypocrites, à la gauche populaire, pourra mener une politique totalement décomplexée au profit du MEDEF, américaniser à fond notre vie politique, notre culture et même notre langue. Mais comme Renzi en Italie, Macron ne tarderait pas à trouver face à lui le mouvement ouvrier français qui n’a pas oublié le grand affrontement de classes contre la loi Travail ni enterré le Non populaire à la constitution européenne. Pas question de décerner à Macron un brevet d’antifascisme alors que c’est l’orientation maastrichtienne, patronale, guerrière et atlantiste des Sarkozy, Hollande, et de l’ensemble de ses ministres et ex-ministres de Hollande, dont Macron, qui, depuis des années, creuse le lit de l’extrême droite en France. D’autant que désormais, Macron est aussi soutenu par les pontes des LR, par le PS et bien entendu, par la Commission européenne et par Berlin, non pas bien entendu par « antifascisme », mais pour opérer au plus tôt le « saut fédéraliste européen » qu’ont déjà préparé Hollande et Merkel dans le dos de leurs peuples respectifs.

    Le Pen est au second tour, fût-ce avec un score moins élevé que celui dont elle rêvait pour briguer efficacement l’Elysée. Les militants du PRCF agiront sur le terrain pour faire baisser le score du FN en milieu ouvrier car ce parti déshonore la France, divise la classe ouvrière, pousse à la guerre intercommunautaire et à la fascisation du pays, même si la marche à l’Etat policier a largement été orchestrée depuis des décennies par les LR et par les gouvernements PS (qui tentaient encore il y a peu d’interdire des manifs intersyndicales de masse !). En militant d’arrache-pied en milieu populaire pour diminuer les votes FN, il faut faire reculer au maximum ce parti de haine qui pourrit l’ambiance politique dans ce pays depuis des années et qui bloque l’alternative progressiste pour le plus grand bien du capital en dévoyant le patriotisme légitime d’une partie du peuple dans l’impasse mortelle du racisme.

    Pour autant, alors que la droite (Fillon, Juppé, etc.) et le PS appellent déjà à voter Macron, le PRCF ne cautionnera pas par son vote ce candidat dont la politique ultra-maastrichtienne vise à dissoudre la nation, à accompagner les guerres US, à pulvériser tous les acquis sociaux… Donc à nourrir le FN qui se nourrit de toutes ces trahisons sociales et nationales pour usurper et dévoyer la référence à la nation.

    Fillon est éliminé du second tour : juste punition pour l’indécence de ce candidat super-thatchérien et profiteur. Les LR et les partisans égoïstes et versaillais de Fillon vont connaître à nouveau des jours difficiles et c’est tant mieux pour les travailleurs et pour le mouvement populaire.

    Indépendamment des électeurs sincères qui l’ont suivi, Hamon paie la facture d’un PS détruit par la politique servilement pro-MEDEF de Hollande et il arrive 5ème de cette élection. Les jaurésiens qui adhèrent encore au PS vont-ils enfin comprendre que ce parti belliciste, entièrement soumis à l’UE, à l’OTAN et au MEDEF, n’est plus, depuis longtemps, un lieu décent pour des progressistes véritables ?

    Même s’il n’atteint pas le second tour, J.-L. Mélenchon obtient un score élevé qui est un point d’appui pour les progressistes et les travailleurs de ce pays. Il parvient à ce résultat malgré la campagne anticommuniste indécente menée contre lui par Hollande, Laurent Berger et Cie. Le PRCF est fier d’avoir fait le choix clair de l’intervention communiste active, « critique mais constructive et dynamique », pour soutenir cette candidature qui était la seule dans l’état actuel des rapports de forces, à pouvoir préserver et élargir l’espace progressiste indispensable aux résistances sociales. Certes, Mélenchon n’est pas communiste et ses positions sont restées plus qu’hésitantes sur le Frexit progressiste incontournable pour rouvrir la voie du socialisme en France. Mais JLM veut sortir de l’OTAN et c’est vital dans une période où le fascisant D. Trump marche aux affrontements militaires les plus dangereux de la Syrie à la Corée en passant par l’Ukraine. Il faut donc d’urgence, sans se démobiliser, travailler à défendre la paix avec tous les vrais démocrates. C’est dans cet esprit que le PRCF appelle tous les démocrates épris de paix à organiser ensemble des rassemblements, avant le second tour, contre Trump et sa marche à la guerre sur tous les fronts.

    Plus que jamais le PRCF tend la main à tous ceux qui veulent agir pour reconstruire le vrai parti communiste, soutenir le syndicalisme de classe, construire le Front de résistance antifasciste, patriotique, populaire et écologique indispensable pour briser la fascisation, bloquer la marche de Trump à la guerre mondiale et sortir à temps la France de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

    Le message adressé par le PRCF au candidat Mélenchon : faire front contre la fascisation Le Pen Macron

    Pôle de Renaissance Communiste en France – 23 avril 2017


    Cher citoyen Melenchon,

    Nous vous félicitons pour ce score élevé et qui aurait peut être été encore meilleur si le débat sur le Frexit progressiste avait pu être mené en toute décontraction.

    Et nous vous félicitons aussi pour votre refus ce soir de tomber dans le piège d’un pseudo-front républicain derrière Macron qui veut dissoudre la République dans l’empire euro-atlantique du capital et des guerres de l’OTAN.

    Tenez bon sur cette position. L’antifascisme ne passe pas par l’euro-désintégration de la France mais par l’union du drapeau rouge et du drapeau tricolore à la fois contre le FN et contre l’euro-dictature du capital.

    Salut et fraternité !

    Pour le PRCF Georges Gastaud et Antoine Manessis.

     

    source :initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Dimanche 23 avril 2017, Jean-Luc Mélenchon s’exprimait au soir du premier tour. Il n’a donné aucune consigne de vote pour le second tour et a expliqué que les 450 000 insoumis voteraient sur ce point. Jean-Luc Mélenchon a salué la force que nous avons construit et a appelé les insoumis à être unis pour la suite.

    Voici la retranscription de son intervention :

    « Le résultat annoncé depuis le début de la soirée n’est pas celui que nous éspérions. En toute hypothèse, ce ne sera pas celui qui a été annoncé qui sera le bon. En effet, le ministère de l’intérieur a réservé sa déclaration jusqu’à ce soir minuit.

    Bien sûr, d’ici là, médiacrates et oligarques jubilent. Rien n’est si beau pour eux qu’un second tour entre deux candidats qui approuvent et veulent prolonger, les deux, les institutions actuelles, qui n’expriment aucune prise de conscience écologique ni sur le péril qui pèse sur la civilisation humaine, et qui les deux comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays.

    Quoi qu’il en soit, et quels qu’ils soient, lorsque les résultats officiels seront connus, nous les respecterons.

    Je ne saurai dire ni faire davantage à cette heure. Chacun, chacune, d’entre vous sait en conscience quel est son devoir. Dès lors, je m’y range. Je n’ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui ont décidé de présenter ma candidature pour m’exprimer à leur place sur la suite. Elles seront donc appelées à se prononcer sur la plateforme et le résultat de leur expression sera rendu public.

    Mon beau pays, ma belle patrie, et vous tous les gens, nous pouvons être fiers de ce que nous avons entrepris et réalisé. Nous sommes une force consciente et enthousiaste. Je vous appelle à rester groupés, à rester en mouvement, et à être un mouvement, car les défis que nous avons nommés, sans en cacher aucun ni aucune des difficultés qu’il soulève pour les régler, ces défis restent à relever. Et ceux qui prétendent aujourd’hui à l’honneur de nous représenter tous ont déjà fait la démonstration qu’ils étaient incapables eux mêmes, de les penser.

    L’heure à venir et les jours qui viennent restent ceux des caractères et de la conscience. Vous tous les gens, patrie bien aimée, vous êtes un matin tout neuf qui commence à percer.

    Fidélité à la devise de la République : Liberté, Égalité, Fraternité.

    Vive la République, et vive la France.»

     

    source: jlm2017.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Présidentielle 2017 : Pierre-Yves Cadalen a défendu ce vendredi 21 avril sur France3-Bretagne, le programme de la France Insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon (F3-Bretagne 21/04/2017)

    Le Brestois Pierre-Yves Cadalen a défendu ce vendredi 21 avril sur l' antenne de France3-Bretagne le programme de la France Insoumise et de son candidat à la Présidentielle Jean-Luc Mélenchon (agriculture, économie de la mer, projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes...)

    Par Thierry Peigné 

    Contrairement à certains candidats, Jean-Luc Mélenchon n'a pas voulu interrompre sa campagne suite aux évènements de jeudi soir à Paris ? 

    En effet Jean-Luc Mélenchon a dit cet après-midi que nous devions faire preuve de sang-froid. Face à ce genre d'événements gravissimes, il faut affirmer très fortement que la démocratie et la République sont plus fortes que ses ennemies. Faire campagne et faire vivre la démocratie, c'est la meilleure réponse que l'on puisse donner à ceux qui osent nous attaquer.

    Au vu de notre enquête Cevipof / Ipsos de ce jeudi, Jean-Luc Mélenchon est dans le trio de tête en Bretagne dans les intentions de vote. Comment expliquez-vous cette troisième position?
     
    Je crois qu'il y a une dynamique générale dans cette campagne. Une dynamique qui a lieu dans tout le pays, ce qui est très enthousiasmante. En ce qui concerne la Bretagne tout particulièrement, je crois que notre plan pour une agriculture paysanne et pour une économie de la mer qui soit créatrice d'emplois, a beaucoup parlé aux Bretons. D'autre part, l'idée de refonder notre vie politique est une idée qui parle de plus en plus car la rupture entre les représentants et les citoyens se fait de plus en plus sentir. Il est temps que cela change et c'est pourquoi nous allons construire dès cette année la sixième République.


    Il y a également dans le programme de Jean-Luc Mélenchon des points qui inquiètent, notamment en Bretagne, région modérée, et notamment le programme sur l'Europe. Repenser les traités, quitte à en sortir, c'est ce que propose Jean-Luc Mélenchon, et là, ça peut faire peur à certains?

    Notre programme est cohérent. Sont disponibles toutes les évaluations par de nombreuses ONG et membres de la société civile qui, systématiquement sur la mer, sur la question animale, la question écologique, la question de la solidarité, l'évaluent comme étant le meilleur. Au fond, il ne fait pas peur. Il donne espoir notre programme. Et c'est quelque chose de merveilleux ces temps-ci, de voir partout où on va, un espoir se réveiller. Et je pense que cet espoir est partagé par les Bretons.

    Même s'il faut sortir de l'Europe?

    Non. Nous allons négocier sur des bases fermes car il n'est pas possible que continue une Europe qui se construit contre les peuples. Elle ne permet pas aux classes populaires d'y adhérer. Nous voulons sur des engagements très clairs refonder les statuts de la banque européenne, remettre en cause le statut des travailleurs détachés, ... En réalité, la démocratie prime et notre programme est un programme de relance économique pour faire respirer le pays. Il faut que l'Union Européenne s'y adapte.

    L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes verra-t-il le jour sous une éventuelle présidence de Jean-Luc Mélenchon?

    Non. Je crois que ce projet fait partie du vieux monde au fond et ne prend pas en compte l'aménagement du territoire. Vous vous rendez compte qu'il est dans les cartons depuis les années 70 et qu'au fond il n'a jamais vu le jour parce qu'il est absurde.

    L'interview dans son intégralité (video)

     


    Présidentielle 2017 : Pierre-Yves Cadalen porte le programme de Jean-Luc Mélenchon

    source: http://regions.francetvinfo.fr/bretagne/presidentielle-2017-pierre-yves-cadalen-porte-programme-jean-luc-melenchon-1237787.html

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Scandaleuse décision de justice : stop aux attaques contre les défenseurs de la langue française et de la diversité linguistique (IC.fr-23/04/2017)

    Alors que partout en France, dans une politique scandaleuse violant la constitution et la loi Toubon, nombre de lieux sont rebaptisés en anglais, une décision de justice scandaleuse vient de frapper une association de défense de la . Le tort de l’ ? avoir porté en justice le renommage de l’aéroport de Metz-Nancy- Lorraine « Lorraine Airport ». Le juge du tribunal administratif a refusé de juger l’affaire, se réfugiant derrière un argument dilatoire – l’association n’aurait pas d’intérêt à agir – et pour bâillonner les francophone a décidé de condamner à une importante amende l’.

    Cette décision est également symptomatique d’un système capitaliste antidémocratique qui vise à interdire aux justiciables de faire respecter la loi pour peu que celle-ci dérange les intérêts ou les vues idéologiques et linguistiques, de l’oligarchie capitaliste.

    Scandaleuse décision de justice !

    Chers Adhérents, Sympathisants et Visiteurs,

    Je vous livre, ici, une décision de justice scandaleuse qui vient de toucher notre association. Non seulement cette décision de justice ne tient pas compte que l’aéroport de Metz-Nancy Lorraine avec sa nouvelle appellation « Lorraine Airport », bafoue la loi n° 94-665 dite loi Toubon, mais, en plus, cette décision astreint notre association, qui fait un travail militant et bénévole en faveur du respect de la langue française, au versement de dommages et intérêts qui risque d’affecter gravement son équilibre financier.

    La Direction de l’aéroport ne respecte pas la loi et c’est l’association qui défend la loi qui est punie ! Allez comprendre !

    Merci d’avance, de bien vouloir vous faire écho de ce scandale, d’en faire écho autour de vous, auprès de vos élus, auprès des candidats à la Présidence de la République, car il est important que l’on sache comment sont traités ceux qui, aujourd’hui, défendent la langue française.

    Régis Ravat,

    Président de l’Afrav

    Note : Vous pouvez également aider l’Association sur le plan financier en envoyant un don au siège de l’Association (A.FR.AV, 2811 chemin de Saint-Paul – 30129 Manduel). Dans ce cas, vous recevrez un reçu pour, entre autres raisons et selon votre pays, bénéficier d’une déduction d’impôts. Pour la France, 66 % des sommes versées peuvent être déduites du revenu imposable dans la limite de 20% de celui-ci.

    Communiqué de presse de l’A.FR.AV

    Madame, Monsieur,

    Il faut que vous le sachiez : dans l’affaire de la dénomination anglaise « Lorraine Airport », le juge du Tribunal de Grande Instance de Metz a condamné l’Afrav à verser à l’établissement public Aéroport-Metz-Nancy-Lorraine (EPMNL), la somme de 1500 euros sur le fondement de l’article 700 du Code de procédure civile(http://www.francophonie-avenir.com/Archives/Ordonnance-du-21.02.2017.pdf).

    Un comble :

    la Direction de l’aéroport ne respecte pas la loi et c’est nous qui sommes punis !

    Mais dans quelle République vivons-nous ?

    C’est un fait, la dénomination anglaise « Lorraine Airport » est en totale infraction avec la loi n°94-665, dite loi Toubon, cela ne fait aucun doute,mais le juge s’est arrangé pour ne pas juger l’affaire, déclarant que l’Afrav ne peut pas ester en justice ; l’Afrav ne peut pas ester en justice, selon lui, alors qu’elle a pourtant gagné un procès en 2015 devant le Tribunal administratif de Nîmes (http://francophonie-avenir.com/Archives/Rendu-de-l-affaire-Afrav-Mairie-de-Nimes.pdf).

    Mais quand bien même l’Afrav ne pourrait pas ester en justice, était-ce une raison pour la condamner à payer à la direction de l’aéroport anglomane, la somme de 1500 euros ?

    Apparemment, le juge non seulement ne veut pas juger l’affaire, mais il veut tuer l’Association qui la porte, quel scandale !

    De plus, comment le juge peut-il dire dans son ordonnance que : « Aucune considération d’équité ne justifie par ailleurs qu’elle [L’Afrav] soit déchargée de l’indemnité que l’article 700 du code de procédure civile met à la charge de la partie qui succombe et qui sera fixée à la somme de 1500 euros ».

    Oui, très surprenante décision du juge, car sur quelle base se réfère-t-il pour dire qu’il n’y a aucune considération d’équité pour justifier que l’Afrav soit déchargée de l’indemnité attachée à l’article 700 du Code de procédure civile ?

    Comment a-t-il jugé la situation économique de l’Afrav, comme l’y invite l’article 75 de la loi n°647 du 10 juillet 1991 :

    « …dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante à payer à l’autre partie la somme qu’il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l’équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d’office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu’il n’y a pas lieu à cette condamnation ».

    Sait-il, Monsieur le juge, que l’Afrav est une petite association qui a entre 50 et 60 adhérents pour un budget annuel tournant autour des 2000 euros, un budget composé uniquement des cotisations de ses adhérents, car elle n’a aucune subvention publique. Comment ne s’est-il pas rendu compte que le combat de l’Afrav dans cette affaire, est celui de David contre Goliath, où David, est la petite association qui se bat contre Goliath, un établissement public au budget autrement  supérieur à celui de l’Afrav.

    L’équité et la justice voudraient donc qu’on ne mette pas David à genoux, et que Goliath soit obligé d’expliquer devant les juges pourquoi il ne respecte pas la loi linguistique de notre pays (loi n°94-665, dite loi Toubon), alors que, en tant qu’établissement public, il a des obligations à l’égard de la langue française, comme le rappelle la Circulaire du 1er octobre 2016 de la Ministre de la Fonction publique, Mme Girardin(http://www.francophonie-avenir.com/Archives/circulaire_Girardin-Vallini-du-1er_10_2016.pdf).

    L’Afrav paiera l’amende amère que nous a infligée le juge pour nous faire taire, mais nous ne nous tairons pas et nous n’abandonnerons pas l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine aux anglomanes.

    Nous allons rassembler nos forces et nos sous pour revenir plus forts sur le terrain et continuer le combat jusqu’à ce que l’infâme appellation « Lorraine Airport » disparaisse du paysage lorrain.

    Plus que jamais la Résistance à la dictature du tout-anglais doit s’organiser, plus que jamais ceux qui contribuent à angliciser notre environnement linguistique doivent être dénoncés, attaqués et condamnés.

    Merci de votre attention et cordiales salutations.

    Régis Ravat,

    Président de l’Afrav

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A propos de la position du POID sur la question du 1er tour des Présidentielles-par Alain Chicouard (La Sociale-le 22/04/2017)

    Le Blog "La Sociale" (http://la-sociale.viabloga.com) a publié un texte d' Alain Chicouard concernant la position du POID sur le premier tour des élections présidentielles. Nous reproduisons ci-dessous ce texte et ouvrons ainsi une discussion . Comme chacun pourra l'apprécier, elle dépasse la simple question électorale. Tous ceux qui voudront y participer sont les bienvenus. L'Hermine Rouge.

    par Alain Chicouard

    Dans la continuité des éditoriaux de D. Gluckstein dans La Tribune des Travailleurs, le Bureau national du POID, dans un double communiqué du 18 avril, déclare :

    " [...] Cette continuité de la mobilisation de classe contre la loi El Khomri se reflète aussi dans l’affluence aux rassemblements de Jean-Luc Mélenchon. C’est un fait : deux candidats se prononcent pour l’abrogation de la loi El Khomri. C’est un fait : une majorité se prononce pour l’abrogation de la loi El Khomri. C’est un fait : l’unité entre les deux candidats pour s’accorder sur une candidature unique pour l’abrogation de la loi El Khomri avait de fortes chances de susciter un élan permettant à la majorité d’imposer sa volonté de rupture avec la politique des gouvernements successifs.

    [...] Le fait est qu’aujourd’hui des millions de travailleurs et de jeunes s’apprêtent à voter Mélenchon, d’autres à voter Hamon. Tandis que d’autres encore, en l’absence d’une perspective claire fondée sur l’unité et la rupture, veulent exprimer par l’abstention leur rejet de ce régime agonisant ".


    Le BN du POID ne prend pas, en tant que tel, position sur la question du vote le 23 avril. Il se limite à mettre sur le même plan l'abstention, le vote Hamon et le vote Mélenchon.

    Il concède que les rassemblements de masse de JL Mélenchon ont reflété la continuité de la mobilisation contre la loi El Khomri. Mais il continue à promouvoir l'unité Hamon-Mélenchon, en mettant en avant que Hamon se prononcerait, comme Mélenchon, pour l'abrogation de la loi El Khomri, ce qui est absolument faux (depuis les Primaires du PS, Hamon a abandonné toute velléité pour une telle abrogation).

    Au nom de la « vraie vie » et de la lutte des classes, le BN du POID, en mettant sur le même plan abstention (marquée cependant d'un signe positif), vote Hamon et vote Mélenchon, apporte ainsi sa modeste contribution à l'affaiblissement de la portée du vote Mélenchon.

    Qu'il faille souligner et critiquer les fortes limites de la démarche de Mélenchon et les grandes insuffisances ou erreurs de son programme politique est parfaitement légitime et nécessaire.

    Mais refuser de prendre position et de mener un combat en faveur d'un vote massif en faveur de Mélenchon - vote qui, bien au-delà de la personnalité de Mélenchon, peut , malgré le caractère pourri et anti-démocratique par définition des élections présidentielles, peut contribuer à mettre en échec l'opération « union nationale » autour de Macron, champion du maintien et de l'élargissement de la loi El Khomri, n'est-ce pas en fin de compte, tout en se drapant dans de rigoureux propos « lutte de classe », renoncer à s'inscrire dans le mouvement réel immédiat de dizaines et dizaines de milliers de travailleurs et de jeunes cherchant une issue politique et les moyens de défendre et reconquérir tous les acquis sociaux et démocratiques ?

    Alain Chicouard
    Le 20 avril 2017.

    source: http://la-sociale.viabloga.com

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Avec le bulletin de vote JL Mélenchon, gagnons le Frexit progressiste !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Après le discours de Dijon de , Georges Gastaud (PRCF) lance en vidéo un appel à l’action pour une FRANCE FRANCHEMENT INSOUMISE (FFI) à l’-,

    « votons Jean Luc Mélenchon et surtout, organisons l’intervention -critique unie des communistes et des syndicalistes de classe à l’entrée des entreprises ! »

     

    Appel à l’action pour une FRANCE FRANCHEMENT INSOUMISE (FFI) à l’UE-OTAN

    Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF s’adresse aux travailleurs de France

     

    Transcription de l’intervention de Georges Gastaud

     

    Cher Jean-Luc Mélenchon, chers militants insoumis, chers camarades communistes, chers concitoyens,

    En novembre dernier le PRCF a choisi, à la quasi-unanimité, d’apporter un « soutien critique, mais dynamique et constructif » à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. En votant Mélenchon, il s’agit toujours pour nous…

    • d’élargir l’espace politique progressiste indispensable aux luttes pour le progrès social, pour l’indépendance nationale et pour la paix mondiale. Et c’est encore plus nécessaire à l’heure où l’aventurisme militaire effréné de Trump, applaudi par l’OTAN et par tous les dirigeants européens, socialistes en tête, menace la paix mondiale de la Syrie à la Corée en passant par l’Ukraine.
    • De conjurer le second tour de cauchemar programmé par l’oligarchie entre Le Pen et, au choix, le thatchérien François Fillon et le super-atlantiste Emmanuel Macron

    Depuis novembre, et nous avons fait notre part du boulot en diffusant 150 000 tracts franchement communistes aux entreprises, en collant des milliers d’affiches et d’autocollants, en allant sur le terrain auprès des travailleurs, la dynamique Mélenchon s’est affirmée et il n’est plus impossible, si tout le monde s’y met, que J.-L. M. soit au second tour, voire qu’il accède à l’Elysée.

    Qui ne voit que ce ne sera pas le même rapport des forces pour les travailleurs, la paix, le progrès social et l’indépendance nationale, si c’est Mélenchon qui accède à l’Elysée ou si, à l’inverse, c’est Fillon-Thatcher, Macron-Merkel, ou pire encore, Le Pen-Trump, qui s’emparent de l’Etat pour lancer, dès la fin juin, leur sinistre guerre-éclair contre le mouvement ouvrier ? Que Hamon, Fillon ou que Macron gagnent et ce sera immédiatement un renforcement immédiat de la dictature supranationale de l’Union Européenne, la signature accélérée du TAFTA, l’engagement de la France dans les guerres impérialistes de Trump de la Syrie à l’Extrême Orient. Que Marine Le Pen l’emporte et la fascisante « France en ordre » promise par le FN s’abattra sur les syndicalistes et sur la jeunesse !

    POURTANT, à l’approche du 1er tour, et sans doute dans l’espoir de convaincre les derniers électeurs euro-constructifs de Hamon, J.-L. M. modère de plus en plus son propos euro-critique. Son discours de Dijon a même créé un certain trouble chez les électeurs les plus euro-critiques car les médias y voient un changement, sinon de cap, du moins d’accent, sur la question européenne. A trop vouloir se disculper du crime d’euro-scepticisme que brandissent les médias pro-Macron, la candidature insoumise prend ainsi le risque de s’exposer aux attaques hypocrites du FN, qui sème le doute en évoquant Tsipras.

    En outre, il est pénible de constater que désormais le drapeau rouge n’est plus persona grata aux meetings insoumis. Faut-il rappeler que les plus belles avancées de notre peuple furent obtenues en 36, 45, 68, ou encore en mai 2005, quand le drapeau tricolore était uni au drapeau rouge, la classe ouvrière et la nation faisant cause commune contre la réaction.

    C’est pourquoi, tout en confirmant, voire en amplifiant notre dynamique soutien critique à JLM, qu’il faut tout faire pour porter au second tour, le PRCF tient à dire ceci en toute indépendance d’action et de jugement :

    Ce n’est pas en lâchant du lest sur l’Europe, sur le drapeau rouge ou sur l’Internationale que J.-L. M. gagnera. Edulcorer son propos, comme certains malins doivent le lui conseiller, permettrait peut-être de grappiller quelques électeurs PS indécrottablement euro-béats, mais ce gain minime se paierait d’une désaffection de nombreux militants ouvriers opposés à l’UE. Rappelons en effet qu’en 2005, 79% des ouvriers ont voté Non à la constitution européenne. Ce sont ces millions de travailleurs qu’un discours euro-critique clair peut arracher  à l’abstention pour porter J.-L. M. au second tour, voire à l’Elysée.

     

    C’est pourquoi, le PRCF appelle les communistes, les syndicalistes de classe, les citoyens franchement insoumis à l’UE, à l’euro et à l’OTAN,

    • à s’engager encore plus fort dans la bataille politique pour porter J.-L. M. au second tour, car encore une fois, malgré les inconséquences du candidat et du courant progressiste, mais non franchement prolétarien qu’il représente, sa victoire serait un point d’appui pour la paix mondiale gravement menacée, pour le progrès et pour la souveraineté des peuples,
    • MAIS AUSSI, et avec la même détermination, pour revendiquer haut et fort les quatre sorties de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme, pour défendre EDF et revendiquer des nationalisations démocratiques, pour marcher non seulement à la révolution citoyenne, comme dit Mélenchon, mais à l’abolition de l’exploitation capitaliste en s’aidant des solides propositions programmatiques du PRCF. Et avant tout, comme le fait le PRCF, portons le débat sur le progressiste à l’entrée des usines, dans les quartiers populaires, bref, dans la classe qui reste politiquement décisive : la classe ouvrière, le monde du travail, en un mot, parions franchement sur la FORCE DU PEUPLE !

    Le PRCF appelle aussi les communistes qui visionneront cette vidéo ou qui liront ce texte à rejoindre le PRCF. C’est utile pour mener le combat électoral sans sectarisme et sans complaisance, mais surtout, c’est indispensable pour reconstruire un vrai parti communiste, pour soutenir le syndicalisme de classe, pour que le monde du travail dispose à nouveau du grand parti d’avant-garde qui peut seul, à terme, garantir le vrai changement dans notre pays.

    Pour terminer j’adresse à notre candidat Jean-Luc Mélenchon mes vœux de succès final. Et que vive la France Franchement Insoumise – F.F.I. –

    • à la fascisante « France en ordre » de Mme Le Pen,
    • à l’OTAN de Trump-La-Mort
    • et à l’Europe incurablement prédatrice de Merkel, de Fillon, de Macron et du PS maastrichtien.

    Georges Gastaud –  Secrétaire National du PRCF
    19 avril 2017


    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires