• Procès Goodyear en appel: «une décision scandaleuse» (courrier-picard.fr-11/01/2017)

    La cour d’appel d’Amiens a rendu en début d’après-midi sa décision sur les huit salariés de Goodyear condamnés en première instance à de la prison ferme pour avoir séquestré deux cadres.

    Procès Goodyear en appel: «une décision scandaleuse» (courrier-picard.fr-11/01/2017)

    Les huit salariés se sont exprimés à l’issue de la décision de la cour d’appel. Mickael Wamen, leader CGT, condamné à 12 mois de prison avec sursis trouve la « décision scandaleuse ». Il parle d’une « justice de classe pilotée par l’Etat ».

    Mickaël Mallet, également condamné à 12 mois de prison avec sursis indique  : « ce n’est pas un échec mais ce n’est pas une victoire non plus ».

    Reynald Jurek, élu CGT, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis a expliqué  : « c’est une mascarade. Les élus CGT ont pris les peines les plus importantes alors que l’on n’était pas jugés pour violences en réunion ».

    Hassan Boukri est le seul salarié à être entièrement relaxé. Il a affirmé  : « je suis partagé entre le soulagement personnel et la peine de voir mes camarades condamnés. Je ne comprends pas pourquoi j’ai été relaxé et pas les autres ».

    Pour l’avocat des salariés, Fiodor Rilov, le combat judiciaire continue en cassation.

    De la relaxe à 12 mois de prison avec sursis

    Un salarié a été entièrement relaxé, un autre a été condamné à 2 mois de prison avec sursis, deux salariés ont été condamnés à 3 mois de prison avec sursis et 4 salariés condamnés à 12 mois de prison avec sursis. Les condamnations sont assorties de 5 ans de mise à l’épreuve.

    Il est reproché à ces huit salariés de Goodyear Amiens d’avoir retenu deux cadres pendant les discussions sur la fermeture du site.

    En première instance, les huit salariés, tous membres ou sympathisants de la CGT, ont été condamnés à 24 mois de prison dont 9 ferme.

    Ce mercredi matin, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice d’Amiens pour soutenir les huit salariés de Goodyear.

     

     

    source:  courrier-picard.fr

    à lire également: 

    http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/proces-goodyear-1-an-de-prison-terroriser-travailleurs-frapper-cgt-justicedeclasse/

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/01/11/proces-goodyear-une-relaxe-totale-et-sept-peines-avec-sursis_5060997_1653578.html

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le lycée professionnel maritime du Guilvinec a été retenu, avec celui de La Rochelle, pour assurer la formation d'un BTS maritime dès septembre 2017.Le lycée professionnel maritime du Guilvinec a été retenu, avec celui de La Rochelle, pour assurer la formation d'un BTS

    Une nouvelle bonne pour le lycée maritime professionnel du Guilvinec et pour le monde de la pêche finistérien en général. L'établissement bigouden a été retenu pour assurer cette formation parmi six candidats.

    Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des transports, de la mer et de la pêche, ont annoncé officiellement ce mercredi matin la désignation des lycées maritimes professionnels du Guilvinec et de La Rochelle pour l'obtention d'une formation BTS maritime, dès la rentrée de septembre 2017. Formation supérieure dédiée à la pêche et à la gestion de l'environnement marin.

    Ludovic Le Signor.

    source: ouest-france.fr 

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une vingtaine de salariés de Massé Trévidy se sont rassemblés ce mardi devant la direction générale de la fondation Massé Trévidy, à Quimper (Finistère).

    À l’appel de la CFDT Massé Trévidy, les salariés de la fondation étaient invités ce mardi à débrayer, de 11 h 30 à 13 h 30. Ils étaient une vingtaine devant la direction générale, rue de la Providence, à Quimper (Finistère).

    Une vingtaine de salariés de Massé Trévidy se sont rassemblés ce mardi devant la direction générale de la fondation Massé Trévidy, à Quimper (Finistère).

    Cette mobilisation entre dans le cadre du mouvement régional Parlons salaires, en prévision de la conférence salariale qui aura lieu fin janvier.

    « Après 6 années sans évolution, nous souhaitons que nos salaires soient revus avec un minimum conventionnel de 5 % au-dessus du Smic, explique Anne Garo, déléguée syndicale centrale CFDT Massé-Trévidy. Nous demandons aussi une remise à plat de tous les coefficients et systèmes de rémunération, avec une convention unique. Enfin, nous souhaitons que la création du crédit d’impôts sur les associations alimente la hausse de salaire. »

    Une délégation a été recue par le directeur général, Roland Janvier. Ce dernier a informé que le président de la fondation adresserait un courrier aux présidents des deux syndicats employeurs pour les alerter notamment sur « l’insuffisance des rémunération dans la branche, la nécessité de revaloriser les grilles indiciaires les plus basses des deux conventions collectives, et de donner la priorité à la reconnaissance des salariés soumis à des conditions de conditions de travail difficiles. »

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Médico-social : les syndicats CGT et SUD des Papillons Blancs 29 contre le gel des salaires (OF 11/01/2017)Manifestation des personnels des Papillons Blancs du Finistère le 3/04/2014

    Les syndicats Sud Santé et CGT ont déposé une motion d'alerte auprès de la direction des Papillons blancs du Finistère. La réclamation porte sur le gel de l'indice dans le secteur médico-social, depuis plusieurs années. Un secteur qui concerne plus de 5 000 emplois dans le Finistère. Selon les syndicats, « ce gel du point d'indice de 2,36 % a un impact conséquent pour les plus petits salaires, avec une paupérisation des salariés. Les grilles au coefficient 338 se retrouvent à des rémunérations inférieures au Smic ». De plus, « on relève 27 % de perte de salaire depuis l'application de ce gel ».

    SUD et CGT revendiquent « le rétablissement du point d'indice qui doit permettre au secteur son attractivité et une garantie de l'évolution salariale ». Ils veulent négocier une « convention collective unique de haut niveau », et un « salaire minimum à 1 800 € ».

    source: quotidien Ouest-France 11/01/2017

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Billet Rouge-Séguy, Chérèque la comparaison est édifiante (IC.fr-10/01/2017)

    La comparaison est édifiante.   

    Mi-août, l’ancien leader de la , résistant à 15 ans, déporté un an à Mauthausen et a mené, en mai 1968, à la victoires des millions de travailleurs, Georges Séguy mourrait.   

    Quelques quatre mois plus tard, , l’ex-secrétaire de la décédait. Pour le 1er, quelques lignes au plus dans la presse, quelques secondes dans les journaux télévisés (12 secondes dans le 20h de France 2), le silence des politiques. Pour le second des tombereaux d’éloges, des Echos au Figaro, en passant par le Point, Libération, Capital, LCI, l’ensemble des médias des milliardaires.   

    « Syndicaliste courageux » pleurniche Le Figaro ; « Ce modéré qui a révolutionné le syndicalisme » braille Le Point ; « La mort d’un réformiste impatient » gémit Les Echos ; « Il était attentif aux autres et d’une fidélité incroyable » couine Libération ; « Entre douceur et impétuosité » sanglote Europe 1.   

    Les politiques ne sont pas en reste, des socialistes à la droite en passant par Les Verts et les lamentations du candidat à la Présidentielle Yannick Jadot : « Triste disparition de François Chérèque, infatigable militant d’une protection sociale adaptée aux enjeux du 21ème siècle ».   

    Le pompon de la vilenie revient à Laurent Joffrin, le patron de Libération : « Il laisse ainsi un message à méditer : ce n’est pas en campant sur les postures les plus à gauche qu’on sert le mieux les intérêts des plus pauvres. »  

    Celui du baiser qui tue est attribuée à Laurence Parisot au micro d’Europe 1 : « J’ai le sentiment de perdre un ami. C’était pas simplement un grand syndicaliste, C’était quelqu’un tellement soucieux de l’intérêt général, tellement volontaire dans son désir de construire un modèle économique et social durable pour notre pays, que je considère que c’est un homme d’Etat que la France vient de perdre ». Quel plus grand hommage pour un syndicaliste que celui de l’ancienne patronne des patronnes !!  

    « François Chérèque, syndicaliste courageux » s’émeut l’éditorialiste du Figaro, Marc Landré. Il est vrai que trahir les salariés comme il a fait en 2003 en signant la réforme des retraites de Chirac, Raffarin et Fillon, vaut pour ces médias-là beaucoup plus que d’être rentré en résistance à 15 ans, déporté un an à Mauthausen et d’avoir mené à la victoires des millions de travailleurs en 1968 !!   

    Allez Georges, il y a encore bien des coups de pied au cul à distribuer pour 2017. Et des poings à lever !  

    Gilles Balbastre, réalisateur (Nada-info)

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Communiqué de la Confédération CGT

    Relaxe pour les Goodyear ! tous mobilisés le 11 janvier ! (IC.fr-10/01/2017)

    Relaxe pour les Goodyear ! tous mobilisés le 11 janvier ! (IC.fr-10/01/2017)Suite au procès, des 19 et 20 octobre 2016, à Amiens, le prononcé du jugement sera rendu le 11 janvier 2017 au TGI d’Amiens.
    Un rassemblement est prévu ce 11 janvier à Amiens, à 9H, [11 H après rectification]devant le tribunal, pour exiger la relaxe, seule décision juste et acceptable pour nos camarades Goodyear.
    Trainés devant les tribunaux depuis des années, ces militants ont pour seul crime d’avoir mené un combat acharné contre la casse de leur outil de travail, contre le licenciement de milliers de salarié-e-s, contre l’appauvrissement de toute une région.
    Si le réquisitoire du procureur a été moins dur qu’en première instance – la prison ferme n’est plus envisagée – la sanction pénale reste inacceptable et intolérable. Le système judiciaire ne peut pas être une machine à broyer du/de la militant-e, au service d’un système ultra-libéral où la finance l’emporterait sur les biens communs.
    De plus, cette répression antisyndicale remet en cause le syndicalisme de luttes et de propositions, le syndicalisme indépendant qui donne une place centrale à l’expression des salarié-e-s et à la construction des rapports de force.
    La liberté d’adhérer au syndicat de son choix et le droit de grève sont des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution.
    Nous devons, quel que soit l’entreprise, le service, le territoire, défendre les libertés syndicales pied à pied, ne rien lâcher.
    La CGT soutient l’appel du syndicat CGT Goodyear à manifester, nombreux et nombreuses, à Amiens le 11 janvier 2017, pour exiger la relaxe et défendre les libertés syndicales.

    Montreuil, le 19 décembre 2016

    Relaxe pour les Goodyear ! tous mobilisés le 11 janvier ! (IC.fr-10/01/2017)

    La commission lutte du PRCF appelle à la mobilisation la plus large contre la répression antisyndicale, pour se défendre avec les Goodyear, les Air France et tous les militants syndicaux poursuivis par une justice aux ordres, une justice de classe !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pompiers du Finistère. « On veut nous empêcher de faire grève »  (letelegramme.fr 10/01/17)Yannick Léal, Fabrice Le Vern et Patrice Dupont, de la CGT du personnel du Sdis 29.

    La CGT du Sdis 29 dénonce un arrêté modifiant l'organisation des secours en période de grève. Selon le syndicat, ce texte remet en question la sécurité de la population, voire la possibilité de faire grève pour les pompiers.

    Officiellement, ce texte est censé consolider, pour les sapeurs-pompiers, la possibilité d'exercer leur droit de grève. Eux en font une tout autre lecture. Le principal effet de l'arrêté signé en fin d'année par le préfet du Finistère et Nicole Ziegler, présidente du Service départemental d'incendie et de secours du Finistère, est d'abaisser le nombre de pompiers réquisitionnés en cas de grève. Aujourd'hui, à Brest, le centre de secours fonctionne avec un minimum de 35 agents en postes, qui sont réquisitionnés sur demande préfectorale en cas de mouvement social. Avec ce nouveau texte, ce seuil descend à 30 lors d'un mouvement de grève. « Intenable, avec des journées à plus de 50 interventions », rejette la CGT. « En 2000, nous étions 44 sapeurs-pompiers de garde, pour une moyenne de 8.000 interventions annuelles. En 2016, nous avons fait 11.700 interventions, avec des gardes de 35. C'est limite, mais ça passe. À 30 non, car ce n'est pas parce que nous serions en grève que l'activité serait plus faible », explique Fabrice Le Ven, secrétaire général CGT Sdis 29. La note d'application rédigée par le directeur du Sdis 29 prévoit que, dans ces conditions de grève, les interventions considérées comme non urgentes (de type fuite d'eau, inondation) soient reportées voire annulées. « Mais cela relève d'une vision très théorique de notre activité, qui ne tient pas la route », tranche Patrice Le Vern.

    « Dangereux pour la population »

    Selon la CGT, la traduction concrète de cet arrêté pourrait être beaucoup plus brutale : « Cela veut dire qu'on risque d'avoir du retard dans les secours, voire pas de secours du tout quand tout le monde est déjà en intervention », assure Yannick Léal, secrétaire adjoint. Selon les pompiers, c'est bien la sécurité que menacerait ce texte : « On intervient sur tout le nord ouest du département, avec des feux qui représentent 12 % de notre activité, contre 6 % en moyenne sur le département. Rien qu'en 2016, une quinzaine de vies humaines ont été sauvées lors des interventions... Mais pour cela, il faut des moyens humains ». La CGT a commencé à alerter les élus du territoire sur les dangers de ce texte, et les appelle à prendre leur responsabilité. Mais, selon elle, le but réel de l'arrêté est d'« anéantir le droit de grève, par la mise en place de conditions intenables ».

    « On paie la manif du 19 novembre »

    Selon le syndicat, la CGT paierait ainsi sa mobilisation du 19 novembre, lors de l'inauguration du téléphérique. « Des demandes de sanctions ont été lancées, et maintenant on a ce texte. C'est clair que c'est une punition ». Les pompiers affirment d'ailleurs avoir toujours en travers de la gorge les accusations de sabotage, suite à la panne électrique qui avait (déjà !) temporairement paralysé le téléphérique ce jour-là : « Nous accuser de ces faits, c'est nous prendre pour des voyous. Notre manifestation était très calme et pacifique ; on était juste au mauvais endroit au mauvais moment ».

    Pierre Chapin

    source:   letelegramme.fr
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Avec les 8 de GOODYEAR : Tous à Amiens le 11 janvier 2017 pour obtenir la relaxe !

    source: communcommune.com

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ils ont déboulé comme convenu sur le réseau Youtube pour marquer leur indignation à la suite des trois tragiques faits d’actualité qui ont défrayé la chronique, dont deux se sont passés à Auchan City.
    Le rassembleur a présenté son programme, « L’avenir en commun » dans lequel il aborde la nécessité de la diminution du temps de travail «  mais il faut en discuter avec les chefs de petites entreprises  », le retour aux « vraies » 35 heures (avec augmentation des heures supplémentaires), «  un salaire digne pour vivre dignement  » (il propose un Smic net mensuel à 1 326 euros)…

    C’est sur «  les 13 millions de gagnent-petit  » (6 millions d’ouvriers et 7 millions d’employés) qu’il compte pour mettre en marche sa « transition écologique ». Il est venu à Tourcoing faire «  un discours pour qu’ils relèvent la tête. » «  Vous n’êtes pas les rouages d’une machine, vous êtes des êtres humains.  »

     M.-C. GUILLEMENT

    lavoixdunord.fr

     

    Déboulé de Jean-Luc Mélenchon à Tourcoing - 08/01/2017

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire