• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les Animaux malades de la peste

    Contradictoirement dédié à Mme Lagarde, ancien ministre, directrice du FMI dispensée de peine par la Haute Cour, et aux 1000 travailleurs, principalement cégétistes, persécutés par la justice de classe de Manuel Valls.

    Billet Rouge-De la justice de classe, par Jean de La Fontaine (IC.fr 7/01/2017)  Willy ARACTINGI

     

     

    Un mal qui répand la terreur, 
    Mal que le Ciel en sa fureur 
    Inventa pour punir les crimes de la terre, 
    La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) 
    Capable d’enrichir en un jour l’Achéron, 
    Faisait aux animaux la guerre. 
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés : 
    On n’en voyait point d’occupés 
    A chercher le soutien d’une mourante vie ; 
    Nul mets n’excitait leur envie ; 
    Ni Loups ni Renards n’épiaient 
    La douce et l’innocente proie. 
    Les Tourterelles se fuyaient : 
    Plus d’amour, partant plus de joie. 
    Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis, 
    Je crois que le Ciel a permis 
    Pour nos péchés cette infortune ; 
    Que le plus coupable de nous 
    Se sacrifie aux traits du céleste courroux, 
    Peut-être il obtiendra la guérison commune. 
    L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents 
    On fait de pareils dévouements : 
    Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence 
    L’état de notre conscience. 
    Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons 
    J’ai dévoré force moutons. 
    Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense : 
    Même il m’est arrivé quelquefois de manger 
    Le Berger. 
    Je me dévouerai donc, s’il le faut ; mais je pense 
    Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi : 
    Car on doit souhaiter selon toute justice 
    Que le plus coupable périsse. 
    – Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ; 
    Vos scrupules font voir trop de délicatesse ; 
    Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce, 
    Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur 
    En les croquant beaucoup d’honneur. 
    Et quant au Berger l’on peut dire 
    Qu’il était digne de tous maux, 
    Etant de ces gens-là qui sur les animaux 
    Se font un chimérique empire. 
    Ainsi dit le Renard, et flatteurs d’applaudir. 
    On n’osa trop approfondir 
    Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances, 
    Les moins pardonnables offenses. 
    Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins, 
    Au dire de chacun, étaient de petits saints. 
    L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance 
    Qu’en un pré de Moines passant, 
    La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense 
    Quelque diable aussi me poussant, 
    Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. 
    Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net. 
    A ces mots on cria haro sur le baudet. 
    Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue 
    Qu’il fallait dévouer ce maudit animal, 
    Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal. 
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable. 
    Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable ! 
    Rien que la mort n’était capable 
    D’expier son forfait : on le lui fit bien voir. 
    Selon que vous serez puissant ou misérable, 
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. 
     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "jean de la fontaine"

     

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Au sommaire d’IC n°176 Janvier 2017 – Achetez le, abonnez vous !

    Sommaire d’

    n°176 janvier 2017 :

    • Pages 4-7 : «Viva Fidel !»
    • Pages 8-11 : D’Amiens à Monaco via Apt et Miramas, des chômeurs aux chauffeurs d’Uber en passant par les
    Goodyear…
    • Pages 12-14 : La J.R.C.F. n’aime pas Trump ! – «France Insoumise» sans nucléaire ? – Onfray mieux de se taire
    • Pages 15-17 : Chasse aux sorcières à l’est, vague brune au centre, déni de démocratie à l’ouest, faillite au sud… c’est l’Eurooope !
    • Pages 19-21 : Communistes du P.C.F. cherchent candidat communiste – Non-communistes du P.C.F. cherchent
    France soumise à l’U.E.
    • Page 22 : Une Résistante centenaire du P.R.C.F. nous a quittés


    Achetez , abonnez vous et participez à la souscription permanente !

    • Pour vous abonner :
      • 1 an : 24 €
      • 1 an chômeurs, étudiants : 19€
      • 6 mois : 12€
      • Soutien 30€
      • Envoi sous enveloppe 34 €
      • Envoi à l’essai sur 3 mois : gratuit
    • faites parvenir vos noms et coordonnées avec règlements par chèque à l’ordre d’ à l’adresser à Initiative Communiste BP 30111 62802 LIEVIN
    • Numéro disponible à la vente auprès des militants du PRCF : 2,5€
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dans ce 13e épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon parle de la caissière d’Auchan Tourcoing qui a fait une fausse couche ainsi que des conditions de travail en général puis en particulier aux caisses des magasins. Il explique ensuite la situation de la famille Mulliez, détentrice d’Auchan ainsi que d’un certain nombre d’autres entreprises parmi lesquelles… une école de journalisme. Jean-Luc Mélenchon revient également sur l’accord Russo-Turc sur la Syrie adopté à l’unanimité à l’ONU. Il présente enfin le trophée YouTube reçu pour avoir dépassé les 100 000 abonnés et lance une nouvelle FAQ à laquelle vous pouvez participer dans les commentaires et sur Twitter avec le hashtag #MélenchonFAQ. N’hésitez pas à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon sur : http://www.jlm2017.fr.

     

    ***RETROUVEZ JEAN-LUC MÉLENCHON SUR***

    - Le site de campagne : http://www.jlm2017.fr

    - Le blog : http://melenchon.fr

    - Facebook : https://www.facebook.com/jlmelenchon/

    - Twitter : https://twitter.com/JLMelenchon

    - Snapchat : @MelenchonJL

    - Instagram : https://www.instagram.com/jlmelenchon/

    - Google+ : https://plus.google.com/+jlmelenchon

    - Linkedin : http://linkedin.com/in/jlmelenchon

    - Periscope : https://www.periscope.tv/JLMelenchon

     

    ***SOMMAIRE***

    00:00 : Retour sur l’inscription sur les listes électorales

    01:41 : Le déboulé à Tourcoing, fausse couche d’une caissière d’Auchan, conditions de travail, en particulier aux caisses des grandes surfaces

    05:06 : L’AFM, Association familiale Mulliez, détentrice du groupe Auchan

    06:46 : L’impôt universel

    11:28 : L’école de journalisme de l’AFM

    14:16 : L’accord Russo-Turc sur la Syrie adopté par l’ONU

    19:05 : Pour des élections en Syrie

    20:42 : La militarisation du monde

    24:11 : Le trophée des 100 000 abonnés

    25:11 : Annonce FAQ

     

    ***LES LIENS***

    - La précédente revue de la semaine : https://youtu.be/OVp-swl3NuE

    - Près de 660.000 nouveaux inscrits en ligne sur les listes électorales : http://www.marianne.net/pres-660000-n...

    - Inscription sur les listes électorales : Mélenchon demande un délai supplémentaire à Hollande : http://www.lejdd.fr/Politique/Inscrip...

    - Déboulé à Tourcoing : http://www.jlm2017.fr/deboule_tourcoing

    - "Personne ne m'a demandé comment j'allais" : victime d'une fausse couche sur son lieu de travail, une caissière accuse Auchan : http://www.francetvinfo.fr/societe/dr...

    - Le témoignage d'Émeline, postière victime d'un AVC sur son lieu de travail : https://www.facebook.com/JLMelenchon/...

    - Des caissières à flux hyper tendu : http://www.liberation.fr/france/2016/...

    - Fraude: la famille Mulliez, première fortune de France fiscalement exilée en Belgique, prise dans la tourmente : http://www.lalibre.be/economie/libre-...

    - Les fondateurs d’Auchan, une famille très discrète : http://www.lemonde.fr/televisions-rad...

    - Habiter près d’une route augmenterait le risque de démence : http://www.bfmtv.com/sante/habiter-pr...

    - Les nouvelles ambitions du groupe Mulliez en Russie : http://www.lesechos.fr/industrie-serv...

    - Une bien étrange entreprise : le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) : http://www.acrimed.org/Une-bien-etran...

    - L’accord russo-turc sur la Syrie : http://abonnes.lemonde.fr/syrie/artic...

    - La précédente FAQ : https://youtu.be/GkPZ3sIhMPg

    - Pour appuyer la candidature de Jean-Luc Mélenchon : http://www.jlm2017.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Jean-Luc Mélenchon prendra à témoin les récents événements locaux «
pour rendre compte d’une dégradation des conditions de travail des salariés
». Photo Christophe Lefebvre
    Jean-Luc Mélenchon prendra à témoin les récents événements locaux « pour rendre compte d’une dégradation des conditions de travail des salariés ». Photo Christophe Lefebvre

    L’actualité sociale récente, c’est cette salariée de la Poste en CDD qui a fait un AVC sur son lieu de travail à Villeneuve-d’Ascq, en septembre ; la caissière d’Auchan City Tourcoing qui avait été licenciée cet été (pour être finalement réintégrée) pour une erreur de caisse de 85 centimes  ; et, plus récemment dans le même magasin, l’affaire de Fadila, salariée en contrat de professionnalisation qui a fait une fausse couche à sa caisse. «  Ce sont des histoires qui mettent en évidence des failles, des dysfonctionnements sur le management et des situations de souffrance au travail, thème porté dans le cadre de la campagne de la France insoumise.  »

    En tout début d’après-midi, Jean-Luc Mélenchon a d’ailleurs rencontré Fadila pour écouter son histoire.

    « Prendre à témoin les événements locaux »

    C’est donc au théâtre municipal de Tourcoing qu’est organisé le premier déboulé du médiatique candidat de gauche. Une visite relayée via des tracts, des affiches, «  partout dans la métropole  », mais aussi via les réseaux sociaux.

    Au programme de l’après-midi : une intervention d’environ deux heures de Jean-Luc Mélenchon «  qui prendra à témoin les événements locaux pour rendre compte d’une dégradation des conditions de travail des salariés constatée nationalement  », poursuit Sébastien Polvèche. Mais aussi la projection de petits films et reportages sur l’actualité.

    Ce premier déboulé devrait être suivi de plusieurs autres. «  Mais c’est un outil parmi d’autres  », à l’exemple de la chaîne Youtube du candidat qui totalise actuellement plus de 150 000 abonnés. «  L’idée, c’est d’être réactif et de pouvoir donner du sens à une actualité, fournir notre compréhension et notre trait de lecture.  »

     Florence MOREAU

    source: lavoixdunord.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • « La fin de l’Union Européenne » – Un constat implacable  (lvsl.fr-4/01/2017)

    Dans vos librairies le 5 janvier, « la fin de l’Union Européenne » est le produit de la collaboration de Coralie Delaume, essayiste et blogueuse, et de David Cayla, maître de conférence en économie à l’université d’Angers et membre des économistes atterrés, que nous avions par ailleurs interviewé sur le protectionnisme. Les deux auteurs nous livrent une analyse à la fois lucide et brillante de ce qu’est devenue l’Union Européenne.

     

    Tout y est. L’ouvrage est découpé en six chapitres très aboutis. Le premier fait l’analyse des référendums qui ont eu lieu les dernières années, la façon dont les peuples disent de plus en plus « Non » à l’Union Européenne, et les conséquences importantes que ces scrutins auront. Le second revient sur la crise grecque et les leçons qu’on peut tirer de l’échec d’Alexis Tsipras. Dans ce chapitre, la façon dont la BCE a montré toute son « indépendance » orientée et sa puissance de feu contre la Grèce est magistralement décrite. Le troisième expose, à partir de l’histoire longue et de façon accessible aux néophytes de l’économie, la manière dont le marché unique européen et l’euro ont produit de la divergence entre les économies européennes, au profit du bassin rhénan.

     

    Ensuite, le quatrième montre admirablement comment « Europe » et « dumping » sont devenus de parfaits synonymes à partir du cas du Luxembourg, paradis fiscal au cœur de l’Europe, et de l’Irlande, qui est devenu le grand centre d’accueil des multinationales qui veulent échapper à l’impôt. Le chapitre suivant nous offre une analyse intéressante de la façon dont les institutions supranationales se sont mutuellement renforcées, notamment grâce à la CJUE, cette institution méconnue qui pratique un coup d’État juridique permanent. Enfin, le dernier chapitre s’attarde sur le rôle de l’Allemagne, la manière dont elle est devenue aujourd’hui quasi-omnipotente en Europe, et la situation de servitude volontaire dans laquelle nous nous sommes plongés vis à vis d’elle.

    La fin de l'Union Européenne.La fin de l’Union Européenne.

    L’ouvrage est donc très complet sans être trop long pour autant. L’analyse est précise et concise. Ce livre-bilan est néanmoins implacable. L’Union Européenne est aujourd’hui dans une impasse, car elle a voulu se construire comme une fédération à partir de méthodes impérialistes, c’est-à-dire à la fois en dépit des peuples et contre eux. Le « fédéralisme furtif » des technocrates de Bruxelles, celui des conciliabules et des couloirs du Berlaymont, est arrivé à ses limites. Le processus de détricotage a d’ores et déjà commencé avec la suspension de facto de Schengen et de la convention de Dublin, la révolte croissante des pays de la périphérie vis à vis du cœur économique de l’UE, le chaos de la crise migratoire, la prise de distance des pays scandinaves, ou encore le Brexit, qui met fin au mythe de l’irréversibilité de la construction européenne. Bref, la fin de l’Union Européenne a bel et bien commencé.

     

    A l’appui, de nombreuses citations de responsables européens totalement désabusés. Ainsi, les plus farouches européens auraient déjà renoncé à leur projet : « L’Europe comme nous l’avions imaginée, c’est fini. L’Europe que nous avions voulue, nous ne la connaîtrons jamais. Et les États-Unis d’Europe, il ne faut plus y penser » a déclaré François Hollande, le 23 juillet 2016. Le malade est donc en état de mort clinique. Nos deux auteurs nous invitent à le débrancher afin d’arrêter les frais.

     

    Cette lecture a été tout à fait stimulante. Nous avons beaucoup apprécié la finesse de l’analyse et sa maturité. L’aspect juridique, que nous maitrisons encore assez mal, est très bien développé. On se rend compte, à l’exposé des méthodes de la CJUE, que c’est bien ici que se jouent les principes de la démocratie. David Cayla, pour sa part, montre très bien comment l’Union Européenne s’est construite en mettant les peuples en concurrence, en fragilisant les modèles sociaux, et en détruisant petit à petit toutes les protections des travailleurs.

     

    Nous aurions néanmoins aimé que les auteurs mettent davantage en avant des propositions concrètes. Car nous croyons précisément, ainsi que le montre cet ouvrage, que la mort de l’Union Européenne est déjà actée dans les têtes, et qu’à l’heure du démarrage de la campagne présidentielle, il est temps de mettre en débat des propositions et une vision politique pour sortir de cette ornière. On nous rétorquera surement que cela ne relève pas de la responsabilité des auteurs de ce ouvrage

     

    Hormis cette petite réserve, c’est un livre qui vous fera réellement réfléchir, et qui vous apportera un matériau riche et dense, tout en étant agréable à lire. Le moment est venu que nous sortions des interminables débats identitaires pour enfin mettre les grands sujets sur la table, ceux qui engagent le destin de la nation tout entière. A lire absolument donc. Courrez chez votre libraire – vous pouvez aussi faire trois clicks et aller sur Amazon, pour les plus feignants – !

    Lenny Benbara

    lvsl.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • QUE SE PASSE T’IL AUX PHILIPPINES ?-par Jean-Pierre PAGE (lepcf.fr-28/12/2016)Manifestation devant l'ambassade US à  Manille (Octobre 2016)

    Les médias de France ont longtemps ignoré complètement l’existence des Philippines, ce grand pays d’Asie( plus de cent millions d’habitants ). Ces derniers temps, ils ont découvert l’existence de son Président élu, Dutertre, présenté comme un assassin mégalomane. Et si ce discours n’était qu’une caricature inspirée par les dirigeants des USA ? Nous avons demandé son analyse à Jean Pierre Page, Président d’honneur du Collectif Polex, fin connaisseur de cette région du monde.

    Pour répondre à ta question : je pense beaucoup de bien de ce qui se passe aux Philippines. Évidemment et même si c’est important on ne peut réduire ces événements a la seule élection de Dutertre. Je connais bien les Philippines et Tamara également. J’ ai beaucoup travaillé avec les syndicats, le KMU dirigé par le PC, et Tamara dans les années 80 travaillait dans l’île de Mindanao avec le KMP l’organisation paysanne également dirigé par le PC ainsi qu’avec la guérilla. Elle était très liée à celui qui est maintenant chargé par Dutertre de la reforme agraire : Raphaël Mariano qui est un dirigeant du parti. Quant à Sison qu’elle connaît aussi très bien il a été le professeur de Dutertre à l’université.

    Ce qui se passe est d’abord le reflet d’un changement du rapport des forces dans la région, le rejet des ingérences américaines, l’influence grandissante de la Chine. Ensuite les Philippines ont toujours été marqués par une classe ouvrière très combative sur le plan social et anti impérialiste a travers le mouvement contre les bases américaines. L’importante résistance anti japonaise a l’époque de la seconde guerre mondiale a été dirigé par les communistes et malgré la répression féroce des États Unis et la dictature notamment celle de Marcos les idées et l’action révolutionnaires ont toujours été très présentes aux Philippines L’église, voir, malgré les mouvements évangélistes dont certains sont très largement influencés par des" missionnaires américains d’un type particulier" n’a pu se tenir en dehors de ces réalités. De nombreux cadres du parti, du KMU, du KMP, des multiples organisations sociales( pauvres, locataires, jeunes, femmes , migrants philippins à Hong Kong et ailleurs, etc...), y compris dans la guérilla sont aussi des chrétiens actifs. Il y a donc et depuis de très nombreuses années un réseau social extrêmement dense, très combatif, largement influencé par le PC qui est officiellement toujours clandestin. Au sein du Parlement le PC à plusieurs élus mais sur une autre étiquette. Le plus important institut de recherches économiques "IBON"et qui fait autorité en Asie est dirigé par un communiste, mon ami Antonio"Tony" Tujan membre par ailleurs du Conseil scientifique de la Pensée Libre.

    Cette longue énumération pour expliquer que ce qui se passe ne tombe pas du ciel même si la direction du Parti (Sison)se trouve à Utrecht en Hollande. Le PC Philippin est très actif et présent sur le terrain des luttes ouvrières et paysannes. Il a été et encore très largement influencé par les thèses maoïstes mais c’est aussi un Parti qui sait être pragmatique quand il le faut. Les événements actuels leur offrent une opportunité politique sans précédents. Dutertre à besoin d’eux compte tenu de leur influence parmi les petites gens des grands centres urbains ou des campagnes. Ils ont un bon réseau international, souvent très gauchiste, mais c’est ainsi. Il faut accepter les gens comme ils sont !

    Si Dutertre n’est pas assassiné la situation devrait permettre d’enclencher de véritables changements. Les chinois l’ont très vite compris et viennent de recevoir à Pékin Dutertre en très grandes pompes, comme ils savent le faire ils ont mis les petits plats dans les grands . Ils ont signé des contrats pour 12 milliards d’Euro + 8 milliards de prêts. La Chine va construire, voix ferrées, ports, autoroutes, etc.. Et cela malgré les différents qu’ils ont sur le contrôle territorial de certaines îles de l’archipel en mer de Chine . On va sûrement y mettre une croix pour le moment.

    Pour les américains c’est une défaite ils ont sous estimé Dutertre et n’ont retenu que le côté expéditif de sa lutte contre les cartels de la drogue, ses propos souvent peu diplomatiques surtout quand il a dit à Obama d’aller se faire "encul..." ! (Sic)Les américains ne s’attendaient pas à ca et surtout pas à cette accélération du film. Dutertre a annoncé officiellement à Pékin qu’il" se séparait des americains"qu’il ´n’y aurait plus de manœuvres conjointes avec les USA mais dorénavant avec les chinois et les russes. Dans ces conditions l’avenir des bases US hautement stratégiques est menacé. Enfin les négociations de paix avec le PC sont très engagés, Sison doit revenir et Dutertre s’en est déclaré très heureux, il y a déjà et non officiellement une participation communiste importante dans le gouvernement et l’appareil d’état. Enfin sur le plan géo politique Dutertre va multiplier les initiatives vers les chinois, les russes, les Brics,..et sa critique des USA , de leurs ingérences est sans appel.

    Par conséquent je serai tenté de dire que Ca va plutôt dans le bon sens toutefois il faut rester prudent, lucide, les américains ne vont pas passer la main et se retirer pour faire la place aux chinois. Il s’agit d’un pays de 100 millions d’habitants, très sensible dans la stratégie du "pivot Asia" d’Obama considéré comme prioritaire par Washington. Il faut donc suivre avec attention.

    Depuis son élection Dutertre à vu son influence passer de + 50% à aujourd’hui plus de 70%. Ce qui veut dire qu’il a un soutien populaire incontestable. Jusqu’où ira t’il , je pense que c’est un peu prématuré pour le dire. Comme toujours il faut voir le fond des choses et non les apparences.

    Jean-Pierre PAGE

    lepcf.fr (28/12/2016)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les militants de Solidaires Finances Publiques, Force Ouvrière Finances Publiques, CGT Finances Publiques et CFDT Finances Publiques organisent une action, mardi 3 janvier, au centre des finances publiques de Châteaulin, à 13 h 30, afin de protester contre 28 nouvelles suppressions d'emplois prévues au 1er janvier 2017 aux Finances Publiques dans le Finistère.

    Selon les syndicats, en 2017, plusieurs services vont fermer leurs portes ou être transférés dans le Finistère : fermeture de la trésorerie de Plogastel-Saint-Germain ; fusion de la trésorerie de Morlaix Banlieue avec la trésorerie de Morlaix Municipale et la trésorerie de Landivisiau ; transfert du recouvrement de l'impôt de la trésorerie de Lanmeur au SIP de Morlaix ; transfert du recouvrement de l'impôt de la trésorerie de Pleyben aux SIP de Châteaulin et Quimper Est ; transfert des services de l'enregistrement dans les services de publicité foncière ; transfert de l'activité hôpital de la trésorerie de Quimperlé à la trésorerie de Lorient Hôpital.

    Ouest-France 2/01/2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Astana (Kazakhstan)


    Depuis la libération d’Alep, les événements se précipitent. Des négociations inter-syriennes ont été menées sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. Elles ont abouti le 29 décembre à un triple accord entre le gouvernement syrien et sept groupes de l’opposition armée. « Trois documents ont été signés », a déclaré le président russe. Le premier instaure « un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien ». Le deuxième définit « les mesures visant à contrôler le respect de la trêve ». Le troisième est une « déclaration sur la volonté des parties en conflit de lancer des négociations de paix ».

    Certes, on objectera à juste titre que cet accord n’instaure dans l’immédiat qu’un fragile cessez-le-feu. Il peut être remis en cause à tout moment, les terroristes d’Al-Qaida et de Daech en sont exclus, et il ne règle pas, au fond, la crise syrienne ouverte au printemps 2011. Il n’empêche que cette signature, fruit de tractations entre des parties qui ne se parlaient plus, marque une nouvelle avancée en vue d’un règlement politique du conflit, une semaine à peine après la victoire de l’armée arabe syrienne dans la deuxième ville du pays.

    L’avenir dira si cette étape était décisive, mais on peut déjà en tirer trois enseignements.

    Le premier, c’est que rien ne vaut une victoire militaire pour remettre les pendules à l’heure. La débandade des « rebelles » d’Alep-Est après un mois de combats valide la stratégie syrienne de reconquête territoriale. Les cinq premières villes du pays sont désormais sous le contrôle du gouvernement : Damas, Alep, Homs, Lattaquié et Hama. Toutes les combinaisons échafaudées en Occident et dans les pays du Golfe pour imposer le départ de Bachar Al-Assad, que ce soit comme « préalable » ou comme « résultat » d’une transition politique, se brisent sur cette réalité comme une coque vermoulue sur des récifs côtiers.

    La victoire militaire de l’armée syrienne et de ses alliés, en réalité, conforte l’initiative russe en faveur d’une solution politique. En position de faiblesse, les groupes armés non affiliés à Daech ou Al-Qaida vont devoir choisir entre une fuite en avant qui liera leur sort à ces jusqu’au-boutistes ou une négociation avec un Etat syrien qui les chasse, peu à peu, des principales agglomérations du pays. L’attitude de ces groupes est l’une des inconnues qui pèseront sur la suite des événements, mais il est significatif qu’ils aient choisi, sans doute à contre-cœur, la solution négociée.

    Le deuxième enseignement, c’est l’éviction spectaculaire des Etats-Unis, éjectés comme des malpropres d’une scène syrienne où ils ont additionné les mensonges, les coups bas et les échecs à répétition. Pour la première fois dans l’histoire contemporaine, la négociation sur un conflit majeur est engagée sans Washington, qui doit se résoudre à faire tapisserie pendant que Moscou mène la danse. Discrédités par une politique erratique, les USA sont condamnés à approuver un processus qu’ils n’ont jamais cherché à promouvoir tout en prétendant le contraire. En attendant, ils se voient contraints de mettre une sourdine à leurs jérémiades sur les « crimes de guerre » et la « barbarie russe ».

    Cette mise en orbite de la Maison-Blanche est d’autant plus cruelle que son principal allié dans la région, la Turquie, y a participé activement. Pour Ankara, mieux vaut un adversaire avec qui on peut négocier (Moscou) qu’un allié félon qui vous fait des enfants dans le dos (Washington). Les USA paient leur ambiguïté lors de la tentative de coup d’Etat en Turquie, mais aussi le soutien opportuniste accordé aux Kurdes de Syrie. M. Poutine, dont la retenue lors de l’affaire du Soukhoï abattu a porté ses fruits, n’eut qu’à tendre la main à son homologue turc pour que la géographie et l’économie, facteurs objectifs de convergence turco-russe, prennent le dessus.

    L’admission de la Turquie dans le club des parrains de la paix en Syrie est un coup de maître. Mais Moscou a aussi contracté une police d’assurance du côté de Doha. En lui concédant une participation au capital de la compagnie pétrolière nationale Rosneft, Moscou achète la neutralité du Qatar. Ce pacte de circonstance devrait contribuer à la tiédeur de l’Arabie saoudite, à son tour, pour une rébellion en déroute. Revirement turc, défection qatarie, isolement saoudien, le dispositif clintonien du « regime change » en Syrie s’effondre comme un château de cartes. Donald Trump a proclamé son intention d’en finir avec ces lubies néo-conservatrices. A croire qu’il avait anticipé la suite des événements !

    Le dernier enseignement, enfin, est lié au lieu même des futures négociations de paix. Capitale futuriste du Kazakhstan construite en 1997, Astana est au cœur de cet arc de puissance géopolitique dont Moscou est l’artisan inlassable face aux prétentions occidentales à régenter la planète. C’est à travers le territoire kazakh que passent les oléoducs qui acheminent, vers la Chine, le gaz en provenance des gisements de la Caspienne. Premier producteur mondial d’uranium, le Kazakhstan est un allié stratégique de la Russie et son partenaire essentiel dans les domaines-clé de la modernité économique (nucléaire, spatial, hydrocarbures).

    Ce pays asiatique majoritairement musulman est membre de l’Union eurasienne et de l’Organisation de coopération de Shanghaï. En plein développement, proche de la Russie, il est le symbole des nouveaux équilibres du monde. C’est à Astana que les négociations de paix commenceront en janvier, précédant celles de Genève en février. Les deux processus ne sont pas contradictoires, affirme la diplomatie russe. Staffan de Mistura, délégué spécial de l’ONU pour la Syrie, sourit pour la forme. Mais quel symbole ! Détrônée par la capitale kazakhe, la cité helvétique n’est plus le centre de l’activité diplomatique. Les Russes l’ont déplacé à l’Est, au cœur d’une Eurasie qui est le siège des puissances de demain.

    Bruno Guigue | 30 décembre 2016

    La Syrie, Astana et le basculement du monde – Par Bruno Guigue (arretsurinfo.ch- 30/12/2016)Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles

    source: arretsurinfo.ch

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Appel à souscription du PRCF pour célébrer le centenaire de la Révolution d’Octobre !

    2017 – 100ème anniversaire de la Révolution d’Octobre 1917 : face au capitalisme destructeur, la voie ouverte par Octobre 1917 reste celle de l’avenir !

    Le 7 novembre 1917, à l’appel du Parti bolchevik, à l’initiative de centaines de milliers de prolétaires et avec l’appui majoritaire des Soviets ouvriers, se déclenchait la Révolution prolétarienne qui allait bouleverser l’histoire.

    Presque sans effusion de sang, les centres du pouvoir à Petrograd passaient l’un après l’autre aux mains du Comité militaire révolutionnaire qui, très vite, transférait tout le pouvoir aux Soviets des ouvriers, des soldats et des paysans, ces organes de la démocratie directe des travailleurs nés de la Révolution antimonarchique de février. Démocratiquement, Lénine devenait le président du conseil des Commissaires du peuple. Aussitôt, un immense débat parcourait la Russie en révolution. Comme l’a rapporté le journaliste américain John Reed, les Dix jours qui ébranlèrent le monde ne furent pas principalement des journées d’affrontements militaires, même si la question du rapport des forces armées entre classes sociales n’est jamais étrangère à une révolution : dans chaque usine, dans les tranchées, dans chaque village, ces dix jours décisifs donnèrent lieu à un intense débat démocratique à l’issue duquel le gouvernement bourgeois provisoire, les forces sauvages de la réaction et les « socialistes » qui appuyaient Kerenski furent massivement rejetés pendant que les masses ouvrières et paysannes de la Russie et des autres nationalités de l’Empire russe ralliaient le gouvernement soviétique qui édictait coup sur coup les Décrets sur la paix, sur la terre aux paysans et sur le contrôle ouvrier des usines. Durement ébranlées, les forces impérialistes qui avaient suscité la boucherie de la Première Guerre mondiale tanguaient sur leurs bases et les mutineries de soldats rouges gagnaient tous les fronts pendant que le Drapeau rouge flottait sur la flotte allemande de la Baltique.

    Plus grand évènement progressiste de l’histoire humaine depuis la Révolution française et la Commune de Paris, la Révolution d’Octobre permit la création de l’Union soviétique et de l’Internationale communiste ; en France, préparée par les mutineries de la Mer noire impulsées par Jeanne Labourbe et par les grèves de masse des cheminots, on assistait à l’émergence du Parti communiste français par l’adhésion majoritaire du Parti socialiste au Komintern.

    Le rapport des forces mondial entre le Capital et le Travail, entre l’impérialisme et les peuples opprimés en fut bouleversé malgré la résistance sanglante des forces réactionnaires, à l’avantage du prolétariat de tous les pays, des femmes et des nations colonisées.

    Aujourd’hui, suite à la victoire provisoire de la contre-révolution sur le camp socialiste et à la dégénérescence de multiples partis décommunisés, dont le PCF-PGE, qui a rallié l’idéologie réformiste et qui accepte la funeste « construction » européenne, tout est fait pour criminaliser Octobre rouge, diaboliser le pays de Stalingrad et dénigrer dans la foulée la Révolution jacobine, la Commune, l’action du PCF, et pour « ringardiser » le CNR et les acquis démocratiques dus aux ministres communistes de 1945-47. Le but de ceux qui salissent le communisme historique n’est nullement d’améliorer le socialisme futur, il est d’obturer l’avenir socialiste-communiste de l’humanité, de sanctifier l’UE et l’OTAN, de présenter le capitalisme et ses variantes social-libérales comme l’unique perspective historique ; le but des Stéphane Courtois et Cie, qui nient les sacrifices des FTP et des FTP-MOI et qui placent odieusement sur le même plan les libérateurs soviétiques et les exterminateurs nazis, est de réprimer les militants ouvriers de classe (Air-France, Goodyear, etc.), d’activer la chasse aux sorcières en Europe, de banaliser le fascisme (Cf l’Ukraine où le PC est interdit pendant que l’UE/OTAN soutient un gouvernement pronazi), d’intimider les patriotes antifascistes et les internationalistes qui s’opposent aux guerres impérialistes, aux régressions sociales, à la fascisation de la vie politique, à la destruction des nations d’Europe par l’UE dominée par l’impérialisme allemand.

    C’est pourquoi le PRCF relève le gant. Non seulement le 7 novembre 2017 nous célèbrerons Octobre rouge en nous tournant vers l’avenir, mais nous mettrons en accusation le capitalisme, l’impérialisme, le fascisme et leurs instruments, le MEDEF, l’OTAN, l’UE, les politiques néolibérales de Sarkozy et de Hollande, le Front national, sans oublier les réactionnaires de tous poils qui combattent le progrès humain, les Lumières et la classe ouvrière sous le masque de la religion, de l’« ethnie », de la « mondialisation » capitaliste, etc.

    Et nous dirons aussi d’une seule voix que nous avons besoin pour notre pays d’une franche rupture avec toutes les institutions capitalistes, euro, UE, OTAN, que sous l’égide de la classe laborieuse et d’une analyse marxiste-léniniste de la société actuelle, nous voulons défendre la paix mondiale, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes souverainement, l’emploi industriel et agricole, les acquis sociaux, dans la perspective d’une révolution socialiste pour notre pays et que pour atteindre tous ces buts, nous avons besoin d’un vrai parti communiste en France, d’un syndicalisme de classe et de masse indépendant digne de la CGT de Frachon.

    C’est pourquoi nous appelons à souscrire à l’appel que lance aujourd’hui le PRCF pour faire en sorte que les moyens politiques et financiers soient donnés par notre peuple à ceux qui voudront, non dans les mots, mais dans les actes, rester fidèles à l’avenir en commémorant dans la lutte la Révolution d’Octobre et son grand appel toujours si actuel :

    « Prolétaires de tous les pays, peuples opprimés du monde entier, unissez-vous ! »

     

    Appel adopté à l’unanimité par le CC du PRCF (13 mars 2016).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire