• Bébés sans main. « On a eu l’impression d’une volonté d’étouffer l’affaire » (LT.fr-31/10/18-19h37)

    « Volonté d’étouffer l’affaire », « manipulation » : Isabelle Taymans-Grassin, médecin généraliste et mère d’une fille née sans main à Guidel (Morbihan) en 2012, se dit très « méfiante » vis-à-vis des autorités sanitaires après avoir été échaudée par la « communication ridicule » de Santé Publique France sur ces cas de malformations rares.

    « Un choc », « l’impression d’être dans un mauvais rêve ». C’est à la naissance de sa fille Charlotte en 2012, à la maternité de Lorient, qu’Isabelle Taymans-Grassin, 39 ans, a découvert que le bébé souffrait d’une malformation au bras gauche. Une agénésie qui la prive de main et d’avant-bras. « À la naissance, ça vient un peu « gâcher » le bonheur, même si je n’aime pas employer ce mot », raconte-t-elle à l’AFP, décrivant un mélange « de joie, de tristesse et d’angoisse ».

    À lire sur le sujet    Bébés sans main. Quatre cas à Guidel

    À cela s’ajoute l’absence d’explication du corps médical. Elle-même médecin, Isabelle Taymans-Grassin consulte de nombreux spécialistes en France et en Belgique. « J’ai eu autant d’avis que de médecins que j’ai rencontrés », dit-elle.

    « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard »

    Quelques mois après la naissance de sa fille, elle rencontre une seconde famille de Guidel dans la même situation, puis une troisième. Au total, quatre cas ont été répertoriés dans cette commune de 11 807 habitants entre 2011 et 2013. « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard. Mon père a fait les calculs, il y a une chance sur 22 millions que ça soit lié au hasard », raconte-t-elle.

    Le 4 octobre, Santé Publique France a confirmé des excès de cas de bébés sans mains, bras ou avant-bras, à Guidel comme en Loire-Atlantique mais sans identifier de cause à ces malformations. Pour l’Ain, l’agence sanitaire n’avait en revanche pas mis en évidence d’excès de cas, contrairement au Remera, structure basée à Lyon qui avait donné l’alerte pour ce département.

    « Une volonté très claire d’étouffer l’affaire »

    Une enquête « pas très poussée », qui « ne nous a rien appris » et aurait pu être publiée « deux ans plus tôt », selon Isabelle Taymans-Grassin. « On a eu l’impression d’une volonté très claire d’étouffer l’affaire. L’ensemble des familles a eu cette sensation », ajoute celle qui a rejoint le conseil d’administration de l’Association d’étude et d’aide aux enfants agénésiques (Assédéa).

    Mardi, Santé Publique France a finalement annoncé avoir identifié 11 cas supplémentaires d’enfants nés avec une malformation des membres supérieurs dans l’Ain entre 2000 et 2014 d’après les données hospitalières.

    De la méfiance vis-à-vis des autorités

    Fustigeant une « communication ridicule » qui « effraye tout le monde », Isabelle Taymans-Grassin dit y voir « un peu de manipulation d’opinion », une « volonté de faire taire le Remera, qui est le seul registre indépendant ». « L’ensemble des familles de Guidel et de l’Ain sont méfiantes vis-à-vis des autorités sanitaires », ajoute-t-elle.

    Sur les causes de ces malformations, elle affirme avoir des « pistes » mais ne veut pas « lancer de rumeurs infondées sans avoir plus de preuves », alors qu’une rencontre avec les autorités sanitaires est prévue le 6 novembre à Guidel. Quant à Charlotte, elle a eu six ans cette année et a fait sa rentrée en primaire à Bruxelles, où la famille habite désormais. « Elle va bien, est plutôt extravertie, assume tout à fait sa différence », dit sa mère. « Elle fait du vélo, fait tout ce qu’un enfant de six ans fait, c’est plutôt chouette ».

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • En Pologne, les monuments aux soldats morts pour libérer l’Europe du nazisme détruits ! (IC.fr-21/10/18)

    En Pologne, les monuments aux soldats morts pour libérer l’Europe du nazisme détruits ! (IC.fr-21/10/18)

    À l’emplacement du carrefour Georges Washington, entre le 10 et le 15 septembre 1944, 26 soldats soviétiques sont morts à cet endroit, en rive droite de la Vistule dans des combats de la bataille lancée en janvier 1944 ayant pour objectif de repousser les armées nazies au-delà de la Vistule et de l’Oder. Une offensive qui permettra la libération de plusieurs camps de concentration et d’extermination, notamment le camps d’Auschwitz par l’. Ces soldats soviétiques sont morts pour la libération de la  et pour défaire les armées fascistes et nazies. C’est pourquoi à cet endroit a été érigé un monument à leur mémoire. Un monument sur lequel est gravé un poème de Tadeusz Kubiak, ainsi que ” Gloire éternelle aux héros de l’Armée Rouge qui sont tombés durant la libération de la ville de Varsovie, capitale de la ”. C’est ce monument que la municipalité social-libérale de Varsovie – en plein accord avec la politique fasciste de l’extrême-droite au pouvoir du parti PiS – a décidé de détruire.

    Dans un communiqué, le parti communiste polonais condamne la destruction de ce monument. Rappelons que le régime d’extrême-droite au pouvoir en Pologne à la faveur de la contre- révolution a entrepris, avec le soutien de l’, de détruire à travers tout le pays les monuments aux morts des soldats de l’Armée Rouge tombés pour la libération de la Pologne et de débaptiser les lieux nommés du nom des personnalités de la Pologne Populaire. Dans une vaste campagne de négationnisme à grande échelle. Dans le même mouvement fasciste, le régime réprime les militants du parti communiste polonais, parti qu’il tente d’interdire. Là aussi avec le soutien de l’ et des capitales occidentales.

    En France et dans le monde, à l’initiative du PRCF, une pétition internationale a été lancée auprès de l’ONU pour protéger le parti communiste polonais, et avec lui la liberté. Signez cette pétition. Car on sait ce qui commence quand ils commencent à venir chercher les communistes. Que vous soyez ou non communiste, votre tour viendra ensuite !

    Le Capitalisme et ses structures – Union Européenne, Euro – portent le fascisme comme la nuée l’orage !

    Ce qui se passe en Pologne, en Hongrie, dans les pays baltes, en Italie, en Espagne, mais également en France – où le régime mène une campagne policière, judiciaire et médiatique politique contre l’un des principaux mouvements d’opposition populaire et en menant une féroce répression policière et des procès politiques contre les manifestants, syndicalistes et militants du monde du travail – doit alerter pour résister tous ensemble et maintenant à la qui s’accélère.
    JBC pour www.initiative-communiste.fr


    Protestation du Parti communiste de Pologne contre la destruction du monument aux soldats soviétiques à Varsovie

     

    En Pologne, les monuments aux soldats morts pour libérer l’Europe du nazisme détruits ! (IC.fr-21/10/18)Le Parti communiste de Pologne tient à exprimer sa profonde indignation devant la destruction du monument à la mémoire des soldats de l’Armée rouge situé dans le parc Skaryszewski à Varsovie. Il a été érigé sur le site où sont enterrés les soldats tombés en 1944 pendant la libération du quartier de Praga. Les habitants de ce quartier considèrent ce monument comme faisant partie intégrante du parc depuis des années et l’écrasante majorité d’entre eux souhaite le conserver.
    C’était le dernier monument commémorant la libération de Varsovie situé à l’extérieur du cimetière-mausolée des soldat soviétiques.

    Les autorités polonaises réécrivent et falsifient l’histoire. Une institution spéciale a été créée à cette fin – l’Institut de la mémoire nationale. Pour atteindre ces objectifs, la « loi spéciale sur la décommunisation » a été adoptée, qui oblige les autorités locales autonomes à éradiquer tous les monuments liés au communisme, y compris ceux dédiés aux soldats soviétiques. Néanmoins, il n’est pas possible de cacher le fait évident qu’en 1944-1945, la Pologne a été libérée par l’Armée rouge et les soldats de l’Armée polonaise qui combattaient à ses côtés. Au cours de la campagne qui a amené la libération du territoire de la 

     

    Pologne actuelle, plus de 600 000 soldats soviétiques ont péri. C’est à eux que le peuple polonais doit d’avoir échappé à l’extermination physique totale projetée par les nazis allemands.

    Mort au fascisme

    Contrairement aux déclarations antérieures sur l’intention de le déplacer à un autre endroit, le monument a été détruit. La décision de la démolition a été prise par les responsables de la Mairie de Varsovie, c’est-à-dire des gens affiliés à la Plateforme civique. Cela démontre clairement que la soi-disant « opposition démocratique » ne s’oppose pas à la politique de réécriture de l’histoire du parti au pouvoir, le Parti droit et justice (PiS). Les administrations d’autres villes et villages qui s’opposaient aux pressions pour qu’elles détruisent les monuments commémoratifs et d’autres sites semblables ont su trouver les moyens pour les préserver.

    La destruction de monuments est un exemple de barbarie comparable à ce que font les talibans ou État islamique, qui suppriment toutes les reliques historiques qui ne correspondent pas à leur idéologie. Mais la vérité historique ne peut pas être précipitée dans l’oubli avec un marteau pneumatique.

    Traduction depuis l’anglais, DG pour la commission internationale du PRCF –  www.initiative-communiste.fr

     

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'association Droit d’asile se mobilise pour soutenir deux jeunes réfugiés tchétchènes menacés d’expulsion. L’un est scolarisé en classe de seconde au lycée Thépot et le deuxième, Rassoul âgé de 22 ans est venu rejoindre son frère qui vit et travaille à Quimper. Tous deux, considérés comme « dublinés », ont reçu une assignation à résidence au début du mois en vue d’une prochaine reconduite à la frontière.

    De plus en plus d’exilés demandant l’asile en France se voient en effet opposer le règlement Dublin qui les oblige à déposer leur dossier dans le premier pays européen où ils sont entrés. Lundi, la situation s’est précipitée pour Rassoul qui avait fait une demande de visa auprès de l’ambassade d’Italie en Russie. Il a en effet été averti qu’il devait embarquer dans un avion pour Naples, ce mercredi. « C’est une application administrative et kafkaïenne de la loi », dénonce un des porte-parole l’association Droit d’asile qui réclame un peu d’humanité dans ce dossier. « C’est un jeune qui a vécu des choses terribles dans son pays. Son frère est désormais sa seule famille », poursuit ce dernier. « Rassoul est arrivé en France en 2017 car sa vie était en danger. Son frère a dû fuir le pays après avoir été torturé en même temps que son père qui, lui, a été égorgé. Il a obtenu le statut de réfugié en 2013 et, depuis, c’était au tour du jeune frère de subir des persécutions », s’alarme une militante de Droit d’asile Quimper qui craint l’expulsion de ce jeune réfugié vers un pays, l’Italie, qui ne respecte pas les droits fondamentaux des demandeurs d’asile. Le jeune homme très choqué par la situation a dû être hospitalisé ce mardi à Quimper.

    Les militants appellent à un rassemblement de soutien, mardi à 17 h 30, devant le commissariat où les deux jeunes sont tenus de se présenter tous les jours dans le cadre de la mesure d’assignation à résidence qui a été prononcée à leur encontre par la préfecture.

    source: https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Morlaix. À La Boissière, le bureau de poste remplacé par un point de services (OF.fr-30/10/18-18h49)Le bureau de poste de La Boissière, à Morlaix (Finistère), fermera le 3 novembre. Il sera remplacé par un point de services chez un commerçant

    La maison de la presse de la galerie Leclerc, à Morlaix (Finistère), prend le relais du bureau de poste, qui fermera le 3 novembre. Exit les services bancaires, mais il sera toujours possible d’acheter des timbres, de déposer un colis ou de retirer un recommandé.

    Après l’annonce de la fermeture, au 3 novembre, du bureau de poste de La Boissière, à Morlaix (Finistère), Fabien Chénel, propriétaire-gérant de la maison de la presse dans la galerie Leclerc, et Christian Folzer, directeur régional Réseau et banque Bretagne, ont signé une convention en vue de l’ouverture d’un point de services La poste relais.

    Vente de timbres, dépôt de colis…

    À partir du lundi 5 novembre, la maison de la presse proposera certaines prestations postales : vente de timbres-poste à usage courant, d’enveloppes prêt-à-poster par lots, d’emballages Colissimo…

    Il assurera également le dépôt de certains objets (lettres, cartes postales, colis ordinaires et recommandés) et la délivrance des objets qui n’auront pu être remis lors du passage du facteur.

    Une machine permettant l’affranchissement des lettres et colis sera également disponible au sein de la galerie.

    Horaires d’ouverture (activité postale) : du lundi au samedi, de 9 h à 19 h.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : texte

    Appel à Manifester contre la venue de Trump à Paris, le dimanche 11 Novembre 2018 :

    Trump, c'est la guerre !

     

    Trump est l'invité d'honneur de Macron aux cérémonies du 11 Novembre 2018. Comment supporter la présence de l’homme politique qui fait la guerre contre tout.e.s ?

    Trump, c’est l'intensification de la « guerre contre le terrorisme » qui a déjà fait des millions de morts. Les réfugié·e·s et les migrant·e·s fuyant ces mêmes guerres voient leurs droits humains niés. En Palestine, en Iraq, en Syrie, au Yémen, au Moyen Orient et en Afrique, l'alliance de Trump et Macron c'est la guerre. Aux USA, des enfants sont emprisonnés et séparés de leurs familles pour le seul « crime » d'être migrants. En France, Macron refuse d'accueillir les réfugié·e·s à bord de l'Aquarius et l'UE impose des 'centres de tri' aux pays frontaliers.

    Cette invitation de Macron renforce l’entente martiale et impériale entre les États Unis, la France et l'Union Européenne toute entière. Trump exige une hausse massive des budgets militaires des pays de l’UE et de l’OTAN. Déjà, Macron a annoncé une augmentation du budget militaire de 30%, alors que les budgets sociaux sont drastiquement réduits. Ce qui se traduit et se traduira nécessairement par une réduction des budgets disponibles pour la santé, l’éducation, la famille, l'accessibilité des logements, c’est-à-dire pour les besoins de la vie !

    Trump, c’est le pire du sexisme, de l'homophobie et de la xénophobie.

    C'est la guerre contre tout.e.s. Il a commis un nombre incalculable de crimes contre les femmes. C’est la discrimination et les violences contre la communauté LGBTQIA+. C’est la haine et les violences contre les personnes racisées, les musulman·e·s et toute minorité visible. Nous rejetons les politiques qui nous divisent !

    Trump c'est la guerre contre notre planète.

    Depuis 2017, il a déjà révoqué le gel sur les autorisations d’extraction du charbon des terres fédérales et indigènes et l'interdiction sur l'exploration et le forage côtier pour le pétrole et le gaz naturel, parmi d’autres crimes contre notre planète. Macron et l'UE valident l'autorisation du glyphosate, le forage pétrolier au large des côtes de la Guyane et les centrales nucléaires vieillissantes.

    Pour les 100 ans de la fin de la première guerre mondiale, Macron commencera par rendre hommage aux maréchaux qui ont envoyé des millions de soldats à l'abattoir. Il associe Trump à l'hommage aux soldats morts, pour finalement organiser un « Forum de Paris sur la Paix ».

    Pour Trump et Macron, la paix c'est la guerre.

    Nous invitons toutes personnes, organisations politiques, syndicales et associatives à se joindre à cet appel et à :

    - participer au meeting « Trump c'est la guerre » qui aura lieu le mercredi 31 octobre à 18h30 à la Bourse du Travail de Paris (85 rue Charlot, Métro République) salle Eugène Hénaff.

    - et venir manifester contre la célébration de la guerre ce 11 novembre, 14h à place de la République.



    Premiers signataires :

    Collectif ni Guerre ni état de guerre, Paris Against Trump, Stop the War Coalition

    Alliance des femmes, Asian Mum's Network, Alhambra Women's Network, Codepink (USA), Progressive Action Global Exchange (PAGE), Refuse Fascism, Southall Black Sisters, Stand up to Trump (UK), Veterans for Peace (USA), Women's March Global (Barcelona, Canada, Connecticut, Londres, Frankfurt, Madrid, Milan, Paris, Sidney), Women United

    ATTAC France, Ensemble, Front Uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF), Parti des Indigènes de la République (PIR), Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF), Union Prolétarienne-ML

    Action Antifasciste Paris-Banlieue (AFDA-PB), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF),Brigade Anti Négrophobie (BAN), Collectif Rosa Parks, Comité Justice pour Adama, Droits Devant ! Fondation Frantz Fanon, Marche des Solidarités,Urgence Notre Police Assassine
    Association France Palestine Solidarité (Paris Sud, Paris 14-6, Val de Marne 94) BDS France Saint-Étienne, BDS France Paris Île de France ; Campagne Unitaire pour la Libération de Georges Abdallah, Enfants de Palestine, Europalestine, Forum Palestine Citoyenneté, Palestine Vaincra/comité anti-impérialiste, Union juive française pour la paix (UJFP)

    Act-Up, Amis de la Maison James Baldwin, Collectif Faty Koumba, Collectif Irrécupérables, Comité de Libération et d’Autonomie Queer (CLAQ), Comité pour l'abolition des dettes illégitimes France (CADTM), Comité des Fêtes, Compagnie Jolie Môme - La Fête à Macron, le Cri Rouge, Castor Mag, les Désobéissants, Groupe Actualité Colombie, LALLAB, Les Glorieuses, Salam For Yémen, STRASS, Union Pacifiste de France, Union syndicale Solidaires, Zone de Solidarité Populaire


    Pour les contacter, vous pouvez écrire à l'adresse suivante : antiguerre@riseup.net
    Pour participer au financement de la mobilisation : https://www.gofundme.com/trump-c039est-la-guerre

    sourcehttps://www.facebook.com/events/1881094551966641/

    document: tract du PRCF

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Brest-Les brancardiers du CHRU manquent de bras et font grève (OF.fr-29/10/18-17h18)Les brancardiers ont fait grève, hier, à l’hôpital de La Cavale-Blanche.

    Le service de brancardage du CHRU (centre hospitalier régional universitaire) manque de bras ! Sur 35 personnes, 15 ont manifesté, lundi 29 octobre, dans l’hôpital de La Cavale-Blanche.

    « La problématique du service de brancardage est simple : depuis sa création en 2014, il n’y a pas eu d’augmentation de l’effectif. Or, l’activité, elle, a augmenté, explique Thomas Bourhis, du syndicat CGT du Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de La Cavale-Blanche. Pour cette année, on compte 10 % en plus. » Ainsi, après une rencontre infructueuse avec la direction vendredi 26, le personnel concerné a fait grève, ce lundi 29 octobre.

    Le syndicaliste note que l’imagerie médicale est en plein boom et surtout que la création du centre médical ambulatoire, ouvert en tout début d’année, amène de nombreux patients supplémentaires. Ce qui génère plus de flux pour les brancardiers.

    « Avant que le centre ambulatoire n’ouvre, la direction avait estimé que son activité nécessiterait 2,5 postes supplémentaires pour nous, mais elle n’a pas embauché. Aujourd’hui, elle dit qu’elle ne s’attendait pas à une telle activité de ce service…, on ne comprend pas », s’interroge le représentant syndical.

    Reconduction de la grève ?

    Les brancardiers estiment qu’ils ne sont pas assez nombreux. L’effectif compte entre 33 et 35 agents, dont 24 en poste chaque jour. Le 16 octobre dernier, le service a enregistré 11 personnes en arrêt de maladie, sans réelle possibilité de remplacement.

    Les brancardiers ont fait grève, hier, à l’hôpital de La Cavale-Blanche.

    Vendredi dernier, direction, salariés et syndicats se sont rencontrés, sans réelles avancées pour résoudre cette crise. « Elle ne propose que deux postes en plus les deux mois à venir, afin d’observer ce qui se passe, expose le syndicaliste. Mais, nous, ça fait six mois qu’on les alerte sur ce problème. Alors, attendre deux mois de plus sans aucune confirmation d’embauche derrière, c’est non ! »

    La direction du CHRU n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Quant aux salariés concernés, Thomas Bourhis précise qu’ils « vont être consultés afin de savoir quelle suite donner à ce mouvement ». Il est probable que la grève sera reconduite la semaine prochaine.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Brest. Les soutiens de Charles Kermarec taclés par le planning familial (OF.fr-29/10/18-18h39)Les propos des soutiens de Charles Kermarec, cofondateur de Dialogues, mis en examen pour agression sexuelle et harcèlement sexuel passe mal

     

    Les propos des soutiens de Charles Kermarec, cofondateur de Dialogues, mis en examen pour agression sexuelle et harcèlement sexuel, passent mal. Le planning familial, notamment, réagit.

    Brest. Les soutiens de Charles Kermarec taclés par le planning familialMi-octobre, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues, a été mis en examen pour « agression sexuelle et harcèlement sexuel ». Une salariée de la librairie de la rue de Siam a porté plainte pour ces faits qui se seraient produits au magasin.

    Elle ne serait pas la seule. D’autres salariées, au moins une dizaine, auraient évoqué, devant les enquêteurs, des agressions sexuelles et, aussi, du harcèlement moral.

    Un comité de soutien

    « Les accusations mensongères et la mise en examen dont je fais l’objet sont le fruit d’une cabale minutieusement orchestrée dont le but est de me contraindre à quitter Dialogues », réagissait rapidement Charles Kermarec dans nos colonnes.

    Il était soutenu, quelques jours plus tard, par un comité de soutien, notamment composé d’Olimpia Bogdon-Verger (éditrice et ancienne libraire à Dialogues), Irène Frachon (auteure et médecin), Yvon Le Men (poète), Erik Orsenna (académicien) ou Jean Rouaud (écrivain, prix Goncourt). « Charles Kermarec a certainement des défauts et surtout le défaut d’être exigeant, mais s’il est un défaut qu’il n’a pas et qu’il n’a jamais eu, c’est la goujaterie. Nous avons assez travaillé avec lui pour savoir que ni dans ses propos, ni dans son comportement, nous n’avons été témoins de la moindre ambiguïté a fortiori envers les femmes », écrivaient-ils notamment.

    « Combien de bons collègues… ? »

    Des propos qui, ce week-end, ont fait réagir le planning familial du Finistère, à travers un communiqué de presse : « À travers leur tribune, c’est autant le travail de la justice que la parole des salarié.e.s qui sont remis en cause. » Les associations composant le Planning familial taclent les signataires : « S’ils n’ont été témoins de rien, ce n’est pas une preuve qu’il ne s’est rien passé. Combien de bons collègues, de voisins sympathiques, de pères de famille insoupçonnables, ne se sont-ils pas révélés être des agresseurs sexuels ? »

    « Banalisation »

    « Réduire une agression sexuelle à « de la goujaterie » est une banalisation de la violence que l’on retrouve dans de nombreuses défenses d’agresseurs. Tout comme « l’atteinte à l’honneur » qui n’est pas du fait de la libération de la parole des victimes mais des actes délictueux, s’ils sont avérés », poursuit ce texte.

    Olivier Cuzon, de la Ligue des Droits de l’Homme, à Brest, a aussi publié un communiqué sur son compte Facebook « à la demande de rédactrices qui préfèrent rester anonymes ».

    « Le droit à la plainte »

    « Plusieurs témoignages sont concordants autour d’agressions et de harcèlements. […] La Justice va maintenant faire son travail sereinement, sans subir de pressions malvenues », écrit-il

    Le texte se poursuit, s’en prenant aux défenseurs du libraire : « Ils ont bafoué le droit de toutes les femmes à porter plainte, à dénoncer, à dire Basta ! Nous, anonymes, victimes potentielles ou avérées, femmes heureuses ou maltraitées, nous revendiquons, pour nous et nos soeurs, le droit à la plainte. »

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires