• Affaire des sondages de l’Élysée. Le palais présidentiel paye les frais d’avocat de Claude Guéant (OF.fr-10/08-16h27)

    Claude Guéant à l’époque ministre de l’Intérieur, le 2 décembre 2011 à Paris.Claude Guéant à l’époque ministre de l’Intérieur, le 2 décembre 2011 à Paris.

    En un an, les dépenses de protection juridique de l’Élysée ont explosé, passant de 2 352 euros à 159 766 euros en 2019. La raison ? Le palais présidentiel paye les frais de justice de ses anciens collaborateurs poursuivis dont Claude Guéant.

    L’augmentation est considérable. La facture des frais de justice de l’Élysée a été multipliée par un peu moins de 68 en un an, passant de 2 352 euros en 2018 à 159 766 en 2019, dévoile France Inter qui a épluché le rapport de la Cour des comptes concernant la gestion du palais présidentiel.

    Qu’est ce qui peut expliquer un tel montant ? En 2019, l’Élysée a réglé les frais d’avocat pour quatorze collaborateurs et ex-collaborateurs poursuivis en justice. Parmi toutes ces affaires, les trois plus importantes représentent 63 % de ce montant astronomique et « relèvent de mandatures précédentes ».

    Des honoraires réglés par l’Élysée « à 100 % »

    D’après France Inter, l’une des affaires principales évoquées serait celle des « sondages de l’Élysée » qui remonte à 2008. À l’époque, la directrice de cabinet du président Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon et Claude Guéant, secrétaire de la présidence sont soupçonnés d’avoir commandé des sondages qui pouvaient intéresser le candidat Sarkozy sans mise en concurrence préalable et en favorisant l’institut de Patrick Buisson, proche de l’Élysée.

    Dans cette affaire, ils sont tous les deux mis en examen pour « favoritisme » et « détournement de fonds publics par négligence ». Interrogés par France Inter, ils confirment que leurs frais de justice ont bien été réglés « à 100 % » par le palais présidentiel. L’ancien ministre de l’Intérieur précise que ce n’est « évidemment » pas le cas pour les autres procédures pour lesquelles il est poursuivi et qui n’ont pas de rapport avec ses anciennes fonctions à l’Élysée.

    Probablement pas de baisse pour le budget des frais judiciaires

    Rien d’étonnant à cela cependant. La loi prévoit que la présidence prenne en charge les « frais d’avocats liés à la protection juridique des fonctionnaires ou contractuels qui en font la demande, en raison de leur mise en cause dans le cadre de leurs fonctions ».

    Patrick Buisson, l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, également mis en examen dans cette affaire n’a pour sa part pas vu ses honoraires réglés par l’Élysée car il était à l’époque considéré comme « prestataire de service extérieur ».

    L’année dernière, le procès des « sondages de l’Élysée » a été renvoyé devant le tribunal correctionnel. Un nouveau rebondissement qui ne devrait pas faire baisser la facture du palais d’ici l’année prochaine.

    source: https://www.ouest-france.fr/

     

    « 75 ans après HIROSHIMA : comment l'histoire d'un CRIME DE GUERRE a été réécrite -par Jacques DION (marianne.net-6/08/20)Douarnenez-Opération portes ouvertes tout le mois d’août au Secours populaire (LT.fr-10/08/20-18h05) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :