• Alerte sur la reprise des persécutions politiques et judiciaires en Bolivie (prensalatina-20/08/20)

    La Paz, 20 août (Prensa Latina) Le gouvernement de facto de la Bolivie, dirigé par Jeanine Áñez, a repris les persécutions politiques et judiciaires contre les dirigeants ouvriers et paysans après les récentes manifestations, selon le quotidien La Resistencia.

    La publication souligne que, après les multiples déclarations des autorités du régime actuel sur leurs intentions de poursuivre et d'emprisonner les dirigeants des groupes ouvriers et indigènes, une injonction fiscale contre les dirigeants de la Central Obrera Boliviana (COB), qui inclut le crime de génocide, est publique.

    Dans ce sens, le vice-ministre de l'Intérieur, Javier Issa, a affirmé l'existence d'un mandat d'arrêt contre Juan Carlos Huarachi, secrétaire exécutif de la COB, Leonardo Loza et Andrónico Rodríguez, dirigeants des Six Fédérations du Tropique de Cochabamba, entre autres, indique la publication.

    Issa a déclaré que la police se déplaçait pour localiser les personnes "impliquées et une fois que le ministère public remet cela à la police, il doit exécuter ces ordres.

    Selon La Resistencia, le gouvernement de facto a l'intention d'intimider les organisations sociales dans une autre tentative de criminaliser la protestation sociale, un droit reconnu par la Constitution.

    Concernant ces actions du gouvernement de facto, Orlando Gutiérrez, de la Fédération bolivienne des travailleurs des mines, a déclaré qu'il répondrait aux accusations portées contre lui pour les blocages dans le pays.

    En outre, il a demandé à la presse de respecter les droits syndicaux et a averti que la population est "attentive" à toute provocation.

    Depuis le coup d'État de novembre 2019, les secteurs au pouvoir ont commencé à persécuter les dirigeants et les membres du Mouvement vers le socialisme (MAS), ainsi que les personnes proches de cette force politique.

    Bien que cette manœuvre de démembrement du MAS se poursuive, elle s'ajoute maintenant au harcèlement des dirigeants des organisations sociales, paysannes, indigènes et syndicales du pays qui tentent de rétablir l'ordre constitutionnel.

     

    source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=390788&SEO=alertan-sobre-reinicio-de-persecucion-politica-y-judicial-en-bolivia

    « Le forum de la gauche arabe condamne l’accord émirati avec l’entité sioniste en Palestine et appelle à la résistance.(IC.fr-18/08/20) Evo Morales dénonce la disparition en Bolivie de respirateurs artificiels (prensalatina-20/08/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :