• Billet Rouge-Ripoumarines par floréal

    Sarkozy mène grand tapage, comme on sait, sur les thèmes du patriotisme, du républicanisme, de la nation, de la France, de la Marseillaise, du drapeau tricolore, de la laïcité, etc.

    Et pour bien le montrer une fois de plus, le chef de file des « républicains » vient de signer une pétition.

    Oh, pas une pétition pour défendre les conquêtes sociales de 36 et 45, si menacées par l’UE et par le MEDEF, et sans lesquelles le mot « nation » serait vide de sens pour des millions d’ouvriers, de chômeurs, de retraités, de personnes malades et hospitalisées, de familles monoparentales ; au contraire, Sarko, Guaino et Cie sont les plus acharnés à casser les statuts publics, les conventions collectives, le repos dominical, etc. : le patron de la droite trouve même que Hollande n’en fait jamais assez en matière d’à-plat-ventrisme patronal : dame, Sarko ne doit pas se laisser déborder à droite par Fillon, son rival pour le titre de « loup alpha » de la droite : à l’abri de son costard trois pièces et de ses actions, Fillon a en effet le front de proposer le report à 67 ans de l’âge de la retraite…

    Pas non plus une pétition pour restaurer l’indépendance nationale, piétinée par l’intégration de la France à l’OTAN, par la reptation de l’Elysée devant Merkel, par l’annulation de notre souveraineté détruite par le « pacte de gouvernance » européen : les deux piliers du Parti Maastrichtien Unique que sont le PS et le parti « républicain » se prononcent en effet « patriotiquement » pour une Europe fédérale où l’idée même d’Etat-nation n’aurait plus cours !

    Sarko n’aurait pas signé davantage une pétition pour défendre la République une et indivisible dépecée au profit de l’Europe des Länder, pour sauver les communes, dissoutes dans le bain d’acide des « métropoles », ou pour appliquer enfin la loi laïque de 1905 qui prescrit la séparation de l’Etat et des Eglises. Bien au contraire, Valls et Sarko ne cessent de s’acharner sur tous ces vestiges du « jacobinisme » qu’ils jugent, et qui sont en effet, génétiquement incompatibles avec la « construction » européenne…

    N’attendons pas non plus de Sarkozy un hoquet de protestation contre l’acharnement de l’oligarchie « française » à substituer au français le tout-anglais associé au Grand Marché Transatlantique

    Non, il y a bien plus important pour Sarko que de défendre les acquis sociaux, le produire en France dévasté par les délocalisations, la langue française, la souveraineté du peuple français. Laissant ces broutilles à qui voudra, Sarkozy a signé en grande pompe la pétition portée par Zemmour et quelques autres chantres de la xénophobie, pour interdire que des Eglises désaffectées, où l’on ne prie plus depuis des décennies et qui menacent ruine, soient affectées au culte musulman, ce pelé, « ce galeux d’où nous vient tout le mal », comme eût dit La Fontaine… C’était là une suggestion, aussitôt retirée, qu’avait osé avancer Dalil Boubakeur, le président du Conseil du culte musulman… institué naguère par… Nicolas Sarkozy !

    Pour le PRCF, l’Etat n’a tout bonnement pas à s’occuper des affaires religieuses et vice-versa : « l’Etat chez lui, l’Eglise chez elle », comme disait Victor Hugo. Un Etat vraiment républicain développerait l’emploi, la Sécu, l’Education nationale, le logement social, la culture pour tous, la fraternité entre tous ceux dont le travail contribue à la richesse nationale : car c’est depuis que, au nom de l’UE qu’encensent Sarko, Zemmour et Cie, on détruit les bases matérielles, institutionnelles et linguistiques du « vivre ensemble », c’est depuis que la Sarkhollandie intervient partout militairement dans les affaires des pays arabes (Libye, Syrie, etc.) que s’exacerbent ICI les tensions identitaires. Et celles-ci sont entretenues à la fois par l’ultra-droite xénophobe – qui ne se limite pas aux zélateurs du FN ! – et par les apprentis-sorciers du communautarisme et du « retour du religieux ».

    Mais le pétitionnaire Sarko n’a cure de cela. Son but, c’est de chasser sur les terres du FN, de pousser les cathos vers l’ultra-droite (alors qu’un évêque venait juste de déclarer qu’il n’y aurait rien de sacrilège à affecter certaines Eglises déclassées au culte musulman si les communes, propriétaires des locaux, acceptent de les vendre à des associations cultuelles légales) ; et pendant que le FN et les ANTIrépublicains sarkozyste s’acharnent sur le travailleur « musulman », les « bons Français » richissimes que fréquente Sarko continuent de planquer 420 milliards d’€ dans les paradis fiscaux, soit 40 fois le prétendu « trou de la Sécu »… Car ce pillage organisé de la nation, voyez-vous, ça ne détruit pas la France et ça ne salit pas le drapeau tricolore…

    Et dire que ce personnage a été président de la République et qu’il aspire à le redevenir, s’il ne se fait pas doubler à droite par la Le Pen !

    Bravo, donc, à Hollande d’avoir fait en trois ans de la France ce pays où des centaines de milliers de « républicains » affolés pétitionnent pour défendre des Eglises non menacées contre une annexion musulmane inexistante ; et qu’importe que, pendant ce temps, la France que chantait si bien Ferrat, la France laïque, ouvrière, paysanne, francophone et fière de l’être, républicaine en un mot, se délite sous les coups BIEN REELS de la vraie droite et de la fausse gauche rivalisant de servilité pour vendre le pays à la découpe …

    Floréal-le 9/07/2015

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge-OXI !   NON !  -par RUEL

    Fête nationale en Grèce, le "OXI"du 28 octobre 1940 célèbre le NON du peuple grec à l’ultimatum mussolinien. Le peuple grec transforme le guerre en guerre populaire anti-fasciste.

    Alors que le gouvernement grec est lui-même fasciste (Metaxas), Nicos Zachariadis, secrétaire général du KKE, depuis sa cellule où l’a enfermé le régime grec, comprend que la défense de la patrie contre l’Italie fasciste est aussi le meilleur moyen de combattre le fascisme grec. Il appelle à combattre d’abord Mussolini car c’est aussi combattre Metaxas.

    Avec des forces très largement inférieures en nombre, malgré un état-major truffé de fascistes grecs, le peuple, hommes et femmes résistent, contre-attaquent et finissent par faire subir à l’agresseur fasciste ce qui restera dans l’histoire comme la première défaite de l’Axe.

    Le 5 juillet, le peuple grec aura l’occasion de dire NON à l’ultimatum de la Troïka.

    Sans être une panacée, sans dispenser en rien de la lutte anticapitaliste et de  la dénonciation des illusions europhiles de Tsipras, ce référendum ne peut-il ouvrir une brèche, créer une occasion, une amorce de processus menant à la sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et, si les forces populaires s’en emparent suffisamment, du capitalisme lui-même ? En arrachant un « oui » qui serait interprété partout comme un consentement à la « servitude volontaire », l’UE veut étrangler la Grèce rebelle car l’exemple de sa résistance risque de donner des idées aux peuples d’Europe et au peuple espagnol en particulier qui vote dans six mois, au plus tard en décembre 2015. Au Portugal où le PCP a rassemblé 100.000 personnes à Lisbonne sur le mot d’ordre de « Gauche patriotique et populaire »….En France ou en Italie, l’espoir pourrait renaître à condition que le mouvement populaire se fixe pour but, par l’unité d’action des forces franchement communistes, de construire un Front Antifasciste, Populaire et Patriotique tourné contre l’UE : plus que mille discours, une lutte concrète pour extraire la France de la dictature euro-atlantique du capital permettrait de remettre concrètement à l’ordre du jour la question décisive : celle du pouvoir pour la classe laborieuse, seule classe patriotique et internationaliste jusqu’au bout.

    Le NON grec serait aussi un avertissement et une contrainte pour le gouvernement réformiste grec lui-même. Et une gifle historique à la dictature de l’oligarchie capitaliste qui dirige les institutions supranationales : FMI, BCE, UE et bientôt, si nous laissons faire, Union transatlantique.

    Certes la-bas comme ici la propagande catastrophiste bat son plein, on veut mettre dans la tête des gens la fausse alternative suivante : « Oui à l’UE, donc à l’austérité » ou « Non-qui-mène-au-chaos » : on a connu ça chez nous en 2005 ! Les eurocrates savent qu’un succès du « Oui » leur permettrait de marquer un point au niveau continental. Cependant la volonté de dignité nationale et de justice sociale sont des leviers puissants pour peu que les peuples s’en emparent et que, balayant les conditions humiliantes de la Troïka, ils engagent aussi la lutte contre les compromissions de Syriza et de ses dirigeants « euro-constructifs ».

     RUEL le 3/07/2015

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge-VALLS DANS LES PAS DE BUSH ET D’ESTROSI – par ArisCET HOMME EST DANGEREUX. Le premier ministre Manuel Valls vient de déclarer :"Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs que nous défendons". S’il a précisé ensuite que "ce n’est pas une guerre entre l’Occident et l’islam", il reste que cette référence est dangereuse et fausse.

    Dangereuse et fausse parce qu’elle suppose que les assassins intégristes sont porteurs d’une civilisation, de valeurs opposées à notre civilisation. Or ces bouchers massacrent et dans une ampleur immensément supérieure des femmes, des enfants et des hommes porteurs d’autres civilisations et d’autres valeurs que les nôtres en particulier en terre d’Islam.

     

    Dangereuse et fausse aussi car elle tend à escamoter la responsabilité des politiques impérialistes dans le développement des tueurs : d’Afghanistan à l’Irak, de la Syrie à la Libye, ce sont bien les agressions impérialistes des USA et des l’UE qui alimentent les fanatiques. Et au premier rang des responsables de cet état de fait, qui déstabilise la Syrie après l’Irak et la Libye, et à sa suite  l’Afrique occidentale, se trouve… le « socialiste » Valls, Fabius et Hollande, et le « républicain » Sarkozy, tous conseillés par le dangereux et irresponsable « philosophe » BHL.

     

    Sans parler de l’alliance entre les pays impérialistes et les bailleurs de fonds de ces intégristes : Arabie Saoudite, Qatar, Turquie….

     

    Dangereuse et fausse car elle sème l’idée mortifère qu’un odieux individu comme Estrosi porte ouvertement, que nos compatriotes musulmans seraient une "cinquième colonne" des intégristes.

    Une telle irresponsabilité alimente le division des travailleurs, un climat de guerre civile dans notre pays et profite à l’extrême-droite fasciste avec la perspective de construire une UM’Pen fascisante si la crise mortelle portée par l’euro-désintégration néolibérale de la France devient insupportable pour les populations.

    Unissons-nous dans les luttes, défendons la civilisation des « Lumières communes » contre tous ses ennemis, les assassins de Daesh mais aussi ceux qui bombardent les civils partout dans le monde, ceux qui démolissent pierre par pierre ce qui fait la civilisation concrètement : services publics, salaires décents, sécurité sociale, biens communs, paix, sans oublier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

    29/06/2016

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet rouge-Excuses et agenouillement (Juvento 27/06/2015)

    C’était au tour de Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale, d’affronter Jean-Jacques Bourdin ce jeudi matin sur BFMTV .Un Bourdin plus asticoteur que jamais et dont les questions et les interruptions intempestives ne semblaient pas désarçonner  son impassible  interlocuteur.Pourtant les sujets évoqués n’étaient pas anodins et le journaliste ne se privait pas de remarques judicieuses, mais dérangeantes.

    D’abord, le méthodique espionnage étasunien de la NSA à l’égard de ses alliés européens, dont bien sûr la France. L’indignation que le Président Bartolone exprimait avec force et apparente conviction, n’allait pas plus loin que la même coléreuse mais impuissante révolte de toute la classe politique française répercutée par les médias.

    Comme si ce devait être un mot d’ordre national qu’avait lancé le Président de la République, lui-même. Mot d’ordre pondéré qui  devait ne pas trop offusquer les mêmes milieux officiels américains dont le pays doit continuer à se considérer comme  étant le plus proche et le efficace des alliés…

    Il semblerait difficile en effet pour un consentant subalterne de lâcher une main qu’il croit protectrice, même après qu’elle lui ait asséné une superbe et gratuite gifle. Au plus peut-il espérer que le châtiment immérité ne se renouvelle pas et aller jusqu’à oser implorer le protecteur de ne pas recommencer .

    Mais en réalité, qui pourra jamais empêcher un grand pays effectivement dominant et reconnu comme tel, fier de la « mission » de garant de la bonne conduite universelle que lui aurait confie le Dieu en lequel il croit officiellement, de ne pas exercer sa supériorité et sa puissance pour punir et même prévenir les malfaisantes et diaboliques entreprises de méchants voyous  privés d’amour divin ?

    IN GOD WE TRUST !

    … pour continuer évidemment à dominer économiquement le monde au profit des intérêts bien matériels de ce ’’Dieu Dollar’’ dont le grand capital mondialisé à fait le symbole de sa faussement dévote cupidité.

    Juvento (initiative-communiste.fr [27/06/2015] )

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge

    Pendant que des centaines de communistes et de progressistes manifestaient à Paris, ce 30 mai, pour la sortie de l’euro et de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme,

    pendant que le section française du Parti de la Gauche Européenne, alias PCF, bêlait "Europe sociale !" comme un cabri lobotomisé,

    pendant que le gouvernement Hollande annonçait un niveau historique de travailleurs privés de travail et de nouvelles mesures pro-patronales,

    Sarkozy, ses copains et coquins fondaient leur nouveau parti : « les Républicains ».

    En fait il s’agit d’un ravalement de façade comme le droite les aime (RPF, UNR, UDR, RPR, UMP) pour faire oublier d’où elle vient et tous les sales coups qu’elle a déjà fomentés contre le peuple.

    Et surtout, ce changement de nom vise à faire oublier qui sert l’UMP, alias Union Maastrichtienne Patronale !

    Certes les rapports de forces jouent un rôle dans cette famille politique : il y a 30 ans jamais un homme de droite n’assumait cette étiquette alors infamante. Aujourd’hui c’est le PS qui se présente comme l’unique représentant de la gauche et, pour l’aider dans ce travail de mystification, il trouve des gens à sa gauche pour déserter ce concept qui est pourtant historiquement signifiant… pourvu qu’on ne confonde pas la pseudo-« gauche » au pouvoir avec l’héritage progressiste des combats populaires pour la paix, la souveraineté, le progrès social, la laïcité, l’égalité entre les sexes et la démocratie.

    Mais depuis la défaite du mouvement ouvrier en URSS, la droite est décomplexée. Elle se radicalise au point que les ponts entre droite et extrême-droite sont de plus en plus nombreux.

    Pourtant cela n’empêche pas l’habilité tactique. La droite « triangule ». C’est-à-dire qu’elle feint de reprendre à son compte les idées de l’adversaire. Du véritable adversaire, l’adversaire de classe. Or il y a dans l’héritage du mouvement populaire, ouvrier et révolutionnaire un thème qui reste central : la République. Non pas la république bourgeoise, coloniale et anti-ouvrière mais la République des Sans-culottes, des Jacobins, des babouvistes, des Communards et du mouvement socialiste et ouvrier: en un mot, la Sociale !

    Les Républicains, c’est nous ! Les ouvriers fusillés en 1791 par Lafayette, en 1830 par Guizot, en 1848 par Cavaignac où durant la Semaine sanglante en 1871 par les Versaillais secondés par Bismarck. Les ouvriers et paysans qui sauvèrent la République face au fascisme en 1936 avec le Front Populaire, la République ce sont les ouvriers et paysans que le Chant des partisans appelle à la Résistance ; les Républicains ce sont les ouvriers et la jeunesse de 1968 ébranlant les patrons dans une grève générale qui réveille le monde, c’est le peuple de France qui dit NON à toute constitution européenne en 2005 et les étudiants et lycéens qui balaient le Contrat Pour l’Esclavage en 2006.

    Eux, ce sont les affairistes et les carriéristes de la Sarkozie, les valets du capital, les chiens de garde de l’oligarchie capitaliste ; ils n’ont aucune légitimité pour se proclamer Républicains et leur seul but, en usurpant ce mot, est de le faire changer de sens en lui donnant celui qu’il a aux USA où le parti « républicain » est celui de l’ultra-droite incarnée par Bush !.

    Eux ce sont les Ripouxplicains, comme prochainement, quand il aura changé de nom lui aussi (c’est une demande de Valls en personne), le parti « socialiste » pourra toujours se rebaptiser, pourquoi pas, « parti merdocrate ». Ainsi l’américanisation de la vie politique française aura-t-elle franchi un nouveau seuil d’aliénation et de confusion.

    A chacun ses fidélités : eux répudient leur nom, et on les comprend tant ils ont trompé et écœuré le peuple. Quant à nous, nous sommes fidèles au Non populaire, patriotique et républicain du 29 mai 2005 pour lequel nous avons agi le 30 mai dernier en exigeant que la France sorte de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

    Aris le 4/06/2015

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique