• Bolloré, monarque d'une île désertée par le droit (Le Canard- 6/07/2017)

    Bolloré, monarque d’une île désertée par le droit

    L’industriel breton, propriétaire d’un îlot des Glénan, y pratique l’écologie à coup de pelleteuse.

    Bolloré, monarque d'une île désertée par le droit (Le  Canard 6/07/2017)

     

    QUEL homme, ce Bolloré! Même sur une île déserte, le milliardaire réalise des prodiges. En 2010, il a racheté à ses cousins l'île du Loc'h, la plus grande de l'archipel des Glénan, un bijou de la nature, classé et ultraprotégé. Depuis, d'incroyables tours de magie s'y produisent: des travaux non autorisés, des services de' l'Etat aveugles et muets, et des signalements qui échouent au fond de l'océan ... Ces sortilèges permettent à Bolloré de régner en maître sur son île de moins en moins déserte: des ouvriers logés dans des mobil-homes y travaillent depuis plusieurs mois. Quant aux curieux, ils sont tenus à bonne distance par une clôture installée tout autour des dunes et surveillés par d'avenants gardes musclés. A moi, mon île !

    Ce conte breton commence à la mort de Gwenn-Aël Bolloré, l'oncle du petit Vincent, qui avait fait de son île merveilleuse un havre pour les vacances. Bordée d'une magnifique plage en arc de cercle, l'île du Loc'h a la particularité de posséder un étang d'eau salée où nichent canards et oiseaux migrateurs. cc C'est la plus belle des Glénan, avec ses dunes grises et ses fleurs rares », s'extasie un expert .. L'île, de 4 km', abrite un seul bâtiment: une ancienne ferme, constituée de deux maisons enserrant une cour. Le reste est inconstructible, mais le patron de Canal

    Plus a tout de même claqué 3 millions d'euros pour acheter ce précieux caillou à ses cousins': 15  en son nom propre, et 85  au nom du groupe Bolloré. Le patron, qui possède un manoir à Beg-Meil, pile en face des Glénan, n'y séjourne pas, mais il a chargé son bras droit, Patrick Lépinay, d'y effectuer de menus aménagements ...

    Autorisations sous le sable

    Le ballet commence le 20 août 2012. Eberlués, les salariés de la réserve naturelle des Glénan voient des tractopelles débarquer sur l'île et fendre la dune protégée. « Vous avez une autorisation » s'enquièrent les salariés auprès des ouvriers. Peuh! « M. Bolloré n'a pas besoin d'autorisation », répond l'équipe d'élite. Vraiment ? «  L'archipel est un site classé naturel depuis 1973. On ne peut pas y faire un trou ou y planter un piquet sans autorisation. », explique au « Canard» Frédéric Bioret, écologue à l'université de Brest. Des p'tits trous, et même des gros, le nouveau proprio va pourtant en faire un paquet : pour tenir à distance les touristes, qui n'ont droit qu'à la plage, une clôture en bois est, plantée en haut de la dune. Tous les 5 mètres, des poteaux sont enfoncés à une profondeur de 30 à 60 centimètres à l'aide d'un tracteur de 1 tonne qui écrabouille le sable. Banzaï ! La dune et son tapis de fleurs rares sont pourtant doublement protégés : l'üe est aussi classée en zone Natura 2000.

     

    Alerté, Pascal Ragot, le chargé de mission Natura 2000 du coin, appelle ses « patrons » à la direction de l'environnement,(Dréal). « Ils m'ont dit: « Ouh là, c'est grave! Tu peux nous envoyer des photos? Je, l'ai fait tout de suite, mais je n'ai jamais eu de réponse. » Silence radio. Pendant ce temps, le prodige se poursuit: dans cet archipel où l'on ne peut. pas changer une fenêtre sans l'aval de l'architecte des Bâtiments de France, Bolloré retape tranquillement ses deux bâtisses sans avoir sollicité le moindre feu vert. Les toitures sont refaites et percées de deux grands Velux d'un mètre par 80 centimètres. Des portes d'entrée sont remplacées, une autre agrandie, les deux maisons s'ornent de terrasses, et un hangar en forme de serre est monté pour abriter le matériel. « Normalement, les services de l'Etat auraient dû dresser un PV, faire cesser' les travaux et poursuivre le propriétaire », explique Pascal Ragot. Mais rien ne s'est passé comme ça. Ni poursuite ni injonction, mais des bravos et des claques dans le dos ...

    L'Île très mystérieuse

    Pascal Ragot reçoit d'abord une invitation à venir dîner avec son épouse chez Vincent Bolloré 'lui-même ... « J'ai décliné », raconte l'ancien chargé de mission. Mais l'influent patron est bien décidé à amadouer les rares grincheux. Le 17 janvier 2Q13, il invite l'association Bretagne vivante, qui gère la réserve naturelle des Glénan, à une « réunion» dans son manoir de L'Odet, près de Quimper. L'ambiance n'est pas trop tendue: « On s'est retrouvés à un grand banquet avec toutes les huiles du coin », raconte un convive. Le préfet, le directeur de Ia Dréal ou encore Bernard Poignant, maire de Quimper et conseiller de Hollande à l'Elysée, trinquent avec leur hôte sans lui reprocher le moins du monde les petites libertés prises avec la loi. Bolloré explique son grand projet ; il veut faire de son île ... une vitrine écolo ! (Applaudissements.) Le groupe, qui a nettoyé le site et ramassé « 70 tonnes de déchets ", y testera ses batteries électriques pour en faire la « première île sans empreinte carbone », 100%  autonome en énergie. « C'était déjà le cas avant, puisque personne n’y vivait! » se marre un bénévole.

    Nature et découvertes

    Sous la pression de l'association Bretagne vivante, qui a saisi la justice, le groupe Bolloré a demandé, mais après coup, les autorisations requises. Là encore, des miracles ont eu lieu. « Les services de l'Etat ont été court-circuités, tout s'est réglé au niveau du préfet », raconte un proche du dossier. Quant à l'étude d'impact, « c'était du foutage de gueule », rigole le même; « Elle disait, par exemple, que les poussins des canards feraient le tour de la clôture!», Jugeant que l'impact sur le site était « faible », le préfet a tout régularisé, sauf le hangar, Quant au procureur, il a aimablement classé l'affaire. La justice civile a été moîns clémente. En octobre, elle a condamné le groupe Bolloré pour travaux non autorisés, épinglant la « systématisation des infractions commises », Tout ça pour des broutilles, balaye l'avocat de Bolloré ; " Pour la clôture, on faisait juste des essais, on aurait demandé l'autorisation ensuite. Quant à la ferme, les travaux ne nécessitaient pas, au départ, d'autorisation; car on la reconstruisait à l'identique. »Heureusement, les miracles se poursuivent ...

    Frappés de cécité, les services de l'Etat ne remarquent pas que le hangar interdit est toujours en place. Ni que les ouvriers turbinent encore, alors que le préfet avait interdit les travaux pendant la période de reproduction des oiseaux, de mars à septembre. L'écolo Bollo a sûrement hâte de rendre son île 100%  verte!

    Isabelle Barré

    Source : Le Canard Enchaîné -6 juillet 2016

    « Billet Rouge-Goldman-Sachs se paye Baroso, démontrant ainsi (pour les plus aveugles tels que Pierre Laurent…) de la nature de classe de l’UE. Par Aris (IC.fr-9/07/201) Il y 76 ans, le 10 juillet 1940, l'Appel de Maurice THOREZ et de Jacques DUCLOS [video] »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :