• Brest -Qui était Nathalie Le Mel ? (Côté Brest- 23/03/2017)

    Une fresque représentant son portrait vient d'être réalisée dans le quartier de Pontanézen pour nous rappeler l'action de cette militante féministe.

    par martine desaintjan

    Dessin : Blequin.Dessin : Blequin.

    Par Benoît Quinquis

    Nathalie Duval naît à Brest le 24 août 1826. Elle est scolarisée, fait rare pour l’époque, jusqu’à douze ans. Dans le café tenu par sa mère, les conversations des ouvriers assurent sa première formation politique et sociale. Elle se marie en 1845 à un ouvrier dont elle prend le nom, Le Mel, avec qui elle aura trois enfants et apprendra le métier de relieuse. En 1849, le couple obtient la gérance d’une librairie à Quimper, mais le commerce est déclaré en faillite en 1861 : la famille part alors à Paris.

    Déléguée syndicale

    Nathalie Le Mel y rencontre Eugène Varlin ; avec son soutien, elle joue un rôle de plus en plus important au sein du mouvement ouvrier. Elle lutte pour l’égalité des salaires entre les ouvriers relieurs hommes et femmes, adhère à la 1re Internationale, est élue déléguée syndicale puis participe à la création de l’épicerie coopérative La Ménagère et du restaurant ouvrier La Marmite. Son engagement déplaît à son mari qui sombre dans l’alcool : elle le quitte en 1868 sans divorcer.

    Avec Louise Michel

    Pendant la Commune, elle monte sur les barricades aux côtés de Louise Michel avec qui elle crée le Comité de l’union des femmes pour la défense de Paris. Après la défaite, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie avec Louise Michel.

    En 1879, Nathalie Le Mel est graciée. Revenue en métropole, elle continue à lutter malgré ses forces déclinantes. Elle perd peu à peu la vue mais s’accroche à son logement des Gobelins jusqu’à 89 ans : elle se retire dans un hospice où elle meurt, en 1921, sans avoir renié aucun de ses combats.

    (photo Brest métropole).La fresque réalisée rue Sisley par Guy Denning et Shoof (photo Brest métropole).

    Une exposition et une fresque

    Une bande dessinée va être consacrée à Nathalie Le Mel (parution en mars 2017), dessinée par Laetitia Rouxel sur un scénario de Roland Michon. Une exposition montre les 20 premières planches racontant la partie brestoise de sa vie.
    > Jusqu’au 2 avril à la médiathèque de l’Europe, 9 rue Sisley à Brest.

    Par ailleurs, une fresque monumentale représentant son portrait a été réalisée par Guy Denning et Shoof, sur les murs de la Cafèt’ d’Ahmed, 3 rue Sisley.

     
    source:cotebrest.fr
    « Billet Rouge: Coucou, déjà cinq ans les revoilà, nos bons amis de Lutte « ouvrière »Brest-Coût des transports en commun : la CSF tenace ! (OF.fr-25/03/2017) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :