• Brest. Restriction budgétaire : ça va faire mal ! (LT.fr-17/11/2016)

    Brest. Restriction budgétaire : ça va faire mal !  (LT.fr-17/11/2016)

    Restriction des dotations oblige, la Ville et la Métropole ont décidé de sérieusement resserrer les boulons. Suite à une réunion de travail qui s'est tenue le 13 septembre, un catalogue des pistes d'évolution a été édité. 146 pages qui promettent larmes et crispations. Le document, pourtant estampillé « strictement confidentiel », a fuité hier sur les réseaux sociaux.
     
    Budget de la Métropole, budget de la Ville, moyens communs entre les deux collectivités... La synthèse des pistes d'évolution envisagées est scindée en trois gros chapitres et présente quelque 22 thématiques.
     
     
     
    Finie la gratuité des piscines pour les assos.
     
    La Métropole pourrait s'attaquer aux piscines en révisant le nombre de créneaux publics (avec fermeture alternée les dimanches matin des piscines Kerhallet et Saint-Marc notamment) et les cours d'ici 2018, ce qui permettrait de revoir les heures des maîtres-nageurs sauveteurs. Finie aussi la gratuité des créneaux piscines pour toutes les associations. Pour celles où n'apparaît pas un enjeu de service public (comités d'entreprise, Association naturiste finistérienne), la facturation deviendrait systématique !
     
    Fermeture de Buisson et de l'espace Kerinou.
     
    Il reste encore à vérifier la faisabilité de la chose. Mais l'ambition est bien d'arrêter tout investissement concernant la piscine Buisson jusqu'à la fin de ce mandat, avec, comme horizon, la fermeture de l'établissement qui supprimerait les coûts de fonctionnement. La note précise toutefois que les crédits et moyens humains seraient reportés sur la piscine Saint-Marc. Concernant l'espace Kerinou, c'est aussi la fermeture qui est programmée en 2017. Motifs invoqués : une faible activité sportive est constatée et la salle n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.
     
    Davantage de loyers facturés.
     
    Seraient aussi remis en cause les créneaux de gratuité des équipements sportifs pour les associations. Leurs subventions avaient déjà diminué. Mais il est question d'aller plus loin. Les associations utilisant l'espace Jo-Ancel (Ligue de voile, Nautisme en Finistère et Nautisme en Bretagne) pourraient ainsi se voir facturer un loyer dès 2017. Idem pour toutes les associations intervenant dans le champ de l'action sociale.
     
    Crèches et halte d'accueil : la main au porte-monnaie.
     
    Dans ce dispositif, serait revu à la baisse le nombre de places de garde atypique de la petite enfance financées par la Ville. En 2015, 23 familles soit 33 enfants de moins de 3 ans avaient bénéficié du dispositif. Concernant la halte d'accueil, la tarification était inchangée depuis dix ans. Pour optimiser les recettes des activités périscolaires, il est notamment envisagé de modifier la tarification de la halte d'accueil à compter de 2018. La gratuité qui avait cours pour les familles les moins aisées serait supprimée et une tranche de facturation supplémentaire serait créée pour les plus aisés.
     
    Suppression de la halte-garderie de Kerangoff à l'étude.
     
    Alors que les haltes-garderies ont un taux d'occupation inférieur aux crèches, deux options sont sur la table : soit la suppression sèche des 20 places de halte-garderie, à Kerangoff, soit la suppression nette de dix places avec un accroissement du même nombre à l'accueil collectif de Recouvrance (ce qui aboutirait à la fermeture de l'accueil individuel de Kerangoff).
     
    Des Tap payants.
     
    D'ici 2018, le document parle aussi de réviser l'enveloppe consacrée aux transports scolaires, « le réseau Bibus devant permettre de développer l'utilisation des transports en commun pour les sorties scolaires ». La Ville pourrait aussi s'attaquer aux Tap. Il serait envisagé de les supprimer en maternelles et de les généraliser sur la pause méridienne pour les primaires. Il est surtout évoqué de les facturer.
     
    Suppression de dicos pour les sixièmes.
     
    Il est fait état d'une baisse de dotation de mobiliers dans les écoles. Dans le même registre, il est aussi prévu de supprimer la distribution de dictionnaires en CM2, lors du passage en sixième.
     
    Les séjours d'été supprimés.
     
    128 jeunes Brestois étaient inscrits en 2016 et ces séjours s'adressaient plus particulièrement aux jeunes issus de familles en difficulté. S'agissant des accueils de loisirs sans hébergement, sont envisagées également la fermeture et la vente du local de Menez Paul, avec redéploiement vers le centre de loisirs de Kerichen.
     
    Feu d'artifice diminué et illuminations de Noël à la charge des commerçants.
     
    Et pas de petites économies : le feu d'artifice du 14 juillet pourrait passer de 25 à dix minutes ou ne plus être programmé tous les ans. Quant aux illuminations de Noël, la Ville estime que le coût pourrait être pris en charge par les commerçants.
     
    Des Fêtes maritimes reconfigurées.
     
    La Métropole envisage de diminuer l'enveloppe budgétaire consacrée aux événements nautiques. Elle parle de reconfigurer les Fêtes maritimes de 2020 et de la nécessité de développer les recettes privées et le mécénat.
     
    Fin de la billetterie sociale.
     
    Le budget autonome du CCAS ne sera pas épargné. Il est ainsi fait état de la suppression de la billetterie sociale, de la fin des cadeaux de Noël aux résidences pour personnes âgées extérieures à la collectivité ou encore de la réduction du service de portage des repas.
     
    Augmentation des recettes fiscales.
     
    Autre piste : faire entrer de nouvelles recettes fiscales. Il est ainsi envisagé de faire participer les communes de la Métropole aux coûts du service du droit des sols, d'augmenter la fiscalité des entreprises sur le transport, de facturer à l'ensemble des communes de la métropole l'accès au très haut débit.
     
    La régie voirie confiée à des sous-traitants.
     
    Pour réduire la masse salariale, à l'horizon 2018-2019, il est question de diminuer l'activité de la régie voirie en matière d'aménagement. L'activité des agents de la métropole serait recentrée sur la conservation du patrimoine, tandis qu'il serait fait appel à des sous-traitants pour certains chantiers d'entretien (revêtements, gros volumes, etc.). Dans le même registre, est évoquée l'idée de « recentrer » les régies bâtiments sur des activités de dépannage et de maintenance et de « développer la polyvalence ».
     
    La maintenance du stade Francis-Le Blé externalisée.
     
    La collectivité fait le constat que les niveaux de maintenance du stade « requièrent désormais une forte technicité ». Aussi la Ville envisagerait-elle de confier totalement ou partiellement (seulement la pelouse) cette mission au club utilisateur à l'horizon 2017-2018. Par ailleurs, dans les mêmes délais, il est prévu aussi de diminuer la subvention accordée au centre de formation du Stade Brestois.
     
    On serre la vis sur les équipements culturels.
     
    Dès l'an prochain, le conservatoire de musique va devoir diminuer ses coûts de fonctionnement de 1,2 %. Il est aussi invité à se concentrer sur « la démocratisation de l'accès à la culture de proximité ». La feuille de route propose l'arrêt de la subvention accordée à Penn ar Jazz à partir de 2018. Et on propose une mutualisation avec La Carène, avec pour objectif la labellisation Smac et un financement pérenne de l'État. Mutualisation aussi, entre le Mac Orlan et la Maison du théâtre, avec création d'une seule structure. Concernant Le Quartz, l'idée est d'arriver « à un rééquilibrage du soutien financier entre partenaires » autrement dit, que Brest Métropole donne moins.
     
    Réduction des subventions accordées aux partenaires.
     
    L'objectif de réduction des financements de Brest Métropole à chacun des partenaires est énoncé. Sont concernés le Technopôle Brest Iroise, la Mission locale, l'office de tourisme. Dans un premier temps, dès 2017, il s'agit de « les accompagner sur l'identification de marges de manoeuvre » et d'étudier « les possibilités de mutualisation de services entre elles ».
     
    Des efforts en interne aussi.
     
    Des économies sur la fréquence et la nature de l'entretien des locaux sont évoquées. Tout ce qui touche à la reprographie pourrait être externalisé, voire, dans certains cas, dématérialisé. Le document parle de redimensionner le parc des véhicules et engins et de faire des efforts particuliers pour réaliser des économies d'énergie. L'amplitude de l'accueil physique à l'hôtel de métropole devrait être revue à la baisse. À la ville, on parle de systématiser la prise de rendez-vous pour les démarches chronophages pouvant être planifiées (carte d'identité, passeports)... Les cartes de voeux papier seront définitivement abandonnées, le format du magazine « Sillage » revu et le magazine « Port de Brest » suspendu.
     
     
     
    Sarah Morio et Jean-Luc Padellec

     
    « Carhaix-Urgences. 300 personnes mobilisées (LT.fr-18/11/2016/)Télécom Bretagne. Appel à la grève contre la fusion avec l’école des Mines (LT.fr -18/11/2016) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :