• Brittany Ferries : « On vient de nous mettre le second genou à terre » (LT.fr-14/08/20-19h28)

    «Cette mesure de quarantaine imposée par les autorités britanniques est clairement un coup d’arrêt catastrophique pour les transports maritimes », s’alarme Christophe Mathieu, Président directeur Pôle «Cette mesure de quarantaine imposée par les autorités britanniques est clairement un coup d’arrêt catastrophique pour les transports maritimes », s’alarme Christophe Mathieu, Président directeur Pôle stratégie et commercial à la Britanny Ferries. 

     

    Christophe Mathieu, directeur général de Brittany Ferries, a pris de plein fouet l’annonce du rétablissement de la quarantaine au Royaume-Uni. Une très mauvaise nouvelle pour la compagnie.

    Comment avez-vous réagi à l’annonce du rétablissement de la quarantaine au Royaume-Uni ?

    Annoncé aussi brutalement et précipitamment, c’est un véritable coup de massue. On vient véritablement de nous mettre le second genou à terre. Après quatre mois d’inactivité, nous étions soulagés que l’on puisse relancer l’activité et travailler en juillet. Même si elle est mauvaise, au moins c’est une saison. Or, là, on vient de nous casser les pattes avec une batte de base-ball. On va perdre immédiatement 20 à 30 % de réservations sur les jours qui viennent et on se dirige vers une saison exécrable. Et les conséquences seront d’autant plus lourdes que nous avions engagé du personnel supplémentaire pour l’été.

    Vous attendiez-vous à ce genre de décision de la part du gouvernement britannique ?

    Je ne suis même pas sûr que cette quarantaine ait une quelconque influence sur la situation sanitaire. Peut-on se dire que si tout le monde portait un masque et respectait les gestes barrières, on n’en serait pas arrivé là ? En fait, ce qui est frustrant, c’est de se dire que nous ne sommes que des spectateurs, les otages d’enjeux politiques qui nous dépassent, dans un contexte où les relations entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne sont tendues dans énormément de domaines.

    Comment voyez-vous l’arrière-saison ? Les Britanniques, qui constituent 85 % de vos passagers, vont-ils quand même avoir envie de voyager ?

    Le problème est que nous n’avons aucune visibilité sur la durée de cette mesure. Combien de temps  ? 15 jours, un, deux, trois mois ? Nul ne le sait et le mal est fait, en tout cas, pour la deuxième quinzaine d’août. Mais si ça dure, il est évident que les Anglais ne se déplaceront pas, comme d’habitude, pour quatre jours ou une semaine en septembre ou octobre, s’ils doivent passer 14 jours en quarantaine. Et ce, non seulement en rentrant chez eux mais dans le pays qu’ils viennent visiter, puisque la France prévoit d’annoncer des mesures de réciprocité.

    Quelles pourraient être les conséquences économiques pour la Brittany Ferries ?

    Il faut que tout le monde ait bien en tête et prenne la mesure de la gravité de la situation. Cette mesure de quarantaine imposée par les autorités britanniques est clairement un coup d’arrêt catastrophique pour les transports maritimes. En ce qui concerne Brittany Ferries, le mois de juillet n’a pas été bon. Nous n’avons transporté que 95 000 passagers contre 300 000, l’an passé, sur l’ensemble de nos lignes, y compris vers l’Espagne. Nous n’allons pas arrêter la flotte. Mais il est permis de s’interroger en ce qui concerne l’avenir. Nous avons, certes, souscrit un PGE (prêt garanti par l’État) à hauteur maximale. Mais, aujourd’hui, on se pose sérieusement la question de savoir s’il sera suffisant ou pas en fonction de l’évolution de la situation.

    Propos recueillis par Hervé Queillé

    source:  https://www.letelegramme.fr/

    « Oliver Stone plaide pour le prix Nobel de la Paix pour les médecins cubains (prensa-latina 13/08/20)Compagnies aériennes-Hop ! largue ses travailleurs-par Marie Toulgoat (humanite.fr-14/08/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :