• Caudan (56). Fonderie de Bretagne : la CGT appelle à la transparence face à la refonte du site (OF.fr-20/11/20-17h30)

    Les représentants CGT du personnel dénoncent le manque de transparence autour du dossier de refonte du site du groupe Renault.Les représentants CGT du personnel dénoncent le manque de transparence autour du dossier de refonte du site du groupe Renault.

    Les représentants CGT du personnel dénoncent le secret qui entoure la refonte du site industriel ancré à Caudan (Morbihan). Et pourraient entrer à nouveau dans l’action.

    « On nous cache tout, on ne nous dit rien », chantait jadis Jacques Dutronc. Un refrain entêtant qui colle aujourd’hui à la réalité vécue par les personnels de la Fonderie de Bretagne à Caudan (Morbihan). Ici, le site industriel fabrique et usine des pièces automobiles pour le groupe Renault. Un plan de relance est en marche. Mais le syndicat CGT voudrait y voir un peu plus clair. « L’entreprise ne serait plus compétitive nous dit-on, relate Maël Le Goff. L’usinage et le noyautage seraient obsolètes alors que le rendement du moulage serait bon. On se dirigerait donc vers de la fonderie pure alors que l’on pourrait apporter de la valeur ajoutée aux autres activités du site ».

    Une usine coupée en deux ?

    Résultat des courses ? Une usine qui pourrait, à moyen terme, être « compactée ». « Nous savons, dénonce la CGT, que deux entreprises sont déjà sur les rangs pour occuper l’équivalent de la moitié, soit environ 8 hectares, de la surface actuelle : XSEA qui y aménagerait une ferme photovoltaïque et le groupe La Poste, intéressé par un accès au rail et à la voie express ». 

    Voilà ce qui pourrait se dessiner dans les prochains mois, d’ici la fin programmée (fin février 2021) des revues stratégiques qui réunissent le groupe Renault, les élus de la Région et du pays de Lorient.

    « Nous savons, dénonce la CGT, que deux entreprises sont déjà sur les rangs pour occuper l’équivalent de la moitié, soit environ 8 hectares, de la surface actuelle : XSEA qui y aménagerait une ferme photovoltaïque et le groupe La Poste, intéressé par un accès au rail et à la voie express ». 

    Manque de transparence

    La CGT, là aussi, dénonce « le manque de transparence » dans le dossier. « Les pouvoirs publics sont forcément au courant, mais on ne nous dit rien. Nous pensons que Renault a la mainmise sur les élus dont le silence est pesant. Le groupe n’hésitera pas à les solliciter financièrement quand il s’agira de procéder au compactage du site. Tout cela se chiffrera en millions d’euros ».

    En cette fin d’année 2020, il règne donc à la Fonderie, un climat mêlé d’amertume et d’incertitude. « Nous regrettons les effets d’annonce faites au lendemain du premier confinement comme le projet de relocalisation de la production de pièces automobiles. On en est loin. Ce que nous observons ce ne sont pas encore des suppressions d’emploi mais des démissions. Renault engendre sciemment du découragement et ça fonctionne… »

    La CGT en appelle aujourd’hui à la « prise de position des élus locaux. S’il le faut, nous interpellerons Jean-Yves Le Drian. Il est certainement très au fait de la situation ».

    Pierre WADOUX. 

    source: https://www.ouest-france.fr/

     

     

    À LIRE ÉGALEMENT

    Caudan. Quels sont les plans de Renault pour la Fonderie de Bretagne 

    Morbihan. Fonderie de Bretagne : le député doute de « la fibre patriotique » du groupe Renault

    « Lorient. Aéroport. Le plan de licenciements contesté (OF.fr-20/11/20-20h12)Morbihan. Comment le Covid-19 assèche le budget et entrave le fonctionnement des associations (OF.fr-21/11/20-11h) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :