• A l’heure où les Gilets jaunes, aveuglément réprimés par l’Etat policier, retrouvent la signification révolutionnaire de la Marseillaise (« Aux armes citoyens ! »), le Parti Maastrichtien Unique, formé des députés LAREM et LR, avec l’ultraréactionnaire Ciotti aux avant-postes, veut faire de l’école publique un lieu de formatage à la fois nationaliste et supranationaliste en imposant dans toutes les classes d’assortir le  tricolore du très clérical et très anticonstitutionnel  européen. A quand l’uniforme pour tous dès la maternelle ? A quand, vu ce que trame Macron à l’encontre de la loi laïque séparant l’Etat des Eglises, le salut matinal et martial au  comme c’était le cas sous Pétain et comme c’est tristement le cas dans les « libres » USA de Trump ?

    Cette « loi » grotesque, qui montre ce que recouvre en réalité le slogan du « nouveau monde » macroniste, va de pair avec l’odieux projet visant à entraver la liberté de parole publique des enseignants au nom de l’ « Ecole de la confiance », avec l’attaque contre le statut de la Fonction publique, avec l’encadrement croissant de l’internet…

    Le vrai patriotisme républicain, ce n’est pas, MM. Macron, Blanquer et Ciotti, de mettre grotesquement tous les élèves et les enseignants de France au garde-à-vous alors que dans tant d’établissements, il est presque impossible d’enseigner faute de moyens et de soutien institutionnel aux professeurs ! Le vrai patriotisme, c’est de refaire de la France une terre de Lumières, de progrès social, d’indépendance nationale, de coopération internationale avec tous les continents, de compréhension de toutes les civilisations ; c’est de donner à chacun les moyens de l’indépendance intellectuelle et de l’esprit critique, vraies bases d’un patriotisme républicain, le contraire direct de l’euro-nationalisme et de l’euro-béatitude inculqués dès l’enfance !

    Pétition : NON au drapeau de l’Union Européenne et à son “hymne”. Place aux PEUPLES ! rejoignez l’appel des 1 000

    Le vrai patriotisme républicain, ce n’est pas, MM. Macron, Blanquer et Ciotti, de mettre grotesquement tous les élèves et les enseignants de France au garde-à-vous alors que dans tant d’établissements, il est presque impossible d’enseigner faute de moyens et de soutien institutionnel aux professeurs ! Le vrai patriotisme, c’est de refaire de la France une terre de Lumières, de progrès social, d’indépendance nationale, de coopération internationale avec tous les continents, de compréhension de toutes les civilisations ; c’est de donner à chacun les moyens de l’indépendance intellectuelle et de l’esprit critique, vraies bases d’un patriotisme républicain, le contraire direct de l’euro-nationalisme et de l’euro-béatitude inculqués dès l’enfance !

    Alors que les droites LR et LAREM cautionnent le traité Macron-Merkel d’intégration de la France à la « République de Berlin » (traité d’Aix-la-Chapelle), alors que Macron viole la constitution et le NON français à la constitution européenne (donc au ) en substituant la «  européenne » à la «  nationale » et l’ « armée européenne » arrimée à l’OTAN à toute idée de défense nationale, alors que les politiques maastrichtiennes successives de Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron, détruisent le produire en France, les services publics d’Etat, les acquis sociaux du CNR, la République une, laïque et indivisible, la langue française elle-même sur l’autel de l’Empire euro-atlantique, du « pacte girondin », des privatisations, des délocalisations et du tout-anglais envahissant, le véritable patriotisme ne consiste pas à conditionner dès l’enfance le peuple français au conformisme et à l’uniformité mais à RESISTER au présent pour que chaque citoyen soit à même de faire vivre la liberté, l’égalité, la fraternité tout en cultivant l’esprit scientifique, le libre débat et l’indépendance intellectuelle. C’est dans les luttes, que les jeunes, les ouvriers, les enseignants doivent apprendre à unir de nouveau le drapeau tricolore, rendu à sa signification insurrectionnelle initiale, au drapeau rouge des travailleurs pour briser la  « en marche » et l’euro-dissolution galopante de notre pays.

    Le PRCF et les  appellent le mouvement ouvrier, enseignant, lycéen et étudiant à réagir vite et fort contre l’ensemble des contre-réformes maastrichtiennes et de plus en plus néo-versaillaises, voire néo-vichystes, par lesquelles ce pouvoir oligarchique détruit notre pays tout en se cachant derrière les beaux mots de « patriotisme » et de « République ».

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Chateaulin-Présidence Macron. « Une dérive autoritaire » selon Juan Branco (LT.fr-31/01/19-10h20)Juan Branco, avocat normalien et ancien candidat de La France Insoumise aux législatives en Île-de-France, sera ce jeudi soir au Run ar Puñs, pour parler de ses deux derniers ouvrages.

    Il était le candidat de La France Insoumise en Seine-Saint-Denis, lors des élections législatives de 2017. Normalien, docteur en droit, Juan Branco sera au Run ar Puñs, ce jeudi soir, afin de présenter son livre au titre sans équivoque, « Contre Macron ». Il y livre une analyse sans concession de la présidence en cours, dans laquelle il perçoit une nette dérive autoritaire, illustrée par les affrontements entre autorités et gilets jaunes.

    Dans votre livre « Contre Macron », vous parlez énormément de l’affaire Benalla. En quoi est-elle, selon vous, révélatrice de l’exercice du pouvoir par Emmanuel Macron ?

    « Je pense qu’Alexandre Benalla n’est pas une anomalie du système Macron mais, au contraire, qu’il est celui qui a le mieux compris la dérive autoritaire à laquelle on assiste. Je considère qu’il a été recruté pour mettre en place une garde parallèle, constituée d’agents n’ayant pas à obéir à une hiérarchie policière et ayant à charge, entre autres missions, de provoquer des incidents dans des manifestations. Symboliquement, Benalla pense détenir une forme de toute-puissance alors qu’il est arrivé à son poste par effraction, tout comme Emmanuel Macron d’ailleurs, qui a lui-même employé le terme d’effraction pour qualifier la façon par laquelle il est arrivé au pouvoir ».

    Très rapidement dans le livre, vous faites une analogie entre Macron et Mussolini. Ne pensez-vous pas que ces comparaisons pour le moins excessives contribuent à dissuader une grande partie des lecteurs de poursuivre l’ouvrage ?

    « Au contraire, ce livre a été rédigé en grande partie en juillet 2017 et il a une valeur prédictive par rapport à ce qui se passe aujourd’hui. Soit on ouvre les yeux sur ce qui se passe, soit on les garde fermés. Il y a eu plus de 2 000 blessés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, il y a une stratégie délibérée du pouvoir de court-circuiter le fonctionnement démocratique. Le fascisme, ce n’est pas uniquement le nazisme, la Shoah ou les chambres à gaz, qui en sont un avatar. Sous le régime mussolinien, c’était quelque chose de pervers, qui s’insérait au sein du quotidien ».


    Vous critiquez les violences du côté des forces de l’ordre mais pas les appels au soulèvement de la part de certains leaders des gilets jaunes ?

    « Je pense que s’il y a un sentiment révolutionnaire, il faut l’accompagner, tant que la parole ne prend pas à s’en prendre à quelqu’un en particulier physiquement. Un soulèvement peut être pacifique, on l’a vu lors des printemps arabes. Il y a un vrai désir d’être représenté aujourd’hui et sanctionner des paroles serait extrêmement dangereux. Nous avons créé des institutions pour éviter de s’en prendre les uns aux autres. C’est à Macron d’entendre et de comprendre d’où ça vient. Il devrait régler la situation institutionnellement, avec une dissolution de l’Assemblée par exemple, mais il n’a pas cette intelligence, il est trop narcissique pour cela. C’est en cela que je considère qu’il est trop autoritaire. En ne réagissant pas, il fait le lit du Front national ».


    Jusqu’au sein du mouvement des gilets jaunes, où les Insoumis côtoient des membres du Front national voire de groupes bien plus radicaux…

    « C’est vrai que des groupuscules d’ultra-droite émergent et c’est aussi la responsabilité d’une certaine gauche, qui a vu dans le mouvement des gilets jaunes quelque chose de sale, parce que ça venait du peuple sombre. C’est le résultat d’années passées à se préoccuper seulement des minorités. Il y a eu un temps de mépris par rapport aux populations, on a fini par oublier que le fondement de tout progrès, c’est l’égalité. À force d’avoir peur, on a laissé la place à l’extrême-droite et, oui, dans certains cortèges, on a senti, parfois, une ambiance malsaine qui ne représente pas ce que sont les gilets jaunes ».

    Vous-même, vous avez récemment donné une interview à un site d’extrême droite, « L’incorrect ». N’avez-vous pas la sensation de la banaliser et d’alimenter les rapprochements avec la gauche radicale, en faisant cela ?

    « La banalisation de l’extrême droite est actée, on le voit dans le fonctionnement médiatique. J’y suis allé pour leur dire que leur pensée est malsaine selon moi, et je me fiche de la réaction d’écume qu’il y a eu derrière. Ma démarche n’était pas du tout la même que celle d’Alexis Corbière ou de Thomas Guénolé donnant une interview à Valeurs actuelles pour dire en quoi La France Insoumise est aussi un mouvement populiste ».

    Vous étiez candidat pour La France Insoumise aux législatives 2017. Allez-vous vous engager dans la campagne des élections européennes ?

    « Non et, au contraire, je pense qu’il faut une abstention massive. C’est la seule solution pour qu’on puisse forcer les décisionnaires à réinterroger le fonctionnement démocratique. Je me suis moi-même présenté afin de tester le système, ça n’avait aucun sens. J’ai perdu au premier tour, je n’ai pas éprouvé la moindre peine, j’étais juste désemparé de voir l’abstention dans certains quartiers de Seine-Saint-Denis. Aujourd’hui, ils n’attendent rien des politiques, uniquement de retisser du lien social ».


    Pratique
    Juan Branco sera au Run ar Puñs, ce jeudi soir, à partir de 20 h, à l’invitation de l’assemblée citoyenne de Châteaulin. Il y présentera son livre, « Contre Macron » (éditions Divergences), ainsi que son essai « Crépuscule », disponible gratuitement sur Internet faute d’avoir trouvé un éditeur. Gratuit.

    source: https://www.letelegramme.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Gilets Jaunes et Syndicats-par Jean-Pierre PAGE (La Pensée Libre-29/01/2019)

    Le soulèvement des Gilets jaunes en France dure depuis presque trois mois et il se poursuit, ce qui démontre que la société est arrivée à un état de crise et de paupérisation tel qu’elle ne peut plus envisager de reculer. Les syndicats sont interpelés à cette occasion comme le sont les partis politiques, car ils n’ont pas vraiment su prévoir le mouvement et donc apporter à temps des perspectives novatrices. Cette situation force à remettre en cause non seulement tous les fondements du régime politique français actuel, mais plus largement tous les fondements des politiques capitalistes mondialistes menées depuis une trentaine d’années, ainsi que les stratégies d’adaptation qui se sont révélées stériles et qui se sont développées au sein du mouvement ouvrier au cours de cette période, dans la foulée de la crise des forces de progrès social. Ce que cet article analyse.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pour explorer, avec toutes celles et tous ceux qui sont décidé-es à sortir le travail de la folie anthropologique du capital, des chemins nouveaux, communistes, d’un travail qui ait sens, centré sur le travail vivant, dans la coopération et hors de toute subordination.

    Le weekend s'articule en des temps différents, afin de garantir du rythme et la possibilité d'échanger, pas uniquement d'écouter :
    une Conférence Gesticulée le vendredi soir
    des conférences, ateliers, débats, rencontre avec le mouvement paysan les samedi et dimanche (voir le programme dans les images associées à cet événement)

    Attention, deux lieux différents : Le Maquis et le PL Guérin

    Une précédente conférence de Bernard Friot ayant fait salle comble au PL Guérin, si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire en nous contactant par mail ou messenger.

    Pour plus d'infos sur Bernard Friot, n'hésitez pas à surfer le web !

    > > PROGRAMME DU WEEK-END < <

    /// VENDREDI 25 JANVIER ///

    20h30 - au PL Guérin
    "Je veux décider du travail jusqu'à ma mort"
    Conférence gesticulée de Bernard Friot


    /// SAMEDI 26 JANVIER ///

    A partir de 9h30 au PL Guérin

    10h - Le travail et la sécurité sociale
    Conférence de Bernard Friot
    Suivi d'un débat - question - échange

    12h30 - Repas de quartier et contes sur le travail

    14h30 - Débat mouvant

    15h - Atelier paysannerie
    Atelier avec la ferme de Kermarzin et des paysans du finistère

    18h - Réseau Salariat et Bernard Friot rendent visite au Maquis autour de la création Jeanne Dark Maquis
    Quelles similitudes et quelles différences entre la crise de 29 et la crise actuelle
    Agora / lecture à partir de l'oeuvre de Bertolt Brecht "Sainte Jeanne des Abattoirs"
    ATTENTION : ça se passe au Maquis !


    /// DIMANCHE 27 JANVIER ///

    A partir de 9h - au PL Guérin
    10h - La place de l'Etat dans la société du salaire à vie
    Débat

    11h30 - Réseau Salariat une association anticapitaliste : qu'en est-il des autres dominations : le sexisme
    Atelier

    14h - Parler du salaire à vie
    Atelier

    16h - Salaire à vie : y arriver grâce au syndicalisme
    Atelier

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ajoutée le 6 janv. 2019
     
    Le référendum d'initiative citoyenne doit nous permettre de retrouver notre souverainté sur nos représentants. Olivier BERRUYER nous présente son exemple de RIC que nous pouvons tous déjà réclamer auprès de nos représentants.
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Grand Angle, Ajoutée le 30 déc. 2018

    Le Référendum d'Initiative Citoyenne, RIC, est fortement critiqué dans les médias en ce moment. Avec Olivier Berruyer nous revenons sur les raisons qui rendent le RIC nécessaire en France pour renforcer notre démocratie mal en point.

     Le Blog : http://www.grandangle2017.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Bébés sans main. « On a eu l’impression d’une volonté d’étouffer l’affaire » (LT.fr-31/10/18-19h37)

    « Volonté d’étouffer l’affaire », « manipulation » : Isabelle Taymans-Grassin, médecin généraliste et mère d’une fille née sans main à Guidel (Morbihan) en 2012, se dit très « méfiante » vis-à-vis des autorités sanitaires après avoir été échaudée par la « communication ridicule » de Santé Publique France sur ces cas de malformations rares.

    « Un choc », « l’impression d’être dans un mauvais rêve ». C’est à la naissance de sa fille Charlotte en 2012, à la maternité de Lorient, qu’Isabelle Taymans-Grassin, 39 ans, a découvert que le bébé souffrait d’une malformation au bras gauche. Une agénésie qui la prive de main et d’avant-bras. « À la naissance, ça vient un peu « gâcher » le bonheur, même si je n’aime pas employer ce mot », raconte-t-elle à l’AFP, décrivant un mélange « de joie, de tristesse et d’angoisse ».

    À lire sur le sujet    Bébés sans main. Quatre cas à Guidel

    À cela s’ajoute l’absence d’explication du corps médical. Elle-même médecin, Isabelle Taymans-Grassin consulte de nombreux spécialistes en France et en Belgique. « J’ai eu autant d’avis que de médecins que j’ai rencontrés », dit-elle.

    « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard »

    Quelques mois après la naissance de sa fille, elle rencontre une seconde famille de Guidel dans la même situation, puis une troisième. Au total, quatre cas ont été répertoriés dans cette commune de 11 807 habitants entre 2011 et 2013. « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard. Mon père a fait les calculs, il y a une chance sur 22 millions que ça soit lié au hasard », raconte-t-elle.

    Le 4 octobre, Santé Publique France a confirmé des excès de cas de bébés sans mains, bras ou avant-bras, à Guidel comme en Loire-Atlantique mais sans identifier de cause à ces malformations. Pour l’Ain, l’agence sanitaire n’avait en revanche pas mis en évidence d’excès de cas, contrairement au Remera, structure basée à Lyon qui avait donné l’alerte pour ce département.

    « Une volonté très claire d’étouffer l’affaire »

    Une enquête « pas très poussée », qui « ne nous a rien appris » et aurait pu être publiée « deux ans plus tôt », selon Isabelle Taymans-Grassin. « On a eu l’impression d’une volonté très claire d’étouffer l’affaire. L’ensemble des familles a eu cette sensation », ajoute celle qui a rejoint le conseil d’administration de l’Association d’étude et d’aide aux enfants agénésiques (Assédéa).

    Mardi, Santé Publique France a finalement annoncé avoir identifié 11 cas supplémentaires d’enfants nés avec une malformation des membres supérieurs dans l’Ain entre 2000 et 2014 d’après les données hospitalières.

    De la méfiance vis-à-vis des autorités

    Fustigeant une « communication ridicule » qui « effraye tout le monde », Isabelle Taymans-Grassin dit y voir « un peu de manipulation d’opinion », une « volonté de faire taire le Remera, qui est le seul registre indépendant ». « L’ensemble des familles de Guidel et de l’Ain sont méfiantes vis-à-vis des autorités sanitaires », ajoute-t-elle.

    Sur les causes de ces malformations, elle affirme avoir des « pistes » mais ne veut pas « lancer de rumeurs infondées sans avoir plus de preuves », alors qu’une rencontre avec les autorités sanitaires est prévue le 6 novembre à Guidel. Quant à Charlotte, elle a eu six ans cette année et a fait sa rentrée en primaire à Bruxelles, où la famille habite désormais. « Elle va bien, est plutôt extravertie, assume tout à fait sa différence », dit sa mère. « Elle fait du vélo, fait tout ce qu’un enfant de six ans fait, c’est plutôt chouette ».

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique