• Dialogue de sourds entre les pro et les anti loi bioéthique à Brest (OF.fr-10/10/20-19h34)

    Dans le bas du Cours d’Ajot, les pro loi bioéthique ont réussi à se rapprocher du rassemblement des anti, mais les policiers se sont interposés pour maintenir le calme. PHOTO YVES-MARIE QUEMENER / OUEST-FRANCEDans le bas du Cours d’Ajot, les pro loi bioéthique ont réussi à se rapprocher du rassemblement des anti, mais les policiers se sont interposés pour maintenir le calme. 

    Ce samedi 10 octobre, deux manifestations se sont opposées verbalement, la police s’étant interposée. D’un côté, entre 200 et 300 traditionalistes ; de l’autre, entre 400 et 500 pro PMA et GPA. Un homme a été interpellé pour port d’ rme prohibé.

    « La PMA, ça ne vous concerne pas ! Laissez nous vivre ! » entend-on d’un côté. « La PMA, on n’en veut pas ! » riposte-t-on de l’autre. Entre les deux groupes de manifestants, un cordon d’une vingtaine de policiers en tenue de maintien de l’ordre.

     

     

    Dialogue de sourds ce samedi 10 octobre 2020 après-midi, à Brest. D’un côté, les anti loi bioéthique. Ils ont officiellement déclaré leur manifestation appelée « Marchons enfants ».

    Ils se sont rassemblés en bas du cours d’Ajot plutôt que place de la Liberté, comme annoncé initialement. Ils sont entre 200 et 300 (220 selon la police). Des seniors, des familles, quelques jeunes, et des enfants, munis de drapeaux orange et vert, sur lesquels il est invariablement écrit « Liberté, égalité, paternité ». Une variante tout de même : « Pas touche à mon père ! » est-il écrit sur une banderole.

    Chez «Marchons enfants», on lutte contre la PMA ouverte à toutes les femmes, même homosexuelles et célibataires, et la GPA. 

    «C’est la nature»

    Traditionalistes en matière de modèle familial, ils sont contre l’ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) aux femmes célibataires et lesbiennes, contre Gestation pour autrui (GPA)… Des mesures qui sont dans le projet de loi sur la bioéthique adopté en deuxième lecture par l’assemblée nationale durant l’été, et qui devra repasser au Sénat. « Un enfant doit avoir un père et une mère, c’est la Nature », explique Cécile. « Quand on bouleverse son équilibre, la Nature finit toujours pas se venger… », affirme Véronique.

    « Je fais ce que je veux avec mes ovaires »

    En face, les contre-manifestants sont entre 400 et 500 (320 selon la police). Beaucoup de femmes et de jeunes dans ce cortège plus coloré voire arc-en-ciel, et aux slogans plus variés : « Je fais ce que je veux avec mes ovaires », « Mieux vaut deux mères qu’un père de merde ! », « Il n’y a qu’un modèle familial universel : l’amour ».

    Cette « riposte contre la Manif pour tous » non officielle réunit des associations homosexuelles et LGBT comme les étudiants de West up ; des organismes de défense des droits des femmes comme le Planning Familial qui promeut le droit à l’avortement ; des syndicats comme la CGT, Solidaires, la CNT « contre les fachos » ; des mouvements comme les Gilets jaunes ; etc. Ils sont favorables à la loi bioéthique, à la PMA ouverte à toutes les femmes et à la GPA.

    Riposte contre « La manif pour tous» à Brest. Manifestation à l'appel d’organisation syndicales réunies au sein de Visa 29, quelques organisations de gauche, les organisations féministes Planning familial et Brestoises pour les droits de Femmes. 

    Après s’être réunis sur le parvis de la faculté Segalen, ils ont rejoint le Cours d’Ajot où se trouve l’autre rassemblement. « Je suis là pour défendre les droits des femmes à ceux qui veulent nous les retirer », déclare Sophia, étudiante et membre de West up. « Je ne supporte pas les cathos intégristes et j’ai des amis LGBT. Pour un enfant, le plus important n’est pas la « famille », qu’elle soit traditionnelle ou autre, mais la façon dont on s’en occupe ! » souligne une manifestante, enseignante. Marie, féministe, est venue avec ses trois filles : « Dans les familles intégristes, les femmes en travaillent pas et n’ont pas le droit d’ouvrir leur bouche. Ce n’est pas un bon modèle ! »

    En haut de la balade, près de la sous-préfecture, ils sont bloqués par des policiers qui les empêchent de passer. Une demi-heure plus tard, ils finissent par rejoindre le bas du Cours d’Ajot en passant par la rue du Château.

    Des slogans très variés dans la « riposte à la Manif pour tous ». 

    Durant près de trois-quart d’heures, les deux groupes se sont fait face, campant sur leurs positions. Mais les échanges, parfois vifs et agressifs, sont restés verbaux. Il n’y a pas eu de dérapage. Chacun a montré ses muscles.

    Les deux manifestations sont dispersées un peu avant 17 h. La police a interpellé une personne pour port d’arme prohibé au retour des pro loi bioéthique.

    « Café marxiste avec GEORGES GASTAUD sur la renaissance du matérialisme dialectique (10 octobre 2020 – diffusion vidéo à 16h)Billet Rouge-A propos du néo-communisme “boccarien” – Par Floréal, PRCF (IC.fr-11/10/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :