• Finistère. Pesticides : les zones de non-traitement près des habitations pourront être réduites (OF.fr-20/07/20-9h01)

    Le Finistère se dote d’une charte permettant de réduire les zones de non-traitement près des habitations.Le Finistère se dote d’une charte permettant de réduire les zones de non-traitement près des habitations.

    Un document assouplit la mesure qui oblige les agriculteurs à respecter une distance de sécurité avec les habitations.

    Depuis le 1er janvier 2020, les agriculteurs doivent respecter une distance de sécurité lors de l’épandage des produits phytosanitaires (pesticides) à proximité des habitations.

    Ces distances sont de 10 m pour les cultures hautes (arboriculture et viticulture notamment) et de 5 m pour les autres cultures, sauf à proximité des établissements accueillant des « personnes vulnérables » (écoles, hôpitaux, maisons de retraite) et sauf pour les produits les plus dangereux (20 mètres incompressibles).

    La loi permet toutefois de réduire ces distances avec l’adoption, par les préfets, de chartes départementales d’engagement des utilisateurs agricoles de produits phytosanitaires. Comme bon nombre d’autres départements, le Finistère vient de s’en doter.

    Des engagements

    Les distances de sécurité passent donc à 5 m pour les cultures hautes et à 3 m pour les autres cultures. À condition d’utiliser un engin permettant de réduire la dérive, c’est-à-dire l’envol des produits de traitement hors de la zone visée.

    De l’autre côté, la charte liste les engagements de la profession agricole vis-à-vis des riverains : traiter dans de bonnes conditions météo, respecter les conditions d’emploi du produit… La chambre d’agriculture s’engage à diffuser les mesures de prévention, les bonnes pratiques d’utilisation et les techniques alternatives. De leur côté, les maires s’engagent à « favoriser le maintien de relations apaisées entre agriculteurs et habitants concernés ».

    Des réunions de concertation

    Comment cette charte a-t-elle été élaborée ? Des réunions de concertation ont eu lieu, au niveau régional, entre les syndicats agricoles majoritaires, des fédérations professionnelles, la chambre d’agriculture et des associations environnementales. 

    Ensuite, dans le Finistère, des réunions ont été organisées avec des représentants des collectivités locales puis le projet a été soumis au public sur Internet. Enfin, le projet a été envoyé à tous les maires du Finistère.

    Flora CHAUVEAU

    source: https://www.ouest-france.fr/

    « Quimper. Mouvement de grève chez Castorama (OF.fr-20/07/20-11h52)Brest : à Castorama, la prime rognée passe mal (LT.fr-20/07/20-12h20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :