• Fouesnant (29)-Les salariés de l’usine Tipiak dénoncent de mauvaises conditions de travail (OF.fr-10/06/20-10h30)

    Quarante salariés ont débrayé ce mardi matin et près d’une trentaine l’après-midi.Quarante salariés ont débrayé ce mardi matin et près d’une trentaine l’après-midi. 

    « Nous ne sommes pas entendus par notre direction, dénonce Patrick Anciaux, délégué syndical CGT site Cornouaille et délégué central de Tipiak. Malgré notre investissement pendant le confinement et nos conditions de travail qui se dégradent de plus en plus, nous n’avons eu aucune reconnaissance de la part de la direction, alors que cela est préconisé par le gouvernement. »

    Le syndicat CGT Tipiak Cornouaille avait appelé l’ensemble du personnel, de l’agroalimentaire, tous services confondus, à une journée de débrayage à Fouesnant, ce mardi 9 juin 2020, pour protester contre la politique sociale menée par le groupe. La CGT souhaiterait gommer les différences entre les sites. Les salariés de l’usine de Marans (Charente-Maritime) et ceux de Saint-Aignan-de-Grandlieu (Loire-Atlantique) ont suivi le mouvement.

    « Nous avons travaillé pendant tout le confinement et dans des conditions très difficiles. Nous aimerions être récompensés de nos efforts. Les salariés de l’épicerie sèche ont eu quelques jours de congés supplémentaires. Ici rien, s’indigne le syndicaliste. La direction nous propose juste une augmentation de 0,80 % et 30 € en plus sur notre prime. » Les employés s’interrogent aussi sur le prix du ticket-restaurant qui n’a pas la même valeur selon les sites.

    Réorganisation de dernière minute

    « Avant on travaillait en 2 X 8, s’insurge une salariée chez Tipiak depuis 38 ans, Les conditions de travail se sont durcies. Les dépassements d’horaires ou les réorganisations de dernière minute deviennent de plus en plus fréquents. Nos horaires changent tous les jours et on ne les connaît que d’une semaine sur l’autre. »

    Les heures atypiques fatiguent les employés. « Notre travail est devenu stressant. On nous oblige même à prendre nos rendez-vous médicaux sur nos congés payés et on doit en plus fournir un certificat médical. Cela génère du stress et a un impact sur notre vie privée. »

    Sollicité, le directeur du site n’a pas souhaité s’exprimer. La CGT espère pouvoir reprendre la discussion avec la direction jeudi 11 juin 2020. L’usine agroalimentaire Tipiak emploie 1 300 salariés répartis sur sept sites de production.

    Véronique MOSSER

    source: https://www.ouest-france.fr/

    « Les commerçants des Capucins font grise mine (LT.fr-9/10/20-21h)Quimper. Un hommage à George Floyd samedi 13 juin 2020 (OF.fr-10/06/20-10h35) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :