• Communiqué du PRCF

    Après avoir exprimé son mépris et sa haine des gilets jaunes le 31 décembre 2018, le monarque confirme sa détermination à :

    • Détruire le système de retraites par répartition et la Sécurité sociale en faisant l’apologie de sa contre-réforme, présentée comme assurant la « justice » et le « progrès social » et qui sera « menée à son terme » – avec l’espoir de rallier à lui le jaune Laurent Berger ; et au passage, fustigeant les « manipulations » et les « mensonges » (les siens ?!) ;
    • Accélérer la « transformation » de l’Education nationale et des services de santé – comprenez par-là, une « restructuration » au nom de la « flexibilité », la « rentabilité » et « l’efficacité » – tout en faisant miroiter une « revalorisation » des rémunérations… après avoir augmenté la CSG, instauré un jour de carence pour les fonctionnaires et confirmé le gel de l’indice de traitement (décision prise en 2010).
    • Impulser le « saut fédéral européen » en promouvant une « Europe de la Défense » « souveraine », violant une nouvelle fois le principe selon lequel « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation » (article 3 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) ;
    • Sous couvert de lutte contre le terrorisme, poursuivre les guerres impérialistes au Sahel et les ingérences néocoloniales dans des pays souveraines.
    • Enfin, et de manière suffisamment vague pour que cela soit inquiétant, lutter contre les « intérêts » au nom de « l’unité nationale » : faut-il comprendre par-là la répression fascisante accrue à l’égard des syndicalistes, des gilets jaunes éborgnés et mutilés, des hommes de politiques poursuivis en justice ?

    Autosatisfait de son désastreux bilan, pervertissant la langue en utilisant une rhétorique totalement à contre-courant de la réalité sa politique capitaliste, antisociale, antidémocratique, antirépublicaine et antinationale, Macron désire plus que jamais mettre au pas les travailleurs et les citoyens de France, rappelant que « nous avons à l’égard de la France plus de devoirs que de droits » : cela vaut-il pour les fraudeurs fiscaux, le MEDEF tout heureux de la contre-réforme des retraites et des baisses continues de cotisations patronales, les ministres corrompus du gouvernement Philippe ?!

    https://www.change.org/p/emmanuel-macron-seul-le-peuple-est-l%C3%A9gitime-macron-demission

    Répétant comme un automate les grandes lignes des vœux énoncés en 2018, Macron se place, plus que jamais, comme le maître d’œuvre de l’euro-dissolution de la France et de la République (jusqu’à amadouer des maires dont les ressources financières – pour les petites communes rurales et populaires – fondent comme neige au soleil), de l’euro-destruction des conquêtes sociales et démocratiques, à commencer par le système de retraites par répartition mis en place par Ambroise Croizat dans le cadre du programme du Conseil national de la Résistance (que Macron s’est senti obligé de citer), et de l’euro-fascisation qui détruit nos libertés publiques.

    Face à cette énième déclaration de guerre lancée aux citoyens et aux travailleurs, il est plus que jamais nécessaire de faire vivre à Macron et au gouvernement Philippe, au MEDEF et à l’UE une nouvelle année de grandes peurs sociales, dans la rue et dans les urnes. Et surtout, préparer la seule alternative au danger mortifère d’un duel Macron-RN en 2022, à savoir la sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme !

     

    Paris – 31 décembre 2019 – 21h00

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Et elle est aussi responsable de la désindustrialisation de la France, à travers son arme favorite, l'Union européenne !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    A voir également: 

    AU BOULOT : RÉFÉRENDUM !, LE TEMPS DES RICHES, ET SI JE CAUSAIS COMME HOLLANDE ? (BDR 53)

    https://www.youtube.com/watch?v=ug1DlbZZKBw&t=362s

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Destruction des services publics : la #loidussopt décryptée!   (IC.fr-9/05/19)

    Le projet de la loi de transformation de la Fonction Publique, c’est la casse des statuts de la fonction publique pour la précarisation générale des agents publics, le dumping social contre l’ensemble des travailleurs et à terme la destruction et la privatisation des services publics.

    Cette loi Dussopt, ce n’est ni plus ni moins que l’outil pour appliquer les directives européennes de libéralisation et privatisation du service public, pour se plier aux critères euro-austéritaires des 3% de l’euro. La fonction publique, le service public sont en effet dans le viseur de l’Union Européenne du Capital

    Un projet de loi qui applique la loi travail et les ordonnances Macron à la fonction publique !


    C’était annoncé dès 2016, la loi Travail n’était que le début de la casse des droits du travail, d’abord appliquée au secteur privé, le secteur public devant suivre. C’est l’objectif de cette loi Dussopt.
    En effet, celle-ci reprend les mesures de la loi Travail et des ordonnances Macron qui ne sont pas encore appliquées à la Fonction Publique :
    D’abord directement dans la loi, la suppression des Comités Techniques et des Comité Hygiène Sécurité et Condition de Travail, qui seront fusionnés, à l’image de ce qui a été imposé par la loi Travail.
    La conséquence : moins de droits pour les représentants du personnel qui auront moins de temps pour se prononcer sur l’organisation et les conditions de travail dans chaque Service public.

    Également, moins de représentants du personnel. Rappelons que ces derniers viennent juste d’être élus, les fonctionnaires plaçant en tête les syndicats qui refusent la casse des services publics (CGT, FSU, FO et SUD) et sanctionnant la CFDT/UNSA

    Ensuite le projet de loi prévoit de légiférer par ordonnance pour établir “des accords locaux”. C’est le pendant des ordonnances Macron pour supprimer les droits collectifs et remettre en cause les droits des agents publics. Il s’agit notamment ici de s’attaquer au temps de travail des fonctionnaires et à leurs conditions de travail !

    Un projet de loi qui place les agents publics “aux ordres” sous le règne de l’arbitraire !

    C’est de fait la suppression d’un des pans principaux du statut de la fonction publique, les Commissions Administratives Paritaires (CAP). Y sont représentées les organisations syndicales élues et elles examinent les promotions, les mutations et les sanctions. Ces CAP permettent tout à la fois de garantir la transparence et l’équité de traitement et de vérifier l’application effective des règles des statuts particuliers.
    Elles permettent également de veiller à ce que le recrutement sur les postes de fonctionnaires soit
    Ces CAP ne seraient plus tenue par “Corps” mais fusionnées pour regrouper des fonctions, métiers et donc statuts très divers. Surtout, elles ne regarderaient plus que des recours individuels tandis que les listes de postes et de promotions ne seraient plus établies, ne permettant plus aucune transparence et contrôle.
    C’est le retour du règne de l’arbitraire de l’administration, du fait du prince. Pour une Fonction Publique précarisée et aux ordres, qui ne sera dès lors plus au service du public, mais à la main du pouvoir.

    Précarisation des agents publics !

    20% des agents publics ont déjà des statuts précaires, non fonctionnaires. Ce qui est beaucoup trop et qui est inacceptable. Le régime Macron veut désormais ne recruter que des contractuels.
    Avec l’institution d’un régime de contrat de projet, équivalent du contrat de chantier, en encore plus précaire. Avec l’autorisation pour les établissements publics de recruter sans justification des contractuels et personnels de droit privé plutôt que des fonctionnaires sous statut.

    Plan de licenciements sans plan social !

    Enfin et c’est également très grave, la loi Dussopt prévoit des dispositions pour assurer les suppressions massives d’emplois, l’objectif de 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires étant celui du régime Macron.
    Pour y arriver, la loi institue un régime de “coup de pied au derrière” pour pousser vers la sortie des agents publics dont les postes seraient supprimés. Par la porte ou par la fenêtre. En permettant aux Préfets de les placer à leur guise ou bon leur semble.
    Un poste d’inspecteur traquant l’évasion fiscale supprimé ? On pourrait ordonner au fonctionnaire d’aller faire l’enseignant ou l’inspecteur de l’environnement ! Et si l’agent craque, pas de plan social avec indemnité et reclassement. Non un “départ volontaire” avec une prime de misère.
    Alors que le régime veut privatiser massivement les services publics, la loi prévoit de transférer, contre leur gré les agents publics à l’entreprise privée. Et dans ce cas, c’est le contribuable qui paiera le salaire des agents publics. C’est la double prime pour les milliardaires.

    Ce qui se prépare c’est la casse des statuts de la Fonction Publique. Cela concerne tous les agents publics, mais cela concerne également tous les travailleurs. La précarisation de 5 millions d’agents publics c’est également un dumping social sur tous les travailleurs du privé.


    C’est pourquoi la résistance ce doit être maintenant, tous ensemble !

    JBC 

    source: https://www.initiative-communiste.fr

     

    La loi Dussopt en intégralité

    http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/transformation_fonction_publique

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Non, les agents de la  ne sont pas privilégiés. Oui, nombre d’entre eux sont précaires. Non, il n’y a aucune raison pour détruire le statut de la Fonction Publique comme veut le faire le régime Macron, sur ordre du MEDEF et de l’Union Européenne avec la loi Dussopt.

    Rappelons que Macron, depuis son entrée au cabinet de Hollande puis son placement comme ministre du gouvernement Valls et avant même d’occuper l’Élysée, n’a eu de cesse de s’en prendre aux  et aux services publics (Rémunération au mérite : Macron déclare vouloir supprimer le statut des fonctionnaires, Lebranchu applaudit)

    IC revient en chiffres et en faits sur la réalité de ce qu’est la fonction publique.

    Les agents de la Fonction Publique en chiffres

    Les agents de la Fonction Publique sont un peu moins de 5,451 millions en France, soit 19.9% des emplois. 2.398 sont des agents de la Fonction Publique d’État travaillant à 80% pour les ministères et 20% pour ses établissements publics. 1,889 travaillent dans la fonction publique territoriale, 75% travaillant pour les communes, les départements et les régions, 25% travaillant pour leurs établissements publics. Enfin, 1,163 millions travaillent dans la Fonction Publique hospitalière (88% dans les hôpitaux, 8,5% dans les EPHAD, 3,5% dans les établissements médicaux sociaux).

    Rapporté à la population, et contrairement à ce que prétend la propagande gouvernementale, le nombre d’emplois publics n’augmente pas.

    Des agents publics de plus en plus précaires, moins payés que dans le privé

    Parmi ces agents, 70% soit 3,851 millions sont fonctionnaires tandis que près de 1 million soit 17% sont contractuels, la plupart en contrat . On compte également 300 000 militaires. Enfin un peu moins de 400 000 personnels relèvent d’autres catégories, dont 150 000 salariés payés par l’État, mais travaillant pour les écoles, collèges et lycées privés sous contrat.

    Entre 2005 et 2015 le nombre d’agents publics employés hors  dans des conditions précaires a augmenté de 2,2%.

    Le salaire des fonctionnaires, bloqué par le gel du point d’indice depuis plus de 10 ans, est en moyenne de 2219 € net, inférieur au salaire net moyen du secteur privé 2250 €.

    La France n’a pas plus d’agents publics que les autres pays

    La France n’est pas le pays européen qui compte le plus d’emplois publics, avec un taux de 72 agents publics pour 1000 habitants.

    Le plus gros employeur public est l’hôpital public (1.026 millions d’agents publics) suivi par le ministère de l’Éducation Nationale (1,01 millions d’agents publics). Le ministère de l’Intérieur (285 000 agents) est le 2e plus gros employeur de la fonction publique d’État, suivi par la Défense.

    Chaque année, un demi million de candidats se présente aux recrutements externes de la Fonction Publique, pour moins de 40 000 postes ouverts.

    JBC

    source: https://www.initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Chantal Jouanno sur le plateau du journal de 20 h de France 2, ce mardi 8 janvier 2018 (capture d'écran).Chantal Jouanno sur le plateau du journal de 20 h de France 2, ce mardi 8 janvier 2018 

    La présidente de la Commission nationale du débat public, chargée de l’organisation du « grand débat national » promis par l’exécutif face à la crise des Gilets jaunes, a annoncé, ce mardi 8 janvier, qu’elle renonçait à cette mission, au 20 h de France 2. Une décision qui intervient après une polémique autour du montant de son salaire pour assurer le pilote de cette consultation, qui s’élevait à 11 500 € nets par mois.

    « C’est une décision que j’ai prise parce que je crois à ce 'grand débat', qui est plus que jamais nécessaire […] il faut donc créer les conditions de ce 'grand débat' ». Après la polémique sur son salaire de 11 500 € nets par mois pour piloter le « grand débat national » promis par l’exécutif face à la crise des Gilets jaunes, Chantal Jouanno a annoncé, ce mardi soir, au journal de 20 h de France 2, qu’elle jetait l’éponge. Les questions sur le niveau de son salaire sont « parfaitement légitimes », a jugé Chantal Jouanno. « Ça ne crée vraiment pas les conditions de sérénité qui sont nécessaires pour ce débat ».

    Le gouvernement devra « clarifier comment il tiendra compte de ce qui va être dit »

    Elle compte, en revanche, rester présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP). « Cedi dit, je remets dans les mains du président et du gouvernement le niveau de rémunération de la présidente de la CNDP, qui leur appartiendra d’arbitrer, comme les autres niveaux de rémunération des présidents d’autorités indépendantes et de hauts fonctionnaires », a-t-elle ajouté.

    Chantal Jouanno a aussi précisé que sa décision ne résultait pas d’une demande d’Emmanuel Macron. Mais elle l’en a informé, tout comme le Premier ministre. « Le gouvernement doit dire aujourd’hui la méthode par laquelle il s’engage à répondre », a conclu la présidente de la CNDP. « Il lui appartient de clarifier comment il tiendra compte de ce qui va être dit » dans le cadre de ce « grand débat national ».

    Un salaire jugé « indécent »

    Empêtré depuis près de deux mois dans une crise sociale sans précédent des Gilets jaunes, Emmanuel Macron avait annoncé lors de ses vœux du 31 décembre l’organisation de ce débat national.

     

     

    Depuis la révélation de son salaire, Chantal Jouanno a été vivement critiquée par des personnalités politiques mais aussi des Gilets jaunes, en dépit du soutien de certains membres du gouvernement comme le ministre de la Transition écologique François de Rugy. « Ça fait des décennies que je mène des débats, des articles, des meetings, des vidéos, bénévolement ; j’imaginais pas que c’était possible ce genre de trucs », s’était indigné l’ancien inspecteur du travail et ex-représentant de l’aile gauche du PS, Gérard Filoche, sur Twitter. Le député et porte-parole du Rassemblement national, Sébastien Chenu, s’était dit pour sa part « choqué » et a jugé « indécent » ce salaire.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Macron, champion olympique de la destruction du sport en France (IC.fr-10/09/18)

    « Pour des raisons personnelles » (sic), Laura Flessel a brutalement démissionné du gouvernement Macron, déjà déserté par Nicolas Hulot.

    Et cette démission-surprise n’avait bien entendu rien à voir avec la baisse brutale du budget du ministère de la Jeunesse et des sports où 1500 postes de techniciens, indispensables au fonctionnement des fédérations sportives, seraient supprimés. Car sans ces incessantes suppressions d’emplois publics, la France euro-soumise n’entrera pas dans les clous des maudits « critères de Maastricht » sans lesquels la sacro-sainte « monnaie unique européenne » alignée sur le deutsche-mark ne tiendrait pas une journée.  ou Euro, il faut choisir.

    La toute nouvelle ministre des sports, la nageuse  joue la suprise, dénonçant l’annonce brutale d’un plan social frappant 1500 postes et s’accompagnant de la réduction de 10% du budget de son ministère. Indiquant que les ordres “viennent d’en haut”…

    Le plus choquant, c’est que ces coupes claires interviennent alors que la France va accueillir les Jeux olympiques ! Une perspective que le PRCF a combattue, contrairement à M. Ian Brossat et à toute la belle gauche établie (ce sera un gouffre financier comme tous les J.O. antérieurs, une manne énorme pour les monopoles capitalistes, un fardeau pour le contribuable, une nouvelle dose d’aliénation idéologique pour les masses populaires du monde entier et un nouveau carburant pour la mise en place funeste du Grand Paris, ce tombeau des départements et des communes ouvrières de la ceinture parisienne).

    Bref, les contradictions politiques du néolibéralisme euro-macronien deviennent insurmontables, éclatantes, presque risibles.

    Aux millions de sportifs de France, qui se dévouent pour faire fonctionner les clubs, entrainer les enfants et former les jeunes, est il utile d’expliquer ce que signifie cette politique ?

    Si l’on supprime l’argent public nécessaire pour le fonctionnement du sport amateur et que, parallèlement, on doit financer les dispendieux J.O., les sportifs amateurs auxquels on a promis monts et merveilles en matière de retombées des J.O. n’ont pas fini de se serrer la ceinture.

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Hulot : Une décision utile

    Nicolas Hulot a tiré de manière sage la conséquence d’une contradiction insoluble : on ne peut pas mener en même temps une politique de croissance néo-libérale et une politique écologique.

    Une décision grave, sage, responsable. En un mot, une décision utile. En posant, dès le premier jour de la rentrée, sa démission sur la place publique, Nicolas Hulot a bien agi. Il a concrétisé de manière éclatante le contraste énorme entre la gravité de la situation écologique — en fait, de la situation de l’humanité — et la médiocrité de la politique suivie.

    L’encouragement donné aux chasseurs par le président de la République, lundi 27 août, en augmentant le nombre d’espèces chassables — alors que les espèces d’oiseaux subissent une érosion dramatique — a peut-être été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la déception et de la tristesse. Mais c’est surtout et à juste titre l’événement majeur de l’été qui a poussé M. Hulot à franchir le pas : une canicule massive, mondiale, et surtout, dont il est pour la première fois possible de dire qu’elle est une manifestation du changement climatique, et le présage de ce qui pourrait se multiplier. Sans doute Nicolas Hulot a-t-il aussi lu cette étude glaçante parue en juillet dans la revue scientifique PNAS et dans laquelle Will Steffen, Johan Rockström et leurs collègues expliquent que, si la planète dépasse 2 °C de réchauffement par rapport l’ère pré-industrielle, nous basculerons dans un état incontrôlable, où les rétro-actions positives de la biosphère pousseront à un réchauffement sans cesse accru.

    « Nous avons dix ans pour agir », a dit M. Hulot. Dix ans pour éviter le basculement dans l’irréparable, alors les émissions des gaz à effet de serre continuent à augmenter et l’érosion de la biodiversité à se poursuivre.

    Pourrait-il être entendu par ceux qu’il quitte ? On peut en douter : dans son explication ce mardi, M. Hulot a évoqué les logiques de la croissance et de l’économie libérale, en regrettant qu’elles n’évoluent pas. Là était la faiblesse d’analyse de l’ex-ministre, qui pensait que M. Macron pourrait « en même temps » mener une politique écologique et une politique néolibérale. Reporterre avait pointé dès le début, il y a un an, cette contradiction. Un an de faible action écologique aura montré que « l’en même temps » est ici impossible : sortir du désastre écologique — qui implique de réduire les inégalités, comme l’a évoqué Nicolas Hulot — n’est pas possible dans le cadre de l’économie capitaliste. C’est un des principaux enseignements du départ courageux du ministre.

    Il reste l’action, la société, la lutte, les mouvements citoyens, la résistance, le travail constant et tenace de gens de plus en plus nombreux pour empêcher le désastre. Nul doute qu’en levant l’ambiguïté que signifiait sa présence dans un gouvernement qui néglige l’enjeu biosphérique, Nicolas Hulot aide les écologistes.

    Hervé KEMPF

    Source: https://reporterre.net/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique