• Ils sont venus voir Mélenchon « par conviction » (quotidien ouest-france 1/03/2017)

    Ils sont venus voir Mélenchon « par conviction » (quotidien ouest-france 1/03/2017)

    Quotidien ouest-france (Bretagne) 1/03/2017

     

      Ils sont venus voir Mélenchon   «par conviction»

    Ils sont venus voir Mélenchon « par conviction » (quotidien ouest-france 1/03/2017)Jean-Luc Mélenchon lors de so meeting hier soir à Brest

     

    4 000 personnes sont venues assister au meeting du leader de la France insoumise, mardi soir, à Brest. Des jeunes actifs aux retraités, la foule bretonne était déjà acquise au candidat.

    Reportage

    « Sincère », « honnête », « proche du peuple ». Les qualificatifs tournaient en boucle, mardi soir, dans les rangs de la Brest Arena. Du Finistère et d'ailleurs, les supporters de Jean-Luc Mélenchon sont venus nombreux pour assister au meeting du leader de la France insoumise.

    Dans les rangs, beaucoup de tablettes et autres smartphones sont prêts à immortaliser un moment qui s'annonce intense. « C'est notre tout premier meeting politique ! », confient Élodie et Benjamin, installés en hauteur. Et pour cause. Il y a encore quatre mois, le couple de Brestois s'intéressait peu, voire pas du tout à la politique. « C'est quelque chose de nouveau pour nous, explique Elodie. Le déclic a été notre enfant à naître. »

    « Il est clair et honnête »

    Depuis novembre, les futurs parents scrutent les apparitions de Jean-Luc Mélenchon. Alors, bien sûr, les jeunes actifs n'auraient pas pu rater le meeting du seul candidat « qui nous [leur] parle ». À 27 et 30 ans, les jeunes actifs se retrouvent dans les propositions du candidat, notamment sur les aides à la création d'entreprise. « On est directement concernés parce qu'on compte lancer la nôtre d'ici quelques temps. »

    Deuxième argument décisif à leurs yeux, la place accordée à l'écologie. « C'est un sujet qui devrait être systématique, peu importe les partis politiques », regrette Benjamin. Si certaines propositions de Jean-Luc Mélenchon se retrouvent chez d'autres candidats à la présidentielle, sa personnalité a fait la différence pour les jeunes Brestois. « Il est clair et honnête », affirme Elodie. « Et surtout, on peut s'identifier à lui. Contrairement aux autres, tous milliardaires », schématise Benjamin. C'est ce « respect » pour les petites gens qui a également séduit Laurence, de Loudéac. « Extrêmement déçue » par le Parti socialiste et le quinquennat de François Hollande, elle se dit blessée par le « mépris » parfois démontré envers les couches les plus fragiles de la société.

    Pire, les leçons des « politiciens bourrés aux as », qui osent demander aux plus pauvres de se serrer la ceinture alors qu'eux-mêmes « s'en mettent plein les poches » ont dégoûté la Costarmoricaine de 55 ans. Mais la quinquagénaire s'est reconnue dans un aspect bien particulier du programme du candidat, seul selon elle à évoquer ce sujet sensible. En situation de handicap, Laurence vit avec 759 € par mois issus des minima sociaux. « Alors, quand j'entends Jean-Luc Mélenchon dire qu'il veut augmenter l'allocation forcément, ça m'interpelle. » Comme Laurence, Joselyne et Alain avaient déjà voté pour le leader de la France insoumise en 2012. Pour le couple de retraités, originaires de Gouesnou, l'homme est le seul à représenter « la Gauche, la vraie ». Le Parti socialiste ? « Il a dévoyé l'idée de la Gauche », déplore Joselyne.

    Déjà convaincus

    Pourtant, la Finistérienne avait jusque-là toujours soutenu les socialistes. « J'étais venue assister au meeting de Mitterrand à Penfeld en 1974 ! » 49.3, durcissement à droite sur l'immigration... Le dernier quinquennat a opéré, sur eux aussi, un déclic. « Autant en 2012 nous avions voté par défaut, autant cette année nous voterons par réelle conviction. »

    Venus « afficher leur soutien », Jocelyne et Alain n'attendent pas la fin du meeting pour annoncer qu'ils voteront Mélenchon. Beaucoup, comme eux, sont déjà convaincus depuis un moment. À l'Arena de Brest, ils sont venus faire le plein d'arguments, pour convaincre leur entourage de choisir à leur tour la France insoumise.

    Charlotte HEYMELOT.

     

    «Mélenchon, c'est le seul qui s'adresse encore aux petits...»

    Ils sont venus voir Mélenchon « par conviction » (quotidien ouest-france 1/03/2017)4000 personnes ont assistéà l'Arena au meeting de Jean-Luc Mélenchon 

    Enquête

    Ils ont fait le pari d'une salle à forte capacité. En tenant meeting à l'Arena de Brest, Jean-Luc Mélenchon et son équipe espéraient attirer à eux un électorat déjà séduit par un programme qui commence à être connu. Et qui, dans le Finistère, peut trouver des échos à ses interrogations, ses préoccupations, ses doutes ou ses colères.

    « Des questions »

    En 2012, au soir du premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon recueillait 11,5 % des votes dans le Finistère. Avec des pointes à plus de 25 % dans le centre-Bretagne, entre Morlaix et Carhaix. Des terres historiquement ouvertes à cette Gauche contestataire. Une Gauche qui a eu l'occasion de s'exprimer durant le quinquennat écoulé, notamment lors de l'examen de la loi Travail.

    « C'était un mouvement social mais aussi politique », analyse Olivier Le Pichon, secrétaire de l'union locale CGT du pays de Brest. En rappelant que Jean-Luc Mélenchon, dont « les idées sont proches » de celles de son syndicat, est « le seul qui répond nettement aux questions posées par cette loi : il l'abrogera. » Selon lui, cette position pourrait avoir de l'écho auprès de « tous ceux qui ont défilé dans les rues » il y a moins d'un an.

    Un écueil commun

    Tout comme les positions du candidat sur « la transition écologique ou le développement des énergies marines », espère Quentin Marchand, de la France insoumise, le mouvement mélenchoniste. « Mais quand on est dans le dur, dans un abattoir, ce n'est pas forcément la priorité », admet Olivier Le Pichon.

    Le leader cégétiste demeure néanmoins persuadé d'une chose : « Jean-Luc Mélenchon est le seul qui donne le sentiment de s'intéresser « aux petits ». Comme nous, il ne peut pas tirer un trait sur les drames sociaux vécus » dans l'industrie finistérienne.

    « Je trouve ça bien que Jean-Luc Mélenchon vienne à la rencontre des gens sur le terrain, qu'il réponde à leurs questions, confirme José Le Guélaff, maire de Motreff. Et dans notre secteur, les gens en ont, des questions. » La crise qui a notamment frappé l'agro-alimentaire et ses ouvriers est passée par là. Laissant de profondes cicatrices.

    Illustration avec Yvon Milin, ex-délégué Force ouvrière chez Gad. En 2012, il avait voté Hollande. Aujourd'hui, il s'en « mord les doigts ». Il pencherait désormais plutôt pour Mélenchon. Mais sans doute « pas au point de mettre un bulletin dans l'urne, ajoute-t-il. C'est bien de visiter les usines qui tournent, mais il faudrait aussi qu'il s'intéresse à celles qui ont fermé... »

    Même son de cloche chez cette salariée de Tilly-Sabco, 134 licenciements fin 2016. « Ici, ses belles paroles n'accrochent pas, résume-t-elle. Les gens sont écoeurés. Il y a cinq ans, on parlait des programmes entre nous. Aujourd'hui, pas du tout. »

    C'est bien là l'écueil, et le défi, majeur de cette présidentielle, pour Jean-Luc Mélenchon comme pour l'ensemble des autres candidats : le désintérêt...

    Olivier PAULY

    avec Anaëlle BERRE

    et Delphine VAN HAUWAERT.

    Ils sont venus voir Mélenchon « par conviction » (quotidien ouest-france 1/03/2017)

     

     

     

     

    « Brest. 3.000 personnes sont venues pour Mélenchon (LT.fr-1/03/2017)Brest-4000 personnes à la réunion publique du candidat de la France Insoumise , J-L Mélenchon ce mardi 28/022017 [video intégrale] »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :