• Kirghizistan : une situation sous haute tension -article de la Pravda (Blog de D. Bleitrach-15/10/20)

    Si les révolutions de couleur que tentent de fomenter les Etats-Unis et les pays européens n’ont plus le succès escompté vu les divisions, la faiblesse du soutien de l’opinion publique, et le spectacle donné par la foire d’empoigne des manifestants offre un boulevard au maintien en place des autorités contestées. Cependant il y a de véritables problèmes que le passage au capitalisme a plus ou moins engendré dans l’espace post-soviétique. Un article très documenté de la Pravda, des communistes russes sur cet autre foyer de troubles, après la Biélorussie, la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop).

    14/10/2020

    https://www.kpu.ua/ru/97314/k_sobytyjam_v_kyrgyzyy_sytuatsyja_vysokogo_naprjazhenyja

    Les événements au Kirghizistan ont pris un tour inattendu. Le président a réussi à rester au pouvoir, certains de ses opposants ont été arrêtés. Cependant, l’aggravation de la situation épidémiologique et la crise économique menacent le pays de nouveaux chocs.

    Le scénario du coup d’État, habituel au Kirghizistan, a échoué. Si en 2005 et 2010 les forces arrivées au pouvoir pouvaient s’entendre entre elles et forcer à terme les présidents à quitter le pays, la situation est désormais beaucoup plus compliquée. Rappelons que dans la nuit du 5 au 6 octobre, des partis mécontents des résultats des élections législatives ont occupé les locaux des autorités de l’État et ont annoncé le «renversement du régime corrompu». Mais au lieu de créer une nouvelle administration, l’opposition s’est embourbée dans des querelles.

    Le Conseil de coordination, qui s’était proclamé «organe temporaire du pouvoir», et les fonctionnaires limogés qui l’avaient rejoint sont rapidement passés au second plan. L’ancien député Sadyr Japarov, qui purgeait une peine pour avoir organisé les émeutes, est venu au premier plan, libéré par ses partisans. Certains parlementaires l’ont nommé au poste de Premier ministre, mais d’autres ont qualifié cette décision d’illégale et ont accusé Japarov de complot avec des criminels et de négociations secrètes avec le président Sooronbai Jeenbekov.

    Le chef du groupe adverse était Omurbek Babanov, l’une des personnes les plus riches du Kirghizistan, qui a pris la deuxième place lors des dernières élections présidentielles. Un certain nombre de partis, dont Respublika et Ata Meken (mère patrie), l’ont annoncé comme candidat au poste de chef du gouvernement. Le 9 octobre, des affrontements ont éclaté entre les deux forces. La colonne, dirigée par Babanov et l’ancien président Almazbek Atambaïev, est arrivée sur la place centrale de la métropole, non loin de laquelle les partisans de Japarov tenaient un rassemblement. Au cours des affrontements, plusieurs dirigeants de l’opposition ont été blessés et les véhicules d’Atambaïev et de Babanov ont été attaqués par des assaillants inconnus.

    Le président en a profité, ayant précédemment préféré ne pas intervenir dans la situation et appelé prudemment à la paix. Il a annoncé un état d’urgence et un couvre-feu. Les troupes sont entrées dans Bichkek. Jeenbekov a également déclaré qu’il était prêt à quitter volontairement son poste, mais seulement après la normalisation de la situation.

    Le lendemain, une réunion de l’actuelle convocation du parlement a eu lieu à la résidence d’État à la périphérie de la capitale. Japarov a été élu Premier ministre à l’unanimité. Il a promis de stabiliser la situation, de procéder à une réforme constitutionnelle et de nouvelles élections équitables. Le politicien s’est empressé de désavouer les slogans radicaux précédents. Selon lui, la nationalisation du gisement d’or de Kumtor n’a pas de sens.

    Cependant, la performance politique au Kirghizistan est loin d’être terminée. L’entourage de Jeenbekov a réussi à affaiblir l’opposition la plus implacable. Atambayev et un certain nombre de ses associés ont de nouveau été placés en garde à vue, on ne sait pas où se trouve Babanov. La plupart des fonctionnaires limogés ont repris leurs fonctions, y compris les chefs des administrations locales.

    De toute évidence, la prochaine étape sera de neutraliser Japarov. Un certain nombre d’hommes politiques ont déjà déclaré que sa confirmation en tant que Premier ministre était illégale – tout comme son acquittement par la Cour suprême. Cette position, par exemple, a été prise par le président du Comité central du Parti des communistes Iskhak Masaliev, qui a appelé le président à rester au pouvoir.

    Quelle que soit la situation, le Kirghizistan devra faire face à des temps difficiles. En janvier-août, l’économie s’est contractée de 5,9%. Il s’agit de la plus forte baisse parmi les pays de l’Union économique eurasienne et les voisins de la république dans la région. Le chiffre d’affaires du commerce extérieur a diminué de près de 22 %, tandis que les importations ont chuté de 31 %. Cela a eu un impact négatif sur un certain nombre d’industries. Ainsi, une diminution des importations de tissus en provenance de Chine a entraîné une baisse de 23 % de la production textile.

    La dette extérieure est un énorme fardeau pour le Kirghizistan. Depuis le début de l’année, elle est passée de 3,78 à 4,2 milliards de dollars, soit de 45 à 56% du PIB. Plus de 10 % de toutes les dépenses du budget de l’État ont été consacrées à son entretien au cours des sept premiers mois. C’est plus que les soins de santé et la protection sociale de la population réunis.

    Selon les prévisions de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, au troisième trimestre la baisse du PIB ne fera que s’intensifier, et en 2021 une croissance économique plus ou moins notable n’est possible que si la demande intérieure se redresse, le commerce international, les transports et les liaisons touristiques se relancent. Selon les prévisions du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), en raison de la crise, le niveau de pauvreté des enfants dans la république pourrait passer de 28 à 55 %.

    Ces évaluations ont été faites avant même la confrontation politique. L’instabilité ne fera qu’aggraver les développements négatifs. Le deuxième facteur négatif est une nouvelle épidémie d’infection à coronavirus, qui menace de reproduire la situation du milieu de l’été. En raison de la pénurie de personnel médical, de lits, d’appareils de ventilation artificielle et de médicaments nécessaires, plus d’un millier de personnes sont mortes dans la république en juillet seulement.

    Depuis lors, la situation sanitaire ne s’est pas sensiblement améliorée. Les statistiques officielles montrent qu’il y a 13 800 médecins et 33 500 infirmières au Kirghizistan. C’est beaucoup moins qu’à l’époque soviétique, où leur nombre était respectivement de 15 800 et 44 400. Si l’on prend en compte la population qui a augmenté en 30 ans, la différence est encore plus perceptible. Le nombre de médecins pour 10 000 habitants est passé depuis de 36,6 à 22. Mais ce n’est qu’une partie du problème. Des données choquantes ont été récemment fournies par le ministère de la Santé de la République. En fait, même sur ce nombre clairement insuffisant, seuls … 53 %, soit 7,3 mille médecins, travaillent réellement. Les autres sont eux-mêmes malades ou sont en congé non payé.

    Une image similaire avec les lits d’hôpitaux. Au plus fort de la pandémie, les autorités ont promis d’augmenter considérablement leur nombre grâce à la construction de nouveaux et importants travaux de reconstruction des hôpitaux existants. Les réalités se sont révélées beaucoup plus modestes que les promesses. Ainsi, à Bichkek, tout s’est réduit à la construction d’un nouveau bâtiment pour un hôpital de maladies infectieuses de 100 lits. Mais cela s’est avéré être une tâche écrasante pour les fonctionnaires. L’achèvement des travaux, prévu pour le 25 août, n’a pas eu lieu, les travaux se poursuivent à ce jour. De plus, le bâtiment n’est pas construit en brique et en béton, mais en panneaux de plastique, ce qui soulève de nombreuses questions en termes de résistance, d’isolation thermique et de sécurité environnementale.

    Les conséquences de cette approche peuvent se faire sentir dans un proche avenir. Le nombre de cas enregistrés quotidiennement de la maladie a augmenté ces dernières semaines de 50-70 à 250-300. Mais les politiciens ont des choses plus importantes à faire qui n’ont rien à voir avec les besoins de la population.

    Serguei Kojemiakine, Bichkek

    source: https://histoireetsociete.com/

     

    « Bolivie Du coup d'État aux élections du 18 octobre 2020 (les2rives.info-15/10/20)Entretien exclusif d'Initiative Communiste avec M. l’Ambassadeur de Biélorussie (IC.fr-16/10/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :