• L’appel de Marine Harvest rejeté, nouvelle victoire pour 111 ex-salariés du site de Poullaouen (OF.fr-8/10/20-16h32)

    Le 23 mai 2014, dernier jour de production sur le site de Poullaouen et dernier rassemblement pour les salariés.Le 23 mai 2014, dernier jour de production sur le site de Poullaouen et dernier rassemblement pour les salariés. 

    L’appel de Marine Harvest Kritsen a été rejeté par la cour d’appel de Rennes, ce jeudi 8 octobre 2020. L’entreprise, dont le site de production de Poullaouen (Finistère) a fermé en 2015, est condamnée à verser des dommages et intérêts à 111 ex-salariés qui avaient saisi la justice. Ils contestaient le motif économique de ces licenciements.

    Nouvelle victoire pour 111 ex-salariés de Marine Harvest Kritsen (MHK) à Poullaouen (Finistère), ce jeudi 8 octobre 2020. La cour d’appel de Rennes a rejeté l’appel de l’entreprise de production de saumon fumé, qui avait été condamnée par le conseil de prud’hommes en septembre 2017 pour licenciement « sans cause réelle et sérieuse ».

    La cour d’appel a donc suivi le jugement des prud’hommes et donné raison aux anciens salariés. Ils contestaient le motif économique invoqué par Marine Harvest pour justifier la fermeture du site de production de Poullaouen.

    Motif économique écarté par la cour d’appel

    Le motif économique a été écarté par la cour. Il n’y avait pas de nécessité de fermer l’entreprise pour sauvegarder la compétitivité du secteur d’activité transformation auquel appartenait la société MHK de Poullaouen », explique Me potin, qui défend l’intérêt des ex-salariés. C’est une satisfaction. On ne peut pas fermer une usine seulement pour préserver des intérêts capitalistiques.

    En 2013, année de l’annonce des suppressions de postes, Marine Harvest avait repris Morpol, un de ses plus gros concurrents. Pour autant, la société estimait, à cette époque, qu’une réorganisation était nécessaire pour rester compétitif dans le secteur transformation.

    MHK devra verser des indemnités à chacun des anciens salariés, au cas par cas. Un montant de près de trois millions d’euros au total, toutes clauses confondues », estime Me Potin. Un pourvoi en cassation est possible.

    Le site de Poullaouen a fermé ses portes en décembre 2015. Près de 180 personnes en CDI avaient perdu leur emploi. Une vingtaine d’autres anciens salariés vont contester leur licenciement devant le conseil de prud’hommes de Brest, au mois de novembre.

    Anthony RIO

    source: https://www.ouest-france.fr/

    « Bolivie- le MAS d’Evo Morales devrait remporter la présidentielle d’après les sondage, renversant le coup d’Etat dans les urnes.(IC.fr-8/10/20)Finistère. Des acteurs de la protection de l’enfance en colère : c’est quoi le problème ? (OF.fr-8/10/20-18h51) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :