• La chute du rêve américain.

     

     Le peuple américain s'éveille doucement à la conscience de classe, en réponse aux actes racistes de la police envers les afro-américains, dont le brutal meurtre de George Floyd par des policiers de Minneapolis en est l’exemple le plus tristement récent. De nombreux manifestants se sont levés en signe d'indignation et de soutien aux citoyens afro-américains, qui subissent des violences policières plus que récurrentes de la part d’éléments racistes et fascistes au sein de la police nord-américaine.

     Le meurtre de George Floyd est bien représentatif du climat social raciste au sein de cette police. Bien qu'il soit représentatif, il n'est pas le seul. En effet ce meurtre n'est que la pointe de l'iceberg, durant ces deux dernières décennies la police de Minneapolis a assassiné 193 personnes.

    On pourrait croire que ce ne sont que des cas éparpillés mais la stratégie de la police américaine est d'être la plus répressive et meurtrière du globe. Tandis que la population proteste, le président Trump juge bon de faire intervenir l'armée dans les rues où les manifestations ont lieu. 

    Ainsi dans Washington D.C on peut voir des militaires armés de fusil d'assaut équipé de silencieux, prêts à contenir une manifestation. 

    De nombreux affrontements avec la police qui charge des manifestants pacifiques levant les mains en signe de paix devant la Maison Blanche, aux arrestations systématiques pour délit de faciès dans Minneapolis ou dans toutes les villes où les manifestations ont lieu.

    Les classes populaires américaines prennent doucement conscience des nombreux problèmes inhérents du capitalisme et de sa bourgeoisie paresseuse, raciste et dominante qui constitue son gouvernement. 

    Ainsi on peut voir sur les murs après les manifestations des slogans tels que "Quand ce sera notre tour nous ne nous excuserons pas pour la terreur".

    Le peuple travailleur américain prendra t-il enfin pleinement conscience de son sort dicté alternativement par les faux progressistes mais vrais impérialistes du parti démocrate et par les fascisants républicains de Washington D.C, les boursiers et traders de New York et leur outil, une force de police corrompue, organisée non pas pour défendre les intérêts de ses habitants mais pour défendre les intérêts du capital et de la bourgeoisie haineuse ?

    Trump qualifie les suprématistes blancs comme des « nice people » avec qui il faut « raisonner et discuter », mais lorsqu'il s'agit d'afro-américains ils deviennent tout de suite de dangereux terroristes.
    C'est donc cela le pays qui revendique sans cesse la démocratie pour ses guerres impérialistes

    Des arrestations en masses, une police armée dans les rues, tirant, pour le moment, des balles en caoutchouc sur les manifestants, un « black-out » organisé dans Washington D.C pour empêcher la propagation d'informations, et un président qui méprise une majeure partie de sa population. 

    Comme le dis Sinclair Lewis : "Quand le fascisme arrivera aux États-Unis, il sera enroulé dans un drapeau et brandira une croix

    Seulement à travers l'unité de la classe ouvrière et des travailleurs, le peuple américain pourra se défaire du capitalisme, d’une fascisation quasi-aboutit ainsi que de la « culture » d’abrutissement et de mort qu’il répand tout autour du globe.

     photo : une citation de Karl Marx sur un mur de Minneapolis, "Quand ce sera notre tour nous ne nous excuserons pas pour la terreur"

    Par Sovietsky, adhérent de l'ARC29/PRCF

    « 5 000 à 10 000 personnes pourraient mourir du cancer faute de dépistage durant le confinement (RT France-5/06/20)Les gens qui meurent -par les Goguettes (5/06/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :