• Landerneau-Plainte contre les laiteries. Les producteurs de lait appelés à témoigner (OF.fr-18/07/18-15h 38)

    De gauche à droite, Vincent Pennober, de la Confédération paysanne, et Benoît Collorec, producteur de lait à Hanvec, venu déposer plainte à la gendarmerie de Daoulas.De gauche à droite, Vincent Pennober, de la Confédération paysanne, et Benoît Collorec, producteur de lait à Hanvec, venu déposer plainte à la gendarmerie de Daoulas.

     

    En 2016, une plainte a été déposée par la Confédération paysanne du Finistère, au motif d’extorsion de fonds, contre six laiteries. Ce mercredi 18 juillet, un producteur de lait d'Hanvec a fait de même.

    Ce mercredi 18 juillet, à 13 h 45, Benoît Collorec, producteur de lait à Hanvec (Finistère), a rendez-vous à la gendarmerie de Daoulas pour déposer plainte, à son tour, contre la laiterie qui lui achète son lait, pour extorsion de fonds.

    « Depuis 2008-2009, les laiteries s’entendent entre elles pour bloquer les agriculteurs, explique Vincent Pennober, porte-parole de la Confédération paysanne du Finistère. Ainsi, le producteur est coincé, et même, s’il n’est pas satisfait, il ne peut pas dénoncer le contrat pour aller ailleurs. Il est pieds et poings liés. »

    Première plainte déposée en 2016

    Rappelons que cette démarche a été lancée dans l’Aveyron en 2011 et s’est étendue à une dizaine de départements. En 2016, la Confédération paysanne du Finistère et l’association des producteurs de lait indépendants (Apli) avaient déposé plainte à leur tour. Un an après, et surtout après la diffusion de l’émission Cash investigation, Produits laitiers : où va l’argent du beurre ?, le procureur de la République de Quimper a repris le dossier en main.

    « Domination des laiteries  »

    « Nous demandons, afin d’aider la justice à monter le dossier, que d’autres producteurs de lait, de la Confédération ou non, viennent à leur tour témoigner. Ils peuvent nous appeler pour tout renseignement et soutien. L’anonymat peut être préservé », lance Vincent Pennober.

    « On peut parler d’une contrainte morale imposée par les laiteries, par cette clause d’appartenance qu’elles imposent, ajoute Jules Hermelin, de la Confédération paysanne. Il est important que chacun puisse témoigner pour dénoncer le caractère systémique de la domination des laiteries. Et cette démarche doit servir à construire une filière de lait équitable. »

    Contact : Vincent Pennober, porte-parole de la Confédération paysanne au 06 99 39 50 92.

    Aude KERDRAON

    source: https://www.ouest-france.fr

    « Nucléaire. Fin du démantèlement de la centrale Brennilis en 2035 (OF.fr-17/07/18-18h 20)À quoi sert le PCF? Comment un appareil s’éloigne de sa base-par Julian Mischi (Le Monde Diplo.-Janvier 2015) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :