• Lanester (56)- La justice valide les licenciements « économiques » des ex-Chantelle (LT.fr-22/07/20-11h47)

    Avant sa fermeture, l’usine Chantelle de Lanester avait été occupée en septembre 2016 par les salariés. Avant sa fermeture, l’usine Chantelle de Lanester avait été occupée en septembre 2016 par les salariés. 

    La cour administrative d’appel de Nantes a rejeté les recours de six anciennes élues du personnel de l’usine Chantelle de Lanester (56) qui contestaient le caractère « économique » de leur licenciement après la fermeture de l’usine en décembre 2016.

    Devant la cour administrative d’appel de Nantes, les six requérantes, des anciennes élues du personnel de l’usine Chantelle de Lanester (56), maintenaient que la décision de fermeture du site prise par la direction de Chantelle ne correspondait à aucune réalité économique et n’était donc pas « justifiée ».

    « Le chiffre d’affaires du groupe n’a fait qu’augmenter entre 2012 et 2015 », soutenait l’une des requérantes, membre du comité d’entreprise, du comité central d’entreprise et déléguée suppléante du personnel. « En effectuant des dotations aux provisions exceptionnelles, la société ne peut invoquer des résultats nets en baisse. La fermeture du site de Lanester vise en réalité à assurer au groupe une rentabilité plus importante ».

    Victimes du « développement continu de l’e-commerce »

    À l’époque, la direction avait motivé sa décision par sa volonté d’« assurer la sauvegarde de sa compétitivité » du groupe. En 2016, des rapports économiques et comptables soulignaient une stagnation du marché de la lingerie féminine dans l’ensemble des pays dits « à économie avancée » provoquée par une « baisse de la consommation due aux arbitrages défavorables des ménages pour l’équipement de la personne ».

    Le marché était par ailleurs confronté à un « développement continu de l’e-commerce » : il a entraîné « le déclin du commerce indépendant multimarques » et « la perte de parts de marché des grands magasins ». Et, si le chiffre d’affaires du groupe Chantelle a « progressé de façon constante de 2010 à 2015 », convient la cour administrative d’appel de Nantes, son résultat net « a connu dès 2012 une baisse importante » et était « déficitaire de 8,4 millions d’euros en 2016 ».

    « 13,1 % des coûts pour 1,6 % de la production »

    « En ce qui concerne l’établissement de Lanester, (…) le coût de la main-d’œuvre a connu une forte augmentation en 2015 », soulignent encore les juges nantais. « Lanester représentait 13,1 % des coûts de fonctionnement du groupe, alors qu’il ne représentait que 1,6 % de la production ».

    La requête des six anciennes élues du personnel qui espéraient que leurs licenciements « économiques » soient requalifiés en licenciements « sans cause réelle et sérieuse », permettant d’espérer de meilleures indemnités devant le conseil des prud’hommes, a donc été rejetée. Sur les 105 salariés que comptait l’atelier de confection, une quarantaine a été reprise depuis par le groupe Grandis.

    Guillaume Frouin

    source: https://www.letelegramme.fr/

    « Sommet européen : Macron choisit l’austérité perpétuelle et l’euro-dissolution de la France.(CP-PRCF cf IC.fr 21/07/20)Quimper(29)-Nouveau débrayage des salariés de Castorama (LT.fr-22/07/20-12h06) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :