• « Le gouvernement biélorusse n’a pas tremblé ». Entretien exclusif avec Piotr Simonenko, secr. gén. du PC d’Ukraine (IC.fr-8/09/20)

     

    « Le gouvernement biélorusse n’a pas tremblé ». Entretien exclusif avec (secr. gén. du PC d’Ukraine) pour Initiative communiste

    Piotr Simonenko secrétaire général du

    A l’occasion d’une rencontre avec les camarades ukrainiens à la Fête de l’Avante au Portugal (fête du Parti communiste portugais), notre camarade Aymeric Monville a pu réaliser un entretien avec Piotr Nikolaïevitch Simonenko, secrétaire général du Parti communiste d’Ukraine, pour parler non seulement de la situation dans son pays mais aussi en Biélorussie où il était récemment observateur des élections. L’occasion également de faire le point sur l’infâme répression anticommuniste qui frappe l’ et particulièrement l’ de l’Est.


    Aymeric Monville pour Initiative Communiste : Vous vous êtes également rendu récemment en Biélorussie pour observer les élections et la situation qui en découle. Pouvez-vous expliquer au public français comment le Belarus a vécu une « révolution orange », comme pour le en Ukraine ? Quelles sont les différences entre les contextes biélorusse et ukrainien ? Est-ce que tout va revenir à la normale ou est-ce que cela va empirer, comme en Ukraine ?

    Piotr Simonenko : Oui, j’ai effectivement été observateur lors des élections du président de

    Biélorussie et je peux dire qu’elles ont été absolument transparentes et que les autorités de la République ont tout fait pour que les gens puissent voter librement. Mais de la part de ladite opposition, il y a eu des tentatives de créer des obstacles au vote. Des files d’attente ont été créées artificiellement pour les isoloirs, les bureaux de vote ont été soumis à des piquets et les membres des commissions électorales ont été mis sous pression.

    Quant à la “révolution”, nous ne devrions pas parler de la révolution en Biélorussie, mais de la tentative de coup d’État. Le scénario est similaire à celui que les États-Unis ont essayé de mettre en œuvre au Venezuela. Quels que soient les résultats des élections, ils n’auraient pas été reconnus, et le président légalement élu Loukachenko aurait été présenté en usurpateur ayant falsifié l’élection.

     
    Manifestation du parti neo nazi Svoboda en Ukraine – 2014

    La différence entre ce qui se passe actuellement en Biélorussie et les événements de 2014 en Ukraine est, tout d’abord, que la Biélorussie n’a pas de centre de coordination et pas de “réserve” d’émeutiers soutenus par l’ambassade américaine. Deuxièmement, les autorités biélorusses ont bloqué l’accès au pays des partisans et des instigateurs politiques des pays satellites des États-Unis et de l’UE. Il n’y avait pas de “biscuits Nuland” comme en Ukraine [Le 11 décembre 2013, la secrétaire d’Etat assistant pour l’Europe et l’Eurasie Victoria Nuland s’est rendue visite à la place Maïdan à Kiev et s’était adressée aux manifestants, leur offrant des biscuits, des brioches et du pain. Cet événement est l’un des nombreux exemples de l’intervention directe et active des Etats-Unis dans la crise ukrainienne. N.D.T.}. Troisièmement, il n’y a pas de classe d’oligarques en Biélorussie, qui sponsoriseraient les performances des émeutiers.

    Et surtout, le gouvernement n’a pas tremblé et n’a pas honteusement fui le pays comme en Ukraine, ce qui a conduit à la tragédie que connaît notre pays, à la guerre civile dans le Donbass et à la perte de l’intégrité territoriale.

    Et le point commun entre les événements, à l’exception du scénario traditionnel de toutes les révolutions de couleur, est leur objectif. Établir en Biélorussie un régime fantoche similaire à celui de l’Ukraine, fermer l’arc de confrontation entre la Baltique et la mer Noire et la , étendre la tête de pont de l’OTAN sur les frontières avec la .

    Initiative Communiste. Quelles sont les caractéristiques du régime actuel en Biélorussie ? Peut-on parler de régime partiellement socialiste ? Quelle est la différence avec l’Union soviétique ?

    Piotr Simonenko : Je ne comparerais pas le Belarus moderne à l’Union soviétique. Mais ce que nous avons réussi à faire, c’est de ne pas dilapider le potentiel économique hérité de l’URSS, de le préserver et de le multiplier. Nous avons réussi à fournir une médecine et une éducation publiques abordables et de qualité, à préserver la propriété foncière de l’État et à amener les entreprises agricoles collectives à un nouveau niveau de coopération. Préserver le financement public des sciences universitaires et appliquées. Au bon niveau.

    Initiative Communiste. Nous sommes actuellement au congrès du Parti communiste portugais, mais les camarades biélorusses n’ont pas pu venir cette année pour des raisons que nous comprenons très bien. Quelles sont vos relations avec le Parti communiste de Biélorussie ? Comment voient-ils la situation actuelle ?

    Piotr Simonenko : Le Parti communiste d’Ukraine et le Parti communiste de Biélorussie entretiennent des relations étroites et de longue date. Nous soutenons nos compagnons d’armes biélorusses, ils ont apporté l’aide la plus efficace aux communistes d’Ukraine après un coup d’État armé et l’instauration d’un régime pro-fasciste d’oligarques-nazis dans notre pays. Quant à l’absence de camarades biélorusses  à la fête de l’”Avante”, je crois que cela est dû au fait qu’aujourd’hui chaque combattant est important pour protéger la Biélorussie des interférences extérieures, pour protéger les réalisations des travailleurs. Et les communistes sont de véritables combattants pour la cause des travailleurs, pour la liberté et la paix dans leur pays.

    Initiative Communiste. Quel rôle joue la Russie de Poutine en Biélorussie ? 

    Piotr Simonenko : Je ne peux pas être d’accord avec la définition de la “Russie de Poutine”. Et quant aux relations entre la Russie et la Biélorussie, il faut comprendre que dans ce cas, il s’agit de l’État de l’Union de la Biélorussie et de la Russie. Oui, le processus d’unification n’est pas encore achevé. Cela est dû à de nombreux facteurs. Il y a des différences et même des frictions en cours de route, mais pour la formation d’une union politique et économique aussi complexe que l’État de l’Union, c’est naturel. J’espère que ce ne sera pas long et qu’un nouveau sujet de politique internationale apparaîtra sur la carte politique du monde.

    les soutiens des putchistes biélorusses brandissant… le drapeau européen

    Initiative Communiste. On parle beaucoup d’ingérence polonaise et lituanienne, y compris de milices fascistes, qui viennent d’Ukraine pour déstabiliser Loukachenko. Pouvez-vous nous donner plus d’informations ?

    Piotr Simonenko : Oui, je le peux. La Pologne, la Lituanie et l’Ukraine, en tant que satellites de la politique militariste impérialiste américaine, mettent en œuvre le plan de leurs maîtres pour déstabiliser la situation en Biélorussie.

    Initiative Communiste. Que pouvons-nous faire en France pour aider nos camarades biélorusses ?

    Piotr Simonenko : Si nous parlons de Paris officiel, alors ne suivez pas avec les États-Unis et reconnaissez les élections en Biélorussie. Si l’on parle de nos camarades français, les communistes devrait utiliser toutes les réserves disponibles pour faire pression sur le Parlement et le Palais de l’Elysée afin qu’ils reconnaissent les résultats des élections en Biélorussie. Il est nécessaire d’empêcher l’ingérence extérieure de Paris dans les affaires intérieures de la Biélorussie, à l’instar de l’Ukraine. Nous vous rappelons que la France a signé un accord sur le règlement pacifique de la situation à Kiev en 2014, mais n’a pas veillé à son application, ce qui a finalement conduit à la guerre civile et à l’effusion de sang.

    Initiative Communiste. Nous organisons des manifestations en France contre la criminalisation du communisme, car nous constatons que le Parlement européen s’inspire de plus en plus des répressions fascistes en Europe de l’Est. Pouvez-vous nous parler des répressions anticommunistes des autorités en Ukraine et informer le public occidental sur la nature très fascinante de ces répressions ?

    Piotr Simonenko : Nous avons publié à plusieurs reprises des documents sur la terreur du régime au pouvoir en Ukraine contre notre parti et les communistes, informé l’APCE, le Parlement européen et l’ONU des atrocités commises par des bandes néofascistes sous le patronage des fonctionnaires de Kiev.

    Je tiens à vous rappeler que plus de 400 procédures pénales ont été engagées contre des membres de partis pour des condamnations politiques. Plusieurs de nos camarades croupissent en prison depuis plus d’un an et demi sous le régime sans procès, sur la base de fausses accusations. Notre journal “Komunist” a été fermé et la chaîne de télévision “Gamma” a été privée de sa licence.

    Mais surtout, le parti communiste est illégalement interdit d’élections et lors des futures élections des conseils locaux, les communistes ne peuvent pas faire campagne en tant que représentants du parti.

    Entretien réalisé et traduit du russe par Aymeric Monville, secrétaire de la commission internationale du PRCF le 7 septembre 2020

     

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    « Bretagne. Air France réduit la voilure : « Une stratégie de désertion des territoires » (OF.fr-7/09/20-12h35)Émanation de l’euro mondialisation virale ce pouvoir avance masqué : DÉFENDONS LA SANTÉ PUBLIQUE SANS RECULER SUR LES CONQUÊTES SOCIALES, L’EMPLOI, LES SERVICES PUBLICS ET LES LIBERTÉS! (IC. »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :