• Le seul vrai "talent" de Macron: le mépris de classe – Par Floréal (IC.fr-30/09/2017)

    Le seul vrai "talent" de Macron: le mépris de classe – Par Floréal (IC.fr-30/09/2017)

    Persiste et signe ! Ce président mal élu, tout dévoué aux riches et 100% méprisant pour la classe ouvrière, vient encore d’affiche son arrogance de caste.

    C’est plus fort que lui : justifiant aujourd’hui (29 septembre 2017) devant les caméras son budget de guerre sociale, Macron a froidement asséné que son but était d’ « aligner la France » (car bien sûr, l’idée que notre pays puisse avoir sa personnalité propre exaspère ce financier anglomane…) sur la fiscalité européenne de manière à « retenir les talents en France ». Car il est clair, a ajouté notre Marie-Antoinette en costume, que « les talents les plus innovants » ne cessent de quitter cette triste France qui les décourage…

    En clair, vous tous, ouvriers, employés, agriculteurs, artisans, enseignants, cheminots, ingénieurs, chercheurs scientifiques scandaleusement sous-payés, vous qui êtes sottement demeurés dans ce pays moisi, hexagonal, franchouillard et pour tout dire franco-français, vous n’êtes pas seulement « irréformables », « fainéants », « cyniques » ou « extrêmes » – telles étaient les aimables épithètes qu’avait jusqu’alors décernées aux Français l’ex-« trader » qui siège à l’Elysée : vous êtes, en outre, des sans-talent. Et le président « de tous les Français » d’ajouter que l’essentiel n’est pas de savoir si l’on est riche ou pauvre « d’une manière statique », mais si « le talent » est récompensé ou pas au cours d’une existence.

    Passons sur le fait que la vision du monde du « jeune » président – décidément très, très vieux dans sa tête : il parle comme Guizot ! – n’est que compétition acharnée, concurrence « libre et non faussée », lutte  sans fin pour le fric et le pouvoir. Où donc est la solidarité, où est l’humanité dans cette conception bestialement égoïste du sens de la vie ? Et qui croit vraiment que les plus grands génies qu’ait produits l’humanité, les Beethoven, Rousseau, Kant, Galois, Marie Curie, Einstein, Niemeyer, etc., aient eu pour souci majeur d’amasser un magot « défiscalisé » (« et un coffre-fort plein de Rolex », eût ajouté Sarkozy !) pour preuve irréfragable de leur irremplaçable « talent » ?

    En outre la vision soi-disant « dynamique » du jeune « trader », lui-même issu de la bonne bourgeoisie friquée d’Amiens, n’est qu’un rideau de fumée idéologique : n’est-il pas évident que la redistribution des revenus par l’impôt reste un levier essentiel  – même s’il n’est pas le principal (la socialisation des moyens de production reste indispensable si l’on veut que « le développement de chacun » devienne « la clé du développement de tous », comme le disait Marx) – pour que les fils et petits-fils à papa n’engendrent pas à l’infini de nouveaux « héritiers »… Pendant que les fils de prolos auront tous les obstacles à franchir, économiques, sociaux, culturels, scolaires… pour ne pas devenir eux-mêmes de la chair à profit, pardon, « des gens qui ne sont rien » (le mot est aussi de Macron, parlant de ces personnes que l’on croise dans les gares !). Mais Macron, qui se flatte d’avoir étudié le philosophe Paul Ricoeur, a-t-il seulement lu ce que Saint-Exupéry écrivit jadis à propos des millions de petits pauvres sacrifiés que ce grand écrivain humaniste qualifiait de « Mozart qu’on assassine » ?
    Décidément, Mélenchon a frappé juste quand, dans son discours du 23 septembre, il a signalé que même les rois n’avaient jamais parlé du peuple français avec le mépris de caste qu’affiche Macron à l’encontre de notre pays : car les rois prétendaient au moins « aimer paternellement » ces « petites gens » dont les labours et les pâtures formaient « les deux mamelles de la France ».

    Et si à l’inverse de Macron, on n’essayait pas de retenir à coups de milliards les prétendus « talents » qui planquent dans les paradis fiscaux les milliards prélevés sur notre talent collectif ? Et si le seul vrai « talent » des parasites de la finance était de détruire notre pays à coups de privatisations, de délocalisations, de tout-anglais managérial et de démolition du lien social ? 

    Au fait, les Golden Macron’s qui dirigent notre pays savent-ils comment a fini certaine « Autrichienne » dont le « talent » principal était d’écraser les « sans talent » d’alors (Hollande parlait plutôt des « Sans-dents » : du moins s’exprimait-il ainsi en privé) sous son incroyable insolence de classe ?

    Floréal  -le 29/09/2017

    source: https://www.initiative-communiste.fr

    « Face au diktat Macron/MEDEF, que monte la colère du Peuple ! (G. Gastaud 29/09/2017)Halte à la fascisante répression de Mariano Rajoy en Catalogne ! (IC.fr-30/09/2017) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :