• Les États-Unis contre Cuba : six décennies d'actions terroristes (prensalatina-21/08/20)

    La Havane, 21 août (Prensa Latina) Alors que nous commémorons aujourd'hui la Journée internationale d'hommage aux victimes du terrorisme, Cuba se souvient de ses plus de trois mille morts suite aux actions violentes organisées depuis les États-Unis au cours des six dernières décennies.

    La liste des actes terroristes contre la plus grande des Antilles est longue et va des agressions militaires aux agressions économiques, biologiques, diplomatiques, psychologiques, médiatiques et d'espionnage, en passant par l'exécution d'actes de sabotage et les tentatives d'assassinat de dirigeants.

    Au total, 3 478 Cubains ont été tués et 2 999 ont été mis hors d'état de nuire à la suite des plans violents de Washington contre l'île.

    Un événement qui a marqué l'histoire des agressions contre la nation des Caraïbes s'est produit le 6 octobre 1976, lorsqu'un avion de Cubana de Aviación quittant la Barbade pour La Havane a explosé en plein vol avec 76 personnes à bord ; aucune n'a survécu.

    Cet attentat, selon les enquêtes, a été orchestré au service de la Central Intelligence Agency (CIA) par les terroristes d'origine cubaine Luis Posada Carriles et Orlando Bosch, qui se sont ensuite réfugiés à Miami jusqu'à leur mort. En outre, les actions terroristes ont inclus le sabotage du navire à vapeur français La Coubre en mars 1960, qui a fait plus de 100 morts et 400 blessés ; l'introduction de l'épidémie de dengue hémorragique en 1981, qui a causé 158 morts, dont 101 enfants ; et plus de 600 tentatives d'assassinat du leader historique de la révolution, Fidel Castro.

    Il y a aussi l'invasion mercenaire de Playa Girón en avril 1961, réalisée avec le soutien de la CIA et qui a entraîné une défaite militaire pour les États-Unis, mais a fait 176 morts et plus de 300 blessés parmi les Cubains.

    À la fin des années 1990, en plein boom de l'industrie touristique nationale, des terroristes au service de Washington ont placé des explosifs dans des hôtels de La Havane, dont l'un a causé la mort du touriste italien Fabio Di Celmo.

    Cinq Cubains qui ont infiltré des groupes terroristes à Miami pour empêcher de tels actes y ont été emprisonnés pendant 15 ans malgré l'absence de preuves contre eux. Une campagne internationale a donc exigé leur libération.

    En mai 1999, le peuple cubain a intenté un procès au gouvernement des États-Unis pour exiger le paiement de 181 milliards de dollars pour les dommages causés par le terrorisme d'État à la plus grande des Antilles ; cependant, bien que la demande reste en vigueur, la Maison Blanche n'y a pas donné suite.

    L'histoire de ce type d'action ne s'arrête pas là, puisque le 30 avril de cette année, l'ambassade de l'île à Washington a été attaquée par balles et que les autorités cubaines ont montré des preuves reliant l'auteur des tirs à des groupes d'extrême droite en Floride.

    Après cette fusillade, le Département d'Etat a inscrit La Havane sur une liste unilatérale de pays qui "ne coopèrent pas" dans la lutte contre le terrorisme, ce que Cuba a décrit comme "un acte politique, délibéré et profondément malhonnête".

     

    source:  https://www.prensa-latina.cu/

    « Venezuela-Un sondage prévoit une large participation des électeurs (prensalatina-21/08/20)Appel à contribution pour un média dédié à l'Amérique Latine (Romain Migus-Juillet 2020) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :