• Lorient. Aéroport. Le plan de licenciements contesté (OF.fr-20/11/20-20h12)

    Philippe Le Boulch, Émilie Boulch et Magali Erard, élus CGT au comité social et économique de l’aéroport civil de Lorient Bretagne-Sud.Philippe Le Boulch, Émilie Boulch et Magali Erard, élus CGT au comité social et économique de l’aéroport civil de Lorient Bretagne-Sud.

    Le dossier de l’aéroport civil de Lorient Bretagne-Sud est brûlant. Les élus CGT demandent l’annulation du dernier comité social et économique pour vice de procédure.

    Pourquoi une telle précipitation ? Les élus CGT, défendant les intérêts des salariés de l’aéroport civil de Lorient Bretagne-Sud, posent la question. Ils dénoncent ainsi le plan de licenciement dessiné en trois semaines, qui concerne 18 des 24 salariés.

    Ils ont d’ores et déjà envoyé un courrier à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) de Lorient, afin qu’elle annule le dernier comité social et économique, en date du 16 novembre, pour vice de procédure. « Nous n’avons pas reçu les documents préparatoires, qui doivent être fournis trois jours avant la tenue du CSE. Par ailleurs, nous avons été mis devant le fait accompli, avec un procès-verbal prérempli, sans que nous puissions consulter les collègues », expliquent collégialement Philippe Le Boulch, Émilie Boulch et Magali Erard.

     

    Préavis de grève à partir du 30 novembre

    Ils ont par ailleurs le sentiment d’avoir été piégés. En signant à la va-vite un PV en fin de séance, c’est comme si « nous avions signé pour la CCI la fin de la négociation pour le plan de licenciement ».

     

    Sur le délai de dix-huit mois « de promesses de réembauche » par un futur concessionnaire de l’aéroport, ils pensent que c’est bien court, prévoyant que toute restructuration prendra un temps plus long.

    À la lecture d’Ouest-France, relatant le conseil municipal, ils estiment que le maire, la direction de la CCI et la sous-préfecture savent « communiquer entre eux les pièces du dossier », quant à leur demande, ils n’arrivent pas à obtenir de table ronde sur le sujet.

    La suspension du plan de licenciement est ainsi sollicitée. La Direccte a jusqu’au 27 novembre pour se positionner sur le vice de procédure. D’ores et déjà, pour une période partant du lundi 30 novembre, un préavis de grève illimitée est déposé.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

    « Après la venue de Jean Castex à Brest, Sud porte plainte pour « atteinte à la liberté de circuler » ! (LT.fr-20/11/10-14h29)Caudan (56). Fonderie de Bretagne : la CGT appelle à la transparence face à la refonte du site (OF.fr-20/11/20-17h30) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :