• Brest-Loi anti-casseurs. Deux cents manifestants (LT .fr-13/04/19-19h51)

    Deux cents manifestants ont défilé, samedi après-midi, au départ de la place de Liberté contre la loi anti-casseurs, à l’appel d’une dizaine de syndicats et organisations brestoises, dont la Ligue des droits de l’homme, rejoints par les gilets jaunes. Une première.

    « Non à la répression, liberté de manifester ! ». Pour la première fois, les syndicats et les gilets jaunes se sont retrouvés, un samedi, autour des mêmes slogans, dans une convergence des luttes née de l’opposition à la loi anti-casseurs.

    « Risque d’arbitraire »

    Deux cents personnes ont défilé derrière des banderoles et des drapeaux de la CGT et de Solidaires, dont une bonne proportion de gilets jaunes. C’était le 22e acte pour les gilets jaunes, mais l’appel à manifester au départ de la place de Liberté, ce samedi après-midi, ne venait pas d’eux (*). L’appel national de la Ligue des droits de l’homme à se mobiliser contre « la loi liberticide anti-casseurs » a été rejoint par une dizaine d’organisations brestoises.

    « La loi dite anti-casseurs porte atteinte aux libertés publiques. C’est un État qui a peur pour en arriver là. Cette loi jette l’opprobre sur des gens qui veulent s’exprimer », a indiqué Olivier Cuzon, de la Ligue des droits de l’Homme, qui a lu l’allocution commune des organisations. « Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain. Nous en demandons l’abrogation ».

    Lors de la prise de parole d’Olivier Cuzon pour l’ensemble des participants, des « Vendus ! » se sont fait entendre en fond de manifestation émanant de quelques gilets jaunes. Des syndicalistes sont venus à leur rencontre pour dialoguer et la situation s’est calmée.

    Arrêt devant le commissariat

    La manifestation est passée par l’avenue Foch et la rue du Château, avant de bifurquer vers la rue Colbert. La grille du commissariat avait été fermée. Alors que les syndicats en tête de cortège passaient devant l’hôtel de police, les gilets jaunes ont choisi d’y faire une halte. Les slogans se sont tus un moment et une banderole « Gilets jaunes, Julian Assange, Alexandre Langlois (NDLR du nom du policier syndicaliste qui a mis en cause le gouvernement), tous lanceurs d’alerte » a été déployée. Après cette pause, la manifestation est repartie jusqu’en bas de la rue de Siam, où la dispersion a été décidée. Les gilets jaunes ont alors poursuivi seuls, occupant un moment le pont de Recouvrance.

    Parmi les manifestants, figurait une délégation du collectif « Non à la centrale de Landivisiau ». « Nos militants font l’objet d’une répression policière. Nous avons déjà subi trois gardes à vue et une quinzaine d’interpellations, une centaines de contrôles d’identité et des fouilles de véhicules. Cette loi va aggraver les choses », a souligné Loïc Le Polles.

    (*) L’appel à manifester était signé par l’Association France Palestine Solidarité, Attac, la Ligue des droits de l’homme, la Ligue de l’enseignement, le MRAP, la CGT, FSU, Solidaires, le PCF, la France Insoumise, l’ARC29, Brest Nouvelle citoyenneté et l’UDB.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les retraités brestois se sont mobilisés pour "retrouver leur pouvoir d’achat"

    Ce jeudi 11 avril, des retraités ont défilé dans les rues dans le cadre du mouvement « Le printemps des retraités ». Ils demandent notamment l’annulation de la hausse de la CSG et l’indexation des pensions sur les salaires. 

    Ils étaient environ 300 retraités réunis ce jeudi 11 avril, au square Marc-Sangnier, à l’appel d’une intersyndicale (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR et LSR). Ce rassemblement s’inscrivait dans le cadre d’un mouvement national baptisé « Le printemps des retraités ». Les revendications ? Annulation de la hausse de la CSG, retour à l’indexation des pensions sur les salaires, maintien et développement des services publics de proximité, prise en charge de la perte d’autonomie à 100 %…

    Vers 11 h, les retraités ont lancé la manifestation en se dirigeant d’abord vers la sous-préfecture, avant de se rendre à la permanence du député Jean-Charles Larsonneur (LREM). Ils ont remis une motion commune destinée aux députés du Finistère ainsi qu’au gouvernement.

    Vincent DAVODEAU

    source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/video-l-appel-d-une-intersyndicale-300-retraites-defilent-brest-6305619

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quimper. Les retraités dans la rue : 230 manifestants à l’appel de la CGT (OF.fr-11/04/19-12h09)230 personnes ont manifesté dans les rues de Quimper (Finistère). 

    Les retraités continuent à clamer leurs revendications à Quimper (Finistère) : revalorisation des retraites, abrogation de la hausse de la CSG, etc.

    Les retraités étaient dans les rues de Quimper (Finistère), ce jeudi 11 avril 2019. Mécontents de l’absence de réponse du préfet, de 3 députés et de 4 sénateurs à leur lettre de revendication, envoyée le 5 février 2019, ils ont décidé de bouder la préfecture et commencer la manifestation place Saint-Corentin.

    Motion envoyée au préfet et à tous les parlementaires

    Seuls trois députés avaient répondu à leur motion : deux « bottant en touche »,Sandrine Le Feur et Graziella Melchior et un « montrant une certaine empathie »,Didier Le Gac. Dans sa réponse, ce dernier leur assurait être « attentif aux préoccupations dont vous faites l’écho » et rappelait qu’ « en tant que député, j’avais alerté par courrier, dès le 3 octobre dernier, M. le Premier ministre, sur le seuil de revenu trop bas à partir duquel s’est appliquée l’augmentation du taux de CSG ».

    Abrogation de la hausse de la CSG « pour tous les retraités »

    Les retraités continuent à réclamer du pouvoir d’achat, par « l’abrogation de la hausse de la CSG de 1,7 point pour tous les retraité/es » , l’augmentation de « toutes les retraites » , une revalorisation de toutes les pensions suivant l’évolution des salaires, un rattrapage des pertes subies depuis 2014, l’établissement d’un minimum pension au niveau du Smic (pour les carrières complètes), le maintien des pensions de réversion sans condition de ressource, la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale, l’ouverture d’un droit universel et « que les retraités soient enfin reconnus et leurs représentants reçus par le Président ».

    Une lettre a d’ailleurs symboliquement été postée à son intention, après avoir été lue devant la Poste, rue de Juniville.

    source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/quimper-les-retraites-dans-la-rue-230-manifestants-l-appel-de-la-cgt-6305572

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    À l’appel de neuf organisations syndicales et associatives, près de 230 retraités sont descendus ce jeudi matin dans la rue pour réclamer une revalorisation de leurs pensions, synonyme de pouvoir d’achat. Un des huit rassemblements organisés dans le Finistère. Avant de se disperser, les manifestants ont posté un courrier au président de la République, reprenant l’ensemble de leurs revendications.

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Gilets Jaunes- l’appel de Saint Nazaire de l’assemblée des Assemblées !

    800 délégués des assemblées de  de toute la France étaient réunis du 5 au 7 avril à Saint Nazaire pour une . Ils ont adopté un appel final ainsi que appels thématiques concernant

    • les élections européennes
    • la répression
    • l’écologie
    • les assemblées citoyennes

    L’appel de Saint Nazaire

    « Nous Gilets jaunes, constitués en assemblées locales, réunis à Saint-Nazaire, les 5, 6 et 7 avril 2019, nous adressons au peuple dans son ensemble. À la suite de la première assemblée de Commercy, environ 200 délégations présentes poursuivent leur combat contre l’extrémisme libéral, pour la liberté, l’égalité et la fraternité.
    Malgré l’escalade répressive du gouvernement, l’accumulation de lois qui aggravent pour tous les conditions de vie, qui détruisent les droits et libertés, la mobilisation s’enracine pour changer le système incarné par Macron. Pour seule réponse au mouvement incarné par les Gilets jaunes et autres mouvements de lutte, le gouvernement panique et oppose une dérive autoritaire. Depuis cinq mois partout en France, sur les ronds-points, les parkings, les places, les péages, dans les manifestations et au sein de nos assemblées, nous continuons à débattre et à nous battre, contre toutes les formes d’inégalité et d’injustice et pour la solidarité et la dignité.
    Nous revendiquons l’augmentation générale des salaires, des retraites et des minima sociaux, ainsi que des services publics pour tous et toutes. Nos solidarités en lutte vont tout particulièrement aux neuf millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Conscients de l’urgence environnementale, nous affirmons, fin du monde, fin du mois, même logique, même combat.
    Face à la mascarade des grands débats, face à un gouvernement non représentatif au service d’une minorité privilégiée, nous mettons en place les nouvelles formes d’une démocratie directe.
    Concrètement, nous reconnaissons que l’assemblée des assemblées peut recevoir des propositions des assemblées locales, et émettre des orientations comme l’a fait la première assemblée des assemblées de Commercy. Ces orientations sont ensuite systématiquement soumises aux groupes locaux. L’Assemblée des assemblées réaffirme son indépendance vis-à-vis des partis politiques, des organisations syndicales et ne reconnaît aucun leader autoproclamé.
    Pendant trois jours, en assemblée plénière et par groupes thématiques, nous avons tous débattu et élaboré des propositions pour nos revendications, actions, moyens de communication et de coordination. Nous nous inscrivons dans la durée et décidons d’organiser une prochaine Assemblée des assemblées en juin.
    Afin de renforcer le rapport de forces, de mettre les citoyens en ordre de bataille contre ce système, l’Assemblée des assemblées appelle à des actions dont le calendrier sera prochainement diffusé par le biais d’une plateforme numérique.
    L’Assemblée des assemblées appelle à élargir et renforcer les assemblées citoyennes souveraines et de nouvelles. Nous appelons l’ensemble des Gilets jaunes à diffuser cet appel et les conclusions des travaux de notre assemblée. Les résultats des travaux réalisés en plénière vont alimenter les actions et les réflexions des assemblées.
    Nous lançons plusieurs appels, sur les européennes, les assemblées citoyennes populaires locales, contre la répression et pour l’annulation des peines des prisonniers et condamnés du mouvement. Il nous semble nécessaire de prendre un temps de trois semaines pour mobiliser l’ensemble des Gilets jaunes et convaincre celles et ceux qui ne le sont pas encore. Nous appelons à une semaine jaune d’action à partir du 1er mai.
    Nous invitons toutes les personnes voulant mettre fin à l’accaparement du vivant à assumer une conflictualité avec le système actuel, pour créer ensemble, par tous les moyens nécessaires, un nouveau mouvement social, écologique, populaire. La multiplication des luttes actuelles nous appelle à rechercher l’unité d’action.
    Nous appelons à tous les échelons du territoire à combattre collectivement pour obtenir la satisfaction de nos revendications sociales, fiscales, écologiques et démocratiques. Conscients que nos avons à combattre un système global, nous considérons qu’il faudra sortir du capitalisme. Ainsi nous construirons collectivement le fameux « 
    toutes et tous ensemble »
     que nous scandons et qui rend tout possible. Nous construisons toutes et tous ensemble à tous les niveaux du territoire.
    Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Ne nous regardez pas, rejoignez-nous. »

    2e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes – Saint Nazaire

    ” tourner en dérision cette mascarade électorale “
    Appel à l’action et à la mobilisation pour la période des élections européennes

    « Nous, Gilets jaunes réunis lors de l’Assemblée des assemblées de Saint- Nazaire, dénonçons le caractère anti-démocratique et ultra-libéral des institutions européennes. Le parlement européen que nous élisons n’a même pas le pouvoir de proposer une loi 
    ! La Commission européenne décide de tout sans aucun contrôle démocratique. Les institutions européennes sont soumises à la pression de 25 000 lobbyistes pour la seule capitale européenne !
    A l’inverse du modèle actuel, les gilets jaunes portent un modèle de démocratie directe, dans lequel l’intérêt général prime sur les intérêts particuliers. Un modèle démocratique où primeront enfin nos conditions de vie, de travail, vos droits, la qualité de nos services publics et de notre environnement.
    Nous avons pour principe fondateur l’autonomie des groupes de gilets jaunes et des individus en général. C’est pourquoi nous faisons le choix de ne donner aucune consigne de vote ou même de participation à ces élections. Nous condamnons toutes les tentatives de constitution de liste politique au nom des gilets jaunes !
    Nous appelons les gilets jaunes et les citoyens et citoyennes à faire de cette période électorale une grande période de mobilisation. Nous proposons : 

     d’organiser une campagne d’information et de sensibilisation contre les institutions européennes et leur politique libérale 
     de tourner en dérision cette mascarade électorale. Nous nous en remettons pour cela à la créativité des groupes locaux, par exemple : carnaval, vote parallèle dans des cercueils jaunes, affichage jaune, présence jaune le jour du vote le 26 mai etc.
    Nous proposons aux gilets jaunes de Belgique de co-organiser une convergence de tous les peuples à Bruxelles. Car quelque soit le résultat du vote, il faudra compter sur nous ! C’est dans la lutte que se construira l’Europe des peuples.
    Nous proposons à tous les peuples d’Europe de se saisir de cet appel, de le traduire dans leur propre langue, ou de s’en inspirer pour faire le leur. C’est en menant une lutte coordonnée contre nos exploiteurs communs que nous jetterons les bases d’une entente fraternelle entre les peuples d’Europe et d’ailleurs. »

    2e assemblée des Assemblées

    Retrouvons notre pouvoir de décision, place aux assemblées citoyennes

    «Nous, Gilets Jaunes réunis en Assemblée des assemblées appelons l’ensemble des GJ ainsi que tous nos concitoyen.ne.s à s’engager dans la réappropriation de notre pouvoir politique.
    Une étape importante de cette reconquête passe par le niveau local.
    Nous appelons à créer dans chaque commune de France ou cela est possible une ou plusieurs assemblée citoyenne et populaire. Car ce pouvoir nous a été confisqué comme nous le constatons dans de multiples domaines : écologie, public/privé (privatisation), démocratie, etc.
    Ces assemblées sont l’expression de la volonté populaire.
    Chaque assemblée mène ses propres expériences en toute autonomie dans le respect de l’intérêt collectif (en lien avec des associations, gilets jaunes seuls, groupes de citoyens, associations de quartiers, présentation de listes ou non…) Nous appelons les assemblées citoyennes et populaires, ainsi créées, à se fédérer en réseau par l’échange de leurs expériences.
    Réapprenons à partager nos préoccupations pour définir ensemble ce que nous voulons.
    Réapprenons à vivre ensemble où nous habitons. »

    Nous exigeons l’annulation des peines des prisonniers et condamnés du mouvement !

    «Depuis 5 mois la répression policière et judiciaire contre le mouvement des gilets jaunes est gigantesque. Nous comptons des milliers de blessés, 22 personnes éborgnées, 5 mains arrachées et une personne tuée. Les violences policières qui mutilent et qui tuent sont un acte d’intimidation politique, elles cherchent à nous terroriser pour empêcher d’agir : elles constituent un crime d’État. Pour justifier ce crime, le gouvernement, avec l’appui de certains médias, criminalise toutes celles et ceux qui contestent sa politique. La répression judiciaire prend la suite des violences policières pour étouffer le mouvement : 8700 gardes à vues, 2000 procès dont 1500 comparutions immédiates, près de 40 % de peines de prison fermes, plus de 400 mandats de dépôt.
    Ce que nous vivons aujourd’hui est le quotidien des quartiers populaires depuis des décennies. Maintenant, l’autoritarisme se généralise à toute la société. Nous, gilets jaunes réunis en Assemblée des Assemblées à Saint-Nazaire, appelons à un énorme acte national samedi 18 mai partout en France, à l’occasion de l’acte 27.
    Nous exigeons : 

     l’annulation des peines des milliers de prisonniers et condamnés du
    mouvement des gilets jaunes et de toutes les autres luttes criminalisées  l’annulation des poursuites qui pèsent sur les personnes accusées et
    inculpées 

     la défense des libertés publiques et des droits fondamentaux 

     la reconnaissance des centaines de personnes enfermées, dans le cadre
    des gilets jaunes, des quartiers populaires, et de toutes les luttes
    défendant le bien commun, écologiques et revendiquant une démocratie directe, comme des prisonniers politiques
    Nous devons résister de toute notre force contre cet autoritarisme !
    Nous appelons au renforcement et à la constitution des cagnottes de soutien existantes, et des groupes de soutien juridique. Nous appelons à la constitution d’une plate-forme nationale pour recenser les cas de répression judiciaire, soutenir les inculpés et les prisonniers. Nous appelons au partage de tous les savoirs pour se défendre face à la répression policière et judiciaire.
    L’Assemblée des Assemblée appelle à manifester le 13 Avril pour le retrait de la loi « 
    anticasseurs » à l’appel de plus de 50 organisations dont la Ligue des Droits de l’Homme.
    Samedi 18 mai, retrouvons nous partout pour manifester et nous rassembler devant les tribunaux et les prisons !
    Cet appel sera partagé et transmis dans les groupes, ronds-points et AG locales pour qu’ils se l’approprient et le fassent vivre s’ils le souhaitent 
    ! »

    Appel pour une convergence écologique

    « L’Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes prend acte de l’urgence environnementale, sociale et démocratique.
    C’est la même logique d’exploitation infinie du capitalisme qui détruit les êtres humains et la vie sur Terre.
    La limitation des ressources nous oblige à poser la question de leur partage et du contrôle de la production.
    Les dérèglements climatiques, l’effondrement de la biodiversité et le péril nucléaire sont autant de menaces qui pèsent sur notre avenir. Les biens communs (eau, air, sol droit à un environnement sain ne doivent pas être transformés en marchandises.
    La taxe carbone est l’exemple parfait de la fausse écologie punitive qui cible les gens qui ne sont pas responsables.
    Or il y a des responsables et des pollueurs à qui s’attaquer directement par des actions coordonnées.
    Les Gilets jaunes invitent toutes les personnes voulant mettre fin à la accaparement du Vivant à assumer une conflictualité avec le système actuel, pour créer ensemble, par tous les moyens nécessaires un nouveau mouvement social écologique populaire.
    L’indignation ne suffit plus, passons à l’action. »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique