• Soutenus par leurs collègues de Lorient et Port-Louis, les agents de la blanchisserie ont débrayé une heure 25, ce lundi.Soutenus par leurs collègues de Lorient et Port-Louis, les agents de la blanchisserie ont débrayé une heure 25, ce lundi.

    Le personnel de la blanchisserie interhospitalière protestait, ce lundi 8 juin, du fait d’un accroissement de travail.

    Plus de la moitié du personnel de la blanchisserie interhospitalière a débrayé, lundi après-midi. « Depuis plusieurs mois, nos conditions de travail se dégradent avec l’augmentation significative du tonnage à la blanchisserie. Nous devons faire des heures supplémentaires, travailler le samedi car on n’arrive pas à absorber la surcharge de travail. Nous réclamons une dizaine d’embauches », explique Françoise Lebeux, déléguée du personnel. Jérôme Meunier, directeur, a déclaré : « L’augmentation du tonnage s’est traduite par le recrutement de cinq emplois en équivalent temps plein. Nous avons largement accompagné l’augmentation d’activité. Les heures supplémentaires sont par ailleurs soit rémunérées, soit récupérées. Plus globalement, les conditions de travail ne cessent de s’améliorer aussi grâce à un dialogue social transparent et concerté ».

    source: https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • source: facebook.com (CGT-Arsenal de Brest)

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • « Nous tiendrons le cap. Nous sommes toujours présents et déterminés pour que la voix des personnels de terrain soit entendue et pas seulement celle des mêmes pontes habitués des couloirs du Ministère.» Alors que les concertations stagnent, que la méthode reste floue et que les espoirs commencent à s'amenuiser sur la tenue du Ségur, retrouvons nous à nouveau le 16 Juin sur les pavés et devant les hôpitaux !
    Parce que le changement ne pourra venir que du rapport de force et de la mobilisation par le terrain pour infléchir sur les décisions à venir ces prochaines semaines.


    Rassemblement à partir de 18h

    devant l'hôpital Morvan
     

    l'objectif est d'organiser une chaine humaine et défilé jusqu'à la mairie de Brest

    le port du masque est vivement recommandé

    Mobilisation organisée avec :
    - Collectif Inter Hôpitaux
    - SUD Santé Sociaux
    - CFDT
    - CGT Santé Action Sociale
    - APH

    Rendez vous le 16 juin dans la rue !

     

    Source : facebook

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Suite à l’article « futur porte avions : Brest doit faire valoir ses atouts » paru dans le Télégramme (*) en amont de la visite de la Ministre des Armées à Brest, le syndicat CGt de l'Arsenal de Brest, qui revendique depuis longtemps la relance de la construction neuve sur Brest avait rédigé un communiqué de presse.


    Le Télégramme n’ayant pas daigné le diffuser, il a été partagé sur la page Facebook du Syndicat, c'est bien volontiers que l'Hermine Rouge le publie  !

     

    source: facebook-cgt-arsenal-de-brest

    (*) l'article du Telégramme du 27/05/2020: Futur porte-avions : « Brest doit faire valoir ses atouts »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • De gauche à droite : Loïc Le Houarner, Karine Goanec et Kévin Nabat, tous trois membres de la CGT du centre hospitalier de Quimper et de Concarneau.De gauche à droite : Loïc Le Houarner, Karine Goanec et Kévin Nabat, tous trois membres de la CGT du centre hospitalier de Quimper et de Concarneau

    Un rendez-vous en présentiel organisé par un syndicat, la CGT, dans les murs de l’hôpital de Quimper (Finistère). Pas de téléphone ni de communiqué de presse par mail. On se croirait presque revenu à l’avant-coronavirus. Sauf qu’aujourd’hui, les discussions tournent principalement autour du Covid-19 et de la façon dont le centre hospitalier de Cornouaille, le Chic, a traversé la crise sanitaire.

    « Jusqu’à 30 patients Covid »

    Pour faire face à un éventuel afflux de patients infectés au Covid-19, la direction avait  massivement renforcé  ses capacités en réanimation, passant  de 12 à 33 lits . Mais, selon la CGT du Chic, le seuil des 33 patients en réanimation au même moment n’a jamais été atteint. Il a cependant été approché.  Il y a eu jusqu’à 30 patients au même moment , indique Kévin Nabat, secrétaire adjoint du syndicat. Toujours selon la CGT, au 6 mai dernier,  190 patients atteints du Covid-19 ont été hospitalisés à l’hôpital quimpérois ».

    « Entre 20 et 30 agents hospitaliers atteints du Covid »

     Entre 20 et 30 agents hospitaliers, soignants et non-soignants, ont été atteints du Covid-19 , affirme Karine Goanec, secrétaire générale de la CGT du centre hospitalier.  Ce qui n’est pas normal, c’est que des agents qui avaient côtoyé ces personnes positives ont pu continuer à travailler, presque normalement à l’hôpital. Elles n’avaient qu’à porter des masques, alors qu’il aurait fallu les mettre en quatorzaine , poursuit Karine Goanec.

    « Pas des héros, on a juste fait notre boulot »

    La CGT tient à saluer  la grande implication  des 3 000 agents du Chic, soignants ou non.  Si ça a tenu, c’est grâce à tout le monde, estime Loïc Le Houarner, secrétaire adjoint de la CGT. Pour autant, nous ne sommes pas des héros. On a juste fait notre boulot. On sait pourquoi on fait notre travail. Et on ne veut pas le faire au rabais.  

    « Le flou sur les masques a généré du stress »

     En mars, on nous disait qu’il n’était pas obligatoire de porter des masques. Aujourd’hui, c’est deux masques par jour !  Karine Goanec déplore  le flou concernant le port des marques, les surblouses ou les charlottes  qui, selon elle,  a généré du stress, du mal-être chez les agents .  Les procédures se sont adaptées aux stocks d’équipements de protection individuelle (EPI) et non à la pathologie. Ce n’est pas normal ! 

    « Des agents sont sur les rotules »

    L’orage est-il passé ?  En tout cas, la pression redescend, croit savoir Loic Le Houarner. Après deux mois intenses à coup pour certains de journées de 12 h, des agents sont sur les rotules.  Il y a la fatigue, physique. Et puis celle, mentale :  La charge émotionnelle est importante quand vous prenez en charge un patient grave, avec toute la famille derrière. Tout va très vite , expose Kévin Nabat. Autant de raisons qui poussent la CGT à réclamer  plus qu’une prime ,  une revalorisation salariale .

    Une prime, oui, « mais pour tout le personnel »

    La CGT du Chic dit  oui  à une prime de 1 500 €, promise par le gouvernement. Mais  pour tout le personnel, soignant ou non. C’est l’ensemble des effectifs qui a permis à l’hôpital de Quimper de tenir le choc .

    Les « héros » dans la rue le 16 juin

     On ne veut pas de médaille. Juste une vraie reconnaissance, de véritables moyens pour faire notre mission et une réelle revalorisation salariale.  Le mardi 16 juin à 14 h 30, la CGT, comme d’autres syndicats, appelle à se rassembler devant l’hôpital quimpérois. Kévin Nabat lance un appel pour conclure :  Ce qui serait bien, c’est que les gens qui nous applaudissaient chaque soir viennent manifester avec nous .

    Basile CAILLAUD

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Au plan européen, la force dominante, l’Allemagne, et son second, la France, ont proposé le 18 mai un « plan de relance » de 500 milliards empruntés sur les marchés. Ce plan, porté depuis à 750 milliards pour la période 2021-2027 (le PIB annuel de l’UE est de 15.000 milliards) s’appuie sur une prétendue mutualisation des dettes permettant d’avancer vers un impôt européen et une accélération de la fédéralisation ; il est prévu en échange d’un gigantesque plan d’ajustement structurel sur le modèle grec au nom bien sûr de la dette, de l’euro et du pacte de stabilité. Au programme : baisse des salaires et pensions, réduction des dépenses de santé et des dépenses publiques, privatisation des secteurs non encore concernés … et la mise sous dépendance austéritaire des peuples livrés à la domination de la « Troïka » (Commission de Bruxelles,  et FMI) et aux diktats des marchés financiers.

     – Manifestation du 28 juin 2018

    Deux jours après, le 20 mai, les 5 confédérations syndicales françaises (dont la ) et la DGB allemande, membres de la  (confédération européenne des syndicats), publiaient en toute « indépendance syndicale » une tribune appuyant bruyamment le plan Macron-Merkel tout en défendant une nouvelle fois l’introuvable Europe sociale.

    Tournant le dos aux intérêts des travailleursce ralliement sans débat de  et de la direction confédérale CGT à la construction européenne s’inscrit dans l’entreprise longue de plusieurs années désormais visant à recentrer la « grande dame » et à parachever le long processus d’intégration à la Confédération Européenne des Syndicats et au syndicalisme d’accompagnement des intérêts capitalistes. Cela crée une situation très difficile pour les travailleurs : peuvent-ils désormais compter sur la direction CGT pour les défendre alors que celle-ci valide au plan européen les initiatives les plus anti-sociales et qu’elle valide le cadre de l’UE, stratégie centrale des forces dominantes du capitalisme européen ?

    Bien entendu, de nombreux militants, de nombreuses bases syndicales ne l’entendent pas de cette oreille. Depuis plusieurs jours, de nombreuses réactions se développent dans la CGT contre le ralliement et à la volonté d’accélérer son évolution fédérale dans un contexte de  globale du capitalisme.

     

    Nous publions aujourd’hui la réaction de Laurent Brunsecrétaire général de la Fédération CGT des Cheminots

    Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots, contre le “plan de relance” Macron-Merkel soutenu par la direction de la CGT ! (IC.fr-28/05/20)Non l’Union Européenne n’est pas la sauveuse de notre économie !

    Le soi disant plan de relance franco allemand pose en lui même un certain nombre de questions (nouveau recul de souveraineté en matière de politique économique, conditions de remboursement qui pourraient amener une étape supplémentaire vers le fédéralisme, critères de sélection des projets…).

    Mais c’est surtout une gigantesque arnaque idéologique qui vise à présenter l’Union européenne comme la solution à la crise alors qu’elle en est une des causes.

    Pour les services publics, par exemple, les règlements de l’Union européenne consacrent l’obligation de mise en concurrence, le principe du « bénéfice raisonnable » (donc de la profitabilité du service public), et surtout les instruments « indépendants » de contrôle bureaucratique et financier qui ont fait grossir les « tetes » administratives et réduire les effectifs de production, un des problème révélé au grand jour dans cette crise.

    Je ne développe pas sur le rôle de la banque centrale qui n’aide plus au financement des grands projets mais uniquement à la protection de la bourse et des grands patrimoines, sur les critères de convergence ou les contraintes budgétaires qui imposent aux états la réduction des budgets sociaux, sur la libre circulation des capitaux qui a organisé les délocalisations, etc…

    Je ne reviens pas sur le fait que l’UE a été immédiatement au chevet des bourses mais n’a pas organisé une seule seconde la lutte contre l’épidémie (démarches de coopération des labos publics de recherche, mobilisation des forces productives pour fournir masques et matériel… nous n’avons rien vu de tout ça, ils n’ont même pas idée que ça aurait pu être leur rôle tellement ils sont éloignés de la coopération… tout juste parlent ils de raté sur la coordination des mesures prises par les États membres alors que justement cela n’a aucun intérêt car les états ont décidé les mesures en fonction de leurs capacités hospitalières, et des caractéristiques de leur pays).

    Tous les maux ne viennent pas de l’Union Européenne mais l’Union Européenne est la caisse de résonance de tous les pires dogmes de l’ultraliberalisme.

    Donc je ne soutiens pas le plan de relance européen. Et je regrette profondément la déclaration unitaire des organisations syndicales qui le soutiennent.

    Laurent Brun – SG de la CGT Cheminot – Facebook 21 mai 2020
    https://www.facebook.com/laurent.brun.923/posts/130180968668123
    source: https://www.initiative-communiste.fr/
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • 13 ans de luttes sans rien lâcher : les goodyears avec la CGT et Mickael Wamen remportent une victoire judiciaire totale.(IC.fr-30/05/20)

     

    Ce jeudi 28 mai c’est une victoire totale qui a été remportée par les 832 goodyears Amiens Nord poursuivant leur combat contre la fermeture de leur usine devant le tribunal des prud’hommes d’Amiens. En janvier 2014, avec le soutien du régime Hollande Macron et après une énorme campagne médiatique Goodyear et ses1.7 milliards de bénéfices d’exploitation fermait une usine rentable, mettant sur le carreau 1143 salariés. le régime Hollande Macron poursuivait les syndicalistes, condamnant dans un procès politique scandaleux leurs leaders syndicaux dont l’emblématique .

    La victoire est intégrale : fait rare, le jugement qui constate que les licenciement sont sans motif économique valide ordonne l’exécution immédiate de la condamnation c’est à dire le paiement immédiat des dommages et intérêts, même en cas d’appel. Toutefois cela ne rendra pas aux goodyears leurs emplois, les années perdues, l’angoisse, leur famille et même leur vie pour certain. Cela ne rendra pas non plus à notre pays cet outil de production dont il a cruellement besoin. Donc comme le souligne M Wamen, le combat doit continuer.

    « Nous allons assister à une avalanche de licenciements, les multinationales vont se servir de la pandémie pour mettre en œuvre des plans de restructuration décidés en fait de longue date, utilisant le Covid-19 comme un prétexte, c’est lugubre (…). J’espère que ce jugement inspirera des milliers de salariés qui vont lutter dans les mois à venir contre ces licenciements injustes » souligne le combatif avocat F Rilov.

    Bravo aux Goodyears, et soutien à leur courageux délégué du personnel , toujours debout pour poursuivre la lutte et qui mérite un immense respect. Ils démontrent par leur exemple qu’il y a que les luttes que l’on mènent que l’on peut gagner. Ils démontrent que la solidarité de classe conduit à la victoire. Et que le syndicalisme de résignation , d’accompagnement n’est qu’un syndicalisme de collaboration et de défaite.

    Les militants du PRCF, IC leur média, nous sommes fiers d’avoir toujours apporté notre soutien aux Goodyears

    Observons ce jour que Mickael Wamen est de ces milliers de voix qui ont lancé un appel à la résistance pour cette date anniversaire du 29 mai 2005 du non populaire à l’euro destruction de la République sociale, souveraine, fraternelle et démocratique, du oui pour faire place au peuple et au monde du travail. 

     

    Jean-Baptiste CLEMENT

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Enzo De Grégorio, ici, en septembre 2019. Le lycéen, scolarisé dans un établissement concarnois, demande le report de la rentrée à septembre prochain.Enzo De Grégorio, ici, en septembre 2019. Le lycéen, scolarisé dans un établissement concarnois, demande le report de la rentrée à septembre prochain

     

    Le Mouvement national lycéen (MNL) du Finistère s’oppose à la réouverture des établissements scolaires, qui doit avoir lieu dès la semaine prochaine. Enzo De Grégorio, responsable fédéral et scolarisé au lycée Pierre-Guéguin, à Concarneau, souhaite une reprise des cours en septembre.

     

    Que pensez-vous de l’annulation de l’oral du bac de français annoncée par Jean-Michel Blanquer ?

    On s’en félicite. C’était l’une de nos demandes depuis le début du confinement. Il était clairement impossible de le garder en l’état. Le fait qu’il soit annulé au profit du contrôle continu est donc une bonne nouvelle parmi toutes nos revendications. Même si, de façon générale, nous sommes plutôt contre le contrôle continu qui va pénaliser ceux qui ont des mauvaises notes en français et qui comptaient sur l’oral pour se rattraper. On aimerait bien que la note de dix sur vingt soit attribuée à tous les lycéens mais on sait que cela va être difficile à obtenir. Le maintien de l’oral créait également un stress pour beaucoup d’élèves. Je recevais quasiment tous les jours des appels de lycéens qui me disaient qu’ils n’avaient pas eu une préparation suffisante.

    Avec le MNL 49, vous souhaitez vous opposer au retour en classe dès la semaine prochaine. Pourquoi ?

    On va retourner dans les lycées par groupe de quinze alors que nous sommes habituellement 35 par classe. Il va falloir faire deux ou trois groupes et nous irons en cours une ou deux semaines seulement, dans des conditions sanitaires pas toujours très bonnes. Dans mon lycée, on demande de venir avec son propre masque alors que c’est à l’Éducation nationale de les fournir. Pourtant, cela représente un coût pour les familles qu’elles ne peuvent pas toujours absorber. Ça va créer des inégalités entre ceux qui vont rester chez eux et ceux qui pourront venir. Tout ça nous pousse à demander la fermeture des collèges et des lycées. Nous comprenons parfaitement qu’il y ait un accueil minimum pour les primaires mais pour les autres, dans ces conditions plus que mauvaises, ça paraît difficile. On pointe également le Medef : derrière cette décision de réouverture, on sait que c’est pour relancer l’économie, alors que le Conseil scientifique préconisait une rentrée en septembre.

    « On veut montrer au gouvernement que les lycéens sont contre la réouverture des établissements dans ces conditions-là »

    Comment comptez-vous réagir à cette décision ?

    On appelle les lycéens à rester chez eux. Demander à descendre dans la rue, ça serait idiot de notre part. On veut essayer de voir avec le personnel soignant comment nous pouvons les soutenir dans leur mouvement du 16 juin. Le but, c’est qu’il y ait le moins de monde possible dans les lycées pour que le petit nombre d’élèves présents soit vraiment en sécurité, tout comme les professeurs. On veut montrer au gouvernement que les lycéens sont contre la réouverture des établissements dans ces conditions-là. Nous soutiendrons également les professeurs utilisant leur droit de retrait.

    propos recueillis par Guirec FLECHER

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire

  • En attendant la fin de la réunion devant la sous-préfecture de Lorient, les salariés semblaient usés par l’attente.En attendant la fin de la réunion devant la sous-préfecture de Lorient, les salariés semblaient usés par l’attente.

    À la sortie du CSE, Maël Le Goff, secrétaire CGT, a annoncé que la Fonderie de Bretagne ne fermerait pas. Le matin même, Renault avait annoncé la suppression de 4 600 emplois en France.

    « Pas de fermeture de la Fonderie de Bretagne et pas de repreneurs » : c’est avec une grande émotion que Maël Le Goff, secrétaire CGT de la fonderie, a annoncé la bonne nouvelle aux salariés. Pour eux, c’est le soulagement chez les salariés. Les larmes aux yeux ils exultent après une semaine de lutte.

     

    « Il y a un projet de restructuration sur les tonnages. Il y a du boulot pour se diversifier on a l’a déjà fait avant avec le routier. Il faut remplir l’usine. Il n’y a pas de suppression d’emplois. C’est un sursis, on en est conscient. L’activité reprend mardi, un groupe de travail sera mis en place pour revoir la stratégie », a déclaré Maël Le Goff, à la sortie du CSE.

    Les 250 personnes rassemblées devant la sous-préfecture rejoignent à présent l’usine. « On rentre à la maison », lance un salarié sous les applaudissements.

    À l'annonce de la bonne nouvelle, les salariés ont exulté.À l'annonce de la bonne nouvelle, les salariés ont exulté.

    Un peu plus tôt, en attendant la fin de la réunion devant la sous-préfecture de Lorient, les salariés semblaient usés par l’attente : « Depuis une semaine, je dors deux heures pas nuit. On a envie d’être fixé », déclarait Yannick, 26 ans de Fonderie.

    « Il faut qu’on sache mais nos actions vont aller crescendo », prévenait Jérôme, 46 ans, dont 26 à l’usine caudanaise. « On n’a rien à perdre donc on va se battre », assurait Michaël. Morgan, comme les autres, ne s’attendait pas à devoir se battre pour son emploi. « Pas après les millions investis pour refaire la ligne brûlée l’année dernière ! Après l’incendie, ils nous ont dit « On est derrière vous », et ils nous laisseraient tomber aujourd’hui ? », s’interrogeait cet homme de 40 ans.

    Jeudi soir, les fondeurs n’avaient pas obtenu de réponse sur l’avenir de la fonderie.

     

    Céline LE STRAT

    250 personnes ont attendu la fin du Comité social et économique (CSE) de la Fonderie de Bretagne devant la sous-préfecture de Lorient.

     

    French director general of "Fonderie de Bretagne", a subsidiary of the Renault group, Laurent Galmard (C-L), attends a social and economic council (Conseil Social et Economique) with unionis

    French director general of "Fonderie de Bretagne", a subsidiary of the Renault group, Laurent Galmard (R), attends a social and economic council (Conseil Social et Economique) with unionists

    French CGT unionist of Fonderie de Bretagne Mael Le Goff talks to the press prior to a social and economic council (Conseil Social et Economique) with French director general of "Fonderie de Bret

     

     

     

     

     

     

     

     

    source: https://www.letelegramme.fr/

    A lire également: Fonderie de Bretagne. Du soulagement mais aussi de la vigilance pour l’avenir (ouest-france.fr-29/05/20-16h01)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les gilets jaunes de Brest (ici en septembre 2019) annoncent leur retour ce samedi 30 mai, sur la place de Strasbourg.Les gilets jaunes de Brest (ici en septembre 2019) annoncent leur retour ce samedi 30 mai, sur la place de Strasbourg. (Archive Le Télégramme)

     

    Les gilets jaunes de Brest annoncent leur intention de manifester, ce samedi 30 mai, à 13 h 30, à partir de la place de Strasbourg. Mais au vu des annonces gouvernementales de ce jeudi, le préfet devrait interdire ce rassemblement.

    « En ces temps de déconfinement, et après deux mois de parcage autoritaire de la majorité de la population dans son chez-soi plus ou moins bien loti, la machine semble vouloir repartir. Ou en tout cas, nos gouvernants mettent les bouchées doubles pour essayer de la réinscrire sur l’autoroute du profit. Puisqu’il serait dommage qu’elle reparte seule, il nous paraît indispensable de l’accompagner dans son retour à l’anormal ». Dans un communiqué transmis à la rédaction, les gilets jaunes de Brest annoncent leur intention de « reprendre la rue », suite au déconfinement. Ils envisagent une mobilisation, ce samedi 30 mai, à 13 h 30, place de Strasbourg.

    « Tsunami économique »

    L’organisation brestoise poursuit, en indiquant que « puisque nous sommes à la fois la nature qui se défend et les défenseurs de cette nature, puisque la seule deuxième vague dont nous sommes certains de l’issue est le tsunami économique en approche (avec son lot de misère sociale et sanitaire, potentiellement plus destructeur que la pandémie actuelle), nous faisons valoir notre droit à retourner dans la rue pour défendre nos convictions, pour cracher à la gueule de ce "nouveau" monde encore plus obscène que le pouvoir nous promet, et pour continuer à développer nos liens afin de construire d’autres approches de nos vies ».

    Un appel « surréaliste » pour Marc Coatanéa

    Cet appel a été diversement accueilli sur les réseaux sociaux. Candidat aux municipales, le marcheur Marc Coatanéa le juge « surréaliste à une heure où notre pays doit faire front uni contre la crise. Le droit de manifester ne doit pas devenir un droit à la destruction de notre économie locale. Nos commerçants ont besoin d’être soutenus pour faire vivre leur entreprise et les milliers de familles qui dépendent de ces emplois. Aucun blocage ne saurait être toléré », tonne-t-il.

    Ce jeudi soir, le premier ministre Édouard Philippe a annoncé que les rassemblements de plus de dix personnes demeuraient interdits dans l’espace public. En toute logique, le préfet devrait donc interdire cette manifestation.

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique