• Mai 2018 : tous ensemble dans les actions, tous ensemble le 26 pour la marée populaire contre le pouvoir ! (FSC 6/05/2018)

    Mai 2018 : tous ensemble dans les actions, tous ensemble le 26 pour la marée populaire contre le pouvoir ! (FSC 6/05/2018)

    Au lendemain de la manif du 5 mai à Paris démontrant que le tous ensemble est possible et alors que syndicats et organisations politiques appellent désormais d’une même voix tous les travailleurs à la mobilisation lors d’une journée d’action le 26 mai, les syndicalistes du Front Syndical de Classe appellent à l’action : 7 mai, 14 mai, 22 mai, 26 mai, c’est tous ensemble et en même temps qu’il faut agir

    1er mai réussi, vote magnifique des salariés d’Air France contre leur direction, les organisations syndicales de capitulation (CFDT en tête) et les médias aux ordres, 5 mai massif et déterminé… Décidément, ce printemps 2018 n’en finit pas de déjouer les pronostics intéressés émis tous les jours sur les ondes pour annoncer que le mouvement social s’essouffle…

    Bien au contraire, ce à quoi nous assistons dans les luttes multiples au sein desquelles la combat des cheminots contre l’euro-privatisation et l’euro-casse des statuts a une importance stratégique centrale, c’est à la montée en puissance de la volonté d’en découdre contre le pouvoir de l’oligarchie capitaliste, c’est à l’appel massif des bases au « tous ensemble en même temps » nécessaire pour instaurer le rapport des forces à la hauteur de l’attaque générale que mènent Macron, l’UE, le Medef.

    Comment gagner ?

    Les mouvements gagnants de l’histoire du pays nous livrent les clés de la construction d’un mouvement social gagnant, de 1936 à 1995 en passant par 1945 ou 1968. Quand l’unité se fait sur la base des revendications, quand le rapport de forces et la lutte des classes sont revendiqués face à l’adversaire qui la mène consciemment, quand le blocage des profits capitalistes est utilisé en même temps que d’autres formes de luttes comme les grandes manifestations nationales, quand les organisations du monde du travail syndicales, politiques et associatives marchent main dans la main, la force du peuple travailleur est irrésistible.

    Aujourd’hui, Fonction Publique, EPAHD, hôpitaux, retraités, SNCF, universités, justice, air France, énergie, propreté, commerce, action sociale, Ford… Ce sont des dizaines de luttes qui se déroulent au même moment contre le même adversaire (sans oublier la massive grève générale en Guadeloupe).

    Cheminots, électriciens-gaziers, fonctionnaires, étudiants, salariés du privé délocalisés ou se battant pour la hausse des salaires, petits paysans et artisans étranglés, salariés uberisés, retraités appauvris, chômeurs soumis à l’arbitraire administratif… sont en position de pouvoir rassembler un vaste « tous ensemble » contre les forces du capital, seul moyen de gagner au lieu de perdre les uns après les autres. Pour ce faire, il est indispensable de montrer que les revendications liées à chacune des luttes se rejoignent contre le pouvoir qui dégrade la situation de tous, contre le néolibéralisme agressif de Macron, du MEDEF et de l’UE.

    C’est maintenant que nous pouvons faire basculer le rapport de forces en faveur de tous ceux qui n’en peuvent plus de subir les politiques austéritaires qui détruisent les vies, les emplois, les solidarités, les services publics, sacrifient la jeunesse, ruinent le pays…

    Aux salariés, paysans, chômeurs, retraités, étudiants, fonctionnaires de pousser pour cela ; aux organisations du monde du travail de s’engager dans cette voie sans manœuvres ni arrière-pensées, sans entretenir surtout la division notamment entre syndicalisme et politique. L’heure est à la construction de fronts reliant acteurs associatifs, culturels, syndicaux et politiques pour la conquête de la démocratie populaire, économique et sociale.

    En ce sens, l’importante manifestation unitaire du 14 avril à Marseille à l’initiative notamment de l’UD CGT 13 a ouvert la voie. Il faut amplifier cette démarche et la généraliser dans tout le pays.

    7 mai (rassemblement national des cheminots), 15 mai (marée blanche des hospitaliers à Paris), 22 mai (journée nationale de grève de toute les Fonction Publique), 26 mai (manifestation nationale unitaire – « marée populaire » contre Macron)… : participons et faisons grandir toutes les initiatives qui veulent stopper Macron dans sa course en posant la nécessité d’un grand mouvement « tous ensemble en même temps » alliant grèves, blocages de la production et manifestations de masse.

    Front Syndical de Classe, 6 mai 2018

    A lire également sur le site du Front Syndical de Classe

    AIR FRANCE : énorme pour la direction, la politique de Macron et de la CFDT !

    UNIVERSITE : appel à la grève illimitée jusqu’au retrait de la loi de sélection …

    « Que reste-t-il de mai 1968 avec la participation de Roger SILVAIN sur la chaîne LCPNi tragédie , ni farce : de mai 1968 à mai 2018, Loïc Chaigneau en conférence-débat à l’Université de Tolbiac occupée…(16/04/2018) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :