• Morbihan. Les patrons de discothèques ont manifesté leur ras-le-bol sur les voies rapides (OF.fr-30/09/20-09h30))

    Le départ du collectif de patrons de discothèques vers les voies rapides.

    Lassés de « ne pas être écoutés », les patrons de discothèques du Morbihan ont mené une opération escargot sur la RN165 vers Lorient et Nantes, et sur la N166 vers Rennes, ce mercredi matin, 30 septembre. Provoquant près des kilomètres de bouchon dès 8 h. Les manifestations se sont achevées vers midi.

    Les patrons de discothèques se sont rassemblés ce mercredi matin, 30 septembre, sur la zone commerciale de Luscanen près de Vannes (Morbihan). Ils se sont dirigés vers les voies rapides Vannes-Lorient, Vannes-Rennes et Vannes-Nantes, et les ralentir. Du côté de Lorient, les manifestants se sont retrouvés dans la zone commerciale de Lanester, près du Mc Donald’s. Les opérations escargot se sont achevées vers midi.

    Les raisons du malaise de la profession sont résumées dans les propos des manifestants : Nous demandons les aides promises par l’État, et l’organisation d’un protocole pour une éventuelle réouverture, mais aussi une rémunération des patrons de discothèques, dont les établissements sont fermés depuis le début du confinement, en mars. « Les bars ont eu un rendez-vous avec le Premier ministre en 48 heures, on voudrait nous aussi de la considération ».

    Les patrons de discothèque rassemblés avant le départ de la manifestation sur la zone de commerciale de Luscanen près de Vannes. 

     

    « La Bretagne se rebelle et ça ne fait que commencer », promet Jessica Chapelain, patronne du Vogue, à Lorient. Avec une douzaine de membres du Collectif des discothèques du Morbihan, venant aussi de Vannes, Pontivy ou Plouhinec, ils ont mené une opération escargot sur la RN165, mercredi 30 septembre 2020, au matin.

    Douze kilomètres de bouchons vers 9 h

    Certains, partis vers 8 h de Lanester, se sont dirigés vers Vannes, à 50 km/h, provoquant près de douze kilomètres de bouchon. Avant de se faire arrêter par les gendarmes, vers 9 h, au niveau d’Auray. Les forces de l’ordre les ont accompagnés ensuite jusqu’à Vannes.

    « La colère monte. Nous en avons marre de ne pas être écoutés par les autorités, s’agace Jessica Chapelain. Nous envisageons d’autres actions prochainement. »

    Valentin CHOMIENNE et Marion THORIN.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    « Caudan (56)-Fonderie de Bretagne. « Où est la relocalisation industrielle ? » (OF.fr-29/09/20-18h05)À Carmaux et à Paris, célébrer Valmy et combattre Maastricht (IC.fr-29/09/20) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :