• Pacte UE-Turquie : renvoi de quatre Syriens déboutés de l’asile en Grèce (Nouvelles d'Arménie 26/11/2017)

     

    Pacte UE-Turquie : renvoi de quatre Syriens déboutés de l’asile en Grèce (Nouvelles d'Arménie 26/11/2017)

    Quatre réfugiés Syriens déboutés de l’asile en Grèce ont été renvoyés mercredi en Turquie en application du pacte UE-Ankara, après une décision du conseil d’État grec débloquant les renvois forcés prévus par cet accord, a indiqué la police grecque.

    Les quatre Syriens avaient vu leurs demandes d’asile en Grèce rejetées en deuxième instance, a précisé la police dans un communiqué. Le premier renvoi de ce type avait été effectué le 8 novembre, a indiqué une source policière à l’AFP.

    “La décision du Conseil d’État a débloqué“ ces renvois, “nous allons les poursuivre“, a-t-elle ajouté. “Plusieurs centaines“ de réfugiés syriens sont visés par ces renvois dans l’immédiat, a-t-elle ajouté.

    Prévus par le pacte UE-Ankara de mars 2016 visant à couper la route migratoire en Égée, les renvois de demandeurs d’asile en Turquie étaient gelés en pratique depuis, après le recours de deux Syriens qui contestaient auprès du Conseil d’État grec que la Turquie soit pour eux un pays “sûr“.

    Le Conseil d’Etat les a déboutés en septembre, établissant une jurisprudence en faveur de la mise en oeuvre effective de ce volet de l’accord UE-Ankara, qui concerne les demandeurs d’asile notamment syriens arrivés sur les îles grecques après le 20 mars 2016.

    Les cinq Syriens renvoyés le 8 novembre et mercredi ont été transférés à Adana, au sud de la Turquie, par des vols spécialement affrétés par Frontex, l’agence européenne des frontières, au départ de l’île de Lesbos.

    “Après la décision du Conseil d’État, nous pouvons attendre une augmentation des rejets“ des demandes d’asile, a commenté pour l’AFP un porte-parole en Grèce du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, Boris Cheshirkov.

    Sur quelque 8.000 Syriens arrivés cette année sur les îles grecques, 30% ont jusque-là vu leur demande à rester en Grèce rejetée, au motif que la Turquie est pour eux un pays “sûr“, la majorité étant elle jugée éligible à l’asile en Grèce ou au regroupement familial ailleurs dans l’UE, a-t-il indiqué.

    Fortement contesté par les humanitaires, qui dénoncent un défaut de protection des réfugiés en Turquie, le pacte conclu entre les États européens et Ankara a considérablement réduit le flux migratoire en Méditerranée orientale après le pic de 2015.

    Les arrivées sur les îles grecques en provenance des côtes turques sont toutefois reparties à la hausse cet été, avec notamment l’arrivée de réfugiés syriens et irakiens fuyant les zones reprises à l’organisation de l’État Islamique.

     

    dimanche 26 novembre 2017,
    Stéphane ©armenews.com
    « 25 & 26 Novembre 2017-Convention nationale de la France insoumise (II)Lorient-Jeudi 7 décembre-20 h 30-Conférence-débat sur l'avenir de la prise en soins des personnes âgées en perte d'autonomie avec Carole FIAT, Députée France Insoumise »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :