• Les mobilisations, notamment celles du 9 mars initiées par les organisations de jeunesse et les organisations syndicales de salariés (CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL), ont contraint le gouvernement à des concessions sur la loi Travail.

    Pour autant les aménagements annoncés par le Premier Ministre ne changent pas la philosophie générale du projet. Il ne répond pas aux aspirations fortes, exprimées par les jeunes, les salarié-e-s et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et sa sécurisation. La création d’emplois de qualité ne justifie pas la casse du code du travail mais nécessite un changement de politique économique et sociale.

    Ce texte continue à diminuer les droits des salarié-e-s et à accroître la précarité, notamment des jeunes. Décentralisation de la négociation collective au niveau de l’entreprise et affaiblissement des conventions collectives de branches, fragilisation des droits individuels acquis, mise en cause des majorations des heures supplémentaires, facilitations des licenciements, affaiblissement de la médecine du travail… sont autant d’exemples de régressions qui demeurent.

    L’universalité de la garantie jeune sans les moyens en conséquence relève d’un effet d’annonce. Face au chômage et à la précarité auxquels sont confrontés les salarié-e-s, les femmes et les jeunes en particulier, l’urgence est à la conquête de nouveaux droits.

    Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) soutiennent et appuient les actions des 17 et 24 mars. Elles confirment leur appel à la mobilisation par la grève et les manifestations le 31 mars pour obtenir le retrait de ce projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

    Paris, le 14 mars 2016

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Brest. Rassemblement lycéen place de la Liberté , ce mardi 15/03/2016 (OF.fr) Les lycéens se sont rassemblés sur les marches de l'Hôtel de Ville.

    Les lycéens de Brest se sont rassemblés ce mardi, place de la Liberté. Ils demandent l'abrogation de la loi Travail.

    Le lycée de l'Iroise, ce mardi matin, compte 150 grévistes. Ils ont été rejoints, dans la matinée, par des élèves de Kérichen et d'autres lycées.

    Un bref rassemblement a eu lieu prévu, en fin de matinée, place de la Liberté.

    Les lycéens entendent dénoncer la loi Travail, dont ils demandant l'abrogation totale. 
     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge-Hauts de France ou France d’en haut ? Par Floréal (IC.fr- 15/03/2016)

    La contre-réforme territoriale imposée par le PS et par l’ex-UMP ne se contente pas de diluer nos communes dans les Métropoles et nos départements à taille humaine dans des Länder à l’allemande, sans souci de désarticuler le territoire national et la « République une et indivisible ».

    Voilà que Xavier Bertrand (le nouveau président du Nord-Pas-de-Calais-Picardie) décide, une fois passées les élections, que le Nord-Pas-de-Calais/Picardie s’appellera désormais Hauts de France. Dénomination stupide pour notre plat pays qui n’est pas en haut mais au nord de l’Hexagone. Et déni de l’identité locale, historique et sociale des Chtis : pourtant, n’en déplaise à l’UM, le Nord, ça restera le « bolcho » Geo Hage, les métallos et les ouvrières textiles, le Pas-de-Calais, c’est toujours l’Arrageois Robespierre, le coco Maurice Thorez, les marins, les gueules noires qui firent grève sous la botte allemande ; la Picardie ça reste les premières Jurées Communes de notre histoire (Laon…), la Grande Jacquerie du Moyen Âge, ou encore Gracchus Babeuf, le précurseur des partis communistes du monde entier avec son « Manifeste pour l’Egalité » (1795).

    Tout cela, certes, n’est pas « vendeur » dans le cadre de l’Europe des régions pilotée par Berlin au profit des transnationales. Hauts de France, ça sonne mieux pour la France d’en haut qu’incarne Xavier Bertrand !

    Quant au PRCF, tout en combattant le FN, il n’a jamais appelé à voter pour X. Bertrand (ou pour Estrosi, contrairement au PCF et au PS). Les vrais communistes continueront de combattre la loi Notre qui détruit la France et la fonction territoriale pour que revivent le Nord, le Pas-de-Calais, la Picardie populaires… et la France républicaine !

     

    Floréal le 14/03/2016

    Source: initiative-communiste.fr

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Yoann Daniel accompagnait le premier camion de la collecte de vêtements pour les migrants de Calais. Rentré, il a témoigné, jeudi, de son passage dans la jungle.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • APPEL DU COMITE CENTRAL DU PRCF

    Ensemble, construisons la vigoureuse contre-offensive des travailleurs et du camp progressiste ! Appel du Comité Central du PRCF (IC.FR-14/03/2016)

    Trop c’est trop et le monde du travail, ouvriers CGT réprimés et injuriés par Valls, salariés sur-précarisés par la contre-réforme El Khomri (= traduction française de la directive européenne sur le marché du travail), fonctionnaires insultés par la droite et mis dans l’incapacité de remplir leurs missions sabotées par l’euro-austérité, enseignants refusant la contre-réforme du collège, étudiants mobilisés contre la précarité universelle, artisans « explosés » par l’ubérisation néolibérale, agriculteurs déstabilisés par la « concurrence libre et non faussée » de Maastricht, tous en ont ras-le-bol, chacun avec ses motivations propres, de ce gouvernement de renégats  qui trahit sa base populaire, installe un Etat-policier, rampe devant Berlin, s’aligne sur l’OTAN et ouvre un boulevard aux surenchères fascisantes et thatchériennes de la droite et de l’extrême droite.

    Imaginons ce que pourrait faire en un tel climat social un qui n’eût pas renié le drapeau rouge frappé de la faucille paysanne et du marteau ouvrier ! Oui, il est urgent de reconstruire un parti d’avant-garde, c’est-à-dire…

    • un parti fédérant les luttes sur la base d’une analyse marxiste-léniniste de la société,
    • un parti ancré prioritairement dans les entreprises et dans les quartiers populaires,
    • un parti construisant autour du mouvement ouvrier un large Front Antifasciste, Patriotique, Populaire et Ecologique (FR.A.P.P.E. !),
    • un parti indépendant du PS et de l’U.E., appelant la France à sortir de l’euro, de l’UE et de l’OTAN pour rompre avec le système capitaliste prédateur, de manière à activer l’ des luttes, à élargir les coopérations internationales à tous les continents dans le but de rouvrir au peuple de France la voie de la révolution socialiste!

    C’est pourquoi, si censurés qu’ils soient par les médias, y compris par certains journaux « de gauche », les militants franchement communistes du PRCF interpellent les combatifs de Goodyear et d’Air-France, les salariés et les étudiants en révolte contre la loi El-Khomri, les enseignants en lutte conte la contre-réforme Valleau-Belkacem, les éleveurs soulevés contre Hollande et Bruxelles, en soumettant au débat populaire des propositions que tous les communistes véritables devraient, tout esprit de boutique mis à part, porter solidairement :

    • bien entendu, les progressistes qui se respectent ont soutenu la du 9 mars et ils soutiendront celle du 31, de même qu’ils défileront avec les Goodyear le 1er mai. Mais il faut aller plus loin pour fédérer le et en même temps jusqu’à la victoire : d’abord, il faut rompre le dialogue piégé avec l’ « agent orange » du MEDEF et de Bruxelles que sont les dirigeants de l’UNSA et de la CFDT, car on ne négocie pas les régressions, on les combat ! Le PRCF avance aussi l’idée d’une manifestation nationale de combat à Paris contre l’ensemble des régressions, d’un débat très large sur la nécessité de la grève inter-pro  reconductible à l’initiative des secteurs ouvriers en lutte. Ne tolérons plus le refrain défaitiste des états-majors euro-formatés qui rabâchent que « la grève générale ne se décrète pas ». Elle ne se décrète pas, certes, mais elle se construit en travaillant sur tous les terrains à la convergence des luttes ! Les courageux ouvriers CGT qui ont « tombé la chemise » des chasseurs de têtes patronaux d’Air-France, les ouvriers de Goodyear qui sont condamnés à la prison pour avoir défendu leur classe et le produire en France ont au moins autant de légitimité pour appeler au sursaut général des travailleurs que les états-majors confédéraux qui nous promènent de défaite en déroute depuis vingt ans ! C’est par le dialogue et par l’action « en bas » que se reconstruit le syndicalisme de classe et de masse sur la base les fondamentaux de combat victorieux qui furent longtemps ceux de la grande CGT !
    • assez de baratin sur « l’Europe sociale » alors que les mauvais coups (blocage des salaires, casse des retraites par répartition, des statuts, du , des conventions de branche, des indemnités chômage, du logement social, etc.) sont orchestrés par Bruxelles à l’échelle du sous-continent : propageons l’Appel-pétition national pour un référendum qui permette au peuple français de dire non à l’euro et à l’UE, ce que demandent d’ailleurs 53% des Français d’après un tout récent sondage ! En associant le drapeau rouge des travailleurs au drapeau tricolore de la Nation, militons pour que la France sorte à temps de l’euro, de l’UE et de l’OTAN afin de rompre avec le capitalisme et de relancer la perspective du socialisme pour notre pays ! Secouons aussi la tutelle « euro-constructive » du Parti de la Gauche Européenne, présidé par Pierre Laurent, et de la Confédération Européenne des Syndicats (C.E.S.), ces deux courroies de transmission grassement subventionnées par Bruxelles !
    • débattons partout d’un programme de rupture révolutionnaire comportant la reconquête plénière de la souveraineté nationale, la démocratisation radicale de la vie politique (et pour cela, la fin de la Vème « République » en voie de fascisation), la nationalisation démocratique des secteurs-clés de l’économie et du commerce extérieur, la reconstruction planifiée du « produire en France » industriel et agricole, la reconstruction des acquis sociaux et des services publics, la réduction drastique des inégalités sociales, la coopération égalitaire avec tous les pays du monde, la fin des ruineuses interventions impérialistes de la France en Afrique et au Proche-Orient, le droit pour tous les peuples de vivre, de décider et de travailler dans leur pays.
    • dans l’immédiat, le PRCF appelle à créer partout des Comités de solidarité avec Goodyear, à signer la pétition de masse contre la loi El-Khomry, et à participer massivement aux grèves et manifestations pour le retrait de cette loi scélérate.

    Militants ouvriers, paysans, étudiants, enseignants, rejoignez le combat du PRCF pour reconstruire dans l’action le Parti communiste de combat qui manque tant à notre peuple !

    Ensemble, construisons la vigoureuse contre-offensive des travailleurs et du camp progressiste ! Appel du Comité Central du PRCF (IC.FR-14/03/2016)

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le film, de François RUFFIN, « Merci Patron ! » est en salle. Retrouvez la liste de tous les cinémas du Finistère qui le projetteront ces trois prochaines semaines. Certaines séances se feront en présence du réalisateur. Mis à jour le 14/03 à 11h.

    "Merci Patron !" dans les salles du Finistère

     

    Les projections-débats à venir  en Finistère:

    • le Lundi 21/03 à Douarnenez-20 h 45 (Cinéma "Le K"-39, rue Louis Pasteur) avec François Ruffin.
    • le Lundi 21/03 à Penmarch-18 heures (Cinéma "Eckmühl"-468, rue avec François Ruffin.
    • le Mardi 22/03 à Brest-20 heures (Cinéma "Les Studios"-136, rue Jean Jaurès) avec François Ruffin.

     

    La bande-annonce:

     

    Synopsis

    Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C'est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d'un inspecteur des impôts belge, d'une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d'ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l'assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l'emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l'émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l'homme le plus riche de France ?

    Source: fakirpresse.info/merci-patron-dans-les-salles

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge-VALLS INSULTE GRAVEMENT LES PROGRESSISTES DE CE PAYS-Par Aris (IC.fr-10/03/2016)

    Valls panique. Suant, éructant, insultant, le premier ministre de Hollande ne se contrôle plus. L’amalgame injurieux, la calomnie odieuse remplacent l’argumentation rationnelle.

    Cet homme est dangereux. Digne des pires exemples de son courant politique, les Noske, les Moch, les Lacoste, Valls, que les honteux lauriers de Clemenceau à Courrières font, parait-il, rêver, nous plonge dans le marécage mollétiste, celui qui envoyait les paras torturer et ou tenter d’empêcher la juste nationalisation du canal de Suez déjà allié à l’Etat colonial d’Israël.

    Valls a tenu devant le CRIF les propos orduriers suivant : « Nous savons qu’il y a un antisémitisme ancien et un antisémitisme nouveau. Un antisémitisme d’extrême droite mais aussi un antisémitisme d’extrême gauche. Il y a l’antisémitisme des beaux quartiers, il y a aussi l’antisémitisme dans les quartiers populaires d’une jeunesse radicalisée. Et puis (…), il y a l’antisionisme, c’est-à-dire tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine d’Israël. »

    Comment ose-t-il ? Le sang de martyrs communistes et anti-sionistes du fascisme a certes disparu des livres d’histoire falsifiés et des écrans télé enchaînés par le fric de ses maîtres milliardaires, mais tout de même lui, il sait puisque, paraît-il, il aurait fait des études d’histoire. Il sait le mensonge absolu qui consiste à traiter les antisionistes que nous sommes fiers d’être , avec d’ailleurs des milliers de Juifs eux-mêmes antisionistes, d’antisémites.

    Pour que les choses soient parfaitement claires voilà ce qu’écrivait Staline en 1931 : Le chauvinisme national et racial est une survivance des mœurs misanthropiques propres à la période du cannibalisme. L’antisémitisme, comme forme extrême du chauvinisme racial, est la survivance la plus dangereuse du cannibalisme. L’antisémitisme profite aux exploiteurs, comme paratonnerre afin que le capitalisme échappe aux coups des travailleurs. L’antisémitisme est un danger pour les travailleurs, car c’est une fausse route qui les égare hors du droit chemin et les conduit dans la jungle. Aussi les communistes, en tant qu’internationalistes conséquents, ne peuvent être que les ennemis jurés et intransigeants de l’antisémitisme. En URSS, la loi punit avec la plus grande sévérité l’antisémitisme comme phénomène opposé au régime soviétique. Selon les lois de l’URSS, les antisémites actifs sont condamnés à la peine de mort ».

    L’amalgame fascisant de Valls ne déshonore donc que lui-même.

    Les vrais communistes continuerons le combat contre le sionisme et l’antisémitisme parce qu’ils sont des communistes et des internationalistes.

    Ils continuerons leur combat contre Valls parce qu’il se comporte non pas en patriote mais en plat courtisan d’une puissance étrangère occupante, ségrégationniste, coloniale et meurtrière.

    Ils soutiendront la campagne BDS et les militants condamnés à Colmar.Loi El Khomri, état d’urgence, criminalisation des syndicalistes (Air France, Goodyear…) et des militants internationalistes, une UE de plus en plus fascisante, décidément ce régime est pourri ! Place, dans les luttes, à un grand mouvement national de combat et construction du Front Antifasciste, Populaire, Patriotique et Écologique (FRAPPE) et la sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN pour engager la sortie du capitalisme et la construction du socialisme qui en est la seule alternative.

    Aris-le 10/03/2016

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • BREST

    Une centaine de retraités manifestent pour le pouvoir d'achat

    Jeudi 10 mars 2016-Les retraité(e)s dans la rue en Finistère et partout en France ! Les retraités brandissent la baguette de pain, symbole de la maigre augmentation de leurs pensions.

    Une bonne centaine de retraités se sont rassemblés ce jeudi matin place de la Liberté. Ils se sont ensuite rendus à la permanence de Patricia Adam.

    A l'appel des organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires, les retraités brestois se sont rassemblés ce jeudi matin devant l'hôtel de Ville. Ils étaient une bonne centaine à avoir répondu présent. 

    Principal motif de revendication : la baisse constante du pouvoir d'achat. 

    "Nos pensions sont bloquées depuis trois ans, explique l'un d'eux. Le 0,1 % de revalorisation accordée par le gouvernement en 2013 ressemble plus à de la provocation. Certains sont venus avec une baguette de pain, cela représente à peu près l'augmentation que l'on eue depuis trois ans !"

    Les retraités se sont ensuite dirigés vers la permanence de la députée Patricia Adam; où ils ont été reçus par son attachée parlementaire Suzy vaillant.
     
     
     
    MORLAIX

    Social. Les retraités dans la rue

     Au micro, Jean-Yvon Ollivier a pris la parole et a exprimé les revendications... Au micro, Jean-Yvon Ollivier a pris la parole et a exprimé les revendications des retraités devant la sous-préfecture. La semaine est animée sur le plan social. Hier matin, ce sont les retraités, au nombre d'une centaine, qui se sont regroupés et ont manifesté à la sous-préfecture de Morlaix et ensuite devant la permanence du député Gwenegan Bui (encore député pour quelques jours...). Au nom des organisations syndicales de retraités signataires d'un appel départemental sur le Finistère, à savoir, USR CGT, UCR FO, FSU retraité-e-s, UNIR-Solidaires, Jean-Yvon Ollivier a rappelé devant la sous-préfecture que la lutte contre l'austérité était au coeur du problème car « elle continue de faire des ravages et que les inégalités sociales explosent ».

    800 € par mois pour vivre

    Il ajoute : « Les effets cumulés découlant des diverses réformes des retraites, qu'elles soient de base ou complémentaires, depuis 1993, ont entraîné une très nette dégradation du pouvoir d'achat des retraités et la réalité actuelle est alarmante. En effet 5 millions de retraités perçoivent entre 800 et 1.200 € pour vivre par mois ».
     
    Il précise : « Selon les statistiques réalisées par la caisse nationale d'assurance vieillesse, 25 % des hommes et 50 % des femmes arrivent à la retraite avec 620,89 € par mois et le taux de pauvreté des retraités ne cesse d'augmenter puisque 17 % survivent avec moins de 600 € par mois ». Les revendications suivantes ont été listées : un rattrapage immédiat de 300 € mensuels pour tous, compensant le blocage des pensions-retraites depuis plusieurs années, aucune pension inférieure au Smic revalorisé, pour une pension complète, l'indexation des pensions sur l'évolution des salaires moyens et non sur les prix, la revalorisation annuelle des pensions au 1e r janvier qui prend en compte l'évolution des salaires, le maintien des pensions de réversion sans baisser leurs taux, l'égalité salariale homme-femme, l'affectation réelle de la CASA à la perte d'autonomie et à terme, sa suppression par une prise en charge de cette compensation par la Sécurité Sociale.

    Une délégation reçue

    Une délégation a été reçue par le député qui, selon Jean-Yvon Ollivier a « reconnu une mauvaise répartition des richesses en France ». Il a été convenu de poursuivre les actions et de reprendre contact afin de développer les arguments auprès de la députée Marylise Lebranchu.


    QUIMPER

    250 retraités réclament une hausse de leur pouvoir d'achat


    250 retraités sont actuellement rassemblés place Saint-Corentin, devant la mairie de Quimper. Ils réclament une hausse de leur pouvoir d'achat. Un cortège doit ensuite rejoindre la préfecture, puis le conseil départemental, où une entrevue a été demandée. Les manifestants ont répondu à l'appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de la CFE-CGC, de la Fédération des retraités de la Fonction publique et de FO.

    source:letelegramme.fr
     
     
    QUIMPERLE
     
    Retraités. Pour le pouvoir d'achat

    Jeudi 10 mars 2016-Les retraité(e)s dans la rue en Finistère et partout en France !

    Répondant à l'appel national des fédérations, les retraités du Pays de Quimperlé avaient rendes-vous hier matin au centre Guéhenno pour faire entendre leur volonté de « vivre dignement une retraite méritée ». Des retraités soutiens de famille « en raison du chômage de leurs enfants », des retraités pauvres « ils sont de plus en plus nombreux ici aussi à vivre avec moins de 1.000 € », ils s'élèvent contre « la petite musique qui revient selon laquelle nous serions des privilégiés ». « Au lieu de nous stigmatiser, le gouvernement serait bien inspiré de nous écouter », plaident les retraités CGT, qui pointent le blocage des pensi ons ou les déremboursements en matière de santé. Le syndicat revendique « une amélioration du pouvoir d'achat par un rattrapage de 300 € par mois » et également « aucune pension inférieure au Smic pour une carrière complète ».

    source: letelegramme.fr
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Communiqué de la Commission des Luttes du PRCF [9/03/2016]

    On ne négocie pas les saloperies ! Retrait total de la loi El Khomeri ! (communiqué de la commission luttes du PRCF 9-03-2016)

    A Paris, Lille, Marseille, Grenoble, Boulogne-sur-Mer, Nice, Brive, Toulouse, Albi, etc., des militants franchement communistes du PRCF et des ont apporté leur soutien aux manifestants CGT, FSU, FO, SUD, ainsi qu’aux lycéens et aux étudiants fort nombreux et déterminés qui appellent au retrait du projet gouvernemental de destruction du .  CE N’EST QU’UN DEBUT, tout annonce un printemps très chaud, d’autant que par ailleurs les paysans, massacrés par la grande distribution capitaliste et par l’ « économie de marché où la concurrence est libre et non faussée » chère à l’UE, ne désarment pas.

    Partout, ambiance très combative, forte mobilisation ouvrière et estudiantine malgré des conditions atmosphériques parfois pénibles, détermination à aller jusqu’au bout pour le RETRAIT du projet gouvernemental que seul des « syndicats » collabos peuvent juger « améliorable », comme ils ont déjà jugés « améliorables » avec les résultats qu’on sait, les contre-réformes sur les retraites, la Sécu, l’ANI, les allocations chômage, etc. A noter qu’à Lille, le lancé par le PRCF en 2003 « C’est pas au patronat de fair’ la loi, La vraie démocratie, elle est ici ! » continue de faire un tabac, ainsi que l’Internationale lancée par certains syndicats CGT.

    On ne négocie pas les saloperies ! Retrait total de la loi El Khomeri ! (communiqué de la commission luttes du PRCF 9-03-2016)

    Le PRCF a joué son rôle d’avant-garde en diffusant des milliers de tracts, en expliquant que le projet Khomeri n’est rien d’autre que la traduction en français de la lettre de sommation adressée en anglais au gouvernement français par l’ancien ministre français et socialiste Moscovici au sujet de la libéralisation urgente du marché du travail français (lire ici). Pour s’en prendre efficacement au gouvernement Valls-MEDEF, le mouvement social doit aussi accuser l’Union européenne, cette machine patronale à détruire les acquis sociaux à l’échelle continentale.

    Le PRCF a aussi popularisé sa proposition soumise au débat du mouvement social d’une grande de combat fédérant l’ensemble des résistances aux mauvais coups de Valls-MEDEF, de l’UE et de la droite UMP : celle-ci soutient le projet Hollande, prend les lycéens pour des demeurés « manipulés » (déclarations de Sarkozy) et surenchérit en multipliant des annonces ultra réactionnaires contre le droit du travail, contre le statut des fonctionnaires, contre les retraites et contre l’emploi dans les services publics. Face au BLOC du gouvernement PS, de l’UE, du MEDEF, de l’UMP et – mezzo voce – du FN (Marion Le Pen a déclaré ce sur France-Inter qu’en réalité, le FN accepte l’idée de la retraite à 65 ans pour obtenir le taux plein…), il faut que germent, par les manifs, les grèves reconductibles, un large mouvement « tous ensemble et en même temps » n’excluant aucune forme de lutte de masse. Pour y parvenir, il importe de ne pas inclure dans le front syndicat en construction les spécialistes en trahison sociale que sont les directions de la CFDT et de l’UNSA.

    source: initiative-communiste.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire