• Tous sur le pont pour un Décembre 2019 plus haut que Décembre 1995 ! Déclaration du PRCF et des JRCF .

    Déclaration du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) 

    Tous sur le pont pour un Décembre 2019 plus haut que Décembre 1995 ! Communiqué du PRCF et des JRCF .

    Tous sur le pont pour un Décembre 2019 plus haut que Décembre 1995 ! Communiqué du PRCF et des JRCF .

    Faisant suite au mouvement pré-insurrectionnel des Gilets jaunes et aux luttes incessantes de l’été et de l’automne 2019 (hospitaliers, pompiers, correcteurs du bac, travailleurs précaires, etc.), un très combatif mouvement de lutte pour le retrait du projet Macron de destruction des  solidaires se développe en France avec grève majoritaire dans nombre de secteurs (transports ferroviaires et urbains, enseignants, raffineries…), appels intersyndicaux à la grève nationale, grèves reconductibles votées en Assemblées générales (AG) professionnelles ou inter-pros, blocage des raffineries, multiples initiatives dans les facs. Déjà, un million et demi de travailleurs ont défilé dans toutes les villes grandes et moyennes du pays en exigeant le retrait pur et simple du projet Macron-Delevoye ainsi qu’une amélioration générale de la situation des travailleurs retraités présents et futurs.

    Non seulement le martelage médiatique visant à salir et à isoler les travailleurs du rail n’a pas « pris » majoritairement, non seulement Laurent Berger, le très jaunâtre secrétaire de la CFDT et actuel président de la Confédération Européenne des Syndicats​, n’a pas réussi à briser la grève, non seulement nombre de travailleurs ont compris que la « retraite à points » est entièrement conçue pour retarder sans fin le départ en retraite et pour amputer lourdement les pensions, mais de plus en plus de gens comprennent que cette contre-réforme explicitement exigée par l’Union européenne (UE) et par le MEDEF n’est qu’un élément du « paquet » de contre-réformes maastrichtiennes visant à araser les acquis sociaux de 1945 pour leur substituer une société totalement inégalitaire, alignée sur les normes régressives de l’Europe allemande dite « ordo-libérale » et du contre-modèle anglo-saxon. C’est d’ailleurs parce qu’ils commencent à le comprendre qu’un nombre important de jeunes, y compris de lycéens, est susceptible de s’engager dans le mouvement malgré le lavage de cerveau européiste et l’anticommunisme d’État que leur assènent sans relâche les médias dominants et les programmes scolaires officiels. C’est pourquoi dans son tract national diffusé aux manifestations (avec en général un excellent accueil), le PRCF appelle les travailleurs à refuser l’anticommunisme d’Etat et l’antisoviétisme à retardement, ces poisons mortels pour le mouvement ouvrier ; un poison que le Parlement européen prétend désormais, de manière totalitaire, imposer de l’Ukraine à l’Atlantique en imposant sa motion honteuse de septembre dernier.

    Les organisations et les militants du PRCF se sont dynamiquement engagés dans ce mouvement, non seulement en tant qu’acteurs, salariés, retraités, étudiants, chômeurs, syndicalistes de classe, mais en tant que militants de la Renaissance du Parti communiste porteurs d’une claire perspective d’avant-garde : celle de la reconstruction du parti communiste de combat en France, indissociable du soutien résolu au syndicalisme de classe et d’une stratégie de rupture articulant le Frexit progressiste, la nationalisation des secteurs-clés de l’économie, la multiplication des coopérations internationales mutuellement profitables et la marche révolutionnaire au socialisme pour notre pays.

    Il est en effet vital de dénoncer – ce que refusent la « gauche », l’ « extrême gauche » et les confédérations euro-formatées – le rôle ultra-négatif de l’UE : celle-ci a en effet très officiellement « recommandé » l’instauration en France d’un régime de retraite unique au rabais pour « faire des milliards d’économie ». Au-delà du rideau de fumée de l’ « équité », les eurocrates désignent clairement leur objectif : préserver l’arrimage de l’euro au Deutsche Mark fort et accélérer le « remboursement » de la prétendue dette « due » par la France aux marchés financiers, c’est-à-dire au grand capital. ll faut donc impérativement briser les chaînes de l’Union européenne et des autres institutions du capitalisme mondialisé (FMI, OMC, mais aussi OTAN et future « armée européenne »…) pour restaurer la souveraineté nationale de notre pays et des autres pays européens, établir une véritable souveraineté populaire centrée sur le monde du travailnationaliser les banques et les grandes entreprises du CAC-40 ; c’est urgent et indispensable pour reprendre la route du progrès social et du « produire en France » aujourd’hui largement détruit, pour engager enfin la « transition écologique », pour engager des coopérations internationales mutuellement profitables avec les pays de tous les continents, pour dynamiser l’Europe des luttes et pour dégager la route du socialisme-communisme pour notre peuple.

    • Dans ces conditions, le PRCF appelle ses organisations et ses militants à continuer de s’investir prioritairement dans le succès du bras de fer social en cours en montrant que deux cohérences sociopolitiques, aux significations de classes antagoniques, s’affrontent « bloc à bloc » dans notre pays. Non pas celles, complémentaires, antisyndicales, anticommunistes et oppressives, du « néolibéralisme » macronien (de plus en plus policier, fascisant et liberticide) et du « patriotisme » lepéniste (de plus en plus ouvertement « euro-compatible »), mais celles que composent…
    • et d’autre part, une reconstruction de notre pays « mettant le monde du travail au cœur de la nation » (comme disait déjà, à l’initiative du PCF clandestin, le programme du Conseil National de la Résistance) jusqu’à l’expropriation du grand capital et à la construction d’une société socialiste. Ce qui implique plus que jamais, sous les deux drapeaux légués au peuple français par notre histoire révolutionnaire, le drapeau tricolore de la Révolution française et le drapeau rouge de la Commune, de militer pour que la France sorte, par la porte à gauche, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

    Sur le plan de la tactique des luttes, les militants du PRCF portent avant tout dans les luttes un message de démocratie ouvrière et syndicale : sans céder en quoi que ce soit à l’anti-syndicalisme primaire, c’est aux grévistes et aux A.G. professionnelles et inter-professionnelles existantes de…

           •  se coordonner et de gérer le mouvement jusqu’au retrait du projet Macron,

    • d’exiger que les confédérations syndicales cessent toutes de cautionner le « dialogue social » bidon de Macron et qu’elles cessent également de chercher un illusoire « syndicalisme rassemblé » avec la direction jaune de la CFDT
    • de promouvoir par eux-mêmes, indépendamment de la pseudo-« concertation » institutionnalisée, des revendications anticapitalistes et anti-maastrichtiennes porteuses de progrès, d’emploi, de réduction des inégalités sociales, de démocratie populaire et de protection sociale pour tous.
    • de développer un maximum de contacts inter-pros, entre travailleurs des transports (Mer, Air, Rail, Route, Ensemble !), entre travailleurs du public et du privé, entre actifs, chômeurs, étudiants et retraités, précaires et statutaires, entre Français et travailleurs immigrés, y compris les travailleurs sans-papiers.

    Construire la convergence des luttes exige aussi, à travers les mobilisations de la semaine prochaine, d’appeler à une méga-manifestation unitaire de combat à Paris, pourquoi pas sur les Champs-Élysées, pour que, sans renoncer à leur diversité légitime, les syndicats de lutte, les Gilets jaunes, les militants politiques d’organisations progressistes appellent d’une seule voix à bloquer le profit capitaliste pour remettre la France sur les rails du progrès social, de la souveraineté populaire et des libertés démocratiques.

    Les capitalistes, leur MEDEF, leur U.E. et leur gouvernement de combat cassent notre pays et nos acquis ? Tous ensemble et en même temps, bloquons leurs profits !

     

    Pour le PRCF

    Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, 

    Fadi Kassem, secrétaire national adjoint, 

    Jo Hernandez, secrétaire de la commission  du PRCF

    et Gilliatt de Staërck, responsable national des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France (JRCF)

    « Les directives serviles de la direction de France-TélévisionsMardi 10 décembre-toutes et tous en grève et en manif-RDV 11h Place de la Liberté à Brest »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :