• Une centaine de cheminots ont convergé à Morlaix (OF.fr-23/05/2018-18h49)

    Les prises de parole devant la gare.
    Les prises de parole devant la gare

    Venus de Saint-Brieuc, Rennes, Quimper et Brest, une centaine de cheminots, en grande majorité de la CGT, ont manifesté à Morlaix, de la gare à la permanence de la députée LREM.

    Ce mercredi matin, vers 9 h, les premiers arrivés étaient les Brestois. Les Morlaisiens ont pu voir et entendre les cheminots cégétistes sur le premier étage du viaduc, scandant « cheminots en colère, on va pas se laisser faire », à grand renfort de fumigènes, cornes de brume et pétards.

     
     
    À 11 h, à la gare, ils étaient une centaine de grévistes, en majorité de la CGT, venus également de Quimper, Saint-Brieuc et Rennes.
     
    Venus de Saint-Brieuc, Brest et Quimper, une centaine de cheminots cégétistes et quelques représentants CFDT se sont rassemblés à la gare de Morlaix. | Photo Ouest-France

    « Ce genre d’actions, ça change des AG statiques et ça rebooste », remarque Gabriel André, secrétaire de la CGT des cheminots quimpérois.

    Lors des prises de parole devant la gare, tous ont souligné « le caractère inédit de ce mouvement, commencé il y a un mois et demi et rassemblant les quatre organisations syndicales. On peut être fiers de notre combat. »

    Les grévistes sont « plus que jamais » opposés à la réforme de la SNCF, prévoyant l’ouverture à la concurrence et la fin du statut pour les nouveaux embauchés.

    Ils se sont aussi réjoui du résultat de la consultation interne lancée mi-mai : 94,7 % des suffrages se prononcent contre cette réforme, avec une participation de 61,15 %. « En Bretagne, sur plus de 2 500 votants, ils sont 93 % à y être hostiles. »

    Menace sur la ligne Morlaix-Roscoff

    Le choix de converger à Morlaix ne doit rien au hasard. Les cheminots voulaient alerter sur la menace de disparition de la ligne Morlaix-Roscoff. « La ligne est menacée de fermeture si des travaux ne sont pas effectués, avance Gabriel André. Il faudra une volonté politique de la sauver. »

    Selon une première estimation de la SNCF, il y en aurait pour 40 millions d’euros de travaux.

    Une étude socio-économique, cofinancée par la Région, Haut Léon communauté et Morlaix communauté, est en cours. Elle doit permettre d’évaluer le potentiel de la ligne, et donc l’intérêt d’une rénovation.

    Les manifestants se sont ensuite rendus à la permanence de la députée LREM, place Cornic. « Sandrine Le Feur n’a jamais donné suite à notre demande de rendez-vous », déplore Jean-Yvon Ollivier, de la CGT des retraités.

    Ils ont ensuite marqué un arrêt devant la permanence de la députée LREM. | Photo Ouest-France

    source: https://www.ouest-france.fr

    « Fonction publique-Quimper. Manif en rangs clairsemés (LT.fr-23/05/2018-8h 25)Grand Morlaix : les Insoumis veulent un débat et une consultation (OF.fr-22/05/2018-13h35) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :