• La bande dessinée de Kris et Étienne Davodeau, Un homme est mort, adapté en fiction d’animation, réalisée par Olivier Cossu, est diffusée sur Arte mercredi 13 juin à 22h35, dans le cadre d’une programmation spéciale Festival d’Annecy. La fiction raconte le combat des ouvriers brestois lors des grèves de 1950 et raconte l'arrivée de René Vautier, un cinéaste engagé qui vient filmer les événements. 

    La fiction d’animation est librement adaptée de l’oeuvre de Kris et Étienne Davodeau. Voici le résumé de l’éditeur, Futuropolis : 

    Brest, 1950. La guerre est finie depuis cinq ans. De la ville, il ne subsiste plus rien. Des bombardements massifs et des combats acharnés de presque un mois ont anéanti la ville, son port, son arsenal. Brest est un désert. Des milliers d’ouvriers vont s’atteler à la reconstruire, pierre à pierre. Mais face aux mauvaises conditions de travail, la contestation gronde, et la grève éclate bientôt. De violents affrontements surviennent lors des manifestations. Jusqu’à ce qu’un homme tombe. 

    Le film d’animation, qui a obtenu le Prix du public au Festival international du cinéma d’animation de Meknès 2018, se concentrera sur l’histoire d’amitié, mais aussi d’amour entre P’tit Zef, un ouvrier, et Paulette, une fille de commerçant qui prend part à la lutte syndicale. Il opérera également une reconstitution de Brest en 3D, au rythme de la musique de Yan Volsy et Pablo Pico. 

    On y verra des événements réels comme la mort d’Édouard Mazé et le film de René Vautier rythmé par le poème de Paul Eluard, Gabriel Péri. Grâce à un cinéma ambulant, Vautier a parcouru la Bretagne pour montrer ce témoignage du combat et de la solidarité des ouvriers. La seule pellicule de ce film a malencontreusement été détruite. Les mots du poète, « Un homme est mort qui n’avait pour défense que ses bras ouverts à la vie », prennent dans ce contexte une dimension bouleversante. 

    « Je trouvais qu’il y avait quelque chose de judicieux dans le fait de ramener cette histoire vers une forme animée. Kris, qui a initié le projet de la bande dessinée et l’a écrite avec moi, partageait cette idée. Après avoir remis à la lumière le film de René Vautier en bande dessinée, l’idée de le voir revenir à l’écran qui est son support originel, par le dessin, c’est magnifique, comme une évidence qui assume et valide les formes successives de ce récit » explique Étienne Davodeau qui a réalisé l’univers graphique du film tandis que Kris participait au scénario et à l’adaptation. 

    « Gabriel Péri, le poème de Paul Eluard, lu et réinterprété par René Vautier lors des projections de son film sur ces événements de 1950, nous permet de ne jamais oublier le combat de ces hommes luttant contre l’injustice, parfois au péril de leur vie. On aime les villes qui n’ont pas à dire qui elles sont ni d’où elles viennent. Brest n’a pas ce luxe mais a su se relever alors qu’elle avait été mise plus bas que terre, tout comme ses habitants et ses travailleurs » complète Olivier Cossu.

    Le film est coproduit par Arte, Les Amateurs et Vivement Lundi. Pour le visionner cliquer sur le lien ci-dessous:

    https://www.arte.tv/fr/videos/062881-000-A/un-homme-est-mort/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ciné-débat solidaire

    autour du film de Ken Loach

    "The navigators"

    Dimanche 15/04/2018-17 h.

    au Run Ar Puns Route de Pleyben 29150 Chateaulin

     

    la bande annonce

    Sheffield, au milieu des années 90. John, Jim, Paul, Gerry et Mick sont des «navigators», chargés d'entretenir les voies de la British Rail. A la fin de l'année, à l'initiative de John Major, le gouvernement lance un programme de privatisation. La société est divisée en 26 sociétés, et les employés doivent apprendre à être flexibles. La course à la rentabilité passe par l'embauche de personnel peu qualifié, sans véritable expérience, la mise en concurrence des salariés et le renvoi des ouvriers les moins dociles. Finalement, l'emploi fixe et stable laisse la place au flux tendu ou à l'intérim : le noyau amical ne tarde pas à voler en éclats…La privatisation en Grande-Bretagne s’est traduite par des accidents, des retards, des tarifs fortement augmentés et une désorganisation du service.

    Aujourd'hui voilà ce qui attend la SNCF si nous laissons faire. Or la SNCF nous appartient, c’est notre bien commun : avec les cheminots défendons-le, rejetons le diktat de l’UE-MEDEF-MACRON !

     

    Dimanche 15 Avril 2018-17 h

    Ciné-débat au Run-Ar-Puns

    autour du film « The navigators »

    Venez nombreux !

    pour débattre avec les représentants des cheminots en grève et les soutenir financièrement

     φ Soirée organisée par les Insoumis-Partenaires29 φ

    (contact : insoumispartenaires29@gmail.com )

     

    Ken Loach, réalisateur du film “Les navigators” : ” je soutiens totalement la grève des cheminots”

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Voici la video de la conférence proncée par Jean SALEM, professeur de philosophie le 22 juin 2011 au siège du PCF autour et a propos de son livre "Lénine et la Révolution" (Editions Encre Marine)

     

    Jean Salem était de ceux, des rares, qui n’entendent pas laisser Lénine parmi les « chiens crevés » de l’histoire. La criminalisation du communisme, sans parler de celle du « socialisme réel », idéal dénigré par certaines directions communistes elles-mêmes, y conduit au bout de 25 « années de plomb ».

    Il est temps de revenir sur l’actualité entière de la pensée de Lénine, avec laquelle le conférencier, auteur de plusieurs ouvrages, s’est longuement familiarisé.

    L’impasse des révoltes de cette année 2011 y ramène tout autant.

    « Lénine et la Révolution » : l’intitulé de la conférence renvoie au titre du livre de Jean Salem de 2006 (édition Encre Marine).

    L’auteur reprend ce qu’il a résumé en six thèses de Lénine :

    1- La Révolution est une guerre, la politique suivant l’art militaire. 

    2- La Révolution politique ne peut être qu’une révolution sociale.

    3- L’existence d’un parti d’avant-garde est nécessaire à ces batailles.

    4- Ce Parti d’avant-garde doit trouver les mots d’ordre correspondant à la situation politique objective et à la vie des peuples.

    5- La révolution va avec, nécessite même, une lutte pour des réformes, aussi loin de l’anarcho-syndicalisme que du réformisme.

    6- A l’ère des masses, la politique commence là où des millions d’hommes se lèvent en observant le déplacement tendentiel des foyers de la révolution vers les peuples dominés.

    Son écoute, argumentée d’exemples présents, est parlante.

     

    source:http://vivelepcf.over-blog.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • D'après le roman de Maxime Gorki.
    Dans la Russie ouvrière de 1905, une mère résignée fait face aux brutalités de son mari alcoolique et aux actions révolutionnaires de son fils Pavel qui le conduiront en prison. Un film poignant sur la révolution, mais surtout sur la vie à travers le regard d'une mère rempli de détresse et d'espoir.

    Titre original : Mat
    Réalisateur : Vsevolod Pudovkin
    Auteur : Maxim Gorki
    Acteurs : Vera Baranovskeya (Niovna-Vlasova, la mère), Nicolaï Batalov (Pavel Vlasov, le fils), Aleksandr Christyakov (Vlasov, le père), Anna Zemtsova (Anna), Ivan Koval (Vessovchtchnikov)
    Durée : 89 minutes
    Année : 1926

    source: http://www.dailymotion.com/video/x3xzayj

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire