•  

    – L’émission quotidienne Le Cours de l’ a succédé sur France-Culture  (https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/saison-24-08-2020-27-06-2021) à la si bien nommée* “Fabrique” de l’histoire et M. Xavier Mauduit a du même coup remplacé Emmanuel Laurentin, appelé par ses patrons à exercer ses talents de formateur idéologique sur une autre chaîne du “service public” audiovisuel. Pour autant, comme on s’en doute, l’, l’antisoviétisme rétrospectif, l’européisme béat et l’anti-jacobinisme passionnel sévissent de plus belle sur France-Culture sur fond d’idéalisme historique jamais interrogé, de “déconstruction” masochiste  du “récit national”, et avec une bonne conscience d’autant plus compacte que, jamais au grand jamais, nul historien suspect de marxisme ou refusant si peu que ce soit les légendes noires de l’URSS “totalitaire”, du PCF “stalinien” ou du “despotique” Robespierre (un “tigre altéré de sang”, comme chacun sait) ne sera jamais invité à la grande émission historique, “critique” et “scientifique” matinale de la “chaîne culturelle” hexagonale… 

    Ainsi y parlera-t-on sans fin, comme aujourd’hui dans Le Cours de l’histoire, du passionnant devenir de “La fille de Napoléon”, une certaine dame Chapuis, fruit joufflu supposé des amours ancillaires du Grand Homme, de la perception de la couleur bleu clair sous la Régence ou encore de la culture du chou rouge en Basse-Silésie dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. Sans bien sûr omettre d’évoquer – Mme Anaïs Quien veille au grain dans cette même émission – le moindre articulet traitant de l’histoire “dé-coloniale” ou de la “construction du genre” telle qu’elle déferle en continu et à gros bouillon depuis le sacro-saint monde universitaire anglo-saxon.

    Mais jamais, n’ayez crainte amis bourgeois et ex-camarades carriéristes de la “gauche” anticommuniste bobo,M. Xavier Mauduit n’invitera Mme Annie Lacroix-Riz, historienne connue bien au-delà de nos frontières pour ses travaux novateurs et hautement professionnels portant sur la collaboration du patronat “français” avec les nazis, sur l’engagement total du Vatican aux côtés de Hitler, Franco et Mussolini, ou sur les tenants et aboutissants de classes réels de la Seconde Guerre Mondiale : “inviter sur “F-C” une historienne qui, sur la base de travaux archivistiques méticuleux et pionniers, refuse de hurler avec les loups contre l’URSS, qui ne ricane pas en prononçant – avec tout le respect dû aux martyrs de Châteaubriant, du Mont Valérien ou de la Citadelle d’Arras, – l’expression de “Parti des Fusillés”mais vous n’y pensez pas mon cher ! 

    Car les disciples de François Furet, l’homme qui, en 1989 déclarait forclose la Révolution française, voire Saint Stéphane Courtois en personne, le Grand Inquisiteur qu’encense toute l’eurodroite  parce que ce Chef de meute de l’euro-chasse aux sorcières explique chaque jour, en additionnant des parapluies à des machines à coudre, que Staline était deux fois pire que Hitler (que chacun en tire a posteriori les conclusions pratiques qui s’imposent…) téléphoneraient aussitôt au PDG de Radio-France nommé par la Macronie ! Quel désordre bien inutile jeté dans les cohortes médiatico-universitaires qui sont chargées par nos modernes Big Brother de vacciner à tout-va les jeunes générations contre les horreurs des Révolutions passées, présentes, et surtout, à venir… tout en trouvant tant d’excuses brillantes aux contre-révolutionnaires d’hier, d’aujourd’hui et de demain, fussent-ils un tout petit peu Chouans, massacreurs de Communards, voire un brin génocidaires et exterminateurs sur les bords!

    C’est donc en dehors du consensus médiatico-universitaire acritique, antiscientifique et de plus en plus grossièrement antidémocratique que continuera d’avancer sans bruit, mais avec efficacité, et sans rien attendre de France- “Culture”, une historiographie non alignée continuant d’assumer avec objectivité et méthode, sans céder à l’angélisme ni verser dans la diabolisation irrationnelle, ce “métier d’historien” célébré par Marc Bloch dont on pourra certainement dire un jour ce que Jaurès disait du courage, et qui consiste, tout bonnement, à “chercher la vérité et à la dire“.

    Floréal


    *Serions-nous seul à percevoir l’ironie involontairement autocritique de cet intitulé ? 


     

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le PRCF 94 était présent le 4 mars 2021 à Sanofi pour soutenir les salariés qui manifestaient contre le plan de licenciement de près de 400 personnes en R&D. En 2021, Sanofi va verser 4 milliards d’euros à ses actionnaires, comme en 2020. De plus, le groupe a reçu plus d’un milliard d’euros d’aides publiques en 10 ans ! Malgré tout, ils continuent à licencier à tour de bras et à détruire la production industrielle française pour ne garder que les programmes de les plus rentables. Nous avons interrogé Pascal Collemine, délégué central CGT Sanofi R&D France, pour qu’il nous informe de l’actualité de la lutte engagée. Le PRCF apporte tout son soutien aux salariés de Sanofi et se battra à leur côté contre Macron, le MEDEF et l’UE, pour le maintien des industriels en France, et pour la nationalisation immédiate du groupe, sans contreparties et sous contrôle démocratique des salariés !

     

    Entretien du PRCF94  avec Pascal COLLEMINE, Délégué central CGT de SANOFI

    PRCF94 : Tout d’abord, quel est le contexte de la mobilisation d’aujourd’hui ? Pouvez-vous nous expliquer ce qu’il se passe à Sanofi et quel est l’objectif de cette mobilisation ?

    P. Collemine : Nous sommes mobilisés contre le plan de destruction d’emplois chez Sanofi qui va impacter plus de 400 chercheurs en France avec notamment la fermeture du centre de recherche de Strasbourg qui travaillait essentiellement sur l’immuno-oncologie, c’est-à-dire la recherche sur le traitement des cancers. La mobilisation d’aujourd’hui fait suite à celle du 4 février où nous avions fait le procès de Sanofi avec François Ruffin devant le siège de Sanofi, rue de la Boétie [à Paris]. Depuis le 19 janvier, tous les sites Sanofi sont mobilisés dans des mouvements de grève. On souhaite évidemment que ces différentes mobilisations convergent et qu’elles soient de plus en plus fortes. Sanofi ne peut pas licencier dans la période actuelle, surtout en pleine pandémie. D’autant, qu’ils n’ont pas trouvé de , pour des raisons évidentes qui sont notamment liées aux restructurations successives qui ont diminué les chances de succès en recherche. Sanofi vient d’annoncer 12 milliards d’euros de bénéfices net en 2020 (+340%) et 4 milliards d’euros sont déjà réservés aux actionnaires. Ça ne peut plus durer !

    Le gouvernement a donné de l’argent à Sanofi notamment pour la recherche pour le vaccin. Comment expliquez-vous que, malgré ces aides, l’entreprise souhaite licencier des travailleurs ?

    P. Collemine :C’est bien le problème. Ces aides publiques sans contreparties sont un véritable fléau pour l’emploi en France, pour la recherche et développement ainsi que pour toutes les activités du groupe car Sanofi fait à la fois de la recherche en amont comme ici à Vitry-sur-Seine, ou à Strasbourg, Chilly-Mazarin et Montpellier mais produit également des médicaments, production essentielle pour la santé publique. En fait, toutes ces aides publiques ne devraient évidemment pas être versées à une entreprise qui génère chaque année entre 4 et 10 milliards d’euros de bénéfices. Ces crédits d’impôts devraient plutôt être orientés vers l’INSERM, le CNRS, et les instituts publics qui, eux, courent après les subventions. En fait, la stratégie de Sanofi consiste à utiliser les services publics, ou en tout cas l’INSERM et le CNRS, pour trouver des médicaments et après les revendre et se faire le maximum de profit. Comme on dit, on socialise les pertes et on privatise les profits !

    Pouvez-vous nous donner les chiffres de la mobilisation, notamment le nombre de grévistes ? Quelles sont vos revendications et les actions à venir ?

    P. Collemine : Là, nous sommes autour de 200 salariés dans la mobilisation d’aujourd’hui. Nous étions environ 200 salariés le 4 février lorsque Philippe Martinez est venu sur le site pour rencontrer les chercheurs. La prochaine initiative aura lieu le 11 mars devant le Ministère de l’économie à Bercy. Nous revendiquons l’arrêt du plan de restructuration et nous voulons des embauches permettant de trouver de nouveaux médicaments.

    Au PRCF, nous revendiquons la nationalisation des grandes industries stratégique du pays. Que pensez-vous de ce mot d’ordre ?

    La CGT, comme d’autres partis progressistes, revendique un pôle public de la santé dont le médicament ferait partie. Après, une nationalisation comme nous l’avons connue sur Rhône-Poulenc dans les années 1980, je ne pense pas, mais ça doit en effet passer par une non-marchandisation de la santé parce qu’on voit très bien aujourd’hui que le profit des actionnaires passe avant les objectifs de santé publique. L’objectif final est bien sûr l’appropriation sociale des moyens de production mais en tout cas nous devons sortir de cette marchandisation à outrance, c’est évident. Et la CGT porte cette revendication, tout comme le PCF, la France Insoumise et comme bien d’autres partis progressistes.

     

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Haïti c’est la première République noire ayant conquis son indépendance après deux siècles d’esclavagisme. Elle subit depuis plus d’un siècle l’occupation, les violences ou les ingérences de l’ américain.

    Le 28 février dernier, des manifestations gigantesques ont eu lieu pour le départ du dictateur .

    Ci-dessous un texte publié par Initiative Communiste ce jour , texte reprenant une analyse diffusée et partagée par des militants haitiens.

    _______________________________________________________________________

    1 – CONTEXTE.

    Haïti traverse une crise mondiale, une crise structurelle depuis longtemps. Cette crise touche tous les secteurs de la vie nationale depuis de nombreuses années. Mais c’est devenu catastrophique, insupportable depuis l’arrivée du régime PHTK au pouvoir avec Joseph Martelly dans la première phase et Jovenel Moise dans une seconde. Il faut rappeler rapidement que Martelly a été classé en 4e ou 5e position lorsque l’OEA (Organisations des États américains) a exigé que le CEP mette cet homme en deuxième position pour qu’il puisse participer au second tour avec Myrlande Manigat une figure importante de l’élite intellectuelle haïtienne. Martelly n’était donc pas le choix du peuple haïtien. Il a été parachuté par la communauté internationale lors d’élections de manigances de l’OEA.

    Martelly, après avoir prêté serment, a déclaré que le pays était ouvert aux affaires. C’était une façon, à notre avis, de dire : le pays est à vendre. Il était devenu président notamment pour liquider les ressources naturelles du pays. En effet, il a déjà créé la zone franche industrielle de Caracole dans le Nord-Est ainsi que la zone franche agricole au nom de Jovenel Moise à titre de marketing politique. Le slogan de la campagne de Jovenel était : NEG BANNANN LAN (PLANTAIN MAN). A l’Ile à Vache au sud, des familles paysannes sont chassées de leurs terres pour créer une zone touristique gratuite. Il est prévu de reprendre l’Ile de la Gonâve pour créer une zone financière libre (Tax Paradise). Il y a un autre projet de zone franche industrielle à Turtle Island dans le nord-ouest. La dernière action de Jovenel est la création d’une zone franche agro-industrielle à Savane Diane. Une savane de 30 000 hectares qui s’étend sur les départements de l’Artibonite, du Centre et du Nord. Cette zone franche a été publiée au journal officiel Le Moniteur le 8 février, au lendemain de la fin du mandat de Jovenel le 7 février. Elle couvrira 14 000 hectares concédés à la famille Louis Dejoie et Andy Apaid. Apaid est le chef de file de ce projet qui produira de la Stevia spécialement pour Coca Cola.

    Martelly, avant son départ, avait signé au moins 8 accords avec des sociétés minières aurifères des États-Unis et du Canada. Un groupe de sénateurs a bloqué la ratification au Parlement. Mais Jovenel vient de négocier un accord scandaleux avec Washington pour rester au pouvoir. Il s’agit d’un accord secret avec VCS Mining Company qui recevra des concessions minières qui pourraient rapporter au pays 190 milliards de dollars en 25 ans. Jovenel est en train de conclure un accord pour la misérable somme de 500 millions de dollars en 3 ans. Le PHTK est en train de vendre le pays.

    Jovenel, dont le mandat a pris fin le 7 février 2021 conformément à la constitution amendée dans son article 194-2 et au décret de loi électorale du 2 mars 2015. Mais il bénéficie de la protection de l’administration Trump qui l’a utilisé comme une marionnette. Il apparaît pour des actions anti-démocratiques contre le Venezuela et d’autres pays de la région. Tous les secteurs de la vie nationale en Haïti se sont prononcés très clairement sur la fin du mandat de Jovenel le 7 février 2021. Les lois sont claires mais Jovenel s’accroche au pouvoir grâce au soutien intéressé de certains secteurs de la communauté internationale contre la volonté de la Peuple haïtien.

    2 – POURQUOI JOVENEL DOIT PARTIR ?

    Jovenel doit quitter le pouvoir pour les raisons suivantes :

    a) Son mandat prend fin le 7 février 2021 conformément à la constitution et au décret-loi électorale en vertu duquel il a été élu. Ce sont les outils juridiques qu’il a utilisés sur Twitter pour limoger un tiers du Sénat en janvier 2020. La loi est une pour tous. La constitution doit être respectée. Tous les secteurs de la vie nationale exigent le respect de la constitution et de la loi électorale.

    b) Depuis janvier 2020, le pays est dirigé par un seul homme qui a publié 41 décrets et 120 aretes en 2020 alors que la constitution n’autorise pas la direction par décret.

    c) Pour créer un climat de peur parmi les masses populaires, des massacres ont été perpétrés par des fonctionnaires du gouvernement de Jovenel dans plusieurs quartiers populaires de la capitale. Il s’agit de bloquer les mobilisations populaires contre les actes criminels du pouvoir du PHTK.

    d) Le pouvoir de Jovenel utilise des bandes armées pour établir son pouvoir dictatorial. Il a fait quelque chose sans précédent dans l’histoire du pays en créant officiellement un réseau de gangs appelé G9. Ces gangs sont dirigés par un ancien policier appelé Jimmy Cherizier alias barbecue. Ces gangs tuent, pillent tout sur leur passage. Le nom de Barbecue apparaît dans tous les rapports des organisations de défense des droits de l’homme, y compris le rapport de l’ONU. Mais il circule librement à Port-au-Prince, il organise la production de cartes électorales pour le pouvoir.

    e) L’enlèvement est devenu une forme de gestion pour maintenir la population dans une peur constante. Dans le passé, les couches riches de la population ont été supprimées. Désormais, les enfants et les jeunes des quartiers populaires ne sont pas épargnés. Les familles qui ne peuvent pas payer les rançons requises trouvent les cadavres de leurs enfants dans des tas de détritus. La semaine dernière, une enfant de 5 ans d’un vendeur d’arachides grillées a été étouffée et jetée dans la rue parce que sa mère ne pouvait pas payer la rançon demandée par le gang.

    f) La Constitution de 1987 prévoit le processus de son amendement. L’article 284.3 de la constitution se lit comme suit : Toute consultation populaire visant à modifier la constitution par référendum est strictement interdite. Jovenel, avec le soutien des Nations Unies, est en train de préparer une constitution qu’elle entend faire ratifier par référendum en juin.

    g) La constitution prévoyait les secteurs qui doivent désigner leurs représentants pour constituer un conseil électoral provisoire. Jovenel a mis en place un conseil électoral provisoire avec des secteurs qu’il a lui-même créés. La cour de cassation n’a pas accepté le serment constitutionnel de ce CEP illégal et illégitime mais Jovenel a décidé de l’installer afin d’organiser des élections en faveur du PHTK qui veut à tout prix rester au pouvoir pour bloquer les procès des différents crimes financiers et crimes de sang commis par le régime PHTK.

    h) Jovenel a créé une Agence nationale de renseignement qui rappelle étrangement le corps des escadrons de la mort créé par François Duvalier pour arrêter, jeter en prison et détruire les opposants au régime. Ces agents n’ont pas à respecter les droits de l’homme. Ils peuvent violer la résidence des citoyens comme ils le souhaitent.

    i) L’opposition a cité les noms de 3 juges de la Cour suprême, dont l’un serait choisi comme président pour diriger la transition. Un coup d’État imaginaire a été organisé par les autorités pour arrêter l’un de ces juges Ivikel Dabresil. Il a été arrêté à son domicile le 7 février à 2 heures du matin en tant que coupable sans aucune preuve. Légalement, la police n’est pas autorisée à entrer dans le domicile d’un citoyen avant 6 heures du matin. Mais lorsqu’il s’agit d’un juge de cassation, personne n’a le droit de l’arrêter. Aucun tribunal ordinaire ne peut le juger. Seule la Haute Cour de justice peut juger un juge de la cour de cassation. Le juge a été menotté et jeté illégalement en prison. L’ensemble de la société s’est levé pour faire libérer le juge.

    j) Les juges de la cour de cassation sont inamovibles pendant toute la durée de leur mandat. Ils ne peuvent être ni licenciés ni mis à la retraite. Jovenel a décidé de retirer les 3 juges en violation flagrante de la constitution.

    k) Le PHTK a démantelé toutes les institutions du pays. Le Parlement n’existe plus, le pouvoir judiciaire est sous la domination de l’exécutif. La police nationale est devenue une police politique. L’indépendance de la Cour suprême des comptes est réduite. Le pays est sous un régime totalitaire.

    l) La situation socio-économique de la population est catastrophique. Les gens sont devenus 3 fois plus pauvres au cours des 10 dernières années. Plus de 500 000 Haïtiens sont contraints de quitter le pays pour se rendre au Chili, au Brésil et dans d’autres pays. Le pays ne produit plus rien.

    m) Les paysans ne peuvent plus produire leur nourriture. Ils sont laissés à eux-mêmes. L’environnement est totalement dégradé. Le pays dépend de plus en plus de la République dominicaine et des États-Unis pour sa nourriture. Environ 70% de la nourriture consommée par le pays provient de ces deux pays alors que le pays était complètement autosuffisant pour sa nourriture jusqu’en 1986. Nous ne pouvons accepter qu’un président hors-la-loi continue d’appauvrir le pays.

    3 – LA SITUATION DU PAYS EST INSOUTENABLE.

    Le pays est plongé dans une insécurité chronique. La peur envahit tous les secteurs de la vie nationale. La majorité de la population est au chômage. La majorité de la population souffre de la faim. Les soins de santé sont pratiquement inexistants pour les masses populaires. Les ressources financières de l’État sont pillées. Le régime PHTK continue de vendre le pays. Les jeunes sont désespérés. De nombreuses personnes sont forcées d’abandonner leurs maisons, situées dans des quartiers contrôlés par des gangs. Il y a actuellement de nombreux réfugiés internes en Haïti. La vie des gens est dure. Des gens sont arrêtés, jetés en prison pour s’être mobilisés contre les dictatures. Des gens sont tués quotidiennement dans les quartiers populaires. Les enlèvements se multiplient dans tous les secteurs. Vivre en Haïti est de plus en plus difficile. C’est inacceptable.

    La communauté internationale, contre toute logique, soutient la dictature de Jovenel Moise en l’aidant à violer la constitution et les lois du pays. Elle refuse de reconnaître la fin du mandat de Jovenel. Elle soutient le projet d’une nouvelle constitution. Il soutient l’organisation de nouvelles élections qui pousseraient le pays plus loin dans la crise mondiale. Les pays dits amis d’Haïti défendent leurs propres intérêts. Ils ne défendent pas les intérêts du pays. 

    Le peuple haïtien doit s’unir pour lui faire comprendre qu’Haïti est un pays indépendant. Le peuple a le droit à l’autodétermination. Ce sont les Haïtiens qui doivent défendre les intérêts du pays.

    L’opposition politique, malgré la création de nombreux regroupements, malgré la convergence de toutes les propositions pour sortir de la crise, ne peut pas encore s’entendre pleinement sur la manière de travailler ensemble pour évincer Jovenel du pouvoir qu’il continue de détenir de manière inconstitutionnelle. Il est urgent que l’opposition parvienne à mettre en place une équipe pour mener les négociations qui devraient conduire au départ de Jovenel du Palais national et installer un gouvernement de transition qui doit mener les activités suivantes :

    • Une conférence nationale souveraine pour établir un plan d’action pour le développement du pays pour les 25 prochaines années.

    • Lutter contre l’insécurité, en particulier les gangs, les enlèvements.

    • Les procès contre les gaspilleurs de fonds publics, contre les auteurs de massacres dans les quartiers populaires, contre les criminels.

    • Apportez les modifications nécessaires à la constitution.

    • Mettre en place un processus électoral crédible pour réaliser de véritables élections dans un délai de deux à trois ans.

    • Adopter des mesures socio-économiques urgentes pour soulager la population.

    • Adopter des mesures urgentes pour la protection de l’environnement et la relance de la production nationale.

    4 – EN CONCLUSION.

    Le peuple haïtien est condamné à combattre la dictature de Jovenel. Il est condamné à mettre fin au régime criminel PHTK qui met en danger l’avenir du pays, l’avenir de la démocratie. Pour y arriver, il doit continuer :

    • Discussions entre la société civile et la société politique pour parvenir à un accord politique pour mettre fin à la crise. Cet accord doit inclure la formation d’une équipe pour mener les négociations avec tous les acteurs impliqués dans la crise, notamment les États-Unis.

    • Renforcer les structures organisées pour travailler sur des stratégies contre la dictature, aider les victimes de la dictature de Jovenel, défendre les prisonniers politiques.

    • Mobilisation pacifique permanente pour bloquer l’avancement de la dictature de Jovenel par référendum ou élections frauduleuses. Aucune élection n’est possible avec le PHTK qui a refusé d’organiser les élections à temps.

    5 – SOLIDARITÉ INTERNATIONALE.

    Dans la situation actuelle, le pays a besoin de la solidarité des autres peuples pour :

    • Diffuser des informations réelles sur la crise haïtienne à l’étranger.

    • Faire pression sur les gouvernements étrangers, dont les États-Unis, le Canada et la France, pour qu’ils suspendent leur soutien à la dictature en Haïti.

    • Aider les organisations en Haïti dans les activités de mobilisation contre la dictature et l’aide aux victimes du régime PHTK.

    Veuillez noter. Nous écrivons au nom du Front patriotique populaire (FPP), qui regroupe plus de 40 organisations sociales et politiques comprenant des paysans, des ouvriers, des femmes, des étudiants, des quartiers populaires, etc.

    traduction PG pour la commission internationale du PRCF et www.initiative-communiste.fr

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • En 1940, une colonne motorisée arrêtée rue du Docteur Salaün-Penquer, à l’arrière-plan le monument américain, à Brest (Finistère).En 1940, une colonne motorisée arrêtée rue du Docteur Salaün-Penquer, à l’arrière-plan le monument américain, à Brest (Finistère). 

    Les Cahiers de l’Iroise, revue réalisée par la Société d’études de Brest (Finistère) et du Léon, consacrent leur numéro 235 aux Mémoires de la Seconde Guerre mondiale entre 1940 et 1941. Dans un Brest sacrifié.

    Parmi la dizaine d’auteurs ayant contribué à cette édition des Cahiers de l’Iroise, à Brest (Finistère), l’historien Olivier Polard. Il signe à lui seul trois articles qui se lisent comme des récits d’aventures : Le jour où Brest tomba, La destruction de l’hospice civil de Brest et Biographie de Joël Branellec.

    « J’avais des photos inédites, un lot qu’on m’avait confié, de cette période-là, prises par Joël Branellec dont j’ai fait la biographie, révèle-t-il. Je me suis dit que c’était intéressant de les illustrer par le texte. Je suis donc parti des photos et non l’inverse. »

    Les thèmes qu’il a choisi d’aborder concernent principalement l’arrivée des Allemands à Brest et le bombardement de l’hôpital, appelé hospice civil à l’époque. Des faits visuellement marquants et spectaculaires.

    Le jour où Brest tomba

    En fin de journée du 18 juin 1940, les Allemands entrent dans Brest. Dès le lendemain, c’est la parade et la ville devient officiellement allemande. La population est en état de sidération.

    « Il faut imaginer des dizaines de personnes convergeant vers Brest, l’armée anglaise en déroute qui abandonne tout son équipement. Et, sur la rade, une grosse armada attend le signal du départ. »

    Dix mille hommes envahissent la cité du Ponant. La question de leur logement s’avère vite épineuse. Olivier Polard remonte le fil de l’histoire à partir des témoignages visuels dont il dispose. « Le lendemain, le drapeau à croix gammées orne désormais les principaux édifices et les pendules ont été avancées d’une heure, comme en Europe centrale, note l’historien. En centre-ville, les feldgendarmes ont remplacé les policiers français aux principaux carrefours.

    Reste aussi le problème des prisonniers. Le principal lieu de détention est la caserne du château de Brest.

    « Au début d’été 1940, chacun sait que l’occupation risque de durer mais personne ne se doute que les pires heures restent à venir… »

    La destruction de l’hospice civil

    « En fait, quand l’hospice civil a été détruit, l’hôpital Morvan était déjà en construction, dans le cadre d’une modernisation de l’établissement, détaille Olivier Polard. Il n’en reste pas moins que ce drame, avec ses 80 morts, a été un moment clé dans l’histoire de Brest. »

    C’est à ce moment-là qu’une partie de la population a été évacuée du centre-ville à cause du danger des bombardements. Tout le monde a fui.

    « La seule explication plausible est qu’un avion anglais en détresse a dû lâcher ses bombes au-dessus de la ville pour reprendre de l’altitude et échapper au feu ennemi », a-t-on d’abord pensé.

    15 avril 1941, 4 h 45, l’hospice civil de Brest (Finistère) est touché. « Les dégâts sont considérables, le bilan humain catastrophique, écrit Olivier Polard. L’hospice civil abritant plus de deux cents patients et 25 enfants de l’Assistance publique, sans compter les membres du personnel, médecins, religieuses, infirmiers, sages-femmes et gardes. » On dénombre 80 morts. | ARCHIVES MUNICIPALES DE BREST

    Mais en 1982, plusieurs témoignages, dont celui du docteur Alexis Corre, ont mis à mal cette théorie. « Ce serait un avion allemand, un Heinkel, reconnaissable au bruit de son moteur très différent des appareils de la RAF (Royal air force), qui aurait survolé la ville. »

    On ne saura jamais. « Qui, des Anglais ou des Allemands, doit endosser la responsabilité de cette tragédie qui marqua si profondément les esprits ? » conclut l’historien. Olivier Polard évoque encore deux grandes zones d’ombre, à savoir le sort des prisonniers coloniaux et, en 1946, celui des Allemands venus nettoyer et déblayer les ruines à Brest. Avis aux intéressés.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Des employés du Carrefour de Quimper ont débrayé, d’autres se sont mis en grève dans le cadre d’une mobilisation nationale, vendredi 5 mars.Des employés du Carrefour de Quimper ont débrayé, d’autres se sont mis en grève dans le cadre d’une mobilisation nationale, vendredi 5 mars. 

    Vendredi 5 mars 2021, les employés du Carrefour de Quimper (Finistère) ont manifesté leur opposition à la politique de gestion du groupe, dans le cadre d’une mobilisation nationale.

    Voilà trois ans que le magasin Carrefour de Quimper (Finistère) n’avait pas connu de mouvements sociaux.  On est dans un magasin calme, dans le dialogue. Mais des fois, ce n’est plus possible ​, ​explique une syndicaliste de la CFDT devant l’entrée de la grande surface. Vendredi 5 mars 2021, plusieurs salariés du Carrefour s’étaient mis en grève ou ont débrayé dans le cadre d’un mouvement national appelé par la CFDT et la CGT.

    « Il n’y a aucun respect pour les employés qui ont trimé depuis 1 an »

    Les résultats des négociations annuelles obligatoires (NAO) présentés aux salariés de Carrefour ont provoqué la colère des syndicats. Le groupe propose à ses employés une augmentation des salaires de 0,5 % cette année en cas de signature de l’accord, contre 0,3 % en l’absence de signature.  C’est l’équivalent d’un pain au chocolat par semaine ​, s’indigne le délégué syndical de la CFDT.  Il n’y a aucun respect pour les employés qui ont trimé depuis 1 an, en pleine crise du Covid, et parfois sans protections. C’est une insulte.  ​À ses côtés, le délégué syndical de la CGT opine du chef :  Il y a un ras-le-bol général qui commençait à monter, mais là, c’est vraiment la goutte d’eau qui fait déborder le vase. 

    Autre pierre d’achoppement : le passage d’une quarantaine de magasins (dix hypermarchés et trente  Carrefour market ​) en location-gérance.  Nos collègues vont perdre tous les avantages du groupe​, proteste le délégué syndical de la CGT. S’il n’y a pas de repreneurs, ces magasins vont fermer. Et dans le même temps, monsieur Bompard, le directeur du groupe, se presse sur les plateaux télé pour déclarer que le groupe n’a jamais fait autant de chiffre d’affaires depuis plus de vingt ans. Mais depuis son arrivée, c’est 10 000 collègues qui ont été laissés sur le carreau.

     

    sourcehttps://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La coordination locale Quimperlé-Concarneau #StopLoiSécuritéGlobale organise un nouveau rassemblement ce samedi 6 mars 2021, à 15 h, devant les halles de Concarneau (Finistère).La coordination locale Quimperlé-Concarneau #StopLoiSécuritéGlobale organise un nouveau rassemblement ce samedi 6 mars 2021, à 15 h, devant les halles de Concarneau (Finistère). 

    La coordination locale Quimperlé-Concarneau #StopLoiSécuritéGlobale organise un nouveau rassemblement, ce samedi 6 mars 2021, à 15 h, devant les halles de Concarneau (Finistère).

    La coordination locale Quimperlé-Concarneau #StopLoiSécuritéGlobale organise un nouveau rassemblement, ce samedi 6 mars 2021, à 15 h, devant les halles de Concarneau (Finistère), « pour dire une nouvelle fois non aux lois liberticides ». Le collectif, qui compte une vingtaine d’associations, syndicats et partis politiques, se réunit alternativement depuis des semaines à Quimperlé et Concarneau pour réclamer le retrait total de la proposition de loi « Sécurité globale ».

    Pour ce nouveau rassemblement, l’accent sera mis sur le projet de loi « qui prétend conforter les principes de la République alors que la représentation nationale est une nouvelle fois marginalisée et que le gouvernement prépare un décret visant à promouvoir sa vision des principes républicains, dans le flou le plus complet, indique la coordination. Après la liberté d’informer, c’est aujourd’hui la liberté associative qui se trouve mise en question par le projet de loi “confortant le respect des principes de la République”. En lui imposant le préalable d’un “contrat d’engagement républicain”, ce projet de loi jette la suspicion sur l’ensemble du monde associatif alors que les associations qui reçoivent des aides publiques sont déjà, à juste titre, encadrées par tout un arsenal réglementaire. »

     

    source:  https://www.ouest-france.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • « L’objectif est de rajouter 67 heures par an à la durée du travail de chaque agent », proteste la CGT.« L’objectif est de rajouter 67 heures par an à la durée du travail de chaque agent », proteste la CGT.

    La CGT territoriaux de Lorient organise des permanences d’information à destination des agents de la Ville sur l’augmentation du temps de travail, prévue dans la loi de transformation de la fonction publique.

    La loi de transformation de la fonction publique prévoit une hausse du temps de travail des agents. À Lorient, un cabinet d’étude a été mandaté par la Ville de Lorient et a présenté « leur méthode de travail pour organiser l’augmentation du temps de travail », dit la CGT qui réfute ces propositions.

    « L’objectif est de rajouter 67 heures par an à la durée du travail de chaque agent. À l’échelle de la Ville de Lorient, cette augmentation représente l’équivalent de 52 postes à plein temps. La position de la CGT est de créer des postes supplémentaires qui font défaut aujourd’hui dans les services. La municipalité a l’air de faire le choix d’aggraver nos conditions de travail en supprimant l’équivalent de 9,5 jours de congé aux 1 200 agents territoriaux de la ville ».

    Des permanences en mars

    L’organisation syndicale dit ne pas « accepter ce recul social » et souhaite donner la parole aux agents.

    Des permanences d’information seront organisées : aux services techniques, salle du CTM, les 8 et 22 mars, de 8 h à 12 h, et les 15 et 29 mars, de 13 h 30 à 17 h ; à l’Hôtel de ville, de 10 h à 14 h, salle Galway, les 8 et 29 mars ; salle du conseil , le 15 mars, et salle des commissions, le 22 mars.

     

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les territoriaux CGT de Lorient tiendront des permanences tout au long du mois du mars (photo illustration)Les territoriaux CGT de Lorient tiendront des permanences tout au long du mois du mars 

    La CGT Territoriaux de la Ville de Lorient est contre l’augmentation de la durée du travail pour les agents. Le syndicat préfère la création « des postes supplémentaires qui font défaut aujourd’hui dans les services ».

    Selon la CGT Territoriaux, la Ville de Lorient et son cabinet d’études Politeia ont présenté aux organisations syndicales leur méthode de travail pour organiser l’augmentation du temps de travail.

    « L’objectif est de rajouter 67 heures par an à la durée du travail de chaque agent. À l’échelle de la Ville de Lorient cette augmentation représente l’équivalent de 52 postes à plein temps », estiment les cégétistes.

    Leur position ? « Créer des postes supplémentaires qui font défaut aujourd’hui dans les services. La municipalité a l’air de faire le choix d’aggraver nos conditions de travail en supprimant l’équivalent de 9,5 jours de congé aux 1 200 agents territoriaux de la ville. Pour la CGT des territoriaux de Lorient, les 1 607 heures, c’est non ! »

    Des rencontres ont eu lieu avec les territoriaux de Lanester, d’Hennebont, du conseil départemental, de Ploemeur, « afin d’envisager une action collective qui concernerait les agents du département ».

    La CGT des territoriaux de Lorient indique organiser des permanences d’information, salle du centre technique municipal (15 et 29 mars de 13 h 30 à 17 h ; les 8 et 22 mars de 8 h à 12 h), à l’hôtel de ville (les 8, 22, 29 mars ; le 15 mars de 10 h à 14 h).

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le 5 mars 1871 à Zamosc, alors en Pologne russe, dans la petite bourgeoisie juive, naissait la militante qui allait fonder avec Karl Liebknecht et Clara Zetkin le Parti communiste allemand

    Rosa Luxemburg, souvent retranscrit en français Rosa Luxembourg, en polonais Róża Luksemburg, née le 5 mars 1871 à Zamość dans l’Empire russe (actuelle Pologne) et morte assassinée le 15 janvier 1919 à Berlin en Allemagne, est une militante socialiste et communiste, et une théoricienne marxiste. Née sujette polonaise de l’Empire russe, elle s’exile en Suisse pour suivre des études, puis prend la nationalité allemande afin de poursuivre en Allemagne son militantisme socialiste. Figure de l’aile gauche de l’Internationale ouvrière, révolutionnaire et partisane de l’internationalisme, elle s’oppose à la Première Guerre mondiale, ce qui lui vaut d’être exclue du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). Elle cofonde la Ligue spartakiste, puis le Parti communiste d’Allemagne. Deux semaines après la fondation de ce dernier, elle meurt assassinée à Berlin le 15 janvier 1919 pendant la révolution allemande, lors de la répression de la révolte spartakiste.

    , par les jeunes communistes des JRCF..

     

    Janvier 1919 / janvier 2019

    HONNEUR A ROSA LUXEMBURG, A KARL LIEBKNECHT ET A L’IMMORTELLE INSURRECTION SPARTAKISTE DES PROLETAIRES ALLEMANDS.

     

    Déclaration du PRCF et des JRCF – 14 janvier 2019

     

    Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, chefs de file du prolétariat allemand, opposants de la première heure à la boucherie impérialiste de 1914/18, figures éminentes du prolétariat mondial, cibles permanentes des sociaux-traitres de la Deuxième Internationale, fondateurs avec Lénine et Clara Zetkin de l’Internationale communiste en gestation, étaient assassinés par les « Corps francs » préfascistes lancés à leurs trousses par Ebert et Noske, les dirigeants au pouvoir de la social-démocratie allemande. L’écrasement sanglant de l’insurrection spartakiste et la répression anticommuniste annonçaient la fascisation ultérieure de l’Allemagne et du continent européen, la marche vers une nouvelle guerre impérialiste mondiale et l’isolement durable de la jeune Union soviétique sur la scène mondiale.

    Lénine, qui avait maintes fois polémiqué durement avec Rosa, mais qui n’en avait pas moins une grande estime pour la théoricienne marxiste, pour la dirigeante indomptable, pour la personnalité attachante et pour la combattante héroïque, écrivait alors ces lignes fameuses :

    « Il arrive parfois que les aigles volent plus bas que les poules, mais les poules ne parviendront jamais à s’élever à la hauteur des aigles. En dépit de ses erreurs, elle fut – et elle reste pour nous – un aigle. Et non seulement sa mémoire sera toujours conservée précieusement par les communistes du monde entier mais sa biographie et ses œuvres complètes […] serviront de leçon utile pour la formation de plusieurs générations de communistes dans le monde entier. » (Note d’un publiciste, fin février 1922).

    Quoique invariablement situés du même côté de la barricade anti-impérialiste, anti-opportuniste et antirévisionniste, Lénine et Rosa se sont en effet confrontés durement, quoique fraternellement, sur plusieurs questions stratégiques. Que ce soit sur la question nationale, où Lénine reprochait à la Polonaise Rosa de sous-estimer l’importance du « droit des nations à disposer d’elles-mêmes » (alors qu’il convient d’associer l’émancipation sociale à la défense anti-impérialiste des nations opprimées), que ce soit sur la question du Parti communiste de combat et de sa nécessaire discipline (Rosa et Karl ont payé de leur vie le retard des gauches allemandes à s’organiser en dehors du SPD et leur fidélité organisationnelle prolongée à un parti irréversiblement dénaturé) ou que ce soit sur les rapports dialectiques entre mouvement spontané des masses (soviets d’ouvriers et de soldats) et organisation centralisée du parti prolétarien (deux dimensions que la Révolution russe a su articuler et sans lequel il n’y aurait pas eu la victoire d’Octobre 1917), il y eut confrontation théorique constante. Mais pour finir, Rosa et Karl qui, il est vrai, avaient passé l’essentiel de la guerre derrière les barreaux du Deuxième Reich, appuyèrent chaleureusement la révolution prolétarienne russe et rallièrent les efforts de Lénine pour fonder une nouvelle Internationale communiste, totalement indépendante de la IIème Internationale corrompue et totalement enlisée dans l’union sacrée avec les alliances impérialistes sanguinaires.

    C’est pourquoi en ce 100ème anniversaire de la Révolution spartakiste, tous les vrais communistes rendent hommage à Rosa et à Karl

    • En fustigeant les dirigeants de la social-démocratie qui, partout et toujours, ont nourri l’anticommunisme, la contre-révolution, l’antisoviétisme, les guerres coloniales et impérialistes, en se cachant derrière l’hypocrite paravent de « la » démocratie (pour la bourgeoisie !) et des « droits de l’homme » (… bourgeois à exploiter autrui) ; plus que jamais que retentisse et que s’élargisse l’héroïque appel lancé par Liebknecht en 1914, «l’ennemi principal est dans ton propre pays », cette oligarchie qui travestit en « patriotisme » la défense des intérêts du grand capital ; honte à ceux qui aujourd’hui, brandissent leur étiquette « communiste » ou « syndicaliste » pour prôner l’ « union de la gauche » avec le PS maastrichtien et avec ses surgeons à la Hamon, ou qui vendent aux syndiqués l’introuvable « Europe sociale », c’est-à-dire un empire entièrement tourné contre les droits sociaux, contre le socialisme, contre le peuple russe et contre les souverainetés nationales ;
    • En appelant les travailleurs salariés et les communistes d’Allemagne et de France à renforcer leurs liens combatifs, comme ce fut trop brièvement le cas à l’époque des appels communs de Thorez et de Thälmann, face à l’Axe prédateur Paris/Berlin et à la mortifère UE supranationale arrimée à l’OTAN ;
    • En combattant les guerres et les ingérences impérialistes en cours, que ce soit en Afrique, au Proche-Orient ou aux frontières de la Russie : ni empire européen dominé par la « Grande Allemagne » victorieuse de la RDA, ni « Françafrique » déstabilisant sans fin l’Afrique et le Proche-Orient ;
    • En appelant les travailleurs et les communistes à une solidarité de combat avec les militants du mouvement populaire réprimés (Gilets jaunes de France, syndicalistes de lutte…), mais aussi tous les communistes d’Europe de plus en plus persécutés par les pouvoir fascisants de l’UE, notamment en Pologne, où le KPP est menacé de délégalisation dans la honteuse indifférence de tant de « progressistes » européens.
    • En restant fidèles à la passion pour la vie de Rosa dont tous les écrits théoriques et toutes les lettres de prison témoignent qu’elle avait pressenti la nature exterministe du capitalisme-impérialisme moderne et qu’elle avait mille fois raison de clamer, après Engels, que notre époque doit et devra nécessairement choisir entre « socialisme et barbarie ».

    Honneur à Rosa Luxemburg et à Karl Liebknecht qui restent des exemples pour l’ensemble des travailleurs et des jeunes intellectuels politiquement conscients. Que le nom de Spartakus, égalant le prestige mondial du chef de file des esclaves insurgés contre l’oligarchie romaine, brille à jamais au ciel étoilé des grands révolutionnaires !

    “Votre « ordre » est bâti sur du sable. Dès demain la révolution « se dressera à nouveau avec fracas » proclamant à son de trompe pour votre plus grand effroi : J’étais, je suis, je serai ”

    Rosa Luxemburg

     

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires