• source: https://www.youtube.com/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Retour sur la manifestion des travailleurs de la mer contre l'amiante le 6 septembre dernier

     

    Retour sur la manifestion des travailleurs de la mer contre l'amiante le 6 septembre dernierIntervention de Christian LE SIGNE

     

    Secrétaire Général de l'UFPVMM/ CGT et

    Secrétaire du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest,

     

     

     

    D'abord, je tiens à remercier tous les participantes et participants qui sont présents aujourd'hui, à Brest.

    Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest et l’Union Fédérale des Pensionnés et Veuves de la Marine Marchande (Commerce et Pêche), se battent depuis plusieurs années :

    Pour réclamer une Justice Sociale envers cette maladie mortelle qu'est l'Amiante. L'Union Fédérale CGT et tous les marins et Veuves demandent des réponses immédiates de l’État français contre les inégalités, qui existent encore aujourd’hui envers les marins, mais surtout leurs veuves.

    Nous exigeons de nos Politiques, une égalité de traitement pour tous les malades de l’Amiante.

    Le temps passe, les marins et leurs veuves n'ont toujours pas obtenu réparation, en raison d'un décret de loi qui date du 17 juin 1938.

    Cette discrimination doit cesser !

    Des propositions ont été faites par la CGT des marins depuis plus d'un an, aux ministres:

    Agnès BUZYN et Élisabeth BORNE, pour changer ce fameux décret du 17 juin 1938.
    Pourtant, à ce jour, ces ministres, en charge de ces dossiers, ne font rien, encore pire: elles ne daignent même pas répondre à nos courriers et propositions. « Elles ont un voile devant ies yeux. »

    Pourtant, début janvier 2019, une délégation de notre syndicat CGT a été ïeçue par le groupe d'études Amiante, à l'Assemblée nationale, des promesses nous ont été faites, mais là non plus rien ne bouge.

    Pour votre information, lors de cet entretien, le Président du groupe Amiante, Christian HUTIN a déploré le désintérêt de la représentation nationale pour les problèmes liés à l'Amiante. Il nous rappelle que ce groupe d'études a failli ne pas être reconduit lors de la XVème législature et que ce groupe ne dispose d'aucun moyen pour fonctionner, si ce n'est la mise à disposition de salles dans les bâtiments de l'Assemblée Nationale et d'un administrateur.

    Le Président HUTIN considère ce groupe d'études comme un groupe de pression politique, dont la mission est de défendre les victimes de l'amiante jusqu'au bout.

    Voilà ce qui nous a été dit dès le début de notre audition. Vous entendez bien: AUCUN MOYEN !!

    Les travailleurs meurent et leurs empoisonneurs peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles, sans pour la plupart à être inquiétés.

    MAIS que fait le Roi Soleil (MACRON) pour mettre ses ministres enfin au travail sur ce dossier !!?

    Au 1er Janvier 2020, fin du dispositif ACAATA. Pour votre information, là aussi pour les Marins, il y a eu discrimination, seul le service machine a pu en bénéficier.

    Alors comme vous le savez, tous les services: machine, pont, ADSG (service hôtelier) et officier, à bord des navires étaient confinés à bord et ce, 24H124 et souvent plusieurs mois, là aussi sans protection Amiante, lors des arrêts techniques en France et encore moins à l'étranger, en mangeant et dormant à bord.

    D'où le constat, aujourd'hui, du nombre important de décès et dans tous les services. Pour ma part, j'ai navigué 37 ans 1/2 et je n'ai jamais vu à bord, une protection arniante pendant toute ma carrière. Nous sommes d’accord avec les Métallos ! L'Amiante, l'État s'en fout, comme de ses travailleurs: Marche ou Crève!

    Je propose aujourd'hui, à tous les régimes concernés par ce problème d'amiante, d'en faire part à notre secrétaire confédéral CGT à Paris, pour qu'il organise une réunion avec tous les responsables de ce combat et tous ensemble de monter un cahier revendicatif national, tous régimes confondus.

    Tous les travailleurs qui ont été au contact de l'Amiante, pendant leur carrière, ont une épée de Damoclès au-dessus de lem tête, pendant toute leur vie.

    D'ailleurs pour les marins, pour ce qui concerne l'Anxiété, à ce jour, aucun marin au niveau national, n’a été indemnisé, « LE SCANDALE DE L'AMIANTE CONTINUE» .

    Nous disons STOP aux inégalités et aux discriminations face à cette maladie mortelle qu'est l'amiante, c'est pour cela que nous sommes ici, à Brest ce matin pour manifester.

    TOUS RÉGIMES CONFONDUS, TOUS ENSEMBLE, ON Y ARRIVERA.

    LE COMBAT DOIT CONTINUER ET DOIT MÊME S'AMPLIFIER.

    Merci encore à tous, d'être présents.

    Retour sur la manifestion des travailleurs de la mer contre l'amiante le 6 septembre dernier

     

     

    Retour sur la manifestion des travailleurs de la mer contre l'amiante le 6 septembre dernierDéclaration de P.-Y. CADALEN

    (La France Insoumise-Brest)

     

     

    « Je suis venu à cette manifestation pour soutenir la lutte des marins exposés tous les jours à l'amiante. Je retiens que le gouvernement actuel comme les précédents porte une lourde responsabilité dans les drames dus à l'amiante qui continuent de tuer des milliers de marins chaque année alors que comme le souligne Christian le Signe il y a une loi datant de 1938 sur la protection des marins. Lui même a travaillé 37 ans dans la marine marchande comme cuisinier et n'a jamais eu de protection »

     

    Retour sur la manifestion des travailleurs de la mer contre l'amiante le 6 septembre dernier

    Déclarations recueillies par les correspondants brestois de l'Hermine Rouge

    Les photos sont de JP Hellequin-Merci à lui

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Samedi de mobilisation contre le G7 des parlementaires à Brest (F3 Bretagne-7/07/19-19h26)Manifestation anti G7 des parlementaires à Brest, ce samedi 7 septembre 2019

     

    Dernier jour du G7 des Parlementaires au Conquet et à Brest. Sommet international qui réunit, les présidents des assemblées du G7. Mais dans la rue, 500 personnes ont défilé ce samedi  contre le sommet à l'initiative d'un collectif anti-G7, rassemblant plusieurs organisations et associations.

    Près de 500 personnes ont manifesté samedi après-midi dans les rues de Brest protestant contre la tenue d'un G7 réunissant les présidents d'assemblée de ses pays membres. Des anarchistes, des anti-fascistes, des jeunes pour le climat, des membres de la CNT, mais aussi des "gilets jaunes", ont dénoncé la tenue de ce sommet, scandant notamment le slogan "tout le monde déteste le G7"   

    L'enjeu maritime au cœur des débats

    Les présidents des assemblées (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Royaume-Uni, Japon), sont réunis depuis jeudi pour ce G7 autour du thème des océans et de leur préservation, à Brest, pôle d'excellence en matière d'étude et de valorisation des mers. Ce vendredi, les présidents des assemblées des sept plus grandes puissances du monde ont signé une déclaration commune, s’engageant à protéger les océans, qualifiés de bien commun. Une première, a souligné Richard Ferrand, le maître de cérémonie de ces journées brestoises, tout en en précisant que la liste des mesures à prendre pour sauvegarder le milieu marin et sa biodiversité n’était pas encore arrêtée. Ce samedi, dernier jour de ce G7 des parlementaires, les délégations ont planché plus particulièrement sur la question des pollutions maritimes. 

    Des oppositions au G7 des parlementaires

    Cette manifestation prévue ce samedi place de Strasbourg à Brest représentait un temps fort pour toutes les organisations qui dénoncent des politiques jugées antisociales et anti écologiques, symbolisée par ce G7. Pour l’association Morglaz, qui appelle à manifester cet après-midi, ce G7 est tout simplement un coup d’épée dans l’eau.

    "Un sommet de l’entre-soi, (...) qui ne va laisser aucune trace. Pour nous ce sont des dépenses inutiles, des sommets qui ne servent à rien ou à pas grand-chose", pour Jean-Paul Hellequin, président de l'association Mor Glaz.

    La réaction de Jean-Paul Hellequin, président de l'association Mor Glaz (recueillie par Claire Louet et Gwénaëlle Bron )

    Défilé dans le centre-ville de Brest

    Ce samedi après-midi les différentes organisations, associations, ou partis politiques, qui appelaient à manifester ont pris la parole à tour de rôle. Ils ont prévu de rester dans un périmètre à proximité du sommet, tandis que le collectif anti G7 envisage de défiler en centre-ville jusqu’à la préfecture maritime, où se réunissent actuellement les délégations du G7. Leur parcours est pour l’instant maintenu secret.

    Place Publique Bretagne, qui appelle à manifester avec « Youth For Climate Brest » ce samedi, dénonce en particulier "les impasses de cette coûteuse réunion des puissants, tant sur la forme que sur le fond""Sur aucun de ces sujets le G7 de la mer qui s’ouvre aujourd’hui à Brest n’apporte de solution ­systémique. Ces solutions ne peuvent être construites sans et contre les citoyens (...) Et nous appelons tous ceux qui le souhaitent à contribuer à nos travaux en cours sur un nouveau modèle agricole et maritime pour la Bretagne".

    Samedi de mobilisation contre le G7 des parlementaires à Brest (F3 Bretagne-7/07/19-19h26)Manifestation anti G7 à Brest

    Le reportage à Brest de Claire Louet, Gwénaëlle Bron et Catherine Deunf

    Claire Louet avec KV

    source: https://france3-regions.francetvinfo.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest-G7 parlementaire. Les opposants en ordre dispersé (LT.fr-7/09/19-19h32)De 300 à 400 manifestants se sont mobilisés pour dire « Non, merci » au G7.

     

    La manifestation prévue par de nombreux syndicats, collectifs, partis politiques de gauche, associations pour protester contre le G7 parlementaire a tourné un peu court, ce samedi après-midi. La faute à une foule estimée à 400 au meilleur de sa forme, et plus certainement 300 lors de la marche, ainsi qu’à une organisation cacophonique et désordonnée jusque dans le tracé du parcours.

    Sur la place de Strasbourg, si loin du port impénétrable où vivent ce samedi les présidents des assemblées, ce n’est peut-être pas le grand soir mais ce n’est pas non plus la famine de certaines manif’ désertes. Alors que 13 h 30 sonne, ils sont entre 300 et 400 à discuter en attendant que le cortège s’ébroue pour rappeler que le G7 « Non, merci ». La foule se montre d’emblée très hétéroclite. 

    Aux anars, pavillon noir en oriflamme, à la CNT rouge et noire se sont ajoutés un bon nombre de gilets jaunes, une poignée de syndicalistes (SUD et CGT principalement) et d’associatifs comme ceux du Mouvement pour la paix ou de Mor Glaz, entre autres. Plus un élu ou deux, comme Anne-Marie Kervern, représentant l’UDB.

    Au pied de l’escalier décrié de la place susdite, les prises de paroles pleuvent. Elles sont abruptes et sans concession. Surtout celle du collectif rouge et noir qui lance un appel insurrectionnel contre le capital et ses représentants, lorsqu’Olivier Cuzon, au nom des assos, syndicats et partis politiques pointe que ces « pays se disent modernes mais ne sont que riches, inégalitaires et militarisés. Leurs politiques vont contre les intérêts du peuple en soutenant le libre-échange mondialisé, la dérégulation ». Anticapitalistes tous, comme Jean-Paul Hellequin, pour Mor Glaz, qui rappelle la sauvagerie sociale du monde maritime et de ces marins payés à la trique, comme Roland Le Guillou de Penanros pour le Mouvement pour la paix, qui harangue sur la nécessaire sortie du nucléaire.

    Le Mouvement pour la paix a revendiqué une nécessaire sortie du nucléaire. vision à l’Étoile

    Mais voilà. Le temps passe et rien ne se passe. Depuis le début du rassemblement, la rumeur court que le parcours de la manifestation n’est pas spécialement arrêté. Certains voudraient aller en zone, d’autres rue Jean-Jaurès et quelques derniers, nulle part. « On vient au rassemblement, on ne défilera pas », fait savoir le même Olivier Cuzon, las de n’avoir pu établir un programme commun pour ce samedi spécial ni un ordre de marche définitif.

    Les gilets jaunes s’en mêlent, un vote à la main levée est organisé. La rue Jean-Jaurès est plébiscitée, en dépit d’un déploiement musclé des forces de l’ordre et c’est pourquoi les désormais 300 manifestants partent… en zone, via la route de Gouesnou. À marche rapide, les voilà au rond-point de l’Étoile, près des concessions automobiles où ils se figent. De discussions en discussions, l’immense majorité des gilets jaunes quitte la troupe.

    Sans ordre de marche préétabli, nombre de gilets jaunes ont quitté le cortège.

    Un temps, quelques minutes et quelques explosions de bombes agricoles. Puis les autres, qui rebroussent chemin vers la ville et son centre. Il ne reste que deux cortèges un peu divisés pour un baroud d’honneur qui, selon le parquet, n’a été émaillé d’aucun incident notable. Pendant ce temps-là, les parlementaires du G7 s’apprêtaient à quitter Brest.

    Steven LE ROY

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest. Dans la confusion, 300 personnes contre le G7 (OF.fr-7/09/19-19h08)Les manifestants ont défilé dans les rues de Brest pour protester contre le G7 parlementaire.

     

    Une partie des manifestants a défilé jusqu’au boulevard de l’Europe pour protester contre la tenue du G7 parlementaire. La manifestation n’a pas entraîné de débordements.

    « Militer pour l’interdiction des armes nucléaires », « ras-le-bol de la politique », « protester contre la politique menée par les pays du G7 »… Les différentes motivations avancées par les manifestants, samedi après-midi, à Brest (Finistère), manquaient sans doute un peu de cohésion. Des autocollants réclamant la gratuité des transports publics ont même été collés sur un tramway à l’arrêt, au niveau de Menez-Paul.

    À l’entame de ce rassemblement, initialement organisé pour protester contre le G7 parlementaire, plusieurs personnes ont pris la parole : syndicalistes bien identifiés, membres d’associations, mais aussi militants plus belliqueux. Tous n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la marche à suivre. Une partie du rassemblement est donc restée sur place, pendant qu’un cortège d’un peu moins de 200 personnes s’élançait dans les rues de Brest.

    CNT, Gilets Jaunes…

    À la tête de ce cortège, le syndicat CNT (Confédération Nationale du Travail, aux tendances anarchistes), suivi par une bonne cinquantaine de Gilets Jaunes. Le son de plusieurs bombes agricoles a même été entendu. Curieux mélange des genres, au milieu duquel se sont retrouvées quelques personnalités politiques.

    Le manque de cohésion s’est fait sentir sur le trajet, qui a notamment fait passer les manifestants par le quartier de Pontanezen, via les voies de tram, perturbant fortement la circulation. Le cortège a stoppé sa course sur le boulevard de l’Europe, pour repiquer vers le centre-ville, discrètement surveillé par quelques voitures de police.

    « Afficher davantage d’unité »

    Peu de perturbations ont été notées. Tout de même : les clients du magasin Printemps, de la rue Jean-Jaurès, ont été contraints de sortir par l’arrière du magasin à cause de la manifestation, en fin d’après-midi. 

    « Sur le fonds, il y avait tout de même une certaine unité, note Olivier Cuzon (Solidaires). Mais il est vrai qu’on n’a pas réussi à discuter ensemble d’un parcours de manifestation… Même au sein des Gilets jaunes, il y avait des divergences.. Il va falloir afficher davantage d’unité pour les prochains rassemblements. »

    Mickaël LOUÉDEC.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le Brésil capitaliste détruit l’Amazonie, Cuba socialiste plante des arbres.(IC.fr-6/09/19)

    L’île socialiste est un exemple rare de reboisement à grande échelle, alors que le reste du monde évolue dans le sens opposé. Il est utile de préciser que  est un des rares pays à pratiquer l’agriculture quasi sans pesticide, et que l’ONU reconnaît le pays socialiste comme le seul satisfaisant aux critères du développement durable. Fidel Castro avait été l’un des premiers dirigeants à alerter à l’ONU contre le danger de l’exterminisme capitaliste, ravageant la planète.

    Un exemple à méditer alors que les pays capitalistes, tel le Brésil ou l’Indonésie, la Malaisie détruisent leurs forêts et au moment où le régime Macron s’attaque à la forêt française en démolissant l’ONF, le service public de la foret.

    La forêt cubaine a triplé depuis le début de la révolution socialiste

    Alors que les incendies font rage en  en Amérique du Sud, résultat de l’exploitation par des agro-capitalistes, Cuba a en fait augmenté le pourcentage de son pays recouvert de forêts en 2018. Un rapport publié mercredi par le média cubain Granma fait état de l’augmentation de la superficie forestière et examine les résultats obtenus par les politiques environnementales des États. Le rapport montre également qu’aujourd’hui, la superficie forestière de Cuba a presque triplé au cours de la période socialiste depuis 1959, malgré une  massive dans toutes les autres régions du monde.
    Le rapport de Granma indique des chiffres du département des forêts du ministère de l’Agriculture, qui montrent une augmentation de plus de 22 000 hectares de forêts au cours de la dernière année, soit une légère augmentation de 0,26%, ce qui signifie que les forêts représentent maintenant près du tiers de la superficie totale du pays, un peu plus de 31%. Cela contraste vivement avec 1959, avant la révolution, quand seulement 13% de Cuba était recouvert de forêt.

    L’ au cœur de la politique communiste de 

    L’intervention de l’État pour reboiser de vastes superficies et renforcer les arbres existants a été essentielle. Ces politiques incluent la plantation de nouveaux arbres et l’appui à la régénération naturelle, le cas échéant, et la mise de côté de 69% de l’augmentation uniquement à des fins de conservation.

    D’autres politiques incluent l’enrichissement des forêts existantes qui risquent d’être dégradées. Cela se fait par des mesures telles que l’élagage des arbres et l’élimination des arbres morts pour laisser place à une nouvelle croissance.

    En juin, la présidente de la banque centrale cubaine, Irma Martinez, a pris la parole lors d’une conférence en Suisse, soulignant les progrès réalisés en matière de reboisement, tout en affirmant que le reboisement pourrait s’accélérer davantage si le blocus américain sur l’île était levé, pour importer une technologie plus moderne au service des opérations de reforestation des gouvernements.

    Le développement durable c’est le communisme

    Le ministère de l’Agriculture de Cuba a souligné que la protection des forêts ne se faisait pas au détriment de la croissance économique. L’exploitation minière est l’une des industries les plus importantes de Cuba. Le pays possède l’une des plus grandes réserves de nickel au monde. Ces dernières années, les investissements étrangers ont augmenté, grâce à un partenariat avec des sociétés minières nationalisées cubaines.

    En vertu de la loi cubaine, les sociétés minières sont autorisées à défricher les forêts, mais sont également tenues de replanter le même nombre d’arbres qu’elles ont abattu, opération qui doit être achevée dans un délai de deux ans.

    Cuba est néanmoins toujours touchée par les incendies de forêt. Selon le ministère, environ 3 000 hectares sont touchés chaque année par des incendies. Selon le gouvernement, 90% de ces incendies sont causés par des activités humaines telles que des exploitations irresponsables et des accidents. 3000 autres sont coupés chaque année pour les opérations minières. Toutefois, les chiffres montrent également que Cuba a un taux de reboisement moyen de 16 000 hectares par an, dépassant ainsi ce qui est perdu.

    La situation des forêts dans le monde est catastrophique

    Cependant, 7,3 millions d’hectares de terres dans le monde sont déboisées chaque année. Le Brésil est parmi les pires. Entre 2017 et 2018, 7 900 kilomètres carrés ont été coupés. Environ l’équivalent de 987 000 terrains de football. Un taux qui a considérablement augmenté depuis les récents incendies en Amazonie, mais dont se moque le président d’extrême droite Bolsonaro , renvoyant le chef de l’agence spatiale gouvernementale pour avoir signalé l’augmentation de la déforestation.

    JBC d'après info d'agences

    source: https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/le-bresil-capitaliste-detruit-lamazonie-cuba-socialiste-plante-des-arbres/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Pour la retraite à 60 ans, par répartition, le PRCF lance une pétition. #retraites #réformedesretraites (IC.fr-

    Avec les militants du PRCF, les signataires de ce texte, citoyens de toutes sensibilités, déclarent :

    Non à la casse des  par l’UE et son valet MACRON

    •  à 60 ans
    • 37 ans 1/2 de cotisations
    • Aucune décote
    • Pension minimum = SMIG
    • Maintien des régimes plus favorables jusqu’à généralisation des avantages acquis pour tous les salariés

    NON A LA RETRAITE A POINTS voulue, décidée par l’UE pour amener les travailleurs français et européens à toucher des pensions de misère, avec un départ à la retraite à 70 ans.

    Pour signer la pétition en ligne

    cliquer ICI

     

    Télécharger la pétition pour la faire signer

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Billet Rouge-Telerama ou la servitude volontaire pour détruire la diversité linguistique. (IC.fr-6/09/19)

    Face au scandale d’une des dernières unes du magazine Telerama, en  pour faire la promotion du , les associations de défense de la  et de la diversité linguistique appelle chaque citoyen a protester auprès de la rédaction de ce média, pour lui rappeler les exigences des lois de la République d’une part, mais également l’inviter à faire face à ses responsabilités. Il y a urgence à défendre la diversité linguistique, et ce premier service public qu’est la  pour les francophones, face au tout anglais de Wall Street.

     

    Objet : la servitude volontaire 
     
    Madame Fabienne Pascaud, 
    Directrice de la rédaction à Télérama,
     
    Alors que l’anglais est en train de coloniser le pays, alors qu’il faudrait sonner le tocsin pour mobiliser la population à entrer en résistance, voilà que Télérama, en votre personne, demande à la une de son journal pourquoi nos enfants sont nuls – sous-entendu – en anglais ?
    Seriez-vous, Madame, aveugle, sourde ou exilée sur une île paradisiaque, loin de tout, pour écrire cela ?
     
    Des émissions « francophones » intitulées The Voice, Tonight info, Ninja Warriors, Modern Love, etc. ;
    des firmes « françaises » qui basculent toute leur documentation technique à l’anglais (Renault, PSA…) ;
    des transporteurs français dont le slogan unique est « France is in the air » (Airfrance)… ;
    des centaines de formations supérieures qui s’enseignent totalement en anglais en France même (alors que leurs enseignants et étudiants sont majoritairement francophones !)… ;
    des collectivités territoriales qui, illégalement, se « vendent » en anglais en France même (“OnlyLyon”, “Let’s Grau”, “Oh my Lot”, “In Annecy Mountains”, etc.) ;
    des responsables publics comme Valérie Pécresse qui privilégient l’anglais pour s’adresser aux Franciliens (cf le « pass » « Navigo Easy ») ;
    et, chaque jour, des pans entiers de la « com », de la pub, de la chanson, du cinéma, de la science, etc. qui passent au tout-anglais au mépris de la Constitution (« la langue de la République est le français »)… 
    Or, pour le premier journal culturel français, le problème n’est pas l’arrachage en cours du français à l’initiative de nos « élites », mais le fait que « your kids are nuls »…
    Peut-on s’aveugler davantage sur le scandale historique porteur d’énormes discriminations présentes et futures que constitue le basculement rapide et totalement antidémocratique de la France au TOUT-globiche managérial ?
     
    Salutations scandalisées,
     
    De la part des présidents d’associations de défense du français dont le nom suit :

    Marceau Déchamps, secrétaire général adjoint de Défense de la langue française (DLF)
    Georges Gastaud, président de l’association CO.U.R.R.I.E.L.
    Louis Maisonneuve, porte-parole du collectif Langue française
    Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain
    Albert Salon, président d’Avenir de la langue française (ALF)
    Régis Ravat, président de l’association Francophonie-Avenir (A.FR.AV)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Retrouvez les communistes pour la rentrée sociale du 13 au 15 septembre 2019 au stand du PRCF à la fête de l’Humanité

    Avec le PRCF, union, action…

    • Contre l’impérialisme étasunien, ennemi n°1 de la paix mondiale et de l’environnement, pour la souveraineté des peuples, la solidarité avec Cuba socialiste, avec le Venezuela bolivarien, avec le peuple palestinien, avec les communistes persécutés en Europe de l’Est (Pologne, Ukraine…), pour un grand Mouvement Communiste International !
    • Pour l’indépendance de la France, le progrès social, le produire en France et la démocratie ; pour cela il faut virer Macron, combattre Le Pen et sortir, par la gauche, de l’euro, cette austérité continentale faite monnaie, de l’UE, cette dictature supranationale du grand capital, de l’OTAN, cette machine à mondialiser les guerres US, du capitalisme, ce système prédateur qui asphyxie la France, la planète et l’humanité
    • Pour une République sociale, souveraine et fraternelle en marche vers le socialisme (pouvoir des travail-leurs, socialisation des grands moyens d’échange et de production) et le communisme (société sans classes sociales où l’ensemble des ressources est mis en commun pour favoriser le développement de chaque peuple et de chaque individu)

    A cette fin, il faut reconstruire un parti communiste de combat, ancré dans le monde du travail, portant une analyse marxiste-léniniste de la société et lié au syndicalisme de classe ; un parti fier de l’héritage révolutionnaire français et international et tourné vers l’avenir ; un parti construisant un large Front antifasciste, patriotique, populaire et écologiste associant le drapeau rouge international des ouvriers au drapeau tricolore de la nation.

    Dans ce but, donnons plus de force au PRCF
    et aux JEUNES pour la RENAISSANCE COMMUNISTE en FRANCE (JRCF).

     

    Le tract -Le programme du Stand PRCF-Fete de l'Huma 2019

    source: https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Non au G7 parlementaire-RDV du Samedi 7 septembre à Brest

    9h30-11h30 : université des collectifs en lutte (rencontre et discussion avec différents collectifs de lutte). Place Guérin

    11h30 : départ pour la cantine, rendez-vous place guérin

    13h30 : manifestation place de strasbourg

     

    source: https://bloquonsg7debrest.noblogs.org/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire