• L'association Droit d’asile se mobilise pour soutenir deux jeunes réfugiés tchétchènes menacés d’expulsion. L’un est scolarisé en classe de seconde au lycée Thépot et le deuxième, Rassoul âgé de 22 ans est venu rejoindre son frère qui vit et travaille à Quimper. Tous deux, considérés comme « dublinés », ont reçu une assignation à résidence au début du mois en vue d’une prochaine reconduite à la frontière.

    De plus en plus d’exilés demandant l’asile en France se voient en effet opposer le règlement Dublin qui les oblige à déposer leur dossier dans le premier pays européen où ils sont entrés. Lundi, la situation s’est précipitée pour Rassoul qui avait fait une demande de visa auprès de l’ambassade d’Italie en Russie. Il a en effet été averti qu’il devait embarquer dans un avion pour Naples, ce mercredi. « C’est une application administrative et kafkaïenne de la loi », dénonce un des porte-parole l’association Droit d’asile qui réclame un peu d’humanité dans ce dossier. « C’est un jeune qui a vécu des choses terribles dans son pays. Son frère est désormais sa seule famille », poursuit ce dernier. « Rassoul est arrivé en France en 2017 car sa vie était en danger. Son frère a dû fuir le pays après avoir été torturé en même temps que son père qui, lui, a été égorgé. Il a obtenu le statut de réfugié en 2013 et, depuis, c’était au tour du jeune frère de subir des persécutions », s’alarme une militante de Droit d’asile Quimper qui craint l’expulsion de ce jeune réfugié vers un pays, l’Italie, qui ne respecte pas les droits fondamentaux des demandeurs d’asile. Le jeune homme très choqué par la situation a dû être hospitalisé ce mardi à Quimper.

    Les militants appellent à un rassemblement de soutien, mardi à 17 h 30, devant le commissariat où les deux jeunes sont tenus de se présenter tous les jours dans le cadre de la mesure d’assignation à résidence qui a été prononcée à leur encontre par la préfecture.

    source: https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer !

     

    SOS MEDITERRANEE appelle à une mobilisation citoyenne à l’échelle européenne, afin de demander à tous les Etats d'Europe :

    • De prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ;
    • De faire respecter le devoir d'assistance aux personnes en détresse en mer ;
    • D’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée.

    SOS MEDITERRANEE lance une pétition internationale avec 1 million de signatures attendues. (la pétition en ligne est ici: https://bit.ly/2DCNiEv)

    Vague orange samedi 6 octobre 2018 !

    SOS MEDITERRANEE appelle les citoyennes et les citoyens à descendre dans la rue en t-shirt orange (couleur des gilets de sauvetage et de l(Aquarius) le samedi 6 octobre 2018 à 14 h 30 et organise des rassemblements dans plusieurs villes du Finistère:

    BREST:Place de la Liberté à 14 h 30,

    QUIMPER : Place Terre-au-Duc à 14 h 30,

    MORLAIX : Place des Otages à 14 h 30,

    CONCARNEAU : Place du 8 mai 1945 à 14 h 30.

     

    source: http://www.sosmediterranee.fr/evenements

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nouvelle collecte en faveur des migrants ce samedi 22 septembreNouvelle collecte en faveur des migrants ce samedi 22 septembre

    L’association Collecte réfugiés pays de Brest, appelle à de nouveaux dons à Landerneau. Rendez-vous samedi 22 septembre dans différents lieux.

    Ce samedi 22 septembre, l’association Collecte réfugiés pays de Brest organise dans de nombreuses communes une collecte de vêtements, équipements divers, d’hygiène et alimentaire.

    « Le hangar de Grande Synthe dans la région Haut de France est parti en fumée le 29 août. L’incendie a ravagé tout le stock, d’où une grande nécessité de vêtements pour femmes et nourrissons », signale Alain Coroller, membre de l’association.

    La liste complète des besoins est consultable sur la page Facebook : collectes Solidarité Réfugiés pays de Brest.À noter d’ores et déjà un fort besoin aussi de chaussures solides, de sport, taille 38-43, de couches et de lait infantile n° 2 et N° 3.

    Les collectes

    Brest : Patronage laïque Cavale Blanche, MPT de Guelmeur, Centre social de Pen-ar-Creac’h de 9 à 12 h, MPT Harteloire de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h et PL Recouvrance de 15 h à 18 h.

    Landerneau : salle Cornouaille, 59, quai Cornouaille, de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

    Gouesnou : salle Nelson Mandela de 14 h à 17 h.

    Plougonvelin : salle Mezou Vilin, place Gal de Gaulle de 14 h à 17 h.

    Plougastel-Daoulas : espace Frézier, centre ville de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h.

    Ploudalmézeau : 3, rue Mgr Riou, de 10 h à 18 h.

    Lanildut : espace Henri Quéffelec, de 10 h à 13 h.

    Landéda : Aber Wrac’h, centre UCPA sur le port de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30.

    Contact : refugies29n@gmail.com

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les deux convoqués du jour arboraient des visages peinturlurés.Les deux convoqués du jour arboraient des visages peinturlurés.

    Jugés pour avoir refusé des prélèvements ADN suite à une condamnation pour des tags au port de Lorient, deux anti-OGM ont connu ce jeudi des fortunes diverses. C’est désormais une habitude, dès que l’un d’eux est poursuivi devant une juridiction, ceux que l’on appelle les faucheurs volontaires et qui luttent contre les OGM et le glyphosate organisent un piquet de soutien devant les grilles du tribunal. Piquet plus coloré que d’habitude ce jeudi puisque les deux convoqués du jour arboraient des visages peinturlurés.

     « Allez vous démaquiller ! »

    Un peu pour le plus jeune, beaucoup pour le plus âgé. Une figure recouverte de rouge et noir qui n’a guère plu à la présidente Marie-Anne Kerisit. « Allez-vous démaquiller ! » A-t-elle tonné alors que ce dernier s’approchait de la barre. « Le tribunal n’est pas un théâtre avec une mise en scène. Votre figure n’est pas reconnaissable ».

    De retour avec un visage tout propre, le prévenu n’aura même pas le temps d’expliquer sa démarche. Une erreur de date dans la procédure a entraîné de facto un report de son procès en janvier.

    C’est donc à son collègue qu’est revenue la tâche de justifier leur refus de ce prélèvement ADN en octobre dernier à la gendarmerie de Quimperlé, suite à une condamnation à 300 € d’amende en mai pour des tags commis sur le port de Lorient. Actions survenues dans le cadre d’une opération anti-OGM.

    Les deux prévenus auraient pu éviter ce procès en acceptant la proposition de reconnaissance de culpabilité et les 200 € d’amende. Mais le but n’était pas là. « Les conséquences ont peu d’importance, a assuré le prévenu, 30 ans et demeurant à Arzano. Nous sommes là pour mettre en avant la dangerosité des pesticides et les dégâts sur la santé et l’agriculture qu’ils provoquent ».

    300 € d’amende requis

    Le jeune homme a justifié le côté illégal de leurs actions, se définissant comme un lanceur d’alerte. « Il y a une différence entre ceux qui commettent des délits et ceux qui se battent pour la population. Il y a des choses à faire. Il faut parfois aller au-delà de la limite de la loi pour faire avancer notre action ».

    Le parquet a requis une amende de 300 €. Le délibéré sera rendu le 4 octobre prochain.


    source:  https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une dizaine de personnes venues de tout le Finistère ont protesté, ce mardi matin, devant les urgences de Brest, à la Cavale-Blanche, contre les tests osseux.Une dizaine de personnes venues de tout le Finistère ont protesté, ce mardi matin, devant les urgences de Brest, à la Cavale-Blanche, contre les tests osseux. (Photo David Cormier)

    Depuis deux ou trois ans, les autorités sont de plus en plus confrontées à la présence, sur le territoire national, de mineurs isolés. Régulièrement, des tests osseux sont pratiqués pour déterminer si certains sont mineurs ou pas : leur situation vis-à-vis des diverses administrations n’est pas la même dans un cas ou dans l’autre.

    Une dizaine de manifestants, membres d’associations diverses du Finistère (Le Temps Partagé à Quimper, Digemer à Brest, Pays de Morlaix Solidarité Migrants, Fraternité Quimper) mais aussi d’un syndicat (FSU) et d’un parti politique (NPA) se sont rassemblés avant 9 h, ce mardi, devant les urgences de la Cavale-Blanche, à Brest, seul endroit dans le département où ces tests sont effectués, à la demande du parquet de Quimper. Quatre étaient prévus dans la matinée, il semble qu’ils aient été repoussés.

    « Le doute devrait bénéficier à la personne »

    Ces militants jugent « scandaleux » ces tests et demandent leur suppression. « Ils datent de 1935, ils ont une marge d’erreur de deux ou trois ans, et même davantage à ces âges-là. C’est ce que confirmait le comité d’éthique de cet hôpital, en mars dernier. Le doute devrait bénéficier à la personne », estiment-ils. Ils indiquent que ces mineurs ont souvent avec eux un passeport ou une carte d’identité attestant de leur âge, mais que les autorités françaises jugent ces documents souvent peu fiables.

    Selon les militants, il conviendrait que les médecins précisent à chaque examen qu’il existe une marge d’erreur. Actuellement, il s’agit d’un pourcentage d’erreur, mais d’aucuns pensent qu’il vaudrait mieux préciser que la personne a entre tel et tel âge. Les manifestants estiment aussi que les autorités françaises font tout pour dissuader des étrangers de venir en France, « avec cette fameuse théorie de l’appel d’air ». « Ces mineurs sont mieux hébergés et scolarisés que livrés à eux-mêmes », concluent-ils.

    David CORMIER


    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Des familles de toute la Bretagne ont profité de cette journée à Océanopolis.Des familles de toute la Bretagne ont profité de cette journée à Océanopolis.

    Venues de toute la Bretagne, les familles ont visité l’aquarium, lors d’une journée organisée par le Secours populaire. La dernière de l’été.

    « Regarde maman, des pingouins ! C’est des vrais ou des faux ? » Venu de Saint-Brieuc avec ses sœurs et sa mère, Ibrahim, 10 ans, visite Océanopolis pour la première fois. Comme quatre-cent autres personnes venues de toute la Bretagne, il profite d’une journée organisée par le Secours populaire à destination des familles.

    C’est la dernière de la campagne d’été. « Nous voulions finir sur une belle sortie », explique Bastien Caban, animateur au Secours populaire, rappelant au passage qu’ « un enfant sur trois ne part pas en vacances ».

    "On veut voir les requins !"

    « Nous avons associé les familles à la préparation de la journée », reprend Bastien Caban. Une participation symbolique leur a été demandée. « Nous refusons le tout gratuit : c’est une question de dignité, et de lutte contre l’assistanat ».

    « La visite est libre. C’est une journée en famille », rappelle Annie Marin, secrétaire de la fédération finistérienne du Secours populaire. Aussitôt les portes franchies, le groupe se disperse entre les aquariums.

    Dans le pavillon polaire, Charlène et Tatiana, deux amies, venues de Lorient avec leurs enfants. Les plus grands sont déjà venus à Océanopolis, c’est une première pour la petite dernière. Ils ont déjà le programme de la journée en tête. « On veut surtout voir les requins ! » s’écrient les enfants.

    Une organisation "parfaite"

    Le Secours populaire a payé les frais de transport, en car, jusqu’à Brest. Les entrées ont été offertes par Océanopolis. « Nous tenons à les remercier, souligne Annie Marin. L’organisation est parfaite ».

    Ninnog LOUIS

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une première mobilisation avait eu lieu lundi 20 août devant la cathédrale Saint-Corentin.Une première mobilisation avait eu lieu lundi 20 août devant la cathédrale Saint-Corentin

    Des demandes d’autorisation ont été déposées à la préfecture afin de pouvoir manifester chaque soir entre samedi et mercredi prochain devant la cathédrale Saint-Corentin, à Quimper (Finistère). Ces mobilisations en soutien des jeunes migrants font suite à celle du lundi 20 août.

    L’association Temps partagé a déposé une demande officielle à la préfecture afin de manifester tous les soirs de samedi à mercredi prochain, entre 18 h et 22 h, devant la cathédrale Saint-Corentin en soutien aux jeunes migrants. « Nous voulons sensibiliser l’opinion au sort de ces personnes », explique Florence Le Balc’h, membre de l’association. Elle précise que les manifestants n’auront pas le droit « d’installer des tentes » ni « d’accrocher des banderoles aux murs de la cathédrale » comme lors de la première mobilisation.

    Un lieu de passage symbolique

    Interrogée sur le choix d’occuper la place Saint-Corentin, Florence Le Balc’h a mis en avant l’intérêt d’être situé dans un « lieu de passage de locaux et de touristes », ainsi que « la portée symbolique entre la cathédrale et la mairie ».

    Les manifestants mettent en cause l’accès au statut de mineur pour les jeunes migrants et s’étaient déjà mobilisés le lundi 20 août au soir.

    Ludovic SÉRÉ

    source: https://www.ouest-france.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat de Quimper ce mercredi matin.Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat de Quimper ce mercredi matin

    Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat de Quimper (Finistère) ce mercredi matin en soutien à quatre personnes convoquées par la police après leur participation à la manifestation de lundi soir.

    Une trentaine de membres de la Ligue des droits de l’Homme et de l’association Temps partagé se sont rassemblés « spontanément » ce mercredi matin devant le commissariat de Quimper (Finistère).

    Ce rassemblement fait suite à la convocation de quatre personnes ayant participé à la manifestation de lundi soir devant la cathédrale, en soutien aux migrants mineurs isolés menacés d’expulsion et sans logement.

    Une manifestation non déclarée

    Ont ainsi été convoqués la présidente et le secrétaire de Temps partagé, ainsi que des manifestants ne faisant partie d’aucun collectif, au motif d’une participation ou organisation d’une manifestation non déclarée.

    Selon la présidente de l’association, « il ne s’agissait pas d’une manifestation, mais d’un soutien humaniste désorganisé ».

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • À l’initiative de Cent pour un toit, divers représentants d’associations et des élus se sont retrouvés, au centre Guéhenno, pour faire le point sur les actions à mener et la mobilisation.À l’initiative de Cent pour un toit, divers représentants d’associations et des élus se sont retrouvés, au centre Guéhenno, pour faire le point sur les actions à mener et la mobilisation.

    La mobilisation ne faiblit pas dans le Pays de Quimperlé. Pour venir en aide aux familles menacées d’expulsion, l’association Cent pour un toit interpelle le préfet. Afin que cela cesse

    Comme partout en France, la préfecture du Finistère « accentue la répression contre les personnes en exil sur le territoire de Quimperlé communauté. Cette répression et les situations de souffrance qu’elle entraîne sont inacceptables », ont dit, lundi en fin d’après-midi, les représentants de diverses associations, rassemblées sous la bannière de Cent pour un toit.

    Cent pour un toit a fait les comptes : «  À ce jour, il y a quatre décisions d’OQTF (Obligation de quitter le territoire français), qui impliquent trois familles, soit huit adultes et dix enfants. »

    « Mettre fin à ces poursuites »

    Par ailleurs, un « Iranien est détenu au CRA (Centre de rétention administrative) de Rennes, en attente d’expulsion dans ce pays, où sa vie sera en danger. »

    Selon Cent pour un toit, « ces menaces d’expulsion pèsent sur des enfants, dont certains nés et scolarisés en France, ainsi que sur des parents ou des personnes appréciées et intégrées dans leur commune d’adoption : Quimperlé, Riec-sur-Bélon, Arzano. Ces enfants, pour la plupart, ne connaissent que la France. »

    Les militants sont catégoriques : « Ces familles ne doivent pas basculer à nouveau dans l’insécurité, la peur et l’arbitraire. »

    De plus, cette loi « Asile immigration ruine les efforts effectués par leurs soutiens depuis des années, comme l’apprentissage du français, par exemple. Nous n’acceptons pas de voir ainsi piétiner les principes de solidarité et de fraternité. »

    Très clairement et très nettement, Cent pour un toit demande donc au préfet de « mettre fin à toutes les poursuites. Nous sommes dans un rapport de force. »

    Parrainage républicain à Arzano

    Dans le même temps, des associations, comme celle d’Épissure à Arzano, vont écrire directement au préfet, pour lui demander la même chose.

    Hier après-midi, les jeunes de l’association Motiv, après leur soirée au club de Clohars-Carnoët, sont venus remettre 300 € de soutien à Cent pour un toit.

    Samedi 25, une soirée est prévue à Riec-sur-Bélon (lire Ouest-France du lundi 20 août). Une soirée à « bras ouverts », place Yves-Loudoux.

    Sans oublier les distributions de tracts sur les marches et les pétitions à signer.

    Le vendredi 7 septembre, à 17 h, en mairie d’Arzano, il y aura même un « baptême républicain pour Aram (menacé d’expulsion avec son épouse) et sa famille. C’est un geste fort. Nous voulons mettre en difficulté la préfecture avec ce geste symbolique. »

    Un tel événement a déjà eu lieu à Quimperlé : le 14 juillet 2015.

    Présente lundi après-midi, la maire d’Arzano, Anne Borry, souhaite tempérer un peu les choses.

    « Par ce geste, nous voulons simplement montrer que cette famille est intégrée, qu’elle fait partie de la population arzanoise. C’est, pour nous, une famille comme une autre de la République. Une famille d’Arzano, tout simplement. »

    Au passage, Anne Borry salue les « relations de confiance qui existent avec les représentants de Cent pour un toit. Accueillir c’est bien, mais leur mission importante, c’est aussi l’intégration et ils le font très bien. »

    Pratique : Cent pour un toit recherche des logements et des bénévoles ; renseignements au 07 69 00 56 45.

    Vincent THAËRON

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'occupation de la place Saint-Corentin par les mineurs migrants.L'occupation de la place Saint-Corentin par les mineurs migrants

    Des migrants mineurs occupent depuis la fin de l’après-midi de ce lundi 20 août le parvis de la cathédrale Saint-Corentin, à Quimper. Ils sont arrivés avec des tentes dans l’intention d’y dormir. Des membres d’associations les accompagnent. La police est sur place.

    Situation confuse devant la cathédrale de Quimper (Finistère), dans la soirée ce lundi 20 août. Des migrants mineurs - une douzaine - veulent y dormir cette nuit. Ils sont accompagnés de responsables d’associations de soutien.

    On dénombre quatre véhicules de police sur place.

    Autorisés à dormir sur place, mais sans matériel

    Les mineurs migrants ont été autorisés à dormir sur place avec leurs accompagnants, à condition qu’ils retirent les tentes. Le groupe est équipé de sacs de couchage, de matelas, d’une table et de quoi se nourrir. Une banderole a été déployée. Elle indique « Macron, Collomb, soyez mignons, stop aux expulsions, à la répression ».

    À 21 h 30, la commissaire de police a demandé aux mineurs migrants et à leurs accompagnateurs de débarrasser la table sur laquelle ils mangeaient, ce à quoi ils ont répondu qu’ils terminaient leur repas.

    À 21 h 45, la police a enlevé la banderole citée plus haut.

    Des bénévoles ont assuré vouloir revenir sur place « tous les soirs, tant que la situation des jeunes n'aura pas évolué ».

    L'accès au statut de mineur en cause

    Florence Le Balc’h, de l’association quimpéroise « Temps partagé » explique leur mission : « Nous les accompagnons dans toutes leurs démarches administratives et nous les logeons. »

    Problème, le parquet de Quimper vient de refuser à ces jeunes le statut de mineurs. « En ne reconnaissant pas leur minorité, cela revient à prononcer la mise à la rue d’une vingtaine de jeunes migrants », dénonce la militante. C’est cette décision que sont venus contester les manifestants. Pour eux, il s’agit d’un refus « sans preuve ». Ou des vices de forme dont les causes tiennent aux disparités entre les administrations des pays d’origine des migrants et l’administration française.

    Ludovic SERE

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique