• Bébés sans main. « On a eu l’impression d’une volonté d’étouffer l’affaire » (LT.fr-31/10/18-19h37)

    « Volonté d’étouffer l’affaire », « manipulation » : Isabelle Taymans-Grassin, médecin généraliste et mère d’une fille née sans main à Guidel (Morbihan) en 2012, se dit très « méfiante » vis-à-vis des autorités sanitaires après avoir été échaudée par la « communication ridicule » de Santé Publique France sur ces cas de malformations rares.

    « Un choc », « l’impression d’être dans un mauvais rêve ». C’est à la naissance de sa fille Charlotte en 2012, à la maternité de Lorient, qu’Isabelle Taymans-Grassin, 39 ans, a découvert que le bébé souffrait d’une malformation au bras gauche. Une agénésie qui la prive de main et d’avant-bras. « À la naissance, ça vient un peu « gâcher » le bonheur, même si je n’aime pas employer ce mot », raconte-t-elle à l’AFP, décrivant un mélange « de joie, de tristesse et d’angoisse ».

    À lire sur le sujet    Bébés sans main. Quatre cas à Guidel

    À cela s’ajoute l’absence d’explication du corps médical. Elle-même médecin, Isabelle Taymans-Grassin consulte de nombreux spécialistes en France et en Belgique. « J’ai eu autant d’avis que de médecins que j’ai rencontrés », dit-elle.

    « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard »

    Quelques mois après la naissance de sa fille, elle rencontre une seconde famille de Guidel dans la même situation, puis une troisième. Au total, quatre cas ont été répertoriés dans cette commune de 11 807 habitants entre 2011 et 2013. « On se rend compte que ça ne peut pas être lié au hasard. Mon père a fait les calculs, il y a une chance sur 22 millions que ça soit lié au hasard », raconte-t-elle.

    Le 4 octobre, Santé Publique France a confirmé des excès de cas de bébés sans mains, bras ou avant-bras, à Guidel comme en Loire-Atlantique mais sans identifier de cause à ces malformations. Pour l’Ain, l’agence sanitaire n’avait en revanche pas mis en évidence d’excès de cas, contrairement au Remera, structure basée à Lyon qui avait donné l’alerte pour ce département.

    « Une volonté très claire d’étouffer l’affaire »

    Une enquête « pas très poussée », qui « ne nous a rien appris » et aurait pu être publiée « deux ans plus tôt », selon Isabelle Taymans-Grassin. « On a eu l’impression d’une volonté très claire d’étouffer l’affaire. L’ensemble des familles a eu cette sensation », ajoute celle qui a rejoint le conseil d’administration de l’Association d’étude et d’aide aux enfants agénésiques (Assédéa).

    Mardi, Santé Publique France a finalement annoncé avoir identifié 11 cas supplémentaires d’enfants nés avec une malformation des membres supérieurs dans l’Ain entre 2000 et 2014 d’après les données hospitalières.

    De la méfiance vis-à-vis des autorités

    Fustigeant une « communication ridicule » qui « effraye tout le monde », Isabelle Taymans-Grassin dit y voir « un peu de manipulation d’opinion », une « volonté de faire taire le Remera, qui est le seul registre indépendant ». « L’ensemble des familles de Guidel et de l’Ain sont méfiantes vis-à-vis des autorités sanitaires », ajoute-t-elle.

    Sur les causes de ces malformations, elle affirme avoir des « pistes » mais ne veut pas « lancer de rumeurs infondées sans avoir plus de preuves », alors qu’une rencontre avec les autorités sanitaires est prévue le 6 novembre à Guidel. Quant à Charlotte, elle a eu six ans cette année et a fait sa rentrée en primaire à Bruxelles, où la famille habite désormais. « Elle va bien, est plutôt extravertie, assume tout à fait sa différence », dit sa mère. « Elle fait du vélo, fait tout ce qu’un enfant de six ans fait, c’est plutôt chouette ».

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Publiée le 9 octobre sur YouTube par Critique de la Raison Européenne

    L'association Critique de la raison européenne a reçu Emmanuel Todd, le mercredi 3 octobre à Sciences Po. Il nous a fait l'honneur de répondre à la question suivante : "Qu'est-ce que le macronisme ?" Son développement suit quatre parties : la toile de fond du macronisme - Macron - les macronistes - Macron et le monde. Introduit par Etienne Campion, vice-président de CRE. Pour nous aider dans notre combat pour une France libre et souveraine, vous pouvez : Nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/critiquedela... et sur Twitter : https://twitter.com/CRE_SciencesPo?la... 

    source: https://www.youtube.com/watch?v=3Z0yih4Md74

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Présentation par André CHASSAIGNE de la motion de censure commune des trois groupes GDR, LFI et NG.Intervention très vive, avec quelques bons mots.

    explication de vote de Sébastien Jumel ( groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine) sur la 2nde motion de censure déposée par les groupes Nouvelle Gauche, LFI et GDR

    Discours de Jean-Luc Mélenchon, président du groupe « La France insoumise » à l'Assemblée nationale, le 31 juillet 2018 dans le cadre des deux motions de censure, déposées l'une par « Les Républicains » et l'autre par « La France insoumise », « Nouvelle Gauche » et « Gauche démocrate et républicaine ». 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Augmentation de +53% de la rémunération du président de la CNCCFP : Anticor saisit le Premier Ministre

    François LOGEROT, Président de la Commission Nationale de Contrôle des Comptes de Campagnes et des Financements Politiques

     

    Un décret et un arrêté, signés le 30 mai 2018, ont eu pour conséquence d’augmenter de 53 % la rémunération du président de la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP), à compter du 1er janvier 2018. Anticor, qui estime ces textes inopportuns et illégaux, a saisi le Premier Ministre.

    Monsieur le Premier Ministre,

    L’article 2 du décret n° 2018-412 relatif à l’organisation des travaux de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ainsi qu’au traitement du président et aux indemnités susceptibles d’être allouées au vice-président, aux membres, aux collaborateurs et aux rapporteurs de cette commission – signé par le ministre de l’intérieur, par le ministre de l’action et des comptes publics et par vous-même – dispose que « le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques reçoit une rémunération annuelle égale au traitement afférent à un emploi supérieur de l’Etat classé hors échelle E2 correspondant à l’indice majoré 1324, assortie d’une indemnité de fonction dont le montant est fixé par arrêté conjoint du ministre de l’intérieur et des ministres chargés de la fonction publique et du budget. » L’article 10 précise que ces dispositions « prennent effet à compter du 1er janvier 2018. »

    L’article 1er de l’arrêté du 30 mai 2018 relatif au traitement du président et aux taux et modalités d’attribution des indemnités et vacations susceptibles d’être allouées au vice-président, aux membres, aux collaborateurs et aux rapporteurs de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques – signé par le ministre de l’intérieur et par le ministre de l’action et des comptes publics – dispose que « le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques reçoit une indemnité de fonction dont le montant annuel est fixé à 9 500 € brut. » L’article 7 précise que ces dispositions « prennent effet à compter du 1er janvier 2018. »

    Ces deux textes ont notamment pour conséquence d’augmenter de 53 % la rémunération de M. François Logerot, à compter du 1er janvier 2018.

    D’une part, Anticor estime que le fait d’augmenter ainsi le président d’une autorité administrative indépendante, au cours du mandat de ce dernier, est susceptible de porter atteinte à son indépendance.

    D’autre part, l’article L221-4 du code des relations entre le public et l’administration interdit toute application rétroactive d’un règlement administratif, selon « le principe en vertu duquel les règlements ne disposent que pour l’avenir » connu depuis l’arrêt du Conseil d’État « Société du journal L’Aurore » du 25 juin 1948.

    Le décret n° 2018-412 du 30 mai 2018 et son arrêté d’application sont donc à la fois inopportuns et illégaux.

    Pour ces raisons, Anticor vous demande, dans le cadre d’un recours gracieux, de bien vouloir procéder au retrait de ce décret. De même, nous avons demandé au ministre de l’intérieur et au ministre de l’action et des comptes publics de procéder au retrait de cet arrêté.

    Vous remerciant par avance de ce que vous entreprendrez en ce sens, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de ma très haute considération.

    Jean-Christophe Picard
    Président d’Anticor

    source: http://www.anticor.org (17/07/2018)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'ex-député PS a vu la plainte le visant pour détournement de fonds publics classée sans suite par le parquet de Lorient.

    L'ex-député PS a vu la plainte le visant pour détournement de fonds publics classée sans suite par le parquet de Lorient. 


    Le parquet de Lorient a classé sans suite la plainte déposée par l’association Cicero 29 pour des soupçons de détournement de fonds publics, contre l’ex-député PS. L’enquête concernait sa permanence parlementaire.

    Le parquet de Lorient a classé sans suite la plainte déposée par l’association Cicero 29 pour des soupçons de détournement de fonds publics, contre l’ex-député quimpérois PS Jean-Jacques Urvoas. L’enquête concernait sa permanence parlementaire, achetée en 2008, via un prêt bonifié de l’Assemblée nationale et remboursé par ses indemnités de député (IRFM). Le parquet a considéré qu’aucune infraction pénale ne pouvait lui être reprochée. Depuis début 2018, la loi interdit ces pratiques.

    source: https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • #FRACRO “Nous nous voulons que du Football” Finale de la Coupe du Monde – dossier spécial #finalcdm #FINALWORLDCUP

    Dimanche 15 juillet 2018. 17h, Moscou. C’est la finale de la  de  et l’équipe de France rencontre la sélection croate.

    A cette occasion, www.initiative-communiste.fr vous propose un dossier spécial coupe du monde de football. Certes pas selon les standards publicitaires du -buisness.

    Au delà du football, et alors que l’ensemble de la machine médiatique du régime appelle les français à descendre sur les Champs Elysées en cas de victoire de l’équipe de France, chacun peut observer que les critiques virulentes contre les manifestations syndicales ont ici été rangées, dans un deux poids deux mesures éclatant. Exit également les comptages “indépendants” et soit disant objectifs par “occurence”.  Pour la demi finale c’est donc 20 000 personnes qui étaient dénombrées par les médias place de l’hotel de ville à Paris. Sur une surface d’après les photos de 3000 m². Soit 7 personnes par m². Et pour la fan zone du trocadero prévu pour la finale, c’est 90 000 personnes qui pourront tenir dans les moins de 100 000 m² du périmètre clos du champs de mars; soit une personne par m². On saura s’en souvenir pour décompter avec les mêmes méthodes le nombre de manifestants !

    “Nous nous voulons que du football”

    C’est avec ce titre, en 1940, lors du dernier match de la coupe du Portugal, que des centaines de tracts ont été jetés d’un petit avion, qui répandaient le prosélytisme du nazisme en général et les accusations contre la Russie soviétique en particulier.

    La politique et le sport sont en effet indissociablement liés contrairement à ce qu’affirme une vision naïve du sport.

    L’une des facettes les plus visibles et les plus efficaces de cette inséparabilité apparait, par exemple, dans les composantes symboliques assumées par ceux qui profitent du spectacle sportif comme vitrine de leurs idées et de leurs symboles. Le football est un plus grand exemple étant donné la fascination que ce jeu de grande beauté et d’imprévisibilité provoque chez les spectateurs. Hors du terrain, les allusions néo-nazies peuplent de nombreux jeux dans lesquels de nombreuses claques utilisent la scène sportive pour se montrer au monde dans toute leur obscénité fasciste. Sur le terrain et à travers ses acteurs principaux – les acteurs – nous avons aussi ici et là quelques événements significatifs que nous allons rapporter ici.

    Mondial 2018 l’affaire Vida

    La plus récente a eu lieu après le match Croatie-Russie du championnat du monde. Le joueur croate Vida a publiquement crié le slogan fasciste de sinistre résonance “Gloire à l’Ukraine”. De plus, l’attaquant croate Modric a déjà été surpris en train de faire le salut fasciste au public pendant cette Coupe du monde 2018. En raison des protestations de la fédération russe qui pour cela s’est appuyé sur le principe «la politique devrait être absente du football», ces situations ont fait l’objet de procédures disciplinaires de la FIFA, mais les joueurs n’ont pas été immédiatement punis parce qu’ils ont joué et gagné l’Angleterre en demi-finale.

    En tant que Portugais, il faut évoquer un événement qui s’est produit dans un match international entre le Portugal et l’Espagne en 1938. Les joueurs des deux pays avant le match devaient effectuer le salut fasciste. Trois joueurs portugais, cependant, ont eu un comportement inattendu. Quaresma se tenait les bras le long du corps. Les deux autres, Amaro et Simões, ont étendu leur bras mais ont gardé leurs poings fermés. Ils ont été emmenés par la police politique de l’époque, le PVDE. Quaresma, a plaidé qu’il était distrait et a réussi à être libre. Moins heureux, les deux autres joueurs ont été emprisonnés pendant quinze jours et n’ont été relâchés que parce que leur club d’appartenance – Os Belenenses – comportait des figures influentes du régime. Cela démontre également avec cet exemple comment le sport est instrumentalisé par la politique, en l’occurrence une dictature fasciste. Et il est également démontré comment, même dans les situations les plus délicates et dangereuses, il y a ceux qui résistent.

    H Santos pour www.initiative-communiste.fr

     

    Image polémique publié dans la revue Stadium de 2 février de 1938. Tout c’est passé quelques moments après de commencement du Portugal – Espagne de 30 janvier 1938, dans le champ des Salésias, avec trois joueurs portugais décidés a rompre avec le protocole fasciste. C’est notoire les modifications qui ont été faites à propos des mains des deux joueurs pour paraître qu’ils ont fait le salut fasciste.


    Tant qu’à faire de défiler sur les Champs-Élysées… Par Floréal, PRCF.

    « On est en finale ! » et, l’on conçoit que notre peuple, qui a des raisons de douter de son avenir après les innombrables coups qu’il a encaissés depuis des décennies au nom de la « construction européenne », puisse s’en réjouir bruyamment. Paradoxalement, aurions-nous tant besoin de « faire la teuf » si la société telle qu’elle va ne rudoyait pas sans trêve celles et ceux dont Monseigneur Macron prétend arrogamment qu’ils « ne sont rien » ?

    D’autant que d’un point de vue sportif, ils jouent plutôt bien, et plutôt collectivement les Tricolores (qu’on me permette de ne pas dire les Bleus : notre drapeau compte trois couleurs, le bleu est très connoté « droite » et « Union européenne » – souvenez-vous de la « vague bleue » sarkozyste ! – alors que le rouge, couleur du peuple ouvrier est très rarement, tiens donc, la couleur dominante du maillot national…) ; par ailleurs le jeune M’Bappé est très sympa, Griezmann est solide et régulier, Lloris, infranchissable…

    Cela dit, il serait naïf de croire que le sport professionnel capitaliste est étranger à toute politique. Pour ne prendre qu’un seul exemple, l’équipe croate est truffée d’individus, disons pour être gentils, étranges, qui, bravant l’hôte russe, trouvent toutes les occasions pour crier « vive l’Ukraine ! » alors que ce pays est dirigé par un gouvernement belliciste, russophobe et… truffé de néonazis !

    On peut aussi se souvenir qu’en 98, quand l’équipe de Jacquet avait remporté le trophée, la côte de Chirac était remontée de vingt points : cela ne déplairait pas à Macron, qui plonge dans les sondages en raison de sa politique de casse des statuts, du code du travail, du bac déchu de son rôle de premier grade universitaire, de sa taxation des retraités, de son rabotage des APL, de ses cadeaux fiscaux aux millionnaires rebaptisés « premier de cordée » (tant pis pour les « premiers de corvée » dont le SMIC est bloqué) ; sans parler des projets macroniens visant à liquider la Sécu, les retraites par répartition, les pensions de réversion et à traquer les chômeurs et autres « bénéficiaires » des minima sociaux, qui, aux dires de cet émule de Marie-Antoinette, « coûtent un pognon dingue »… Quant au « patriotisme » de ce président qui s’en va scander « allez les Bleus ! » (dès lors qu’ils se mettent à gagner…), mais qui ne rate pas une occasion de remplacer le français par l’anglais, qui, selon les circonstances, courtise Trump ou Merkel, qui privatise à tour de bras le patrimoine national et qui, en violation de la Constitution, veut remplacer la souveraineté du peuple français par une « souveraineté européenne » que les Français ont refusée quand ils ont massivement retoqué la constitution européenne.

    Ce n’est donc pas Floréal qu’il faut agonir d’injures s’il annonce, sur la base de l’expérience, que l’actuelle « union sacrée » autour des « Bleus », donc, la marée humaine qui suivra comme un seul homme le président remontant les Champs-Elysées s’ils gagnent le Mondial, va certainement être exploitée par Macron pour accélérer ses attaques contre la fonction publique, rogner les prestations sociales et imposer sa très régressive « retraite à points » aux dépens des retraites par répartition créées en 46. Alors, faisons la fête aux Bleus, pourquoi pas, mais surtout, n’oublions pas, avec les Rouges, de « faire la fête à Macron » POUR DÉFENDRE LES BASES MÊMES DE NOTRE DIGNITÉ SOCIALE ET NATIONALE !

    En conclusion, à quand une immense manifestation de combat sur les Champs-Élysées, comme l’avait en vain proposé Mélenchon en septembre dernier, pour combattre le « coup d’État social » exécuté par Macron sous la férule de l’UE ? Et ce que tant d’entre nous vont faire allègrement quand « la France » (en réalité, quand onze pros dont beaucoup ont quitté la France) remporte une coupe, c’est-à-dire veiller toute la nuit, défiler en rangs serrés, brandir des drapeaux, scander des slogans, nous ne pourrions pas aussi le faire TOUS ENSEMBLE pour défendre nos acquis gagnés au prix du sang, reconquérir notre indépendance, cesser d’humilier notre langue, en un mot, renouer avec cet esprit frondeur qui donna le vertige au monde entier aux temps pas si lointains où notre peuple prenait la Bastille, criait vive la Commune, libérait Paris à mains nues ou déclenchait, voici tout juste 50 ans, la plus grande grève de l’histoire mondiale ?


    A lire pour ceux que le football intéressent :

     

    source:  https://www.initiative-communiste.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les JRCF sont fortement investis dans le mouvement social. À l’image des camarades partie prenante de la lutte à , lieu emblématique de la mobilisation étudiante, de la jeunesse et du tous ensemble. C’est dans les murs de cette Université fermée depuis aux étudiants et occupée par les matraques du régime, que notre camarade a prononcé une conférence à Tolbiac suivie d’un débat.

    L'Hermine Rouge vous invite à visionner cette vidéo.

    source: https://www.youtube.com

    soutien: https://www.tipeee.com/lfxchaigneau

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Dimanche, en soutien aux cheminots en lutte, les Insoumis organisent un ciné-débat au Run ar Puñs, à 17 h.
    Dimanche, en soutien aux cheminots en lutte, les Insoumis organisent un ciné-débat au Run ar Puns 17h
     

    Dimanche, en soutien aux cheminots en lutte, les Insoumis organisent un ciné-débat au Run ar Puñs, à 17 h.

    Dans un communiqué, l’inter-groupes des Insoumis du Finistère fait savoir son « refus de la privatisation de la SNCF » et revendique sa « solidarité avec les cheminots en lutte ».

    Dans ce cadre, ils proposent, ce dimanche, à 17 h, un ciné-débat au Run ar Puñs autour du film The Navigators, de Ken Loach, en présence des représentants syndicaux des cheminots en lutte.

    Ce ciné-débat sera suivi d’une collecte au bénéfice de la caisse de solidarité des grévistes.

    source: https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dans le cadre de la  campagne pour la sortie du nucléaire, la promotion des énergies nouvelles et pour la paix les insoumis organisent un ciné-débat autour du film "un climat d'espoir". La projection du film sera suivie d'un débat animé par Marie NICOLAS (Sortir du nucléaire-Cornouaille et Bruno LABORIE (Insoumis de Concarneau).

    Ciné-débat autour du film "un climat d'espoir"-Dimanche 11/03/2018-17h au Run Ar Puns à Chateaulin

    Film de Scott Ludlam et José Garcia (27 min, 2008 vf). Ce documentaire replace le changement climatique dans son contexte et ses enjeux. La filière nucléaire, son histoire, ses étapes et ses risques, sont disséqués pièce par pièce. Les vraies solutions aux crises énergétique et climatique (économies d’énergie, énergies renouvelables) clôturent la démonstration.Une révolution énergétique est en marche, et les solutions existent, partout et aujourd’hui. Leur mise en oeuvre est affaire de politique, et la diffusion de ce film peut y contribuer.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique