• Christian Colimard, président du comité Sud-Cornouaille du Mouvement pour la Paix, durant son discours.

    « De vigie permanente, nous voulons devenir, ensemble, acteurs d’une civilisation de paix » : c’est le message porté, mercredi, par Christian Colimard, président du comité Sud-Cornouaille du Mouvement pour la Paix, lors du rassemblement contre les tirs de missiles, auquel ont participé une petite centaine de personnes à la pointe de Penmarc’h. Un lieu de rassemblement à quelques centaines de mètres d’une zone transformée par la DGA (Direction générale de l’armement) en station mobile de mesure et de poursuite d’engin balistique par sous-marin. Des tirs d’essai étant prévu dans les jours qui viennent.

    Christian Colimard a reprécisé le sens de ce rendez-vous dans le contexte actuel de pandémie de Covid-19 : « Nous considérons que le choix de procéder à de nouveaux déploiements de l’opérationnel militaire est une insulte à l’aspiration de pouvoir se projeter dans la promotion de la vie, l’atout majeur étant la culture de paix qui émerge dans la vraie vie du quotidien des gens ».

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un pique-nique « du refus » à Penmarc’h contre les essais de missiles

    Un « pique-nique du rejet » est organisé mercredi, à Penmarc’h, afin de protester contre les essais de tirs de missiles prévus cette semaine.

    En protestation contre les essais de tirs de missiles qui se dérouleront mardi et jeudi, au large de Penmarc’h, le Comité sud Cornouaille du Mouvement pour la paix appelle « tous ceux qui souhaitent exprimer leur refus » à venir participer à un « pique-nique du rejet », à la pointe de Penmarc’h, au phare d’Eckmühl, mercredi, vers 13 h.

    « Malgré le contexte, le gouvernement met la priorité sur la poursuite de l’emprise du militaire sur l’action publique. Cela est en décalage avec les attentes de l’opinion », déclare le président du comité, Christian Colimard. « Ces essais ont un coût faramineux et sont un non-sens. Cet argent-là devrait actuellement aller ailleurs. Rappelons qu’un missile M51 coûte 120 millions d’euros, soit le salaire annuel de 7 500 infirmières », ajoute Véronique Moreau, membre du mouvement.

    Pour les habitants du secteur de Concarneau, un covoiturage sera possible, à 11 h 30, depuis le parking de la gare de Concarneau.

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Un tir de missile au large du Finistère vu depuis un bateau de pêche, en 2010.Un tir de missile au large du Finistère vu depuis un bateau de pêche, en 2010. 

    Nom de l’opération : Raphaël. Courant juin 2020, DGA Essais de missiles va procéder à des  essais en vol  au large du Finistère sud. Des essais en vol ?  Il s’agit d’essais de missiles en situation réelle , indique l’organisme basé à Biscarrosse (Landes).  La sécurité des personnes et des biens est notre priorité  , ajoute DGA Essais de missiles.

    Dans le cadre de l’opération Raphaël, des zones réglementées temporaires (ZRT) et zones dangereuses temporaires (ZDT) ont été créées au large de Penmarc’h afin d’empêcher tout survol aérien durant les essais. Des zones de régulation et d’interdiction à la navigation seront également mises en place.

    Les 9 et 11 juin

    Quand ces tirs de missiles auront-ils lieu ? D’après le document de DGA Essais de missiles, ils devraient se tenir les 9 et 11 juin 2020. Les zones réglementées et dangereuses temporaires étant en vigueur jusqu’au 17 juillet, un report pourrait être envisagé jusqu’à cette date si besoin. 

    De tels essais ont déjà été effectués en 2018 ou encore en 2016. En 2013, un tir de missile balistique M51 effectué depuis le sous-marin nucléaire Le Vigilant s’était soldé par un échec. Le M51 s’était autodétruit en vol.

    Basile CAILLAUD

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La ministre des Armées Florence Parly est attendue sur le site de la base navale de Brest (Finistère), et chez l’industriel Thalès, vendredi 29 mai 2020.La ministre des Armées Florence Parly est attendue sur le site de la base navale de Brest (Finistère), et chez l’industriel Thalès, vendredi 29 mai 2020. 

     

    La ministre des Armées Florence Parly est attendue vendredi 29 mai à Brest (Finistère). Outre une visite de la base navale, où la thématique de la guerre des mines lui sera présentée, elle devrait se rendre chez l’industriel Thalès puis sur le campus de l’Ensta Bretagne, École nationale supérieure des techniques avancées, à Plouzané.

    source: https://www.ouest-france.fr/

     A lire également:

    Guerre des mines et des drones de profondeur au menu de la Ministres des Armées (letelegramme.fr-25/05/20-19h16)


     

    La Ministre des Armées toujours "remarquable" dans la guerre "déclarée" au coronavirus. Après les mesures qui ont conduit à la contamination de plus de 70% de l'équipage du Charles De Gaulle, voilà la ministre  qui débarque à Brest ce vendredi , Brest qui comme chacun sait est à  moins de 100 kilomètres de Paris à vol d""oiseau". On n'est pas "rien' quand on est ministre !

    LHR


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les anciens combattants en quelques chiffres (LT.fr-24/02/20)Samedi, ils étaient dix-neuf anciens combattants à se réunir à Pont-l’Abbé. Parmi eux, le président Joseph Coroller, au centre avec le pull rouge

    La section Finistère sud de l’Arac (Association républicaine des anciens combattants) a tenu son assemblée générale, samedi, à 14 h 30, au siège de l’union locale de la CGT. L’occasion pour le président, Joseph Coroller, de rappeler quelques chiffres clés.

    1917. L’Arac a été créée en 1917 par des anciens combattants de la Première Guerre mondiale, dont Henri Barbusse. Sa mission : militer pour la paix, cultiver la mémoire, rassembler et défendre les Hommes. Et ça fait 103 ans que ça dure.

    45. Le nombre d’adhérents dans le Finistère sud, répartis un peu partout sur le territoire.

    1. Le président, Joseph Coroller, anime avec énergie l’Arac. Ayant lui-même participé à la guerre d’Algérie, il a à cœur de défendre les droits des anciens et des nouveaux combattants. Il condamne les interventions militaires entreprises au Sahel et au Moyen-Orient.

    95. Comme l’âge du doyen de l’association, Jean Perru, un ancien résistant.

    2019. L’Arac participe chaque année à plusieurs cérémonies commémoratives, dont le 11-Novembre, le 8-Mai ou encore le 19 mars. Le 21 septembre, les anciens combattants ont rejoint les plus jeunes pour militer pour un climat de paix dans les rues de Quimper.

    2. Le nombre de missions que s’est fixées l’Arac en 2020. Parmi elles, le suivi des opérations militaires extérieures de la France, en ayant toujours à l’esprit de défendre et de reconnaître les droits des combattants sur le terrain. Autre objectif : le désarmement, nucléaire en particulier, en sensibilisant les plus jeunes pour transmettre un message de paix et d’ouverture. L’Arac se rendra aussi à Paris pour les États généraux de la paix, le 13 juin.

    30 000. Le nombre de militaires français engagés dans des conflits armés dans le monde aujourd’hui.

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Berrien. Les élus disent non aux armes nucléaires (OF.fr-21/12/2019-6h33) La Ville de Comines-Warneton, en Belgique a hissé le drapeau des « Maires pour la Paix », un réseau international de villes du monde entier en faveur du désarmement nucléaire. Berrien ouvre la voie dans notre Finistère

    Lors du conseil municipal qui s’est déroulé mercredi soir, à la mairie, le conseil municipal a évoqué le traité d’interdiction des armes nucléaires. La commune adhère donc à l’appel des villes pour cette abolition se disant « profondément préoccupées par la lourde menace que les armes nucléaires posent aux communautés à travers le monde ». Elles sont fermement convaincues que leurs habitants ont le droit de vivre dans un monde libre de cette menace. Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire aurait des conséquences catastrophiques durables à grande échelle pour la population et l’environnement. La commune soutient donc ce traité sur l’interdiction des armes nucléaires et appelle le gouvernement à y adhérer.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Agir contre les armes nucléaires (OF.fr-2/09/19-17h13)Le collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires se mobilise en marge du G7 parlementaire qui aura lieu à Brest dans quelques jours.

    Un collectif d’associations est décidé à se faire entendre en marge du G7 parlementaire. Un forum citoyen est organisé à Brest ce mardi 3 septembre 2019.

    Le collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (CIAN29) adresse un message aux élus réunis à Brest dans le cadre du G7 des parlementaires. Il rappelle les engagements pris par l’Union interparlementaire (qui réunit les membres de 178 pays dont la France) qui ont adopté une résolution en 2014 pour « un monde exempt de l’arme nucléaire ».

    « Depuis lors, l’ONU a voté un traité qui répond à ce vœu, mais qu’aucun des pays n’a à ce jour entériné », s’indignent les membres du collectif. Bien décidés à se faire entendre, ils organisent en marge du G7, un forum citoyen, « Pour la paix, un autre monde est possible », mardi à 18 h, à la Maison des syndicats à Brest.

    source: https://www.ouest-france.fr/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Plomodiern-Marche pour la paix. « Nous sommes des lanceurs d’alerte » (LT.fr-7/08/19-15h35)Les militants s’étaient donné rendez-vous à Sainte-Marie du Ménez-Hom.

     

    Il y a 75 ans, le 6 août 1945, « Little boy » était largué au dessus d’Hiroshima par un bombardier américain Boeing B-29 Fortress piloté par le colonel Paul Tibbets. À 8 h 16, la première bombe nucléaire explosait, elle allait causer la mort de plus de 100 00 personnes.

     

    À cette occasion, mardi 6 août, le Cian 29 (Collectif pour l’interdiction des armes nucléaires), qui regroupe une quinzaine d’associations, avait donné rendez-vous à ses militants à Sainte-Marie du Ménez-Hom pour une marche pour la paix vers le sommet du mont.

    Ils étaient environ 80 malgré le temps maussade, dont Dominique, de Melgven, arborant un dossard écrit en japonais. « C’est un cadeau d’une délégation japonaise venue de Kobé à l’occasion de la fête des Filets bleus ; pour que nous puissions participer au devoir de mémoire », explique-t-elle. Alain, professeur à la retraite de la faculté de Brest, et enseignant le japonais s’approche : « Cela veut dire, faisons en sorte d’élargir le mouvement contre l’arme nucléaire, pour un degré zéro du nucléaire ».

    Non aux armes de destruction massive

    Les deux porte-parole du Cian 29, Christian Colimard, de Concarneau, et Roland de Penanros, de Brest, regroupent les bannières et les militants pour l’ascension.

    Roland porte pour l’occasion un tee-shirt avec un sigle appelant au désarmement nucléaire : « C’est de l’alphabet d’aviateur. Ce week-end nous étions au festival du Bout du Monde, il y a trois semaines aux Vieilles Charrues »

    « Nous ne voulons pas d’armes de destruction massive qui touchent les populations civiles, c’est illégal. Nous sommes des lanceurs d’alerte, qui doit être permanente. Notre territoire est très impacté par les infrastructures militaires », renchérit Christian.

    La marche peut commencer, un véhicule de la gendarmerie assure la traversée de la route de Crozon, très fréquentée, et bientôt les bannières flottent au vent.

    Arrivé au sommet, les discours deviennent plus graves, bravant le vent. « Nous sommes ici pour marquer notre opposition au développement de l’arme nucléaire dans un contexte international tendu », rappelle le porte-parole de la paix. Il déplore le silence des principaux médias concernant « ce devoir de mémoire à propos de la catastrophe d’Hiroshima ».


    Pratique
    Le 21 septembre aura lieu la Marche mondiale pour la paix, le Cian 29 y participera avec une grande manifestation à Quimper.   

    source:    https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ménez-Hom. Une montée pour la paix, mardi 6 août (LT.fr-31/07/19)Lors d’une précédente édition, un missile en carton en signe de désapprobation avait été monté jusqu’au Menez Hom

    Le 6 août 1945, la première bombe atomique frappait la ville d’Hiroshima, au Japon. Bilan : 80 000 morts en une fraction de seconde. Une puissance de feu décriée par le collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (Cian 29). Mardi 6 août, il invite à un rassemblement au Ménez-Hom pour réclamer l’arrêt des bombes nucléaires. « Ni en Presqu’île de Crozon, ni dans la rade de Brest, ni ailleurs », souligne le collectif. 

    Le rendez-vous est fixé à 10 h, près de la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom, à Plomodiern (29). Une montée pour la paix sera organisée. Au sommet, une prise de parole aura lieu vers 11 h avant un pique-nique et des animations musicales sur des thèmes pacifistes. Une façon d’honorer la mémoire des victimes des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, il y a 74 ans.

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Au Ménez-Hom, une montée de la Paix, mardi, à la mémoire d’Hiroshima (OF.fr-04/08/19-14h31)Les explosions à Hiroshima et à Nagasaki ont eu lieu les 6 et 9 août 1945.

     

    L’humanité va célébrer, cette semaine, les anniversaires tragiques des premiers bombardements atomiques des 6 et 9 août 1945, qui ont détruit les villes japonsaises d’Hiroshima puis de Nagasaki, provoquant des centaines de milliers de morts et accélérant la capitulation du Japon, et ouvrant la voie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    « Mardi 6 août, est le jour anniversaire du bombardement d’Hiroshima [le 6 août 1945, NDLR], rappelle Roland de Penanros, pour le Collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (Cian 29). Avec celui de Nagasaki trois jours plus tard, le bombardement de cette ville japonaise [ayant causé la mort de 140 000 personnes] a fait la preuve de la barbarie de l’usage des bombes atomiques. »

    Plus jamais une seule bombe nucléaire !

    Initié par le mouvement de la Paix de Cornouaille et l’Université européenne de la Paix, le Cian 29 regroupe une quinzaine d’associations et organisations syndicales et politiques du département du Finistère. Le collectif pacifiste et anti-nucléaire invite à une montée de la paix du Menez-Hom, mardi 6 août.

    « Ni en presqu’île de Crozon, ni en rade de Brest, ni ailleurs, [n’acceptons] plus une seule bombe nucléaire, martèle le collectif. Exigeons que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires voté le 7 juillet 2017 à l’Organisation des Nations Unies (Onu). Tels sont les messages que clameront à son sommet les marcheurs pour la paix du Menez Hom. » 

    Rendez-vous est donné à 10 h, mardi 6 août, à la stèle de la Résistance face à la chapelle de Sainte-Marie du Menez-Hom, pour le départ de la montée de la Paix. À 11 h, rassemblement et prise de paroles au sommet. À 12 h 30, pique-nique partagé, animations, etc.

    Au Ménez-Hom, une montée de la Paix, mardi, à la mémoire d’Hiroshima (OF.fr-04/08/19-14h31)La chapelle Sainte-Marie du Menez-Hom.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique