• Le dixième rassemblement contre le passe sanitaire a réuni une quarantaine d’opposants, ce samedi 18 septembre, à Châteaulin. Le dixième rassemblement contre le passe sanitaire a réuni une quarantaine d’opposants, ce samedi 18 septembre, à Châteaulin. 

    Pour le dixième rassemblement du genre, une quarantaine d’opposants au passe sanitaire a de nouveau manifesté dans les rues de Châteaulin, ce samedi 18 septembre.

    Comme la semaine passée, environ 40 opposants au passe sanitaire se sont retrouvés, ce samedi 18 septembre, en début d’après-midi, place de la Résistance à Châteaulin, avant d’entamer un défilé dans les rues de la ville. Sur proposition de l’un des participants, le cortège s’est rendu à la bibliothèque, lieu symbolique où le passe est demandé. « Mais comment fait un enfant de 3 ans pour s’y rendre, si son parent n’a pas le passe ? », s’indignait une manifestante. L’idée, un temps émise, de rentrer dans les locaux a vite été abandonnée, puisque la bibliothèque est fermée le samedi après-midi. « Comment pourrions-nous faire pour être plus nombreux la semaine prochaine ? », se sont interrogés certains. « La solution est peut-être que chacun amène une personne supplémentaire… ». Vers 15 h 30, les opposants ont finalement rejoint leur point de départ et se sont dispersés tranquillement.

     

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les manifestants, à 15 h, devant la préfecture. Les manifestants, à 15 h, devant la préfecture.

    Pour ce dixième samedi de mobilisation, les opposants au passe sanitaire sont à nouveau dans les rues de Quimper. Partis à 14 h de Penvillers, ils défilent dans le centre-ville de la capitale de la Cornouaille, perturbant la circulation, au son des tambourins et aux cris de « Liberté, résistance ».

     
    Ce samedi, 500 opposants au passe sanitaire dans les rues de Quimper
     
     

    Ce samedi, à 15 h, ils ont marqué un arrêt devant la préfecture où ils étaient environ 500. Un chiffre en baisse par rapport à la semaine dernière où ils étaient près de 1 200 (750 selon la police). Au plus fort de la mobilisation, le 7 août, ils étaient près de 3 000.

    Ce samedi, 500 opposants au passe sanitaire dans les rues de Quimper
     
    source: https://www.letelegramme.fr/
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les infos de l'Union Locale Cgt de Brest du 15 septembre 2021 ( FB.com )

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cette semaine, Thomas vous fait un nouveau point concernant l'actualité du CHRU Brest . Le point sur, bien evidemment, la situation vaccinale et ses conséquences, mais il fait aussi un tour de l'actualité revendicative, encore une nouvelle fois chargée à Brest.

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ile d’Ouessant. Les banderoles du collectif Vent de bout’ saccagées. ( OF.fr - 17/09/21 - 19h16 )Toujours très motivés et déterminés, les membres du collectif ont refabriqué des banderoles qui ont été fixées sur les murs (ici au bourg de Lampaul au Piliguet).

    Les banderoles du collectif Vent de bout’ Ouessant ont été arrachées dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 septembre 2021. Ce week-end avait vu débarquer sur l’île de nombreuses personnes venues soutenir les organisateurs du festival de l’Îlophone qui a été annulé en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

    Le week-end dernier, les 10, 11 et 12 septembre 2021, beaucoup de fidèles du festival de l’Îlophone (annulé depuis plusieurs semaines) avaient néanmoins embarqué à bord du Fromveur pour rejoindre Ouessant et soutenir les organisateurs et retrouver des festivaliers, qui souhaitaient profiter de l’île un si beau week-end.

    L’ambiance comme à l’accoutumée était chaleureuse et familiale, après ces nombreux mois d’isolement, et l’île était très festive.

    Un évènement très désagréable a jeté une ombre et a contrarié tout le monde. Dans la nuit de vendredi à samedi, des opposants au collectif Vent de bout’ ont arraché et mis à la poubelle, quatorze banderoles fixées sur les portillons ou murs de maison et ce, aux quatre coins de l’île.

    Le président du collectif, David Quantin, a porté plainte à la gendarmerie pour vol, les gendarmes ont dressé une carte des lieux où il y a eu des dégradations, le dossier a été transmis au procureur de la république.

    « Nous avons eu de nombreux messages de soutien ainsi qu’un regain d’adhésions au collectif ; nous sommes toujours ouverts à la discussion, la pétition contre l’implantation de l’éolienne a dépassé les 3 000 signatures », souligne David Quantin.

    Source : https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Sylvie Trouboul, directrice de la MJC, Maxime Bitter, de la production, Angélique Kourounis, journaliste et réalisatrice, Thomas Lacovi, journaliste et assistant réalisation et Laurent Penn, Attac Con Sylvie Trouboul, directrice de la MJC, Maxime Bitter, de la production, Angélique Kourounis, journaliste et réalisatrice, Thomas Lacovi, journaliste et assistant réalisation et Laurent Penn, Attac Concarneau.

    La MJC de Trégunc et l’association Bretagne Grèce Solidarité Santé organisent, lundi à 20 h, la projection du film « Aube dorée, l’affaire de tous », suivie d’un débat en présence de la réalisatrice, Angélique Kourounis, et de ses équipiers. Cette soirée est soutenue par le collectif des conférences citoyennes.

    L’effondrement financier, l’instabilité politique et les relations familiales en Grèce sont mis en lumière dans ce documentaire qui tente de découvrir ce qui se passe dans la tête des partisans de l’Aube Dorée, parti néonazi grec, qui se présentent comme des victimes du système. « Aube Dorée, l’affaire de tous » est un second long-métrage après « Aube Dorée, une affaire personnelle », qui visait à comprendre le fonctionnement du parti néonazi grec, toujours présent en bonne place sur la scène politique grecque.

    Ce second film veut explorer toutes les résistances possibles. « L’Aube Dorée n’est plus une affaire personnelle, elle devenue l’affaire de tous. Elle nous concerne tous et toutes. Si l’Aube Dorée et toutes les Aubes Dorées du monde, qui ont le vent en poupe, viennent aux affaires, nous sommes tous et toutes en danger », souligne la réalisatrice, Angélique Kourounis.

    Pratique

    Ouvert à tous, participation libre, passe sanitaire obligatoire pour accéder à la salle du Sterenn. Contact MJC tél. 02 98 50 95 93.

     

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Catherine Leroy, Carine Thomas, Françoise Bordanova et Marie-Astrid Sergent partagent un même constat pessimiste. Catherine Leroy, Carine Thomas, Françoise Bordanova et Marie-Astrid Sergent partagent un même constat pessimiste. 

    Pour la CGT de l’hôpital de Douarnenez, le moral est atteint en cette rentrée, au vu de la souffrance au travail au sein des Ehpad.

    « Imaginez que nous, à la CGT, en soyons arrivés à nous demander s’il n’est pas préférable de fermer des lits, au détriment du service rendu à la population, pour sauver le personnel épuisé ! Cela nous semblait impensable, et pourtant l’idée nous effleure l’esprit ».

    C’est une Carine Thomas quasiment sous le choc qui a reçu la presse ce vendredi. La secrétaire générale de la CGT de l’hôpital Michel-Mazéas de Douarnenez évoque un « été sans précédent dans les Ehpad à cause du manque d’effectifs, avec des équipes à bout, où les arrêts se multiplient, où les pleurs viennent facilement ». « Oui la souffrance au travail s’est accélérée, ne pas avoir le temps de tenir la main d’une personne âgée pendant cinq minutes car nous sommes tout le temps dans l’urgence, c’est une sensation horrible », témoigne Marie-Astrid Sergent, aide-soignante à Ty-Marhic avec une trentaine années de métier.

    "Oui la souffrance au travail s’est accélérée, ne pas avoir le temps de tenir la main d’une personne âgée pendant cinq minutes car nous sommes tout le temps dans l’urgence, c’est une sensation horrible"

    Elle explique qu’au sein de son établissement, les aides-soignantes sont au nombre de trois, au lieu de cinq, pour 38 résidents le matin, « et souvent une titulaire avec deux jeunes sans formation ». C’est deux aides-soignantes pour 45 le dimanche au Jardin du Clos, précise l’infirmière Catherine Leroy, qui dénonce « l’absence d’infirmière certaines nuits, entre 19 h 30 et 7 h 30 ». Et le travail qui n’est pas fait la nuit se reporte sur l’équipe de jour, note-t-elle encore.

    Comment redonner de l’attractivité ?

    Les difficultés de recrutement sont largement partagées au niveau national. À Douarnenez, le bureau d’embauche lancé par la CGT a permis de trouver quelques agents, annonce Carine Thomas. « Mais une infirmière qui avait demandé sa mutation en Ehpad à Douarnenez s’est vue proposer un salaire inférieur à ce qu’elle avait précédemment, elle est donc partie ailleurs : comment expliquer cela à des équipes qui se démènent ? », lance la syndicaliste.

    « On embauche des personnes qui n’ont jamais vu de personne âgées nue et doivent faire leur toilette le premier jour, sans accompagnement : beaucoup décrochent au bout de quelques jours », indique Catherine Leroy. Elle garde foi dans les métiers de la gériatrie, « mais ce sont des métiers qui réclament du temps auprès des résidants, des familles ». Pour Carine Thomas, il faut se battre pour garder les titulaires actuels « avec de l’écoute, de la bienveillance et un accès à des formations ».

    Et redonner ainsi de l’attractivité aux emplois. Ce n’est pas, à l’entendre, sur les augmentations de salaire du Ségur de la santé qu’il faut miser : d’après ses données, pour une aide-soignante d’échelon 8, en classe normale, la hausse serait de 3,73 € nets par mois.

     

    Rodolphe Pochet

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Plusieurs Cornouaillais se sont rassemblés à Paris, jeudi. Plusieurs Cornouaillais se sont rassemblés à Paris, jeudi.

    Plusieurs infirmiers anesthésistes diplômés d’État (IADE) du centre hospitalier de Quimper/Concarneau ont participé à un rassemblement organisé à Paris, jeudi 16 septembre. Un mouvement national organisé alors que « depuis plusieurs mois, les IADE luttent pour obtenir la juste reconnaissance de leur profession, de leur haute qualification et de leur pratique professionnelle », écrit la CGT dans un communiqué. Un syndicat qui explique que les infirmiers anesthésistes « s’inquiètent sincèrement sur l’avenir de leur profession et leurs modalités d’exercice ». « Leur principal souhait, poursuit-il, est d’acquérir un statut qui leur reconnaît un exercice de pratique avancée ».

     

    source: https://www.letelegramme.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • À Brest, le nouveau bâtiment Orange se situe dans la zone de l’Hermitage, à l’angle de la rue de Gouesnou et de la rue Gaston Esnault).Les salariés des sites Orange de Brest et Morlaix sont appelés à faire grève le 21 septembre prochain.

    Un préavis de grève intersyndical (CGT, CFDT, FO, Sud, CFTC et Unsa) de 24 heures a été déposé pour couvrir l’ensemble du personnel d’Orange le mardi 21 septembre 2021.

    Dans un communiqué, le syndicat CGT FAPT du Nord-Finistère appelle l’ensemble des salariés des sites Orange de Brest et Morlaix à participer « à cette journée de mobilisation par la grève et l’action ».

    Un rassemblement à Brest

    « Depuis plusieurs mois, le personnel d’Orange alerte les organisations syndicales sur les niveaux de salaires et la dégradation des conditions de vie et de travail », écrit le syndicat, qui dénonce également un « transfert des activités vers la sous-traitance et les filiales ».

    Un rassemblement aura donc lieu, le 21 septembre, à 9 h, devant le nouveau bâtiment d’Orange, zone de L’Hermitage. Le même jour, un rassemblement sera également organisé à 11 h, devant la Direction opérationnelle d’Orange Grand Ouest à Rennes.

    « Le prolongement de cette action se fera au travers de l’appel à la grande journée de mobilisation interprofessionnelle du 5 octobre 2021 », écrit la CGT FAPT.

    Source : https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Une cinquantaine de médiathécaires et quelques usagers se sont installés sur le parvis de la mairie de quartier, à la mi-journée. Au micro, Marion Schweyer et Élodie Regnoult.Une cinquantaine de médiathécaires et quelques usagers se sont installés sur le parvis de la mairie de quartier, à la mi-journée. Au micro, Marion Schweyer et Élodie Regnoult.

    Répondant à l’appel du syndicat Sud, une cinquantaine d’agents des différentes médiathèques brestoises et aussi des usagers se sont retrouvés ce mercredi midi, lors d’un pique-nique revendicatif place Napoléon-III, devant la mairie de quartier de Bellevue, pour manifester leur opposition au passe sanitaire dans les médiathèques. Cette mesure apparaît d’autant plus incongrue aux médiathécaires de Bellevue que la structure où ces agents travaillent est implantée juste au-dessus d’un supermarché Carrefour Market, qui n’a pas à demander le fameux sésame et dont la fréquentation est autrement plus dense.

    Les bibliothécaires n'ont pas manqué d'apporté des livres. Une séance de lectures d'histoires pour enfants était d'ailleurs proposée par les bibliothécaires à partir de 14hLes médiathécaires n’ont pas manqué d’apporté des livres. Une séance de lectures d’histoires pour enfants était d’ailleurs proposée à partir de 14 h.

    Une baisse de fréquentation de 50 %

    « Les médiathèques de Bellevue et de l’Europe sont les plus touchées par cette baisse de fréquentation des usagers, ce qui montre bien que c’est sur les populations les plus défavorisées que l’obligation du passe sanitaire a le plus d’impact. Limiter l’accès aux médiathèques est complètement contraire à nos missions de service public », soulignait Marion Schweyer, du syndicat Sud et bibliothécaire à Bellevue, où la baisse de fréquentation constatée atteint 50 %.

    Nouveau rassemblement à la médiathèque Jo-Fourn le 22 septembre

    « À Villeurbanne et à Lyon (Rhône), les préfets ont demandé la levée du passe dans les médiathèques, en argumentant sur le fait qu’il s’agit d’une discrimination sociale. C’est le début d’un mouvement qui prend de l’ampleur, et on espère obtenir une réponse politique à la hauteur », complète la jeune syndicaliste.

    En attendant, un nouveau rassemblement, toujours sous la forme d’un pique-nique, est programmé à 12 h 30 le mercredi 22 septembre, devant la médiathèque Jo-Fourn, dans le quartier de l’Europe.

    Source : https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest. François Ruffin présente son film « Debout les femmes ! ». ( OF.fr - 15/09/21 - 15h18 )

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le député de la France Insoumise François Ruffin vient présenter, en avant-première, mardi 28 septembre 2021, à 20 h, aux Studios, à Brest, « Debout les femmes ! », son film co-réalisé avec Gilles Perret.

    En sortie nationale le 13 octobre, ce film, un « road-movie parlementaire » va à la rencontre des femmes qui s’occupent des enfants, des malades, des personnes âgées, les aides à domicile, les agents d’entretien… des métiers du lien souvent précaires, dont la crise du Covid «a prouvé le caractère indispensable.»

    Source : https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Finistère. Ces soignants témoignent sur l’obligation vaccinale contre le Covid-19  (OF.fr-15/09/21-8h01)Trois manifestantes lors de la mobilisation à Morlaix (Finistère), ce mardi 14 septembre 2021, contre l’obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19. 

     
    L’obligation vaccinale contre le coronavirus des personnels travaillant dans des établissements de santé entre en vigueur ce mercredi 15 septembre 2021. Une partie d’entre eux la refusent. Vaccinés à contrecœur ou réticents à l’injection, trois soignants ont témoigné de leur désarroi. 

    Selon une source syndicale, il y aurait dans le Finistère, par établissement de santé, entre 3 à 5 % des soignants risquant la suspension à cause de leur refus de l’obligation vaccinale contre le coronavirus, qui entre en vigueur ce mercredi 15 septembre 2021. Certains y sont défavorables mais ont été contraints à l’injection pour continuer à travailler. D’autres font le choix de tenir tête et se retrouvent sous le coup d’une suspension de leur activité.

    Sylvie (1), 53 ans, infirmière dans un établissement privé du Finistère, vaccinée

    « Quand on fait la balance bénéfice/risque, je suis favorable à la vaccination contre le Covid-19 pour les personnes les plus fragiles. Je ne suis pas contre la vaccination : en tant qu’infirmière, j’ai tous mes vaccins à jour. Mais je suis contre la stigmatisation des soignants. On nous dit qu’on est dangereux alors qu’on a été au front et qu’on nous applaudissait au début de la crise. Dans un premier temps, mon établissement m’a proposé de poser mes congés [avant la suspension]. Mais j’ai pesé le pour et le contre, calculé le coût financier, repoussé jusqu’au dernier moment et j’ai fini par me faire vacciner il y a quelques jours. On nous pose le vaccin comme l’ultime recours contre le Covid-19, mais il faudrait surtout de la prévention, des traitements et soigner les gens comme il se doit, avec du personnel et des lits en plus. »

    Renaud (1), 45 ans, soignant dans un hôpital de la région, non vacciné

    « Entre les soignants qui ne veulent pas se faire vacciner et ceux qui y ont été forcés, les gens sont dans un désarroi le plus total, ils sont désespérés. Ça fait des mois qu’on ne dort plus, qu’on vit dans le stress. Cet acharnement à la vaccination, c’est malsain. Il y a un sentiment d’écœurement car plus l’épidémie avance, moins on a de moyens. Je n’ai même plus envie d’aller travailler. Je préfère finir comme un clochard dans la rue (et dans ma bouche ce n’est pas méprisant) plutôt que d’être contraint à me vacciner. Je ne renoncerai jamais à ma liberté.

    Dans mon établissement, on a un gros défaut d’information : on a déjà eu des relances pour se faire vacciner, mais je ne sais pas quand on va être convoqués. »

    Antoine (1), 34 ans, infirmier au CHU de Brest, non vacciné

    « On estime que les conditions ne sont pas réunies pour imposer une obligation vaccinale. C’est prouvé que le vaccin n’empêche pas la propagation du virus, alors pourquoi l’imposer aux soignants et pas aux autres ? Il y a six mois, j’ai eu une suspicion de Covid sans symptômes. La médecine du travail m’a dit que je pouvais aller travailler, car c’était le protocole. Aujourd’hui, si je suis négatif mais pas vacciné, je ne peux plus travailler.

    Ce mercredi 15 septembre, je ne travaille plus, je suis suspendu sans salaire. Pour la suite, on n’a pas beaucoup de solutions. Soit je demande un recours gracieux auprès de la direction de l’hôpital, soit je fais des démarches pour aller devant le tribunal administratif. Ce sera comme ça au moins jusqu’au 15 novembre [date de fin de l’état d’urgence sanitaire, NDLR], à moins qu’un juge en décide autrement. »

    (1) Les prénoms ont été modifiés

     

    Béatrice CHOT-PLASSOT.

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La manifestation pour la reconnaissance du risque lié à l’exposition à l’amiante a eu lieu à l’heure de pointe, mardi 14 septembre, à Naval Group, à Brest.La manifestation pour la reconnaissance du risque lié à l’exposition à l’amiante a eu lieu à l’heure de pointe, mardi 14 septembre, à Naval Group, à Brest. (CGT Arsenal Brest)

    Mardi 14 septembre, 200 salariés de Naval Group se sont mobilisés pour faire reconnaître leur exposition à l’amiante. La CGT estime qu’ils sont éligibles à une retraite anticipée.

    Deux cents salariés de Naval Group ont manifesté sur la base navale de Brest, ce mardi 14 septembre, dès 7 h 30.

     

    Ils ont tenu à remettre une motion au directeur rappelant leur désir d’être inscrits au décret amiante, qui leur ferait bénéficier d’un départ anticipé à la retraite. Ils s’opposent ainsi à l’avis de la direction générale du travail qui avait estimé leur exposition insuffisante pour justifier cette mesure.

    Le 23 septembre, la CGT Arsenal se rendra à Paris, pour recevoir une réponse du siège.

    Source : https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Happy hour, Initiatives solidaires

    Lundi au vendredi - 17h05

     

    Un film qui suit le procès de cette organisation nationaliste grecque pendant 5 ans et qui a démontré que ce n'était pas un parti politique mais une véritable organisation criminelle.

    "Aube dorée, l’affaire de tous" le film d'Angélique Kourounis"Aube dorée, l’affaire de tous" le film d'Angélique Kourounis

     

    Ce  film, c'est l'histoire du procès du parti néo-nazi grec Aube dorée né en 1993, qui s'est développé sur fond de la crise de 2008 et qui est resté la 3e force politique de Grèce pendant 7 ans. Le procès de 2015 à 2020 a vu la condamnation d'une cinquantaine de personnes, dont des députés, de 5 à 14 ans de prison. Il visait à démontrer qu’Aube Dorée n’était pas un parti politique mais bien une organisation criminelle.

    La réalisatrice Angélique Kourounis, journaliste à Radio France, Ouest-France ou Charlie Hebdo a travaillé des années sur la montée du néo-nazisme en Grèce d'abord pour le film "Aube Dorée une affaire personnelle" en 2017, parce que son mari est juif, son fils homo, elle journaliste, parce sa famille était en danger. Avec cette suite "Aube dorée, l’affaire de tous", elle suit les minutes du procès qu'elle juge plus important que le procès des nazis de Nuremberg. Car Aube dorée, un parti élu a été confronté à une justice non militaire d'un pays de l'UE : une première en Europe. Un procès sans public, entravé par des parlementaires, décrié par les autres partis nationalistes européens, mais qui a pu mettre en lumière le système militaire et criminel de cette organisation : attaque contre des syndicalistes, attaque contre des pêcheurs étrangers et meurtre. Celui de Pavlos Fyssa, un musicien grec assassiné en 2013 par un cadre du parti d'Aube dorée. Le combat de sa mère sert de fil rouge au film.

    Le film "Aube dorée, l’affaire de tous", en présence de sa réalisatrice Angélique Kourounis, est projeté dans 14 villes bretonnes en ce moment, mardi 14 septembre à la MJC Kerfeuteun à 20h à Quimper, jeudi 16 septembre au cinéma Ty Hanok à Auray (56), vendredi 17 septembre au Local Fête de l'Ével à Baud (56) à 19h30 et lundi 20 septembre au Sterenn à Trégunc (29).

    La tournée de "Aube dorée, l’affaire de tous" se fait à l'invitation de L'association Bretagne-Grèce-Solidarité-Santé (et une douzaine de partenaires) qui depuis 2015 récolte des dons, du matériel médical pour soutenir les Grecs et les réfugiés en Grèce. Au plus dur de la crise de 2008, 30% des habitants n'avaient pas de couverture santé.

    Axel PERRET 

    France-Bleu-Breizh-Izel

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest. Passe sanitaire dans les médiathèques : Sud CT appelle à la grève mercredi 15 septembre  (OF.fr-13/09/21-19h52)Sud CT appelle à la grève et se rassemble mercredi 15 septembre 2021.

    Sud CT réclame la fin du passe Sanitaire. Le syndicat des médiathèques appelle à la grève et propose trois dates de rassemblement en septembre.

    Le syndicat SUD Collectivités Territoriales-Brest Métropole prolonge son mouvement et appelle à la grève les 15, 22 et 29 septembre 2021. Le syndicat des médiathèques revendique un accès libre et sans condition aux services publics, la suppression du passe sanitaire aux utilisateurs du lieu, la gratuité des abonnements aux médiathèques et un accès facilité et gratuit aux vaccins et aux tests pour le personnel.

    Le rassemblement est prévu mercredi, place Napoléon-III (devant la mairie de Bellevue) à 12 h 30, autour d’un pique-nique revendicatif, et se poursuivra à 14 h par des lectures d’histoires aux enfants.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Gilet Jaunes Brest : RDV DES BIBLIOTHÉCAIRES CONTRE LE PASS À BREST. ( Fb.com - 13/09/21)

     

    Ces moments d'échanges peuvent servir aussi à construire un élargissement du mouvement aux questions sociales et économiques, en lien avec tous les travailleurs, mais également les chômeurs, les étudiants, les retraités etc.

    Mais cette unification ne peut se faire que sur des bases saines, tolérantes et rationnelles et non pas autour d'une liberté comme celle de l'extrême droite qui n'est que la liberté de quelques uns, excluant toute une partie de l'humanité. Quant à la propagation de théories du complot les plus délirantes, elles ne peuvent que servir nos adversaires pour nous discréditer.

     

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Obligation vaccinale des soignants. Pourquoi cet infirmier du CHU de Brest s'y opposeComme chaque samedi, les personnels soignants du collectif santé 29 étaient présents à la manifestation de Brest ce 11 septembre.

    Comme un certain nombre de soignants, cet infirmier conteste l'obligation vaccinale qui leur est faite. Il défend une vaccination consentie et éclairée, le respect du droit du travail et l’accès aux soins pour tous. C'est surtout la dégradation des conditions de travail à l'hôpital qui l'inquiète.

    "Début avril, j'étais positif au covid sans symptôme, on m'a demandé de venir travailler. A partir du 15 septembre, si je ne suis pas vacciné, je ne pourrai plus travailler." Dépité, cet infirmier du CHU de Brest qui souhaite garder l'anonymat, ne peut se résoudre à accepter l'obligation vaccinale imposée au personnel soignant. Pour lui c'est une mesure incohérente et injustifiée : " Le vaccin protège contre les formes graves, mais on sait qu'il n'empêche pas la transmission du virus" explique-t-il.

    Une pression permanente

    Le CHU de Brest a choisi de passer par une application pour contrôler le pass sanitaire de ces 9 000 salariés. "Beaucoup de personnes, même vaccinées, ont refusé de transmettre leur pass par cette appli" explique l'infirmier. Selon les chiffres transmis par la direction aux personnels, ils seraient 3 000, soit 1/3 à ne pas l'avoir téléchargée.

    On reçoit des SMS nous rappelant que si on n'est pas vacciné on sera suspendu au 15 septembre, j'en ai reçu deux cette semaine

    Un infirmier du CHU de Brest

    Et le contrôle des pass sanitaires des patients par une société de sécurité privée ajoute à l'ambiance pesante qui règne dans les services. "Seul l'accès aux urgences est autorisé aux patients sans pass sanitaire. Ils s'assoient sur la prévention. C'est pas pour ça que j'ai choisi de faire ce métier" déplore l'infirmier.

    Des conditions de travail dégradées

    La revalorisation salariale des personnels soignants, principale mesure des accords du Ségur de la Santé consécutif au premier confinement, n'a pas suffit à résoudre les difficultés. Notre témoin perçoit 183 € de plus par mois. "A l'hôpital nos conditions de travail sont compliquées depuis des années, ça s'est encore aggravé avec la crise sanitaire. On nous a beaucoup applaudi, on nous a augmenté, mais ça ne fait pas tout. Il n'y a aucune considération et beaucoup de mépris dans le management".

    J'aurais préféré ne pas être augmenté et pouvoir continuer à travailler

    Comment va fonctionner l'hôpital à partir du 15 septembre ?

    Soucieux de l'accueil des patients, l'infirmier s'inquiète et ne voit pas comment l'hôpital pourra fonctionner si tous les soignants non vaccinés sont suspendus au 15 septembre comme le prévoit la loi : "A priori ils n'ont pas prévu d'embaucher plus de monde. On est déjà à flux tendu. Les hôpitaux ne tourneront pas. Ou alors ils vont en profiter pour fermer des services. Ce serait vraiment une stratégie malsaine".

    Déjà un manque de personnel cet été

    Cet été déjà, au CHU de Brest, la direction n'a pas réussi à recruter suffisament pour remplacer les personnels en vacances, et tous les salariés à temps partiel (sauf les temps partiels thérapeutiques) ont dû travailler à plein temps.

    A l'hôpital de Fougères, le service des urgences a même dû fermer certaines nuits faute de personnel.

    Des dépots de plainte à venir

    Présent chaque samedi dans les manifestations d'opposition au pass sanitaire, notre témoin adhère au collectif Santé 29 qui défend : "Une vaccination consentie et éclairée, le respect du droit du travail, le principe de précaution et l’accès au soins pour tous".

    Le collectif est un soutien pour chacun des soignants qui doit faire le choix et prendre le risque de ne plus percevoir de salaire à partir du 15 septembre pour respecter ses convictions.

    Des recours individuels devant le tribunal administratif vont être déposés à partir du 15 septembre pour contester les mesures de suspension.

    Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • VIDÉO. À Brest, plus d’un millier de manifestants anti-passe sanitaire. ( OF.fr - 11/09/21 - 17h51 ) Manifestation des anti-passe sanitaire, samedi 11 septembre 2021 à Brest.

    Plus nombreux ce samedi 11 septembre 2021 que le samedi précédent, les anti-vaccination ont marché en centre-ville de Brest (Finistère) de la place de Strasbourg à Liberté et aux Capucins. Une manifestation dans le calme qui s’est dispersée vers 17 h.

    Il est des luttes qui cristallisent les oppositions. Celle de la vaccination obligatoire pour les soignants et le passe sanitaire mobilise un public plus nombreux ce samedi 11 septembre 2021 à Brest (Finistère) qu’il ne l’était il y a une semaine.

    Le cortège des « anti-vax » a déambulé dans le calme à travers les rues du centre-ville. Partis de la place de Strasbourg à 14 h 30, les manifestants ont marché rue Jean-Jaurès pour rejoindre la place de la Liberté et la médiathèque des Capucins vers 16 h 30. Un cortège bigarré où les drapeaux rouges et noirs des « anti-fa » côtoyaient des croix de Lorraine, des blouses blanches et des familles.

    Le cortège des manifestants anti-passe sanitaire grossit au fur et à mesure qu’il descend la rue Jean-Jaurès, à Brest, samedi 11 septembre 2021 à Brest.  
     

    Samantha, infirmière dans une association brestoise d’aide à domicile, s’inquiète car elle est convoquée par sa direction lundi. « Je vais être mise à pied. Je sais déjà ce qu’on va me dire : comme vous n’êtes pas vaccinée, restez chez vous. Et pour moi, c’est la perte de mon salaire », explique cette soignante qui s’est beaucoup mobilisée durant les premiers confinements. Elle a déjà attrapé le Covid en 2020.

    Manifestation des anti-passe sanitaire, samedi 11 septembre 2021 à Brest.
     

    Sa voisine cite plusieurs centaines de lettres recommandées qui sont parties des établissements brestois de soin en fin de semaine pour rappeler aux soignants leur obligation de vaccination (au moins une dose de vaccin avant le 15 septembre pour pouvoir continuer à travailler).

    Manifestation des anti-passe sanitaire, samedi 11 septembre 2021 à Brest.  
     

    Des mères de famille s’inquiètent de ce qu’elles appellent « le chantage aux activités sportives et périscolaires » alors que le Covid « ne concerne pas les enfants et adolescents ».

    Deux heures plus tard, dans la grande halle des Capucins, ils étaient encore près de 600 manifestants à crier leur opposition. « Nous sommes ici pour soutenir les personnels des médiathèques sommés de se transformer en agents de contrôle », annonce le porte-parole du collectif d’opposition au passe sanitaire qui revendique l’accès « gratuit et libre » aux lieux culturels.

    Les manifestants appellent à se réunir autour d’une bibliothèque éphémère et d’un pique-nique, le mercredi 15 septembre 2021, devant la médiathèque de Bellevue, à 12 h 30, pour soutenir les bibliothécaires en grève. 
     
    Les manifestants appellent à se réunir autour d’une bibliothèque éphémère et d’un pique-nique, le mercredi 15 septembre 2021, devant la médiathèque de Bellevue, à 12 h 30, pour soutenir les bibliothécaires en grève.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quimper. 1 200 personnes à la manifestation anti-vaccins  (OF.fr-11/09/21-15h47)Vers 15 h 30, ce samedi 11 septembre 2021, environ 1 200 personnes ont manifesté contre le passe sanitaire et la vaccination, dans les rues de Quimper (Finistère). 

    Ce samedi 11 septembre 2021, 1 200 personnes, contre le passe sanitaire et anti-vaccins, ont manifesté dans les rues de Quimper (Finistère).

    Ce samedi 11 septembre 2021, à Quimper (Finistère), ils étaient selon nos estimations 1 200 (750 selon la police) à fouler le pavé pour manifester leur mécontentement contre le passe sanitaire et la politique de vaccination anti-Covid.

    Rassemblés à 15 h, devant la préfecture, ils ont longuement défilé en centre-ville, c’est désormais devenu une habitude tous les samedis. Le cortège devait prendre la direction de la gare.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Cette semaine au CHRU Brest , nombreux sont les personels à chercher Mirza... Oupps, MyHra ... Plus sérieusement, l'obligation vaccinale et le Pass posent de nombreux problèmes que Thomas va évoquer pour vous. Il va vous informer aussi des problématiques du CHRU : Pédiatrie et IBODES. Enfin et pour terminer, en lien avec tout cela, il vous donnra la date des prochaines journées d'action.

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’hôpital de la Cavale Blanche, à Brest. Sud santé sociaux propose au personnel de santé de se mettre en grève contre le passe sanitaire.L’hôpital de la Cavale Blanche, à Brest. Sud santé sociaux propose au personnel de santé de se mettre en grève contre le passe sanitaire. (Le Télégramme)

    Le syndicat Sud Santé Sociaux 29 poursuit sa critique du passe sanitaire et « défend le droit de chacun à sa liberté de choix ».

    Sud Santé Sociaux 29 déposera un préavis de grève le 15 septembre, afin de permettre aux agents et salariés qui le souhaitent « de pouvoir exprimer leur réprobation des mesures qu’on leur impose et pour continuer à réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail et des conditions d’accueil des populations auprès desquelles ils et elles interviennent ».

    Après son communiqué de la mi-août, le syndicat critique à nouveau le passe sanitaire. Le syndicat indique qu’il « n’a jamais été hostile à la vaccination et n’a jamais conseillé à quiconque de ne pas se faire vacciner. Nous défendons le respect du droit de chacun(e) à la liberté de choix. Nous exigeons la levée des brevets sur les vaccins et les traitements anti covid, et leurs mises à disposition en tant que bien commun pour permettre à tous les pays de pouvoir en bénéficier. Nous dénonçons l’obligation vaccinale discriminatoire faite au personnel des hôpitaux mais aussi de toutes celles et ceux intervenant auprès de personnes vulnérables ».

    « Privations de libertés »

    « Avec le passe sanitaire étendu », poursuit Sud Santé Sociaux, « ce sont les libertés fondamentales de toutes et tous qui, à terme, sont remises en question : se déplacer, se rendre au travail, aller faire ses courses, se soigner, utiliser les services publics en général. Rendre les tests PCR payants pour les non-vacciné(e)s, c’est dégrader l’accès au dépistage pour les populations les plus précarisées. C’est une aberration en matière de santé publique et de lutte contre la pandémie », estime le syndicat, qui regrette que, selon lui, « le Conseil constitutionnel a acté les privations de libertés ! », en approuvant l’essentiel de la loi sur le sujet.

    Source : https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L’Institut de formation de Brest, rue Jurien-de-la-Gravière, compte une vingtaine de salariés, dont 40 % étaient en grève, lundi.L’Institut de formation de Brest, rue Jurien-de-la-Gravière, compte une vingtaine de salariés, dont 40 % étaient en grève, lundi.

    La grande majorité des salariés des IRFSS (Instituts régionaux de formation sanitaire et sociale) de France – désormais regroupés au sein du Collectif Inter Instituts Régionaux de formation sanitaire et sociale de la Croix Rouge Française – étaient en grève, lundi. Ainsi l’Institut de formation de la Croix Rouge de Brest, au 460 rue Jurien-de-la-Gravière, qui compte une vingtaine de salariés, a vu 40 % de son effectif en grève, lundi.

    De nombreuses revendications ont été émises. La revalorisation salariale de l’ensemble des personnels des instituts de formation, le rattrapage des mesures du Ségur de la santé dans leur intégralité avec effet rétroactif, la reconnaissance salariale en fonction des diplômes, des missions confiées et des expériences acquises, l’amélioration des conditions de travail. Dans cette liste figuraient aussi le respect de l’obligation légale d’évaluation de la charge de travail ainsi que la reconnaissance écrite du travail supplémentaire demandé.

    Source : https://www.letelegramme.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest. « Aube dorée », la suite, en ciné-débat au PL Guérin. ( OF.fr - 08/09/21 - 16h14 )Angélique Kourounis et Thomas Iacobi présentent le film « Aube Dorée » au Patronage laïque Guérin, à Brest, vendredi 10 septembre 2021. 

    Vendredi 10 septembre 2021 au PL Guérin, à Brest (Finistère), la réalisatrice Angélique Kourounis et son coauteur Thomas Iacobi viennent présenter le documentaire, Aube Dorée l’affaire de tous – Quelle résistance ?

    Après avoir enquêté sur le parti néonazi grec pour un premier film documentaire, la réalisatrice Angélique Kourounis et son coauteur Thomas Iacobi viennent en présenter la suite, Aube Dorée l’affaire de tous – Quelle résistance ? : Aube Dorée, qui se présente à toutes les élections, sert d’épouvantail politique, joue les martyrs, est mise à mal par le procès historique qui la condamne comme organisation criminelle. Les Grecs ont réussi à faire reculer l’extrême droite. Vendredi 10 septembre 2021 à 20 h, Patronage Laïque Guérin, libre participation.

    Source : https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest. Force ouvrière appelle à la grève générale, mardi 5 octobre 2021. ( OF.fr - 07/09/21 - 14h10 )

    Mardi 5 octobre 2021, l’Union départementale des syndicats Force ouvrière du Finistère appelle à la mobilisation de l’ensemble des salariés et travailleurs des secteurs privé et public.

    L’Union Départementale des syndicats Force ouvrière du Finistère appelle à la mobilisation de l’ensemble des salariés et travailleurs des secteurs privé et public, le mardi 5 octobre 2021.

    Elle rappelle que FO a « mis en garde le gouvernement au début de l’été, face à ses projets de régression sociale (Assurance Chômage, retraites…) » et affirme l’urgence d’augmenter « le Smic, les grilles de classifications, le point d’indice de la Fonction publique, les pensions et retraites, les minima sociaux et les bourses d’études ».

    " FO29 appelle les femmes et les hommes de toutes les professions, de tous les statuts, de tous les âges sans distinction à la grève et à se mobiliser le 5 octobre pour obtenir de meilleurs salaires, pour leurs emplois, pour leurs droits et pour une meilleure protection sociale."

    Source : https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest métropole. Appel à la grève contre le passe sanitaire. ( OF.fr - 07/09/21 - 16h30 )

    Le syndicat SUD Collectivités Territoriales Brest Métropole appelle à une grève pour les mercredis 8, 15, 22 et 29 septembre 2021, dans toutes les médiathèques et les services publics de la métropole.

    La fédération souhaite lutter contre l’usage du passe sanitaire, qui représenterait une nouvelle attaque contre les libertés fondamentales et le droit du travail.

    Le syndicat demande la fin du passe afin d’avoir un accès libre et sans condition aux services publics. Un accès facilité, gratuit et sur le temps de travail aux vaccins et aux tests pour le personnel soumis à l’obligation du passe sanitaire depuis le 30 août, est également réclamé par Sud CT.

    Source : https://www.ouest-france.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mobilisation départementale CGT le 14 septembre ! ( Fb.com - 07/09/21 )

    Mobilisation départementale CGT le 14 septembre ! ( Fb.com - 07/09/21 )

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • AGENDA CONTRE LE PASS SANITAIRE ET LES RÉFORMES ANTISOCIALES À BREST. ( Fb.com - 6/09/21 )

     

    Source : https://www.facebook.com

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Brest-Vendredi 10/09-20 A voir absolument , le dernier film  d'Angélique Kourounis; un projection de Termaji au Patronage Laïque Guérin suivie d'une discussion avec la réalisatrice et ses co-équipiers

     

     

    La bande-annonce d'Aube dorée-l'affaire de tous: quelle résistance ?

    Grèce : le chef du parti néonazi Aube dorée coupable de "direction d'une organisation criminelle" (France24-7/10/2020)

    Aube dorée-une affaire personnelle: le 1er film d'Angélique Kourounis qui décrit l'installation d'Aube dorée dans le paysage politique grec (3ème force dans le pays et au parlement), son fonctionnement...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • À Douarnenez, le Secours populaire réitère son appel aux dons pour Haïti

     

    L’antenne douarneniste du Secours Populaire réitère son appel aux dons pour Haïti, dont la population a une nouvelle fois été durement éprouvée lors d’un tremblement de terre, le 14 août dernier. Ce séisme, suivi par des pluies diluviennes lors du passage d’un ouragan, a causé des centaines de morts et de blessés, mais aussi la destruction de nombreuses habitations. « Aujourd’hui, des dizaines de milliers de personnes restent sans abri, l’accès à l’eau potable est problématique, et les paysans ont perdu leurs rares outils agricoles. L’aide arrive au compte-gouttes, alors qu’elle est d’une urgente nécessité », écrit le Secours populaire français à Douarnenez

    Pratique

    Les dons peuvent être adressés par chèque à l’ordre du Secours populaire français, en l’adressant au Comité de Douarnenez du Secours populaire français, au 17 bis Rue Croas Talud, 29100 Douarnenez, ou en le déposant dans la boîte aux lettres du comité, en précisant bien au dos du chèque « Urgence Haïti ».

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique